Podcasts sur l'histoire

Système National de Transport Aérien du Tchad - Historique

Système National de Transport Aérien du Tchad - Historique


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

TCHAD

nombre de transporteurs aériens enregistrés : 1 (2015)
inventaire des aéronefs immatriculés exploités par des transporteurs aériens : 1 (2015)
trafic annuel de passagers sur les transporteurs aériens enregistrés : 28 332 (2015)
trafic de fret annuel sur les transporteurs aériens enregistrés : mt-km (2015)

Aéroports -total : 9 (2017)
plus de 3 047 m : 2 (2017)
2 438 à 3 047 m : 4 (2017)
1 524 à 2 437 m : 2 (2017)
moins de 914 m : 1 (2017)
Aéroports - avec des pistes non pavées : Cette entrée donne le nombre total d'aéroports avec des pistes non pavées (surfaces en herbe, en terre, en sable ou en gravier) par longueur. Pour les aéroports avec plus d'une piste, seule la piste la plus longue est incluse selon les cinq groupes suivants - (1) plus de 3 047 m (plus de 10 000 ft), (2) 2 438 à 3 047 m (8 000 à 10 000 ft), (3) 1 524 à 2 437 m (5 000 à 8 000 pi), (4) 914 à 1 523 m (3 000 à 5 000 pi) et (5) moins de 914 m (moins de 3 000 pi). Seuls les aéroports avec des pistes utilisables sont inclus dans cette liste. plus d'aéroports - avec une liste de champs de pistes non pavées
total : 50 (2013)
plus de 3 047 m : 1 (2013)
2 438 à 3 047 m : 2 (2013)
1 524 à 2 437 m : 14 (2013)
914 à 1 523 m : 22 (2013)
moins de 914 m : 11 (2013)
Canalisations :

582 km d'huile (2013)
Routes :
total : 40 000 km (2018)
note : se compose de 25 000 km de routes nationales et régionales et de 15 000 km de routes locales ; 206 km de routes urbaines sont asphaltées
Voies navigables : (les rivières Chari et Legone ne sont navigables que pendant la saison des pluies) (2012)


Informations COVID-19 : Tous les voyageurs internationaux sont tenus de présenter un certificat de test COVID-19 négatif daté de moins de 72 heures avant leur arrivée au Tchad, de s'isoler dans le pays pendant 7 jours et de passer un autre test. Les masques sont obligatoires et les déplacements à l'intérieur du pays sont limités.
(Informations mises à jour le 12 novembre 2020)

Tchad (Arabe: اد, Français: Tchad) est l'un des pays les plus pauvres et les plus corrompus du monde, avec la plupart de ses habitants vivant dans la pauvreté en tant qu'éleveurs et agriculteurs de subsistance.

En raison de son éloignement de la mer et de son climat désertique, le Tchad est parfois décrit comme le « Cœur mort de l'Afrique ».

Tchad saharien
La partie nord du pays, qui est aussi la plus sèche.
Tchad sahélien
L'emplacement de la capitale, cette région est la partie centrale du Tchad.
Tchad Soudanais
Dans la partie sud (soudanienne) du Tchad, le climat est plus humide.
  • 12.11 15.05 1N'Djaména — la capitale nationale et la plus grande ville
  • 8.5666666666667 16.083333333333 2Moundou — la deuxième plus grande ville du pays
  • 13.833055555556 20.834722222222 3Abéché — capitale de la province du Ouaddaï et capitale historique de l'empire Ouaddaï
  • 17.93 19.103055555556 4Faya — plus grande ville du nord du pays

Historique Modifier

Depuis plus de 2000 ans, le bassin tchadien est habité par des peuples agricoles et sédentaires. Le plus ancien d'entre eux était le légendaire Sao, connu à partir d'artefacts et d'histoires orales. Le Sao est tombé aux mains de l'empire du Kanem, le premier et le plus ancien des empires qui se sont développés dans la bande sahélienne du Tchad à la fin du 1er millénaire de notre ère. Le pouvoir du Kanem et de ses successeurs reposait sur le contrôle des routes commerciales transsahariennes qui traversaient la région.

L'expansion coloniale française a conduit à la création de la Territoire Militaire des Pays et Protectorats du Tchad en 1900. En 1920, la France avait obtenu le contrôle total de la colonie et l'avait incorporée à l'Afrique équatoriale française. Les Français considéraient principalement la colonie comme une source sans importance de main-d'œuvre non qualifiée et de coton brut. L'administration coloniale au Tchad manquait cruellement de personnel et devait compter sur la lie de la fonction publique française.

Capitale N'Djaména
Monnaie Franc CFA d'Afrique centrale (XAF)
Population 15,4 millions (2018)
Électricité 220 volts / 50 hertz (fiches et prises d'alimentation CA : types britanniques et apparentés, type E, Schuko, Europlug)
Code postal +235
Fuseau horaire UTC + 0h00
Urgences 17 (police), 18 (services médicaux d'urgence), +235-22-51-42-42 (pompiers)
Côté conduite droit
modifier sur Wikidata

Quinze mille soldats tchadiens se sont battus pour la France libre pendant la Seconde Guerre mondiale et après la fin de la guerre, la France a accordé au Tchad le statut de territoire d'outre-mer et à ses habitants le droit d'élire des représentants à la fois à l'Assemblée nationale française et à une assemblée tchadienne. Le Tchad obtient son indépendance le 11 août 1960 avec François Tombalbaye comme premier président. Deux ans plus tard, Tombalbaye interdit les partis d'opposition et instaure un système de parti unique. En 1965, les musulmans ont commencé une guerre civile. Tombalbaye est renversé et tué en 1975, mais l'insurrection continue. En 1979, les factions rebelles ont conquis la capitale et toute l'autorité centrale du pays s'est effondrée. La désintégration du Tchad a provoqué l'effondrement de la position de la France dans le pays, et une guerre civile dans laquelle les Libyens se sont impliqués (sans succès).

Un semblant de paix a finalement été rétabli en 1990. Le gouvernement a finalement rédigé une constitution démocratique et a organisé des élections présidentielles imparfaites en 1996 et 2001. En 1998, une rébellion a éclaté dans le nord du Tchad, qui éclate sporadiquement malgré plusieurs accords de paix entre le gouvernement. et les rebelles. En 2005, de nouveaux groupes rebelles ont émergé dans l'ouest du Soudan et ont mené des attaques de sondage dans l'est du Tchad. Le pouvoir reste entre les mains d'une minorité ethnique. En juin 2005, le président Idriss Deby a remporté un référendum pour supprimer les limites constitutionnelles du mandat. En février 2008, une tentative de coup d'État a secoué la capitale. Une autre tentative de coup d'État a eu lieu en 2013.

