Podcasts sur l'histoire

Daniel et Susie Schulman par Marc Schulman - Histoire

Daniel et Susie Schulman par Marc Schulman - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Susie Schulman-Mamaroneck, NY 11 septembre 2011

C'est dur de se tenir ici aujourd'hui. C'est un jour dont vous savez toujours qu'il viendra, mais d'une manière ou d'une autre, vous espérez simplement que ce sera loin dans le futur.

Comment faire l'éloge d'une mère ? Par où commencer pour honorer une mère dont la vie a été remplie de défis et de réalisations qui ont commencé bien avant votre naissance ?

Alors que maman ne s'est jamais considérée comme une "survivante", elle est née en Allemagne avant la montée des nazis. Ses parents étaient des immigrés polonais vivant en Allemagne. Peu de temps après la montée des nazis, l'une des nombreuses lois raciales adoptées interdisait aux non-aryens d'accéder aux piscines. Le même jour où la loi a été adoptée, ma mère est allée à la piscine, ignorant la nouvelle interdiction. Une bande de jeunes garçons, des nazis, ont essayé de la noyer parce qu'elle était juive. À ce moment-là, mes grands-parents, mes Bubbie et Zaydie ont décidé que l'Allemagne nazie n'était pas un endroit où les Juifs pouvaient rester. Ils sont partis dès qu'ils ont pu pour venir aux États-Unis.

Ma mère est arrivée aux États-Unis à l'âge de dix ans. Quand elle est entrée à l'école, ma mère a été replacée en 1re année, car elle ne connaissait pas l'anglais. En quelques mois, elle a progressé dans les classes, de sorte que l'année scolaire suivante, elle a commencé la 6e année. Maman a fréquenté la prestigieuse Hunter High School. Elle est allée au City College et est devenue l'une des premières femmes ingénieures civiles.

Au cours de la dernière année, j'ai scanné toutes sortes de papiers et de photos de mes parents, en vue de notre déménagement en Israël. En cours de numérisation, je suis tombé sur un certificat de la Croix-Rouge félicitant maman pour son travail bénévole pendant la Seconde Guerre mondiale. Bien sûr, j'ai également trouvé de nombreux documents et photos de son implication dans les Jeunes sionistes d'Amérique avant la fondation de l'État. Lorsque l'État d'Israël a été fondé, elle a voulu faire son aliya. Cependant, à l'époque, son père, qui était sioniste toute sa vie, n'a pas permis à sa fille célibataire de partir. Étant une bonne fille, elle est restée en Amérique. C'était la première fois que ses rêves de vivre en Israël étaient contrecarrés.

Au-delà de travailler pour le compte de la création de l'État d'Israël, ma mère a accompli autre chose de très important ; elle a rencontré mon père qui était également actif dans les jeunes sionistes. Ils se sont mariés en 1954. Pendant que tout cela se passait, ma mère menait une carrière professionnelle active. Ma mère a participé à la reconstruction du pont de Manhattan. Elle a également travaillé sur la construction de l'autoroute Major Degan.

Quand je suis arrivé, ma mère a fait ce qu'on attendait d'elle dans cette génération ; elle a cessé de travailler pour se concentrer sur mon éducation. Alors que ma mère avait la réputation d'être quelqu'un qui accomplirait n'importe quelle tâche qu'elle se fixait, la vie n'était pas toujours accommodante ou gentille avec elle. Lors de mes récentes tentatives pour numériser les documents de ma mère, je suis tombé sur une lettre triste d'une grande agence d'adoption refusant la demande d'adoption de mes parents. Il semble qu'après qu'elle n'ait pas pu donner naissance à un deuxième enfant, mes parents ont désespérément essayé d'adopter un enfant. Cependant, à l'époque, les couples qui avaient déjà un enfant se voyaient refuser la possibilité d'adopter un deuxième enfant.

Bien sûr, comme tout enfant, j'ai de vifs souvenirs de ma mère en tant que mère. L'un de mes souvenirs les plus marquants est celui de ma première année à WDS. Un ouragan a frappé New York. Je me souviens que ma mère a bravé la tempête pour se rendre à Mamaroneck pour me récupérer personnellement à l'école et me ramener dans le Bronx, où nous vivions à l'époque. Et pour ma mère, être une mère anonyme à l'école ne suffisait pas à ma mère. Peu de temps après mon inscription, elle s'est impliquée dans l'école. Au moment où j'étais en 6e ou 7e année, elle était présidente du PTA de l'école. Ce qui m'a le plus impressionné à l'époque, m'impressionne encore aujourd'hui. Ma mère n'était pas la traditionnelle présidente de la PTA, qui se préoccupait uniquement des ventes de pâtisseries et d'autres événements de collecte de fonds similaires. Au lieu de cela, en tant que chef du PTA, elle a utilisé son siège au conseil scolaire du WDS pour exprimer activement ses opinions sur la politique de l'école (souvent à l'encontre des points de vue de M. Plotnick, le directeur. J'ai beaucoup appris du sérieux avec lequel elle a pris ses responsabilités .

Ma mère était aussi une mère qui ne savait jamais dire non. Au moment où j'étais en dernière année de HS, je lui demandais régulièrement si nous pouvions accueillir 2-4-6 ou même 8 étudiants israéliens en HS en visite à la fois. Elle n'a jamais dit « non ». Bien que je sois sûr qu'elle ait eu des émotions mitigées au sujet de ma décision de déménager en Israël immédiatement après l'université, elle n'a jamais montré que du soutien. Quelques années plus tard, après Yael, son premier petit-fils est né ; elle s'est rendue disponible pour toutes les tâches nécessaires pour aider. Ramassez Yael, déposez Yael et aidez Yael dans ce qu'elle veut.

Ma mère était une force de la nature, étant toujours la première à accomplir une tâche, n'attendant jamais qu'on lui demande. Mais à travers tout cela, sa famille passerait toujours en premier. Que ce soit, au début, notre petite famille de trois personnes, ou le plus grand nombre comptant les trois petits-enfants Yael, Tali et Eytan. Rien ne lui faisait plus plaisir que de fournir de la soupe de courgettes à Tali et Eytan.

Ma mère faisait généralement les choses à sa façon. Même dans la mort, elle était partiellement capable d'y parvenir. Elle est morte à la maison, au lit, avec mon père et moi l'entourant dans ses dernières heures de conscience. Cependant, il y avait une chose qu'elle était incapable d'accomplir. Au cours des derniers mois, elle était ravie de faire enfin son alyah ; quelque chose que nous avions l'intention de faire tous ensemble dans les semaines à venir. Elle ne sera pas avec nous physiquement, cependant, maman, nous vous emmènerons sûrement avec nous dans nos cœurs alors que nous commençons notre prochaine aventure de vie.

Maman, tu vas terriblement nous manquer !

Daniel Schulman Tel-Aviv 15 décembre 2011

Il y a seulement trois mois, je me tenais devant un autre groupe d'amis et de membres de la famille pour prononcer un éloge funèbre pour ma mère. Là, je n'étais pas le seul à raconter son histoire, car il y avait deux rabbins qui la connaissaient bien, et nous étions enveloppés par plusieurs de ses amis et parents. Aujourd'hui, mon père n'est entouré que de mes amis. Beaucoup d'entre vous sont mes amis les plus chers. Cependant, malheureusement, il n'y a personne ici qui a vraiment bien connu mon père ou ma mère. C'est vraiment difficile de perdre deux merveilleux parents en si peu de temps. Mais aujourd'hui, ce n'est pas pour moi. Aujourd'hui, il s'agit de mon père, Daniel, ou comme il dirait fièrement aux Israéliens, « David Ben Haim Halevi ».

Il n'y a pas grand-chose dans l'enfance de mon père qui puisse faire imaginer que nous serions ici dans un cimetière qui prétend être à Tel Aviv (la première ville entièrement juive), mais qui se trouve en réalité à Petach Tikva (l'une des plus anciennes des sionistes colonies de la terre.) Mon père a grandi pendant la grande dépression aux États-Unis. Cependant, il a eu le privilège d'avoir un père qui était comptable, et dont la pratique s'est poursuivie avec succès tout au long du grand déclin, avec seulement une petite contraction. Ses deux parents sont allés à l'université, ce qui fait de ma fille Yael (qui se tient ici) une diplômée de quatrième génération. Ainsi, mon père a grandi dans un foyer bourgeois plutôt privilégié. Dès son plus jeune âge, mon père était « bricoleur ». Il concevait et réparait toujours des choses. Son job d'été était projectionniste au cinéma. Il a fréquenté la Bronx High School of Science, en tant que membre de sa deuxième promotion. Après avoir obtenu son diplôme de HS en temps de guerre, il a rejoint l'US Air Force pour les deux dernières années de la Seconde Guerre mondiale.

Après la guerre, mon père est allé à NYU pour devenir ingénieur électricien. À ce stade, son histoire commence à devenir un peu plus complexe. Ce furent des années d'activité politique intense pour Israël. Mon père s'est impliqué dans les Jeunes sionistes d'Amérique, travaillant pour la création de l'État d'Israël. Là, il a rencontré ma mère. Après une longue cour, ils se sont mariés en 1954. À cette époque, mon père avait réussi à travailler pour une entreprise de développement de téléviseurs couleur. Il a ensuite fondé sa propre entreprise, Superex Electronics. Au fil des ans, Superex était surtout connu pour le casque qu'il produisait.

Cela étant dit, ce ne sont pas ses réalisations professionnelles pour lesquelles mon père est le plus connu, mais plutôt son engagement envers le monde juif. Mon père a été deux fois président de notre synagogue locale. Il était aussi très actif à l'UJA. Je me souviens bien du deuxième jour après le début de la guerre de Yom Kippour, d'avoir été envoyé en tant que représentant de la jeunesse pour remettre un énorme sac de billets d'un dollar collectés lors d'un rassemblement à un rassemblement des meilleurs donateurs de l'UJA. Même si mon père n'était pas dans la ligue des Tishes et des Tishmans de l'époque, il avait creusé si profondément dans les finances de mes parents pour être invité à ce rassemblement des meilleurs donateurs.

L'impact le plus profond de mon père sur le monde juif, et sur moi, a été son implication à la Westchester Day School, à Mamaroneck, NY. Mon père est devenu le vice-président administratif de W.D.S. l'année où j'ai obtenu mon diplôme. Ce fait, en soi, raconte une histoire importante. Comme je l'ai vu de mes propres yeux, les gens s'impliquent souvent dans les écoles juives, principalement lorsque leurs enfants sont à l'école. Mon père, d'un autre côté, a passé 18 ans, après mon diplôme, à travailler comme bénévole pour WDS en essayant d'améliorer l'éducation juive. Mon moment le plus fier, et celui qui m'a le plus touché, a été lorsque mes parents ont été honorés lors d'un dîner WDS. Comme il est de tradition, mon père a prononcé le discours de remerciement. Bien qu'au lieu des platitudes habituelles auxquelles tout le monde s'attendait, il a prononcé un discours passionné, sur la façon dont chaque enfant méritait une éducation juive. Dans son discours, il a attaqué l'institution même qui honorait mes parents, pour sa politique de conseiller les étudiants difficiles.

Papa, ces derniers mois ont été durs. Nos plans nous invitaient tous à nous lancer dans une nouvelle aventure. Maman et toi vivriez pour la première fois dans l'état pour lequel vous avez travaillé. Le reste d'entre nous rentrerait à la maison, après une trop longue interruption, à temps pour être là pour Tali alors qu'elle commence son service militaire dans dix jours. Il y a un vieil adage « l'homme planifie et Dieu rit ». Eh bien, nos plans étaient bien avancés, nos meubles étaient sur un bateau, et notre appartement était déjà loué quand maman est décédée subitement. Elle voulait absolument venir en Israël. Vous étiez un peu réticent à quitter votre maison de New Rochelle. Mais pour nous, il n'y avait pas de retour en arrière. Tali avait sa date de repêchage. Nous vivions sur des matelas gonflables empruntés les derniers jours de notre bail à Mamaroneck. Vous avez dit : « quand maman est morte, tout a changé », et en interne, pour vous et pour le reste d'entre nous, cela a changé. Pourtant, vous étiez prêt, malgré cela, à vous lancer dans cette dernière grande aventure. Malheureusement, malgré votre arrivée sur cette terre, vous n'avez jamais eu beaucoup de chance d'en profiter. Peu de temps après notre arrivée, votre santé s'est soudainement détériorée et, au cours des 6 dernières semaines, votre santé n'a cessé de se détériorer. Tout au long de cette épreuve, vous avez gardé votre sens de l'humour. Vous avez trouvé le bon en tout. Dans les derniers instants de votre vie, je vous ai présenté mes excuses pour vous avoir amené dans cette grande aventure. Car bien que vous ayez reçu d'excellents soins pendant votre séjour ici, le résultat final pour vous, parle de lui-même.

Papa, tu nous manqueras énormément dans les mois et les années à venir, mais tu seras avec nous dans tout ce que nous faisons. David Ben Haim Halevi, du Bronx, New York, vous avez atteint le repos éternel ici, non loin du berceau du sionisme. Devant vos trois petits-enfants, qui sont ici avec vous, je vous promets, dans les années à venir, de tout mettre en œuvre pour donner un sens à cette aventure.


Dan Shulman

Daniel Shulman (né le 9 février 1967) est un animateur sportif canadien avec Sportsnet ainsi que le réseau américain ESPN.

Shulman sert d'annonceur play-by-play pour certaines émissions télévisées des Blue Jays de Toronto sur Sportsnet et anime un balado sur le thème du baseball, Swing et une ceinture avec Dan Shulman. Il est également l'annonceur principal de la couverture du basket-ball universitaire masculin d'ESPN (avec Jay Bilas), ainsi que certains matchs de la saison régulière de la Major League Baseball sur ESPN et dirige la couverture de la MLB d'après-saison sur ESPN Radio.