Climat Modifier

Chaque année, un système climatique tropical connu sous le nom de front intertropical traverse le Tchad du sud au nord, apportant une saison des pluies qui dure de mai à octobre au sud, et de juin à septembre au Sahel.

Paysage Modifier

Le paysage du pays comprend de vastes plaines arides au centre, un désert au nord, des montagnes au nord-ouest et des plaines au sud. Point le plus bas : Dépression de Djourab (160 m/525 ft). Point culminant : Emi Koussi (3 415 m/11 204 ft).

La structure physique dominante est un large bassin délimité au nord, à l'est et au sud par des chaînes de montagnes telles que le plateau de l'Ennedi au nord-est. Le lac Tchad, dont le pays tire son nom, est le vestige d'un immense lac qui occupait 330 000 km 2 (205 000 mi 2 ) du bassin tchadien il y a 7 000 ans. Bien qu'au 21e siècle il ne couvre que 17 806 km 2 (11 064 mi 2 ) et que sa superficie soit soumise à de fortes fluctuations saisonnières, le lac est la deuxième zone humide d'Afrique.

Les principales langues du Tchad sont l'arabe et le français. Peu de Tchadiens autres que les instruits et les grands voyageurs parlent l'arabe littéraire. Cependant, un dialecte de l'arabe connu sous le nom d'"arabe tchadien" est beaucoup plus répandu et est la chose la plus proche du pays d'une langue commerciale. L'arabe tchadien est très différent de l'arabe littéraire, mais similaire aux dialectes du Soudan et de l'Égypte. Les arabophones littéraires peuvent généralement comprendre l'arabe tchadien, mais l'inverse n'est pas vrai. Plus d'une centaine de langues indigènes sont également parlées.

Visa Modifier

Pour tous les autres, un visa est nécessaire. Un visa à entrée unique coûte 100 $ US pour 1 mois et les visas à entrées multiples coûtent 150 $ US (3 mois) ou 200 $ US (6 mois). Une lettre d'invitation est requise.

En avion Modifier

Air France propose des vols quotidiens de Paris à N'Djaména. Ethiopia Airlines dessert Addis-Abeba, Turkish Airlines vers Istanbul, Royal Air Maroc vers Casablanca, Sudan Airways vers Khartoum, Egypt Air vers Le Caire et Camair-co vers Douala.

En train Modifier

Il n'y a pas de liaisons ferroviaires utilisables.

En voiture Modifier

La Libye a « temporairement » fermé sa frontière terrestre avec le Tchad en décembre 2012. On ne sait pas quand la frontière rouvrira.

Les routes sont en mauvais état et ne sont généralement pas goudronnées - il n'y a qu'une seule route goudronnée, qui va de Massakory au nord en passant par N'Djamena jusqu'à Guelendeng, Bongor, Kelo, Moundou, Doba, Koumra, Sarh et Kyabe. C'est la meilleure route du pays, mais il y a encore de nombreux nids-de-poule et comme elle traverse le centre d'un certain nombre de petits villages, les conducteurs doivent faire preuve de prudence et de vitesses modérées même sur la route principale. La section la plus récente de la route (de Moundou à Kyabe) est toujours en assez bon état en 2019.

Il existe plusieurs postes frontaliers avec le Cameroun, notamment via Kousseri près de N'Djamena et près des villes de Bongor et Léré. Soyez très prudent, conduisez de manière défensive et ne vous arrêtez pas sauf en cas d'absolue nécessité. Ne conduisez pas la nuit, car coupeurs de route (bandits de la route) sont fréquents. Ils sont particulièrement préoccupants le long des deux routes partant de Guelendeng, vers Ba-Illi (où des expatriés ont été attaqués lors de deux incidents distincts en 2005, entraînant la mort d'une religieuse catholique) et vers Bongor.

En bus Modifier

A N'Djamena il y a des véhicules taxis. Dans certaines grandes villes, comme Moundou et Sarh, il existe des "clandos" - des taxis motos - pour se déplacer en ville.

En octobre 2018, une compagnie aérienne nationale tchadienne a été lancée, Tchadia Air. Il est basé à N'Djamena, avec des vols réguliers vers Abéché, Bangui, Douala, Faya-Largeau, Kano, Khartoum, Moundou, Niamey et Sarh.


Climat du Tchad

La large gamme de latitudes du Tchad (qui s'étendent vers le sud depuis le tropique du Cancer sur plus de 15°) correspond à une gamme climatique qui varie de tropical humide et sec à aride chaud. Dans les villes de Moundou et de Sarh, dans la zone tropicale humide et sèche, entre 32 et 48 pouces (800 et 1 200 mm) de pluie tombe chaque année entre mai et octobre. Dans la zone tropicale semi-aride centrale (Sahel), où se situe N'Djamena, entre juin et septembre, entre 12 et 32 ​​pouces (300 et 800 mm) de pluie tombe. Dans le nord, les pluies sont rares, avec une moyenne annuelle de moins d'un pouce enregistrée à Largeau.

Le Tchad a donc une saison des pluies relativement courte. La saison sèche, qui dure de décembre à février partout dans le pays, est relativement fraîche, avec des températures diurnes du milieu des années 80 au milieu des années 90 F (supérieures des 20 au milieu des 30 C) et des températures nocturnes qui chutent au milieu des années 90. 50s F (faible à mi-10s C). A partir de mars, il fait très chaud jusqu'aux premières fortes pluies. A N'Djamena, par exemple, les températures diurnes sont en moyenne de plus de 100°F (38°C) entre mars et juin. De fortes pluies commencent à N'Djamena en juillet et les températures diurnes moyennes chutent à 90 degrés Celsius (milieu de 30 degrés Celsius), mais les températures nocturnes restent dans les années 70 degrés F (20 degrés Celsius) jusqu'au début de la saison sèche et fraîche de N'Djaména. en novembre.


Système National de Transport Aérien du Tchad - Historique

NOM OFFICIEL : République du Tchad
CAPITALE : N'Djaména
SYSTÈME DE GOUVERNEMENT : République à régime transitoire
SUPERFICIE : 1 284 640 Km² (496 002 Mi²)
ESTIMATION DE LA POPULATION 2000 7 068 300

EMPLACEMENT ET GÉOGRAPHIE : Le Tchad est un pays enclavé situé en Afrique centrale du Nord. Il est délimité par la Libye au nord, le Soudan à l'est, la République centrafricaine au sud, le Cameroun et le Nigeria au sud-ouest et le Niger à l'ouest. Le pays est principalement un plateau aride et semi-désertique au bord du désert du Sahara. Sa caractéristique principale est le large bassin peu profond du lac Tchad dans le sud et le sud-ouest du pays, à partir de là, la terre s'élève progressivement vers des plateaux au sud tandis qu'au nord du bassin, la terre s'élève jusqu'au plateau de l'Ennedi et au Tibesti volcanique. Gammes. Pour la plupart, la végétation du pays est généralement constituée de broussailles désertiques ou de steppes. Le Logone et le Chari sont les seuls fleuves permanents qui se jettent dans le lac Tchad au sud-ouest, la plupart des autres fleuves n'ayant qu'un débit saisonnier. Grandes villes (est. pop.) N'Djamena 529 600, Moundou 281 500, Sarh 198 100, Abéché 187 800 (1993). Utilisation des terres boisée 26%, pâturages 36%, agricole-cultivée 2%, autres 36% (1993).