Auparavant, Shulman a été l'annonceur play-by-play pour ESPN's Baseball du dimanche soir (avec Aaron Boone et Jessica Mendoza), poste dont il a démissionné à la fin de la saison 2017. [1]


Contenu

Schulman est né à Newark, New Jersey, et a grandi à Princeton, New Jersey. Il a été capitaine des équipes de tennis et de crosse à Princeton High School, et a ensuite obtenu un baccalauréat en économie du Middlebury College et un MBA de la Stern School of Business de l'Université de New York. [2] [3] [4]

Sa mère, S. Ruth Schulman, était doyenne associée de l'École supérieure de psychologie appliquée et professionnelle de Rutgers (GSAPP) de 1974 à 1999. [5] Son père, Mel Schulman, était un ingénieur chimiste. [6]

Schulman a dit un jour Le New York Times, "Je suis né avec l'activisme social dans mon ADN. Mon grand-père était un organisateur syndical dans le quartier du vêtement à New York. Ma mère m'a emmenée à une manifestation pour les droits civiques à Washington dans ma poussette." [7]

Schulman a commencé sa carrière commerciale chez AT&T, y travaillant plus de 18 ans et devenant le plus jeune membre de l'équipe de direction de l'entreprise. [8] Schulman a commencé à un poste de gestion de compte d'entrée de gamme lorsqu'il a quitté AT&T, il était président de l'entreprise d'interurbains grand public de 22 milliards de dollars, gérant 40 000 employés. [9]

Il est ensuite devenu président et chef de l'exploitation, puis chef de la direction de Priceline.com. Au cours de ses deux années là-bas, les revenus annuels de Priceline sont passés de 20 millions de dollars à environ 1 milliard de dollars. [8]

En 2001, Richard Branson a invité Schulman à devenir le PDG fondateur de Virgin Mobile USA, Inc. Schulman a dirigé la société depuis son lancement national en 2002 jusqu'à ce qu'elle devienne une société publique en 2007, et finalement sa vente à Sprint Nextel en 2009. [9 ] Son mandat au sein de l'entreprise a été noté par la croissance de l'entreprise en tant que transporteur « sans frais cachés ». [10] [9] Au moment où Schulman a quitté Virgin Mobile, il était devenu l'un des principaux opérateurs sans fil du pays, avec plus de 5 millions de clients et 1,3 milliard de dollars de ventes annuelles. [11] Suite à la vente de Virgin Mobile à Sprint Nextel, Schulman a exercé les fonctions de Président du groupe Prépayé de Sprint jusqu'à ce qu'il déménage à American Express. [9] [12]

Le 30 septembre 2014, il a été annoncé que Schulman deviendrait PDG de PayPal, qui continuerait en tant qu'entité juridique distincte, séparée d'eBay en 2015. [13] Son mandat a également été marqué par l'acquisition pour 2,2 milliards de dollars du fournisseur de paiement européen iZettle. , le deuxième plus gros achat de PayPal à ce jour. [14] Il a déclaré que ses objectifs chez PayPal incluent la fourniture d'outils financiers aux 70 millions d'Américains mal desservis par le système financier américain. [9]

Lors de la fermeture du gouvernement fédéral des États-Unis en 2018-19, Schulman a lancé l'idée que PayPal offre 500 $ d'avances de fonds sans intérêt aux employés du gouvernement américain en congé, s'engageant à fournir jusqu'à 25 millions de dollars de prêts sans intérêt. [15] En avril 2019, Schulman a annoncé le projet de PayPal d'investir 500 millions de dollars dans Uber pour connecter les deux marchés. [16] En novembre 2020, Schulman a supervisé le lancement de l'achat et de la vente de crypto-monnaie sur PayPal. [17]

En 2019, Schulman a dévoilé l'initiative de bien-être financier des employés de PayPal pour aider les travailleurs en difficulté en réduisant les coûts des soins de santé et en créant des moyens pour les employés de recevoir des capitaux propres dans l'entreprise afin de promouvoir l'épargne à long terme. [18] En 2020, il a annoncé l'engagement de 535 millions de dollars de PayPal pour soutenir les entreprises appartenant à des Noirs et les communautés minoritaires aux États-Unis dans le but d'aider à combler l'écart de richesse raciale. [19]

Schulman a précédemment occupé le poste de président non exécutif de NortonLifeLock (anciennement Symantec Corporation). [20] [21] En septembre 2018, il a été élu membre du conseil d'administration de Verizon. [22] Schulman a également fait partie du comité consultatif de Greycroft Partners, une société de capital-investissement spécialisée dans les nouveaux médias et les entreprises technologiques en phase de démarrage. [23]

Schulman a siégé au conseil des gouverneurs de l'Université Rutgers d'avril 2008 à juin 2013. [24] Il siège également au conseil d'administration d'Autism Speaks, un groupe de défense des droits qui se consacre à l'avancement de la recherche sur les causes et les traitements des personnes atteintes du spectre autistique. [25] [26] Schulman est membre du Conseil d'administration de la Table ronde d'affaires [27] et du Club économique de New York, et est membre du Conseil consultatif international du Conseil de développement économique de Singapour. [28] Il est membre à vie du Council on Foreign Relations. [29]

Schulman a dénoncé la loi de Caroline du Nord sur la confidentialité et la sécurité des installations publiques, qui obligeait les personnes dans les installations publiques à utiliser les salles de bain en fonction de leur sexe à la naissance. [30] Il a déclaré que "La nouvelle loi perpétue la discrimination et viole les valeurs et les principes qui sont au cœur de la mission et de la culture de PayPal." [30] Schulman a également cosigné une lettre d'opposition avec environ 120 dirigeants de grandes entreprises. [31] En signe de protestation contre la nouvelle loi en Caroline du Nord, Schulman a annoncé que la société annulait son expansion pour embaucher 400 personnes dans l'État. [31] [32]

Dan Schulman a écrit dans la déclaration de PayPal : "Bien que nous cherchions un autre emplacement pour notre centre d'opérations, nous restons déterminés à travailler avec la communauté LGBT en Caroline du Nord pour renverser cette législation discriminatoire, aux côtés de tous ceux qui sont attachés à l'égalité." [30]

Schulman a été nommé par Semaine d'affaires comme l'une des 20 personnes les plus regardées dans les médias, [33] et a été nommé Ernst & Young 2009 Entrepreneur of the Year. [34] En 2009, il a été nommé l'une des 25 personnes les plus puissantes de l'industrie mondiale du sans fil. [35] En 2017, le Council for Economic Education a décerné à Schulman son Visionary Award pour la promotion de la littératie économique et financière afin de créer une société mieux informée. [36]

Fortune l'a inclus dans le top dix de sa liste d'homme d'affaires de l'année 2017, sa liste 2018 [37] et sa liste 2019. [38] En 2017, Schulman a été récompensé par le Brennan Center for Justice avec son Brennan Legacy Award, du nom du juge de la Cour suprême, pour ses contributions à la démocratisation des services financiers et à la construction d'une économie mondiale plus inclusive. [39] En 2018, le Center for Financial Services Innovation a décerné à Schulman le tout premier Financial Health Network Visionary Award pour ses contributions à un système financier « plus accessible et inclusif ». [40]

En 2018, l'Université Rutgers lui a décerné un doctorat honorifique et il a prononcé le discours d'ouverture du 252e anniversaire de l'Université. [24]

En 2019, Schulman a été récompensé par Endeavour Global avec le prix High-Impact Leader of the Year pour son travail de soutien aux entrepreneurs du monde entier. [41] Il a également été nommé l'un des 50 meilleurs PDG de Glassdoor en 2019. [42]

En 2020, le Robert F. Kennedy Center for Justice and Human Rights a décerné à Schulman le Ripple of Hope Award, qui récompense ceux qui ont fait preuve d'un engagement en faveur du changement social et d'une passion pour l'égalité, la justice et les droits humains fondamentaux. [43] [44]

Lorsqu'il était PDG de Virgin Mobile, Schulman a dirigé un partenariat avec StandUp For Kids, une organisation à but non lucratif qui distribue des kits de survie et un numéro d'assistance téléphonique aux jeunes sans-abri. Pour avoir une idée plus précise de ce que vivent les enfants sans-abri, Schulman a déjà passé 24 heures dans les rues de New York, non rasé, enveloppé dans une couverture et sans argent, montre ou téléphone portable. [7]

Schulman a pratiqué le Krav Maga depuis son adolescence et a déclaré qu'il adhère à la même philosophie en affaires. Il a déclaré dans une interview : "Il y a une philosophie dans les arts martiaux qui est :" Ne restez jamais immobile. " Rester immobile, c'est demander à être touché. Il faut toujours être prêt à prendre des risques pour l'avenir. On ne peut pas rester immobile ». [45]


Êtes-vous un auteur?

JFK History Maker est un livre qui combine le meilleur d'une biographie traditionnelle avec les capacités d'un livre électronique. chef-d'œuvre multimédia de recherche et d'informations étonnantes offrant de nouvelles perspectives sur l'homme, le président et l'icône. La version Ebook est l'équivalent d'un livre de 1 000 pages. Cette compilation faisant autorité est une source de référence idéale pour les étudiants et les profanes. Comprenant 36 chapitres classés par ordre chronologique, il y a 180 photographies haute résolution, le texte intégral de plus de 200 discours et conférences de presse majeurs, plus de 60 pages de correspondance et d'autres informations. Le livre de référence est entièrement consultable et révèle dans des détails fascinants l'éducation, l'éducation, la vie personnelle et le service public du 34e président américain. L'E-book combine le meilleur d'un biog traditionnel

L'historien et auteur Marc Schulman a écrit la première version de JFK History Maker pour CD-ROM en 1992. Alors que de plus en plus de documents étaient déclassifiés et que l'accès du public à la technologie se développait, Schulman s'est rendu compte qu'une refonte complète était nécessaire afin de mettre en lumière de nouveaux faits et connaissances. . Ce nouveau programme entièrement mis à jour, écrit spécifiquement pour la technologie E, bénéficie des centaines d'heures que Schulman a passées aux Archives nationales, à la Bibliothèque du Congrès et à la Bibliothèque Kennedy. Bien que le matériel soit vaste, il est extrêmement lisible et organisé pour une référence facile.

Les centaines de photographies haute résolution et les 35 clips vidéo offrent un aperçu des personnes et des lieux qui figurent en bonne place dans la vie privée et politique de JFK. Les extraits détaillés du programme quotidien de JFK à la Maison Blanche et l'étendue de ses engagements quotidiens offrent un aperçu unique des problèmes auxquels il est confronté pendant sa présidence. La technologie unique permet à l'utilisateur d'examiner ces problèmes avec une approche à multiples facettes. Par exemple, l'utilisateur peut lire sur le président Kennedy et les droits civils, regarder un certain nombre de clips vidéo pertinents, enquêter sur ses réunions et son attention quotidienne à cette question, puis examiner le texte intégral des discours du président sur les droits civils.

Cette recherche solide et globale est un merveilleux ajout aux ressources disponibles sur JFK. Si vous devez vous limiter à une sélection, JFK HistoryMaker donne vie à l'homme et à ses réalisations.

Les principales sections du programme sont :
* Introduction

* Famille
* Petite enfance
* L'école
*Harvard
* Europe & Guerre
* La marine
* Le vétéran
* Candidat au Congrès
* Membre du Congrès
* Sénateur
* Mariage
*Convention de 1956
* L'élection de JFK
* Choisir l'équipe
* Un Calendrier de la Présidence
* Inauguration
* Prise de pouvoir
* Baie des cochons
* Sommet de Vienne
* Crise à Berlin
* Asie du sud est
* Économie
* JFK et le programme spatial
* Droits civiques
* Crise des missiles cubains
* Traité d'interdiction des essais
* Crise des missiles cubains
* Visite en Europe
* Santé et vie sociale
* Jackie et les enfants (un montage photo)
* Assassinat
*L'Art de la Présidence
* Héritage et bibliographie
* Calendrier de la Présidence
* Discours majeurs
* Texte intégral de toutes les conférences de presse
* Correspondance complète entre le président Kennedy et le premier ministre soviétique Khrouchtchev


Biographie de Daniel Schulman

Daniel H. Schulman est Président, chef de la direction, administrateur de la compagnie. Il était président et chef de la direction de PayPal depuis juillet 2015 a été président et chef de la direction désigné de PayPal de septembre 2014 à juillet 2015 Ancien président du groupe, Enterprise Group d'American Express Company, une société de services financiers, à partir d'août 2010 à août 2014 ? Ancien président du groupe prépayé de Sprint Nextel Corporation, un fournisseur de services de téléphonie cellulaire, de novembre 2009 à août 2010, lorsque Sprint Nextel a acquis Virgin Mobile, USA, un fournisseur de services de téléphonie cellulaire BA du Middlebury College M.B.A. de la Leonard N. Stern School of Business de l'Université de New York


Let the Record Show: Une histoire politique d'ACT UP New York, Sarah Schulman

East End Books Ptown est heureux d'accueillir à nouveau à Provincetown, avec Sarah Schulman Let the Record Show: A Political History of ACT UP New York, 1987-1993 pour un événement spécial en personne et en livre virtuel.

Inscrivez-vous sur Eventbrite pour obtenir des billets virtuels.

*Le lien Zoom peut être utilisé par tous ceux qui s'inscrivent sur eventbrite. Cliquez sur le lien Eventbrite quelques minutes avant le début de l'événement. Vous serez dans une salle d'attente virtuelle. Nous vous laisserons participer à l'événement à l'heure de début.

L'un des 32 livres LGBTQ du magazine Oprah qui changeront le paysage littéraire en 2021 et l'un des livres LGBTQ+ de Cosmopolitan à ajouter à votre liste de lecture en 2021

"Un chef-d'œuvre de recherche historique et d'analyse intellectuelle qui ouvre de nombreuses fenêtres à la fois sur un monde disparu et sur celui qui en a émergé, celui dans lequel nous vivons maintenant." --Alexandre Chee

Vingt ans dans la fabrication, Let the Record Show de Sarah Schulman est l'histoire politique la plus complète jamais assemblée d'ACT UP et de l'activisme américain contre le sida.

En seulement six ans, ACT UP, New York, une coalition large et improbable d'activistes de toutes races, genres, sexualités et origines, a changé le monde. Armé de rancœur, de désespoir, d'intelligence et de créativité, il a affronté la crise du sida avec une attaque infatigable, ingénieuse et multiforme contre les entreprises, les institutions, les gouvernements et les individus qui faisaient obstacle au traitement du sida pour tous. Ils ont pris d'assaut la FDA et le NIH à Washington, DC, et ont lancé des programmes d'échange de seringues à New York. leur programme, et a lutté – et battu – le New York Times, l'Église catholique et l'industrie pharmaceutique. Leur activisme, dans son pouvoir complexe et intersectionnel, a transformé la vie des personnes atteintes du sida et de la société fanatique qui les avait abandonnés.