CLIMAT : Le Tchad a trois zones climatiques, (1.) une zone subtropicale dans la ceinture des pluies équatoriale au sud avec une saison humide de mai à novembre et une saison sèche de septembre à avril. (2.) Une zone sahélienne dans la région centrale qui a une saison sèche plus longue et une brève saison humide entre juin et septembre. (3.) La zone saharienne dans la région nord qui a un véritable climat désertique avec des conditions chaudes et arides et est presque entièrement sans pluie. Les précipitations annuelles moyennes à N'Djamena sont de 744 mm (29 pouces) et les températures moyennes vont de 14 à 35 degrés Celsius (57 à 91 degrés Fahrenheit) en décembre à 23 à 42 degrés Celsius (73 à 108 degrés Fahrenheit) en août .

POPULATION : Quelque 200 ethnies composent la population du Tchad avec des groupes arabes et arabisés au nord et des païens ou kirdi au sud. Les Sara, Bagirmi et Kreish représentent environ 31 % de la population tandis que les Arabes soudanais en représentent 26 %, les Teda ou Tubu 7 % et les Mbun 6,5 %. Les autres appartiennent à divers groupes minoritaires tribaux.

STATISTIQUES DÉMOGRAPHIQUES/VITALES : Densité 5 personnes par km² (12 personnes par miles carrés) (1991). Urbain-rural 23,9 % urbain, 76,1 % rural (1986). Répartition par sexe 49,3 % d'hommes, 50,7 % de femmes (1990). Espérance de vie à la naissance 43,9 ans pour les hommes, 47,1 ans pour les femmes (1990). Répartition par âge 43 % moins de 15 ans, 26 % 15 à 29 ans, 16 % 30 à 44 ans, 9 % 45 à 59 ans, 5 % 60 à 74 ans, 1 % 75 ans et plus (1990). Taux de natalité 42,3 pour 1 000 (1988). Taux de mortalité 19,0 pour 1 000 (1988). Taux d'augmentation 23,3 pour 1 000 (1988). Taux de mortalité infantile 157,0 pour 1 000 naissances vivantes (1988).

RELIGIONS : Environ 44% de la population suit les croyances musulmanes, principalement les tribus du nord et du centre tandis que 23% de la population suit les croyances tribales indigènes locales. Le christianisme représente 33 % de la population, dont 21 % de catholiques romains et 12 % de protestants.

LANGUES : Les langues officielles sont l'arabe et le français, cependant moins de 5% de la population comprend ou parle le français. L'arabe est largement utilisé dans les régions du nord et du centre, tandis que le sara est largement parlé au sud.

FORMATION : 25 ans ou plus et ayant atteint : N/A. Population alphabétisée âgée de 15 ans ou plus 29,8 % (1990).

HISTOIRE MODERNE - DE LA DEUXIÈME GUERRE MONDIALE À 1993 : Après la Seconde Guerre mondiale, des milliers de personnes ont été envoyées pour travailler sur les chemins de fer dans ce qui est maintenant le Congo et ne sont jamais revenues. En 1960, le Tchad a accédé à l'indépendance et en 1962, le gouvernement dirigé par François Tombalbaye a purgé tous ses rivaux et a établi un État à parti unique. En 1966, un groupe de nordistes majoritairement musulmans a formé une organisation rebelle appelée Front de libération nationale du Tchad (CNLF). Au milieu des années 60, la guerre civile éclate entre le CNLF et les troupes gouvernementales. En 1971, le CNLF a commencé à recevoir des fournitures militaires de la Libye alors que le président libyen avait l'espoir d'intégrer le Tchad à la Libye. En 1973, les forces libyennes ont occupé une région appelée la bande d'Aozou le long de la frontière nord du Tchad. En 1975 Prés. Tombalbaye a été assassiné par les militaires qui ont renversé le gouvernement. Le général Malloum, une Sara et chef de l'armée est devenu président du nouveau régime militaire. En 1978, les combats se sont poursuivis jusqu'à ce que les rebelles, avec le soutien de la France, capturent près de la moitié de l'armée tchadienne. En 1982, Habré, l'ancien ministre de la Défense, devient Premier ministre et demande aux troupes libyennes de se retirer. En 1986, les Français ont envoyé des troupes pour retirer les troupes libyennes de la partie nord occupée du Tchad et les ont forcées à quitter le Tchad, à l'exception de la bande d'Aozou. Les deux pays ont alors convenu de signer une trêve. En novembre 1988, une réconciliation entre le gouvernement et les factions de l'opposition a permis à de nombreux chefs rebelles d'être intégrés au gouvernement. En avril 1989, Habré a survécu à une tentative de coup d'État militaire et en novembre 1990, les forces dirigées par le général Idriss Deby sont entrées dans la capitale lorsque Habré et son gouvernement étaient au Cameroun et ont pratiquement pris le contrôle sans opposition. Il a promis des élections multipartites et, le 4 mars 1991, a nommé Jean Alingue Bawoyeu Premier ministre. Le 18 mars 1991, deux anciens groupes d'opposition, la Révolution populaire tchadienne et le Front national d'origine pour la libération du Tchad, ont accepté de rejoindre le président. Mouvement patriotique du salut de Deby. En mai 1991, l'ancien président Goukouni Oueddei est revenu pour discuter d'un système de gouvernement multipartite prévu pour 1992. Le 5 septembre 1991, le Tchad a signé un accord de sécurité avec la Libye pour améliorer la coopération bilatérale. En septembre 1991, des dizaines de personnes ont été tuées dans une mutinerie de l'armée par les troupes fidèles à Habré dans le nord du Tchad. Le 3 janvier 1992, la France a déployé 450 soldats au Tchad pour aider à mettre fin au conflit dans l'est du Tchad par le Mouvement pour le développement et la démocratie (MDD). En février 1992, une tentative de coup d'État contre Pres. Deby a entraîné la mort de 12 personnes et le rapatriement de 4 humanitaires français après que le gouvernement a affirmé que des résidents français étaient impliqués. En mai 1992, cinq partis politiques ont été officiellement reconnus en vue d'élections multipartites tandis qu'en juin 1992 il y a eu une autre tentative de coup d'État, qui a conduit le colonel Abbas Koty à fuir le pays. Le 24 juin 1992, le gouvernement et le MDD ont signé un accord pour mettre fin aux hostilités, bien que le 30 octobre 1992, des combats aient de nouveau éclaté. Le 15 janvier 1993, la Conférence nationale a été officiellement ouverte par le président. Deby, cependant, quatre jours plus tard, la conférence était suspendue. À la fin du mois, il y a eu une tentative de coup d'État au nom d'un ancien président, Hissène Habré, tandis que le prés. Deby était à l'étranger. En février 1993, la Conférence nationale s'est réunie à nouveau avec 40 partis d'opposition, 20 organisations et 6 groupes rebelles ayant l'intention de faire des déclarations, bien que le MDD ait poursuivi son conflit armé dans la région du lac Tchad. En mars 1993, quelque 15 000 civils du sud du Tchad ont fui vers la République centrafricaine à la suite des massacres perpétrés par les troupes gouvernementales. En avril 1993, la Conférence nationale a adopté une charte de transition et élu Fidele Moungar au poste de Premier ministre, bien que Delwa Kassire Koumakoye ait remplacé Moungar en tant que Premier ministre en octobre 1993 après un vote de défiance. Toujours en octobre, le gouvernement a déjoué une autre tentative de coup d'État qui a entraîné la mort du colonel Koty.