Basé sur plus de deux cents entretiens avec des membres d'ACT UP et riche d'enseignements pour les militants d'aujourd'hui, Let the Record Show est une exploration révélatrice - et une réévaluation attendue depuis longtemps - du fonctionnement interne, des conflits, des réalisations et de la fracture ultime de la coalition. Schulman, l'un des écrivains et penseurs queer les plus vénérés de sa génération, explore le comment et le pourquoi, examinant, avec sa rigueur et son mordant caractéristiques, comment un groupe de parias désespérés a changé l'Amérique pour toujours, et dans le processus a créé un avenir vivable pour générations de personnes à travers le monde.

Sarah Schulman est l'auteur de plus de vingt œuvres de fiction (dont The Cosmopolitans, Rat Bohemia et Maggie Terry), de non-fiction (dont Stagestruck, Conflict is Not Abuse et The Gentrification of the Mind) et de théâtre (Carson McCullers, Manic Flight Reaction, et plus), et le producteur et scénariste de plusieurs longs métrages (The Owls, Mommy Is Coming et United in Anger, entre autres). Ses écrits ont été publiés dans The New Yorker, The New York Times, Slate et de nombreux autres médias. Elle est professeure distinguée en sciences humaines au College of Staten Island, membre du New York Institute of Humanities, récipiendaire de plusieurs bourses de la MacDowell Colony, de Yaddo et de la New York Foundation for the Arts, et a été présentée en 2018 avec Prix ​​Bill Whitehead de Publishing Triangle. Elle est également cofondatrice du MIX New York LGBT Experimental Film and Video Festival et co-directrice du projet révolutionnaire ACT UP Oral History Project. New-yorkaise de longue date, elle est une militante de longue date pour les droits des homosexuels et l'autonomisation des femmes, et siège au conseil consultatif de Jewish Voice for Peace.

« Un compte rendu important sur le terrain. . . Les lecteurs sont juste là avec les militants, écoutant leurs histoires d'eux mais aussi d'autres qui les connaissaient. . . --Kirkus (revue étoilée)

"[A] une histoire fine... Le point de vue de première main de [Schulman] et les détails abondants fournissent un témoignage précieux du courage et du dévouement de nombreux militants méconnus." --Editeurs Hebdomadaire

"Les gens parlent souvent du manuel autoritaire, et je me demande toujours quel est le contraire ? Peut-être ce livre, en fait. De bien des manières. Sarah Schulman a écrit plus qu'une histoire faisant autorité d'ACT UP NY ici-- chef-d'œuvre de la recherche historique et de l'analyse intellectuelle qui crée de nombreuses fenêtres à la fois sur un monde disparu et sur celui qui en a émergé, celui dans lequel nous vivons maintenant. Je ne peux pas penser à un livre comme celui-ci - c'est un modèle presque entièrement nouveau , uniquement possible grâce au travail de toute une vie de Schulman. En tant que l'une de nos seules iconoclastes véritablement intellectuelles, elle nous revient avec cette histoire d'un mouvement qui a changé le monde au moins une fois, maintenant une partie du travail pour changer ce monde à nouveau. Tout lecteur sera changé, je pense, par les histoires ici - radicalisées et renouvelées, ce qui pour moi est quelque chose de mieux qu'un simple espoir." --Alexander Chee, auteur de Comment écrire un roman autobiographique

"Caractéristiquement directe, Sarah Schulman nous donne l'histoire la plus complète du mouvement ACT UP à New York à ce jour à travers un large éventail d'entretiens, un commentaire tranchant et un témoignage soutenu de l'action collaborative et de son histoire. De cette histoire extraordinaire racontée avec les voix multiples des participants, Schulman indique clairement que l'histoire du VIH et du SIDA dans ce pays a été entachée par des récits populaires et des épisodes de démagogie qui ont largement omis de reconnaître les milliers de vies encore perdues chaque année à cause du SIDA, les schismes qui ont ouvert de graves les questions de pouvoir au sein du mouvement, et les manières spécifiques dont les personnes de couleur et les personnes pauvres sont restées indifférentes aux avancées scientifiques largement célébrées. Cet ouvrage nous dit également pourquoi tant de personnes deviennent des activistes : pour comprendre les forces sociales et politiques qui semblent écrasantes, pour travailler avec les autres pour mettre de l'ordre dans leur monde et trouver une communauté dans la souffrance, la colère, l'analyse et l'action. Ce livre nous fait savoir que ni notre chagrin ni notre rage ne sont terminés, et que l'œuvre de reconnaissance de tous ceux qui ont lutté et souffert reste notre tâche." --Judith Butler

"Dans le style du regretté grand Howard Zinn, Sarah Schulmam a écrit une histoire populaire épique, émouvante et importante du mouvement Act up, remplie de récits puissants et de leçons inestimables sur les choses à faire et à ne pas faire en matière d'organisation. Nous devons une grande traiter à Schulman pour la profondeur et les années de sa recherche, pour son engagement à raconter une histoire qui élève et honore un groupe plutôt que de mettre en évidence seulement quelques individus, et pour sa volonté de dire toute la vérité avec une rigueur et un amour sérieux. -V (anciennement Eve Ensler), auteur des Monologues du vagin

"Le livre remarquable de Sarah Schulman, Let the Record Show, propose un récit approfondi et correctif de l'histoire d'ACT-UP, introduisant une diversité de personnages qui ont été largement effacés de ce qui passe pour le récit officiel du VIH/SIDA. Elle apporte des reportages extraordinaires, des détails finement calibrés et sa propre expérience vécue à un livre qui est à la fois une lettre d'amour au mouvement qui a refusé de reculer alors qu'il mettait à genoux une épidémie et une feuille de route pour une nouvelle génération d'activistes aux prises avec le changement social." --Linda Villarosa, rédactrice collaboratrice, The New York Times Magazine

"Avec cœur, colère et rigueur, Sarah Schulman nous montre comment le SIDA a façonné notre monde politique en laissant les gens d'ACT UP nous raconter ce qu'ils ont fait avec leurs propres mots. Let The Record Show est plus qu'un simple livre c'est une encyclopédie, an oral history, and a map. Indeed, as the most marginalized people are again at risk during yet another viral pandemic, Schulman (and the voices she foregrounds so lovingly) gives us an activist guide for communally creating a better world. It is a masterpiece—the book on AIDS history I wish had been available for me to read years ago." --Steven Thrasher, Daniel H. Renberg Chair of Social Justice in Reporting, Northwestern University Medill School of Journalism and author of The Viral Underclass

"Sarah Schulman has achieved the near impossible in this riveting and powerful book. She writes with the knowledge and experience of a passionate insider as she lays out a detailed and deep history of ACT UP. Yet she has a sharp eye for the bigger picture, offering a broad analysis, bringing in diverse, fascinating, and illuminating perspectives. Not until this book has an author captured how ACT UP was grounded in both the feminist and civil rights movements, nor how the group spawned new movements and inspired a new generation of queer activism while dramatically influencing the course of the AIDS epidemic and making a mark on American culture. The writing is crisp and compassionate. The stories are vivid -- heroic, painful, breathtaking and joyous. Sarah Schulman has produced a definitive and monumental work." --Michelangelo Signorile, author of It's Not Over: Getting Beyond Tolerance, Defeating Homophobia and Winning True Equality


PayPal seeks to offer better financial services to the poor

Dan Schulman, PayPal's CEO, took an extraordinary measure in the summer of 2007. At the time, he was the CEO of Virgin Mobile, the American cellular company owned by billionaire Richard Branson. Virgin supported Stand Up for Kids, an organization that distributed survival kits to homeless youth. The organization's director suggested that he spend one day as a bona fide homeless person in order to better grasp what these boys and girls are forced to endure. With a week-old beard, filthy jeans, a raggedy T-shirt and blanket around his shoulders – with no cell phone, watch, money or other indication of his comfortable life – Schulman set out on the streets of Manhattan, embarking on an experience that, according to him, changed his life.

"If we wanted to eat, we had to beg for money. There’s a certain amount of deference paid to a CEO, but no one paid attention to me on the street. I consider myself a good communicator and a good salesman. It took me five hours of begging to raise less than a dollar," he wrote in an article later published in the New York Times. "My entire concept of what is important changed… Forget Starbucks and a Ŭ latte — I walked two miles to find a 25-cent cup of coffee. We slept on concrete in an abandoned skate park."

There is a link between Schulman's childhood, the day he spent as a homeless man and the business strategy and business culture that he is nurturing at PayPal, the world's largest online payment company.

He was born and raised in New Jersey. His grandfather was among the first union organizers in the Manhattan garment industry and his mother, Ruth, was an academic and human rights activist who took him to rallies as a baby. His father, Mel, who worked as a chemist, was concerned that his son would be the youngest person with an FBI record. "I was born with social activism in my DNA," he writes.

Now, it is that DNA that detemines the strategic and business agenda at PayPal – an online empire that enables merchants to receive payments and buyers to make payments on a wide variety of websites a company that is traded on NASDAQ at over ุ billion and that reported over ű billion in revenues and ũ.2 billion in profits last year.

The company's tagline for every conference, event and ad is "We put people at the center of everything we do." This statement is a popular sugar-coated corporate slogan, but at PayPal, it is accompanied by extraordinary measures.

A prominent example occurred about two months ago, when PayPal scrapped its plan to establish an operations center in Charlotte, North Carolina, which was intended to employ 400 workers. The reason: the government passed a bill that forces transgenders to use restrooms corresponding with their "biological gender."

"The new law perpetuates discrimination, and it is against the values and principles that are at the core of PayPal’s mission,” Schulman said.

The North Carolina law indeed caused extensive discussion and was subject of strong opposition from the Obama administration, but in corporate America, where many live in the closet or keep their personal opinions in them, PayPal CEO's reaction was unusual. He bound himself and his company to an issue that many consider explosive and dangerous. And that action, as evident from a conversation with him, is part of his general world view.

Banks left? PayPal came in

Last year, PayPal reached a strategic business decision considered unusual in the two worlds in which it operates – hi-tech and finance: to market PayPal to the lower class, people who are transparent and undesirables to banks, or people who do not even have a bank account. People whose poor credit (in the US) keeps financial services out of their reach. This measure will not be a donation or altruistic operation, but rather a method of generating profit in a market segment with few competitors. However, despite the obvious cynicism, one cannot help but believe Schulman's determination to spread a bit of good around the world.

According to PayPal's new vision, formulated by Schulman, "We believe that it is time to rethink money and democratize financial services, so that managing and transferring money will be a right enjoyed by all, not just by people of affluence. We believe that every individual has a right to fully participate in the global economy, and we are obligated to empower people to enhance their financial strength."

Schulman wrote similar statements in the first financial report PayPal issued as an independent company since splitting from online shopping giant eBay last year: "Our goal is to provide simple, convenient and reliable financial services and digital payment opportunities that will help fulfill the dreams, hopes and desires of millions of people and businesses around the world, including those that were not served by the traditional system."

"That's what motivated me to work at PayPal", says Schulman, 58, in an interview with Calcalist. "I grew up in a progressive household, with a family that believed in equality for all, and that leaves its mark on you. In the past, I planned to go into politics and never considered Wall Street as an option. But I believe business is committed to being a positive force. One cannot expect our governments to handle all of the issues: we have a great deal of resources and talents, and if we work together with the government and the business regulators, we will have a better chance at solving some of the world's most urgent issues."

One of these issues, says Schulman, is that "a large portion of the population receives poor financial services. In America, there is a saying: 'it is expensive to be poor.' That is true mainly in the field of financial services: 10 percent of people's available income goes toward paying unnecessary commissions and interest fees, and that is the same amount that these people spend on food. It's ridiculous there must be a solution and I'm showing that technology could play a major role in the solution."

At a time in which more people own mobile phones and have internet access than bank accounts, PayPal wants to be the easy, fast and inexpensive tool for them to manage their financial matters on their own, without begging for favors from traditional institutions.

"Over 2 billion people around the world are left out of the financial system and many others suffer from inferior service," he says. "Think of what these people would be able to do with technology and software: know their balance, income and expenses, manage their money in an easier, simpler and less expensive manner, and save more of it. This vision is relatively new to us, but it is beginning to resonate within the company. Fast Company has recently issued a report by which PayPal is fifth on the list of brands motivated by a good cause, beyond making money. I am very proud of that."

Will you give loans to the poor or, better yet – encourage them to save?

"Yes. Receiving a loan in the US requires a credit rating (known as FICO) derived of credit card usage. But what if, for example, you are an immigrant without enough history? We, on the other hand, know you and know that you are a responsible individual who pays his bills and we can use that information to grant you loans. We are currently focusing on loans for small businesses based on their history with us, and not credit rating. We have already granted Ū billion in such loans and, interestingly enough, 25 percent were granted in geographical areas in which ten banks and more have shut down their branches because their median revenues were lower than the national average.

"To improve your financial stability, we will help you understand how to manage your money to save for your kids' college education or an emergency, instead of taking out an expensive loan. The customer will look at the expenses and say: 'I didn’t know that I spend 踰 a month on entertainment. Can you give me a warning when I hit 跌, so I can save the remaining 贄 in an account for holiday gifts for my kids?'"

PayPal is currently busy developing and enhancing the tools that will enable this, alongside another service that may help the lower and middle classes: debt management. If you own a small business that allows for payment by credit or if you are an individual forced to borrow money from your friends, you can ask PayPal to pay the loan on time or remind customers to repay their debt.

It sounds like you are becoming more like the banks and the banks are trying to be more like PayPal.

"I don’t think that's the case. I think that we and the banks approach the market with what we know and, in some cases, there are many opportunities for us to work together. We have recently acquired Xoom, an international money transfer system using mobile phones. Using this service, the money is immediately transferred to the recipient's bank account, without a 3-day waiting period, without waiting in line and without using mediators – thus the cost is 33-50 percent lower than that of a standard international money transfer. This is an example of a perfect partnership between companies like ours and the traditional banking system. We used to want to do everything ourselves at PayPal, but I think that the financial system's best option consists of collaborations. No one can say that democratizing financial services is bad. It is good for communities, countries, the global economy and educational progress. That is the objective and we are all rallying around it."

Cash will not die

Schulman speaks quietly, almost whispering, and he lacks the mannerisms and ego that are so prevalent among executives of his caliber. He is tall and thin, simply dressed in a black Polo shirt and blue jeans, showing no sign of his tailored past as president of Enterprise Growth at American Express.

PayPal's CEO, a Jew, arrived in Israel early last week for an intense 2.5-day visit during which he visited the company's R&D centers in Israel. "This is my first visit to Israel as part of my job, but it's probably my 15th time in the country," he says and laughs. "As a child, I picked avocado in the Pardess Hannah orchards. After that, any job is easy."