MONNAIE : La monnaie officielle est le Franc CFA (Communaute Financière Africaine-FCFA) divisé en 100 Centimes.

ÉCONOMIE : Produit national brut 1 248 000 000 USD (1993). Dette publique 704 600 000 $ US (1993). Importations 102 820 000 000 FCFA (1994). Exportations 86 870 000 000 FCFA (1994). Recettes touristiques 23 000 000 $ US (1993). Balance commerciale -4 826 000 000 FCFA (1993). Population économiquement active 2 719 497 ou 43,3 % de la population totale (1993). Sans emploi N/A.

PRINCIPAUX PARTENAIRES COMMERCIAUX : Ses principaux partenaires commerciaux sont la France, le Nigeria et le Cameroun.

PRINCIPAUX PRODUITS PRIMAIRES : Manioc, Bovins, Coton, Dattes, Poisson, Gomme Arabique, Millet, Arachides, Riz, Sel, Sorgho, Patates Douces, Ignames.

INDUSTRIES MAJEURES : Agriculture, Brasserie, Pêche, Agroalimentaire, Mines, Textile.

PRINCIPALES EXPORTATIONS : Bovins, Coton, Viande, Poisson Transformé.

TRANSPORT : Chemins de fer néant. Longueur des routes 40 000 km (24 855 mi) (1983). Véhicules voitures 8.000 (1989), camions et bus 6.000 (1989). Marine marchande néant. Transport aérien passagers-km 232 329 000 (144 363 000 passagers-mi) (1990), fret tonne-km 17 694 000 (12 119 000 tonnes-mi courtes) (1990).

COMMUNICATIONS : Journaux quotidiens au total de 1 avec un tirage de 2 000 (1992).Récepteurs radio 1 310 000 (1994). Récepteurs de télévision 5 000 (1987). Unités téléphoniques 4 600 (1993).

MILITAIRE : 25 350 (1995) total du personnel en service actif avec 98,6% de l'armée, 0,0% de la marine et 1,4% de l'armée de l'air tandis que les dépenses militaires représentent 2,7% (1992) du produit national brut (PNB).


&copie 1993-2011, Latimer Clarke Corporation Pty Ltd. Tous droits réservés
https://www.latimerclarke.com
L'utilisation de ce matériel de site ou d'une partie de celui-ci est restreinte
Atlapedia est une marque déposée et utilisée dans le monde entier

Voir nos mentions légales pour les conditions d'utilisation des droits d'auteur et des liens
Meilleur visionnage à 1024x768 ou supérieur


Informations sur le pays

Reconsidérer les déplacements en raison de crime, terrorisme, troubles civils, et enlèvement. Certaines zones présentent un risque accru. Lisez l'intégralité de l'Avis aux voyageurs.

Lisez la page COVID-19 du Département d'État avant de planifier un voyage international.

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont émis un avis de santé aux voyageurs de niveau 1 pour le Tchad en raison de COVID-19, indiquant un faible niveau de COVID-19 dans le pays. Votre risque de contracter le COVID-19 et de développer des symptômes graves peut être plus faible si vous êtes entièrement vacciné avec un vaccin autorisé par la FDA. Avant de planifier un voyage international, veuillez consulter les recommandations spécifiques du CDC pour les voyageurs vaccinés et non vaccinés.

Visitez la page COVID-19 de l'ambassade pour plus d'informations sur COVID-19 et les restrictions et conditions connexes au Tchad.

  • région du lac Tchad en raison de terrorisme.
  • Frontières avec la Libye et le Soudan en raison de un conflit armé et champs de mines.

Résumé du pays : Des crimes violents, tels que des vols à main armée, des détournements de voitures, des enlèvements et des agressions, ont été commis au Tchad.

Les manifestations se poursuivent, en particulier à N'Djamena, à la suite de la récente insurrection armée et pourraient devenir violentes.

Les terroristes peuvent attaquer avec peu ou pas d'avertissement, ciblant les étrangers, les forces de sécurité locales et les civils.

Le gouvernement américain a une capacité extrêmement limitée à fournir des services d'urgence aux citoyens américains au Tchad, car les employés du gouvernement américain doivent obtenir une autorisation spéciale pour voyager en dehors de la capitale.

Si vous décidez de voyager au Tchad :

  • Voir la page Web de l'ambassade des États-Unis concernant COVID-19.
  • Visitez la page Web du CDC sur les voyages et le COVID-19.
  • Visitez notre site Web pour Voyage dans les zones à haut risque.
  • Surveillez les médias locaux pour les événements de dernière minute et soyez prêt à ajuster vos plans.
  • Soyez conscient de votre environnement.
  • Restez vigilant dans les endroits fréquentés par les Occidentaux.
  • Ayez des plans d'urgence pour quitter le pays.
  • Ayez des plans d'évacuation qui ne dépendent pas de l'aide du gouvernement américain.
  • Inscrivez-vous au programme d'inscription des voyageurs intelligents (STEP) pour recevoir des alertes et faciliter votre localisation en cas d'urgence.
  • Suivez le Département d'État sur Facebook et Twitter.
  • Consultez le rapport sur la criminalité et la sécurité au Tchad.
  • Les citoyens américains qui voyagent à l'étranger devraient toujours avoir un plan d'urgence pour les situations d'urgence. Consultez la liste de contrôle du voyageur.

Région du lac Tchad – Ne voyagez pas

Les terroristes peuvent attaquer avec peu ou pas d'avertissement, ciblant les étrangers, les forces de sécurité locales et les civils. Les terroristes peuvent facilement traverser les frontières. Les forces de sécurité gouvernementales peuvent restreindre les mouvements des civils et s'engager dans des opérations militaires avec un avertissement limité.

Le gouvernement américain a une capacité extrêmement limitée à fournir des services d'urgence aux citoyens américains au Tchad, en particulier dans le bassin du lac Tchad.

Frontières libyenne et soudanaise – Ne voyagez pas

Des groupes armés non gouvernementaux opèrent en Libye et dans le nord du Tchad.

Il y a des champs de mines non cartographiés et non documentés le long des frontières avec la Libye et le Soudan.

Le gouvernement américain a une capacité extrêmement limitée à fournir des services d'urgence aux citoyens américains au Tchad, en particulier dans les zones frontalières avec la Libye et le Soudan.

Dernière mise à jour : réédité avec les modifications apportées aux informations COVID-19.

Messages de l'ambassade

Alertes

Faits rapides

Déclarer des montants supérieurs à 5 millions de FCFA

Ambassades et consulats

Ambassade des Etats-Unis à N'Djamena
Rond-point de Chagoua
B.P. 413
N'Djaména, Tchad
Téléphone:
+235 22 51 50 17 (lundi – jeudi, 7h30 – 17h00 vendredi, 7h30 – 12h30)
Téléphone d'urgence après les heures d'ouverture : +235 63 51 78 00
Fax: +235 22 53 91 02
E-mail: [email protected]

Description des destinations

Consultez notre fiche d'information sur le Tchad pour plus d'informations sur les relations entre les États-Unis et le Tchad.

Conditions d'entrée, de sortie et de visa

Veuillez visiter la page COVID-19 de l'ambassade pour plus d'informations sur les exigences d'entrée/sortie liées au COVID-19 au Tchad.

  • Passeport: Doit avoir 2 pages vierges et valable six mois après l'entrée dans le pays
  • Visa : Doit être obtenu avant de voyager
  • Vaccinations : carte de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avec vaccination contre la fièvre jaune

Visitez le site Web de l'ambassade du Tchad ou l'ambassade ou le consulat du Tchad le plus proche pour obtenir des informations sur les visas. Contactez la police nationale pour prolonger votre visa.

Touriste pour la première fois ou humanitaire/travailleurs humanitaires doit:

  • Obtenez un tampon d'enregistrement auprès de la police nationale dans les 72 heures suivant votre arrivée.
  • Apportez deux photos supplémentaires de format passeport pour l'enregistrement.

Touristes précédents devez vous réinscrire si vous recevez un nouveau passeport.

Une fois inscrit, toute visite ultérieure utilisant le même passeport ne nécessite pas de tampon d'enregistrement.

Le Département d'État des États-Unis n'est au courant d'aucune restriction d'entrée liée au VIH/sida pour les visiteurs ou les résidents étrangers du Tchad.

Sûreté et sécurité

Terrorisme: Les groupes terroristes et ceux inspirés par de telles organisations ont l'intention d'attaquer les citoyens américains à l'étranger. Les terroristes utilisent de plus en plus des méthodes d'attaque moins sophistiquées - y compris des couteaux, des armes à feu et des véhicules - pour cibler les foules plus efficacement. Fréquemment, leur objectif est des cibles non protégées ou vulnérables, telles que :

  • Événements publics de grande envergure (concours sportifs, rassemblements politiques, manifestations, événements de vacances, rassemblements festifs, etc.)
  • Hôtels, clubs et restaurants fréquentés par les touristes
  • Lieux de culte
  • Écoles
  • Parcs
  • Centres commerciaux et marchés
  • Systèmes de transport public (y compris les métros, les bus, les trains et les vols commerciaux réguliers)
  • La région du lac Tchad, qui partage une frontière maritime avec l'État de Borno, au Nigeria, un bastion de Boko Haram: L'état d'urgence perdure dans la région du lac Tchad. Le Tchad reste vulnérable aux attaques de Boko Haram, un groupe extrémiste basé dans le nord-est du Nigeria, et de ses ramifications l'État islamique d'Irak et ash-Sham-Afrique de l'Ouest (ISIS-WA). Des missionnaires citoyens américains dans le nord du Nigeria, dans la région de l'Extrême-Nord du Cameroun et au Niger ont été ciblés par ISIS-WA/Boko Haram.

En raison de la situation sécuritaire imprévisible, le personnel de l'ambassade des États-Unis est soumis à des restrictions lorsqu'il voyage dans certaines zones de N'Djamena ainsi qu'à l'extérieur de la capitale, y compris le bassin du lac Tchad.

Pour plus d'informations, consultez notre page Terrorisme.

La criminalité: La criminalité, comme les détournements de voitures, continue d'être un problème. Aucun groupe spécifique ne semble être ciblé. La tendance est passée d'occurrences principalement nocturnes à des événements de jour et de nuit.

  • Évitez les grandes concentrations d'éléments de sécurité en uniforme et soyez extrêmement prudent lorsque vous visitez des zones dans lesquelles l'armée opère.
  • Évitez les manifestations et faites preuve de vigilance lors de vos déplacements dans la ville. Même des événements censés être pacifiques peuvent devenir violents.
  • Soyez prudent dans les zones fréquentées par des étrangers, car elles peuvent présenter des cibles attrayantes pour les terroristes.
  • Soyez prudent lorsque vous voyagez en dehors de N'Djamena et évitez de voyager le long des zones frontalières.
  • Surveillez les nouvelles locales et les messages consulaires.
  • Enregistrez votre voyage au Tchad via le programme d'inscription des voyageurs intelligents (STEP)
  • Frontières comprenant les régions de l'Ennedi-Est, de l'Ennedi-Ouest, du Borkou et du Tibesti : Les troubles civils en République centrafricaine (RCA), en Libye, au Nigéria et au Soudan entraînent parfois des affrontements transfrontaliers. Un permis du gouvernement tchadien est requis pour visiter les zones frontalières proches de la Libye et du Soudan. Les voyageurs peuvent rencontrer des patrouilles frontalières accrues et une sécurité frontalière renforcée.
  • Parc national de Zakouma: Tenez compte de toutes les instructions données par les guides ou les pisteurs. Les braconniers ont ciblé les rangers.
  • L'enceinte du Palais Présidentiel sur l'avenue Félix Eboué à N'Djamena : N'arrêtez pas votre véhicule devant cette enceinte, évitez de passer devant la nuit.

Escroqueries financières internationales : Voir les pages du Département d'État et du FBI pour plus d'informations.