Later, we will discover that he dabbles in Hebrew as well and that he starts every day with a Krav Maga workout. The IDF combat method has become a hit in the US.

But one must not be fooled by Schulman's soft voice or casual demeanor. He joined PayPal in September 2014, when it was still owned by eBay, as the person designated to lead it on a new and independent path.

After more than a decade under eBay's management, the companies decided to part ways and PayPal executed a spinoff and issuance. The starting point was not easy: in a Fortune article, Keith Rabois - among PayPal's first employees and currently a venture capital investor - described the years under eBay as "the lost years." Services like Apple Pay, Android Pay and Square enabled simple and quick digital payment at a press of a Smartphone button and it seemed like PayPal was stuck.

However, about a year after the official split, it seems that Schulman is managing to keep the past behind. PayPal currently generates more money, employs more people and is traded at a value higher than eBay. Last week's Financial Times's global brand rating valued the PayPal brand at ฟ.9 billion, up 23 spots compared to 2015. It is not only ahead of eBay, but also ahead of established and veteran companies like Ford, Siemens, KFC, Costco and Pepsi.

What has changed at PayPal this year?

"The spinoff and issuance were very important. Our industry is like a chess board with many pieces in motion and it was essential for us to decide when to play and which tools to use. As part of eBay, many merchants, retailers and technology companies felt that although we are their partners, we are actually also competitors. That has completely disappeared. Today, we have affiliations and partnerships that we couldn’t have had before—with Facebook, AliBaba and leading cellular providers around the world. And still, this is just the beginning and there's a lot of work ahead."

Did becoming a public company have an impact?

"Even as part of eBay, we cared about our shareholders. But we do not manage our business on a quarterly basis and do not live from one quarter to the next. We rather think of the medium- and long-term while meeting the commitments to our investors. So far" – he knocks on the wooden table three time – "we've manage."

What should be expect in the long term, in 10 or 20 years from now? Will this be the end of cash money?

Schulman smiles. "Many people are wrong to predict the death of cash and I am not among them. Eighty-five percent of transactions today are made in cash and will continue to be in cash for a long time to come. However, as Smartphone use increases, money will undergo further digitization processes. There are two reasons for this: first, more and more people around the world will use their phone to manage their money. Secondly, a grand revolution is already underway: people use their phone to shop when they are at the store or on their way there, and retailers can offer them much more.

"I can take a bus, order dinner at a restaurant and pick up my order without waiting on line—all using my phone. The restaurant knows which sandwiches I like, sends special offers to my phone so that I'll eat there again, and I save time and money. That is the greatest promise of digital commerce. And we want to be the operating system that provides 100 percent of the checkout solution, a platform that enables simple and easy payment with PayPal, but also with Apple Pay, Android Pay credit cards, benefits, splitting the devices – whatever the customer wants. We want to be part of the next revolution of contextual commerce: the idea is that instead of the customer visiting the seller's site the seller will find the buyer wherever he is. If you read a blog or e-mail, you can shop directly from there. For us, that is a great opportunity."

Violating privacy? Bad for business

Throughout his entire career, Schulman was a practical person who juggled between the financial and technological worlds. At Princeton High School in New Jersey, he took more of an interest in sports than in studies, making it difficult for him to enroll in college. As such, he worked as a truck driver for Princeton University for six months until he was accepted to Middlebury College to study economics and later studied toward an MBA at the prestigious NYU.

His first "real" job was at AT&T, as an account manager. It was a low ranking position in which he had to wear the same suit for three months before he saved enough money to buy a new one. Eighteen years later, when he left AT&T, he was president of the Consumer Division. That was in 1999, the height of the dot-com hype. Schulman joined the fun with Priceline.com, was appointed CEO, and resigned after two years, when he was recruited to establish Virgin Mobile in the US. In 2010, he left the hi-tech companies behind and took a senior position at American Express.

This career move prepared him for his current position. Like him, PayPal has been navigating between the financial and technological worlds for years. PayPal was founded in 1998 as a button for executing digital payments. It merged with Elon Musk's x.com, survived the 2001 dot-com crisis and became a giant in Fintech—the term currently used to combine technology and finance—even before this term was in use. Fintech is one of the most desirable adjectives that can be applied to a company nowadays: according to an Accenture study published last week, global Fintech investments in the first quarter of 2016 reached a record of ŭ.3 billion.

Silicon Valley claims that Fintech is a bubble, others say that it is the future. What do you think?

"I think that we are just scratching the surface of digitizing money. We are still at a very early stage of the game. The overall digital payment market generates almost 贄 trillion. This industry will peak, and when it does, many will enjoy it. There won't be just a single company holding over 10 percent of the market. Many companies focus only on consumers or merchants, but for a payment system to succeed—it takes both—and that's what we do. We currently have 184 million accounts for consumers who pay with PayPal and another 14.5 million merchants, and we want to offer them all of the services they need."

That is also the vision of other internet giants with deep pockets, like Google, AliBaba and Amazon. Are you concerned by competition from them?

"Every company has competition and if you deny it, you shouldn’t be in business. For me, competition is like gravity: I don’t wake up in the morning thinking about gravity pulling me down as I get out of bed. It's simply part of life. If you focus too much on your competitors, you might be involved in the "Me too" strategy instead of differentiating yourself based on your customers' real needs."

In the process, you—along with all of the internet giants and companies that you serve—collect a great deal of personal information about us. Many are concerned with this power that you have.

"I think that a consumer must be able to feel confident that his information is secure, and a company that violates this principle won't be able to be a leading brand. We always want to create a simpler and friction-free technology and provide more value, but it must be done with the consumer's consent. Our business is offering our customers better services using the information and data that we collect, and not selling it to others."

Global transactions, Israeli security

"Our cyber team in Israel is our most important feature"

With all due respect to innovation, efficiency and special features, the most dramatic issue for PayPal and companies of its sort is security. There is nothing more sensitive than having access to other people's money and the margin for error is zero. One massive error could seal the fate of the company and send it to the graveyard of unreliable companies. PayPal's Israeli branch is responsible for this substantial issue through the cyber division in Be'er Sheva (based on the CyActive startup acquired last year —ed.) and the risk management and fraud prevention center in Tel Aviv.

"We have over 200 employees in Israel—cyber professionals, analysts and scientists—and they are most likely the most important feature that we offer our customers," says Schulman.

According to him, the online payment company's approach to cyber is a bit different than the customary approach in the field. "Most companies focus on fraud prevention, ensuring that no bad things happen. We want to analyze the data that we have to make money transfer easier. For example, we recently launched a service called One Touch, which saves the need for entering a user name and password every time in order to execute payments and money transfers. The algorithms that we developed enable us to identify who the user is without these details."

To what extent can you or any other company really be hacker-proof? After all, no system is 100 percent safe.

"As the world progresses towards software and digital, it becomes more vulnerable to cyber attacks and malware. An average American company is attacked over 4 million times a year and financial services companies are attacked all the time. Good protection can be provided by combining sophisticated firewall systems that prevent access from unwanted people and models that distinguish normal and unusual conduct for those already inside. Our platform processes over 6 billion transactions per year and the data compiled in their regard enables us to identify and prevent a problematic transaction. Algorithms are like weapons for which the ammunition is data and the more ammunition they have, the stronger they are."