Victimes d'actes criminels: Les citoyens américains victimes d'agression sexuelle peuvent contacter l'ambassade des États-Unis pour obtenir de l'aide. Signalez les crimes à la police locale à 2020 dans tout le Tchad (français/arabe) et contactez l'ambassade des États-Unis au (235) 22 51 50 17. N'oubliez pas que les autorités locales sont chargées d'enquêter et de poursuivre les crimes. La réponse juridique ou les recours pour les victimes d'actes criminels au Tchad sont extrêmement limités.

  • Vous aider à trouver des soins médicaux appropriés
  • Vous aider à signaler un crime à la police
  • Contactez parents ou amis avec votre demande écrite
  • Fournir des informations générales sur le rôle de la victime pendant l'enquête locale et après sa conclusion
  • Fournir une liste d'avocats locaux
  • Fournissez nos informations sur les programmes d'indemnisation des victimes aux États-Unis.
  • Fournissez nos informations sur les programmes d'indemnisation des victimes au Tchad.
  • Fournir un prêt d'urgence pour le rapatriement aux États-Unis et/ou un soutien médical limité en cas de dénuement
  • Vous aider à trouver un logement et organiser des vols de retour
  • Remplacer un passeport volé ou perdu

Tourisme: Une infrastructure formelle limitée de l'industrie du tourisme est en place. Les touristes sont considérés comme participant aux activités à leurs risques et périls. Les interventions d'urgence et les traitements médicaux appropriés ultérieurs ne sont pas disponibles dans le pays. Les citoyens américains sont encouragés à souscrire une assurance évacuation médicale. Consultez notre page Web pour plus d'informations sur les fournisseurs d'assurance pour une couverture à l'étranger.

Lois locales et circonstances spéciales

Pénalités criminelles: Vous êtes soumis aux lois locales. Si vous violez les lois locales, même sans le savoir, vous pouvez être expulsé, arrêté ou emprisonné. Les personnes créant une entreprise ou exerçant une profession nécessitant des permis ou des licences supplémentaires doivent se renseigner auprès des autorités locales compétentes avant d'exercer ou d'exploiter une entreprise.

Vous pouvez être détenu pour interrogatoire par la police si vous êtes incapable de produire une pièce d'identité acceptable. Les condamnations pour possession, consommation ou trafic de drogues illégales (y compris la marijuana, qui est illégale) entraînent de longues peines de prison et de lourdes amendes.

De plus, certaines lois sont également passibles de poursuites aux États-Unis, quelle que soit la loi locale. Pour des exemples, consultez notre site Web sur les crimes contre les mineurs à l'étranger et le site Web du ministère de la Justice.

Notification d'arrestation: Si vous êtes arrêté ou détenu, demandez à la police ou aux autorités pénitentiaires d'en informer immédiatement l'ambassade des États-Unis. Consultez notre page Web pour plus d'informations.

La photographie: Toute photographie nécessite un permis délivré par le ministère de la Sécurité publique et de l'Immigration. De plus, il est illégal de prendre des photos de sites militaires, de bâtiments officiels, d'aéroports et de monuments publics. Ces sites ne sont pas toujours clairement indiqués.

Télécommunications et téléphones satellites: Les téléphones satellites sont illégaux. Les voyageurs utilisant des téléphones satellites risquent l'arrestation et la saisie des téléphones. Les téléphones portables sont largement utilisés. Les cartes SIM peuvent être achetées localement et utilisées avec un téléphone portable compatible. Les deux principaux fournisseurs sont Tigo et Airtel. Les réseaux tchadiens utilisent la technologie GSM.

Service militaire pour les doubles citoyens américains – tchadiens: L'article 56 de la Constitution tchadienne stipule que le service militaire est obligatoire pour les hommes comme pour les femmes. Les conditions d'accomplissement de cette obligation sont déterminées par les autorités locales.

Monnaie: Le franc CFA d'Afrique centrale (XAF) est la monnaie officielle. Les guichets automatiques ne sont pas fiables. Il existe plusieurs bureaux Western Union et Money Gram à N’Djamena. L'exportation de devises locales est interdite et l'exportation de devises étrangères est limitée au montant déclaré à l'arrivée.

Autorisation de circuler: Avant de se rendre dans une zone humanitaire ou un camp de réfugiés, toute personne envisageant de prendre des photos, y compris les journalistes, a besoin d'une autorisation préalable de la HAMA (Haute Autorité des Médias et de l'Audiovisuel) et de l'ANS (Agence Nationale de Sécurité). Les travailleurs humanitaires des ONG doivent introduire une demande d'autorisation de déplacement auprès du Ministère de la Sécurité Publique via la Commission Nationale pour l'Accueil et la Réinsertion des Réfugiés et Rapatries (CNARR). Prévoyez 3 à 4 jours pour le traitement et la demande doit inclure :

  • Lettre de demande du visiteur ou de l'institution
  • Copies des pages biographiques et de visa du passeport
  • Formulaire de candidature CNARR

Voyageurs confessionnels: Voir les pages Web suivantes pour plus de détails :

Voyageurs LGBTI: Il existe de fortes restrictions sociales et culturelles contre l'homosexualité, et les organisations LGBTI n'opèrent pas ouvertement dans le pays. La loi tchadienne punit les relations homosexuelles d'une peine de prison et d'une amende.

Consultez notre page d'informations sur les voyages LGBTI et la section 6 de notre rapport sur les droits de l'homme pour plus de détails.

Voyageurs ayant besoin d'une assistance en matière d'accessibilité : L'accès aux transports, à l'hébergement et aux bâtiments publics est limité. Il y a peu de trottoirs et aucune bordure de trottoir, et la plupart des bâtiments manquent d'ascenseurs.

Voyageuses: En plus des mesures de sûreté et de sécurité décrites ailleurs, les femmes voyageant ne devraient jamais se promener ou faire du jogging seules dans des endroits isolés, en particulier la nuit et ne jamais dire à des étrangers, aussi sympathiques soient-ils, où vous séjournez ou divulguez vos projets de voyage.

Alors que la loi interdit le mariage avant l'âge de 18 ans, le mariage forcé des filles et des femmes mineures reste un problème grave. La loi interdit également les mutilations/excisions génitales féminines (E/MGF), mais la pratique reste répandue.

La violence domestique, y compris la violence conjugale, est très répandue. Les épouses ont des recours juridiques limités en cas d'abus. Il n'existe pas de données fiables sur l'étendue des agressions sexuelles, bien qu'elles soient largement reconnues comme un problème. Les préjugés culturels et sociaux conduisent souvent à ce que le viol ne soit pas signalé.

Santé

Veuillez visiter la page COVID-19 de l'ambassade pour plus d'informations sur COVID-19 au Tchad.