Daniel Schulman (writer)

Daniel Schulman is an American author and journalist. He is a senior editor at the Washington, D.C. bureau of Mother Jones. [1] In 2014, he wrote the book Sons of Wichita, a biography of the Koch family. [1] [2] [3] In 2015, Schulman, along with David Corn, released a story in Mother Jones questioning whether Bill O'Reilly's story about his coverage of the Falklands War was accurate. [4]

  1. ^ uneb Gold, Matea (23 May 2014). "Review of Koch brothers biography, 'Sons of Wichita,' by Daniel Schulman". Washington Post . Retrieved 3 August 2015 .
  2. ^
  3. Lemann, Nicholas (25 May 2014). "Billionaire Boys Club". New York Times . Retrieved 3 August 2015 .
  4. ^
  5. Kelly, Jim (June 2014). "Koch Classic". Vanity Fair . Retrieved 3 August 2015 .
  6. ^
  7. Scott, Adriana (20 February 2015). "Views You Can Use: O'Reilly's War Stories". US News & World Report . Retrieved 3 August 2015 .

This article about an American journalist is a stub. You can help Wikipedia by expanding it.


Contenu

Eli Schulman was born in 1910 on the West Side of Chicago. [4] In 1940, he started his first venture in the restaurant business with a popular coffee shop called Eli's Ogden Huddle. [5] He followed Eli's Odgen Huddle with Eli's Stage Delicatessen, where several notable performers dined.

Eli's The Place For Steak Edit

In 1966, Eli's The Place for Steak was opened and the celebrities followed. [5] Celebrities such as Frank Sinatra, Sammy Davis Jr., Gale Sayers, and Henny Youngman all spent time dining at Eli's The Place for Steak. [6] During the late 1970s, Eli Schulman developed the original plain cheesecake as the signature dessert for Eli's The Place for Steak. The cheesecake represented the restaurant at the first Taste of Chicago in 1980, and it eventually became the festival's most popular dessert, with about 2 million slices sold as of 2005. [7] After being open for 39 years, Eli's The Place for Steak closed in 2005. [1] [8]

Eli's Cheesecake Company Edit

Eli's Cheesecake Company became its own company soon after the first Taste of Chicago in 1980 with a small North Side plant. [8] In 1996, Eli's Cheesecake Company moved to its current location in Chicago's Dunning neighborhood. [1] [8] The new location, called Eli's Cheesecake World, includes a 62,000-square-foot (5,800 m 2 ) state-of-the-art antique bakery, bakery cafe, and corporate offices. [1] [8] Eli's Cheesecake products get shipped to customers all over the U.S. and to stores internationally. [9] Eli's is also available via a cooperation with Lou Malnati's through Lou Malnati's Tastes of Chicago, which provides Chicago-style cuisine nationally.

Eli Schulman's son, Marc Schulman, became president of Eli's Cheesecake in 1984 and has been running the company since his father's death on May 8, 1988. [4] Later in 1988, a playground across from the street from Eli's the Place for Steak was dedicated in Eli's memory and named the "Eli M. Schulman Playground". [dix]

In November 2015, The Eli's Cheesecake Company launched their first cookbook, The Eli's Cheesecake Cookbook: Remarkable Recipes from a Chicago Legend. The cookbook pays homage to founder Eli M. Schulman and includes 40 different recipes, including Eli's Cheesecake's classic cheesecakes such as Original Plain, Chocolate Chip, and Banana Chocolate, plus recipes from Eli's famous Chicago steakhouse, like Shrimp deJonghe. Aside from the recipes, the cookbook gives anecdotes from president Marc Schulman, wife Maureen Schulman, and a commentary from Chicago radio personality, Rick Kogan.

Eli's has made cheesecakes for four American presidential inaugurations. In both 1993 and 1997, it made 2,000 pound cheesecakes for Bill Clinton's inauguration ceremonies. [11] [12] In January 2009, Eli's produced a 500-pound cheesecake for Barack Obama's inaugural ball, and in January 2013, the company made a 500-pound cheesecake for Obama's Inaugural Staff Ball. [13] [14] [15]

Eli's Cheesecake made a 2,000-pound cheesecake to commemorate the Burnham Plan Centennial on June 27, 2009, as well as the twenty-ninth anniversary of the Taste of Chicago and Eli's Cheesecake. [16] Eli's has also made cheesecakes over the years for events such as Hillary Clinton's 50th birthday, Disney World's 25th birthday, Abraham Lincoln's Birthday Bicentennial Banquet (which President Barack Obama attended), Chicago's 150th birthday and Illinois' Governor Pat Quinn's inauguration in 2011. [17] [18] [19] [20] In 2015, Eli's made a cake for the James Beard Awards Welcome Reception in Chicago. Eli's Cheesecake continues to be favorite at the Taste of Chicago. [3]

Eli's has also been featured on some popular television shows, such as The Tonight Show with Jay Leno et The Oprah Winfrey Show. [20] In May 2012, Eli's Cheesecake was featured on ABC World News with Diane Sawyer in a special called "Made in America". [9]

Eli's partners with schools and organizations such as Wilbur Wright College, the Chicago High School for Agricultural Sciences (CHSAS), Vaughn Occupational High School, the New Horizon Center for Developmentally Disabled, the Greater Chicago Food Depository, the Illinois Department of Human Services, Top Box and Refugee One. Eli's supports CHSAS students by buying their wildflower honey and using it in its cheesecakes, as well as providing job-shadowing opportunities. The Greater Chicago Food Depository and Eli's partner for special food drive events like the Magnificent Mile Lights Festival as well as food donations throughout the year. Eli's was honored by the Department of Human Services with the Spotlight Award, which recognizes companies who advocate for people with disabilities.


About the author

Sarah Schulman

Sarah Schulman is the author of more than twenty works of fiction (including The Cosmopolitans, Rat Bohemia, et Maggie Terry), nonfiction (including Stagestruck, Conflict is Not Abuse, et The Gentrification of the Mind), and theater (Carson McCullers, Manic Flight Reaction, and more), and the producer and screenwriter of several feature films (The Owls, Mommy Is Coming, et United in Anger, among others). Her writing has appeared in Le new yorker, Le New York Times, Slate, and many other outlets. She is a Distinguished Professor of Humanities at College of Staten Island, a Fellow at the New York Institute of Humanities, the recipient of multiple fellowships from the MacDowell Colony, Yaddo, and the New York Foundation for the Arts, and was presented in 2018 with Publishing Triangle's Bill Whitehead Award. She is also the cofounder of the MIX New York LGBT Experimental Film and Video Festival, and the co-director of the groundbreaking ACT UP Oral History Project. A lifelong New Yorker, she is a longtime activist for queer rights and female empowerment, and serves on the advisory board of Jewish Voice for Peace.

Sarah Schulman

Drew Stevens


Voir la vidéo: How to Get Society Back on Its Feet in 2021: Perspectives from the Public and Private Sector (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Brademagus

    Il me semble que cela a déjà été discuté, utilisez la recherche sur le forum.

  2. Delaney

    Votre idée est tout simplement excellente

  3. Brown

    Spécialement inscrit au forum pour vous en dire beaucoup pour ses informations, je voudrais aussi quelque chose que vous pouvez aider?

  4. Rique

    Sur notre site stratégiquement important, vous trouverez des plans de construction pour les zones résidentielles des envahisseurs impudents. L'anarchie surgit ici et maintenant !



Écrire un message