Consultez le site Web du CDC pour le Tchad avant de voyager.

Les installations médicales sont limitées dans tout le pays. Dans la capitale, International SOS offre des soins médicaux et d'urgence standard limités aux États-Unis, notamment des ambulances, des références et des évacuations. L'adhésion est obligatoire et doit être achetée avant l'arrivée dans le pays. Il y a cinq hôpitaux à N'Djamena. L'Hôpital de la Renaissance est le seul dont l'utilisation est recommandée aux citoyens américains. Cependant, des soins adéquats dépendent de la disponibilité du personnel, certains équipements médicaux ne sont pas opérationnels et les fournitures médicales et le personnel médical peuvent varier.

Transportez vos médicaments sur ordonnance dans leur emballage d'origine étiqueté avec votre nom, le nom du médicament et le prescripteur. Transportez tous les médicaments en vente libre dans leur emballage d'origine.

En été, les températures peuvent atteindre 130 degrés Fahrenheit et la déshydratation est une préoccupation.

  • pas largement disponibles et la formation et la disponibilité des intervenants d'urgence peuvent
  • être en dessous des normes américaines.
  • pas équipés d'équipements médicaux de pointe.
  • ne disposent pas d'ambulanciers paramédicaux formés et ont souvent peu ou pas d'équipement médical.
  • Les voyageurs blessés ou gravement malades peuvent préférer prendre un taxi ou un véhicule privé jusqu'à l'hôpital principal le plus proche plutôt que d'attendre une ambulance.

Nous ne payons pas les factures médicales. Sachez que Medicare/Medicaid aux États-Unis ne s'applique pas à l'étranger. La plupart des hôpitaux et des médecins à l'étranger n'acceptent pas l'assurance-maladie américaine. Tous les prestataires de soins s'attendent à être payés en dollars américains avant le traitement.

Assurance médicale: Assurez-vous que votre assurance maladie vous couvre à l'étranger. La plupart des prestataires de soins à l'étranger n'acceptent que les paiements en espèces. Consultez notre page Web pour plus d'informations sur les fournisseurs d'assurance pour une couverture à l'étranger. Visitez les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis pour plus d'informations sur le type d'assurance que vous devriez envisager avant de voyager à l'étranger.

Vaccination: Soyez à jour sur tous les vaccins recommandés par les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis.

Qualité de l'air: Visitez le département d'État d'AirNow pour obtenir des informations sur la qualité de l'air dans les ambassades des États-Unis

Pendant la saison sèche (novembre-avril), les tempêtes de poussière peuvent diminuer la qualité de l'air.

La pollution de l'air est un problème important dans plusieurs grandes villes du Tchad. Tenez compte de l'impact que le smog saisonnier et la pollution particulaire lourde peuvent avoir sur vous et consultez votre médecin avant de voyager si nécessaire.

La qualité de l'air varie considérablement et fluctue avec les saisons. Il est généralement à son pire pendant la saison sèche. Les personnes les plus à risque d'être exposées à la pollution par les particules comprennent :

  • Nourrissons, enfants et adolescents
  • Personnes de plus de 65 ans
  • Les personnes atteintes de maladies pulmonaires telles que l'asthme et la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), qui comprend la bronchite chronique et l'emphysème
  • Les personnes atteintes de maladies cardiaques ou de diabète
  • Les personnes qui travaillent ou sont actives à l'extérieur

Établissements de santé en général :

  • Les établissements de santé à N'Djamena et dans les zones rurales du Tchad sont inférieurs aux normes américaines.
  • Les cliniques médicales publiques manquent de ressources et de fournitures de base.
  • Les hôpitaux et les médecins peuvent exiger un paiement « d'avance » avant le service ou l'admission. Le paiement par carte de crédit n'est pas disponible. La plupart des hôpitaux et des professionnels de la santé exigent un paiement en espèces.
  • Les hôpitaux privés exigent généralement un paiement anticipé ou une preuve d'assurance adéquate avant d'admettre un patient.
  • Le personnel médical peut parler peu ou pas anglais.
  • En règle générale, dans les hôpitaux publics, seul un personnel minimal est disponible la nuit dans les services non urgents. Envisagez d'engager une infirmière privée ou de demander à la famille de passer la nuit avec le patient, en particulier un enfant mineur.
  • Les patients supportent tous les frais de transfert vers ou entre les hôpitaux.
  • Les services psychologiques et psychiatriques sont limités, même dans les grandes villes, les soins hospitaliers n'étant disponibles que dans les institutions gouvernementales.

L'ambassade des États-Unis tient une liste de médecins et d'hôpitaux. Nous n'approuvons ni ne recommandons aucun fournisseur de soins médicaux ou clinique en particulier.

  • Soyez prudent lorsque vous achetez des médicaments à l'étranger. Les produits pharmaceutiques, à la fois en vente libre et nécessitant une ordonnance aux États-Unis, sont souvent facilement disponibles à l'achat avec peu de contrôles. Les médicaments contrefaits sont courants et peuvent s'avérer inefficaces, de mauvais dosage ou contenir des ingrédients dangereux. Les médicaments doivent être achetés en consultation avec un professionnel de la santé et auprès d'établissements réputés.
  • L'U.S. Customs and Border Protection et la Food and Drug Administration sont responsables des règles régissant le transport des médicaments vers les États-Unis. Les médicaments achetés à l'étranger doivent répondre à leurs exigences pour être légalement ramenés aux États-Unis. Les médicaments doivent être destinés à un usage personnel et doivent être approuvés pour une utilisation aux États-Unis. Veuillez visiter les sites Web des douanes et de la protection des frontières des États-Unis et de la Food and Drug Administration pour plus d'informations.

L'eau du robinet n'est pas potable.L'eau en bouteille et les boissons sont généralement sans danger, même si vous devez savoir que de nombreux restaurants et hôtels servent de l'eau du robinet à moins que l'eau en bouteille ne soit spécifiquement demandée. Sachez que la glace pour les boissons peut être fabriquée avec de l'eau du robinet.

Les maladies suivantes sont répandues :

Utilisez les répulsifs contre les moustiques recommandés par les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis et dormez sous des moustiquaires imprégnées d'insecticide. La chimioprophylaxie est recommandée pour tous les voyageurs, même pour de courts séjours.

Il y a des pénuries de nourriture, d'eau, de médicaments, de fournitures médicales, etc. dans tout le Tchad.

Visitez le site Web des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis pour plus d'informations sur les ressources pour les voyageurs concernant des problèmes spécifiques au Tchad.

Informations complémentaires sur la santé:

Voyage et transport

Conditions routières et sécurité: A N'Djamena, les routes principales sont goudronnées d'autres dans la ville sont des routes de terre et de gravier qui ont de grandes ornières et des nids-de-poule. Pendant la saison des pluies, de mi-juin à mi-septembre, de nombreuses routes deviennent impraticables. De nombreux accidents de la circulation se produisent quotidiennement. Une vitesse excessive, des habitudes de conduite erratiques et un manque chronique de panneaux de signalisation rendent la conduite dangereuse. L'éclairage des rues est limité et il est difficile de voir les piétons, les cyclistes, les fauteuils roulants et les animaux la nuit.

  • Mauvais entretien du véhicule
  • Phares qui ne sont pas utilisés
  • Véhicules avec un seul phare opératif qui donne l'apparence d'être une moto la nuit, souvent avec des conséquences mortelles pour la circulation venant en sens inverse

Pour atténuer la menace de criminalité au bord de la route ou de rester coincé dans le sable/la boue lorsque vous conduisez à l'extérieur de N'Djamena, ne voyagez que pendant la journée.

  • Pneus de secours
  • Nourriture et eau
  • Cartes et équipements de navigation
  • Carburant supplémentaire car il peut être rare dans les zones rurales.
  • Le service d'assistance routière professionnelle n'est pas disponible.

Code de la route: Un permis de conduire international est requis. L'utilisation de téléphones portables au volant et/ou au volant d'un véhicule aux vitres teintées est illégale.

Barrages: Les forces de sécurité ont mis en place des barrages routiers spontanés dans et autour de N'Djamena, surtout après la tombée de la nuit, pour effectuer des fouilles de véhicules et vérifier les papiers d'identité des passagers. Ils peuvent également solliciter des pots-de-vin et exiger des conducteurs qu'ils se soumettent à des fouilles corporelles par palpation.

  • Baissez les phares en vous approchant lentement du point de contrôle.
  • Ne laissez pas les soldats ou les policiers entrer dans votre véhicule et ne montez pas dans le véhicule de toute personne prétendant être un agent de sécurité.
  • Respectez les autorités locales, et restez courtois et calme. Si menacé, ne résistez pas.
  • Restez à l'intérieur de votre véhicule avec les portes verrouillées et ouvrez légèrement la fenêtre pour communiquer.
  • Afficher les documents à travers la fenêtre. Apportez des photocopies en couleur de votre passeport et d'autres documents d'identité à remettre à la police.
  • Conservez les documents originaux dans un endroit sûr.
  • Signalez le harcèlement à l'ambassade des États-Unis.

Les accidents: Restez à l'intérieur du véhicule et appelez la police. Bien qu'il soit illégal de déplacer votre véhicule avant l'arrivée de la police, si une foule hostile se forme ou si vous sentez que votre sécurité est en danger, quittez les lieux et rendez-vous directement au poste de police le plus proche pour signaler l'incident.

Transport public: Les transports en commun sont déconseillés aux touristes. Les minibus privés sont souvent mal entretenus et dangereux. Bien que des taxis soient disponibles dans tout N'Djamena, ils sont dangereux et ne doivent pas être utilisés. Louez un transport privé auprès de sources fiables. Les agences de voyages et les hôtels locaux peuvent également être en mesure d'organiser un transport privé pour vous.


Confirmation de la qualité et de la quantité de brut expédié

En tant qu'opérateur de l'ETS au Tchad, TOTCO a été confronté à des problèmes d'intégrité du pipeline et de comptabilité lorsque deux nouveaux producteurs ont rejoint EEPCI pour expédier leur brut en 2013 et 2014. Avec trois mélanges différents de pétrole circulant désormais dans le pipeline à des taux différents, TOTCO a institué un système sophistiqué système de confirmation de la quantité et de la qualité du pétrole de chaque expéditeur, qui peuvent toutes deux avoir une incidence sur l'exploitation et les revenus du pipeline.

Afin de s'assurer de l'exactitude des débitmètres de chaque producteur et de la conformité de leur brut aux spécifications techniques d'admission dans le pipeline, des mesures sont enregistrées tous les 10 jours. Au cours de ce processus, des représentants de TOTCO, de l'expéditeur et du gouvernement tchadien sont présents pour vérifier que la bonne procédure est suivie et certifier l'exactitude des résultats.

Pour créer l'échantillon pour l'évaluation, une petite quantité de brut est automatiquement collectée à partir du flux d'exportation de chaque expéditeur environ une fois par minute pendant les 10 jours et déposée dans un conteneur scellé. Ce conteneur n'est manipulé que par l'expéditeur jusqu'à ce que l'échantillon d'évaluation soit tiré du conteneur à la fin de la période devant témoins des trois parties. L'évaluation se déroule sur deux jours :

  • Tout d'abord, un échantillon du brut est chauffé et sa teneur en eau, sa densité API (une mesure de la densité du pétrole par rapport à celle de l'eau), sa viscosité et ses sédiments sont tous mesurés et enregistrés.
  • Après 24 heures, le point d'écoulement de l'échantillon est vérifié en chauffant l'échantillon, en observant son comportement lorsqu'il se refroidit lentement et en enregistrant la température lorsqu'il commence à se solidifier.

En plus des tests d'échantillons, l'équipe de TOTCO effectue une série de vérifications pour &ldquoprouve&rdquo que l'équipement fonctionne correctement, chaque expéditeur confirmant l'exactitude des mesures. L'un d'entre eux, appelé contrôle ponctuel, confirme la pression et la température de chaque flux entrant, qui peuvent ensuite être comparées à la lecture de l'expéditeur. Une fois celle-ci terminée, les quantités de brut acceptées peuvent être comparées aux quantités de brut produites par les expéditeurs pour s'assurer qu'elles correspondent. Chaque expéditeur dispose d'appareils identiques que tout le brut entrant dans le pipeline doit traverser pour mesurer et analyser.

Rouzoumka Madayang Bouba

Inspecteur, Ministère du Pétrole, Tchad

Expéditions du terminal maritime

2016 Projet à ce jour
Des millions de barils 18.9 584
Expéditions de pétroliers à l'exportation 26 625
* Consortium uniquement

Fiabilité de l'ETS

Compte rendu d'exploitation en 2016 Minutes d'arrêt imprévu
525,600 contre 45


Une vie culturelle

Avec sa riche variété de peuples et de langues, le Tchad possède un patrimoine culturel précieux. Le pays est célèbre pour les peintures rupestres de ses anciens habitants, que l'on trouve en abondance dans les grottes et les surplombs rocheux des montagnes du Tibesti. Des sites particulièrement bien conservés sont situés à Gonoa et à Zouar. On pense que les têtes et les figures en terre cuite trouvées à Gaou, près du lac Tchad, sont des reliques de la civilisation Sao primitive.

La capitale du pays, N'Djamena, a un air cosmopolite, avec des cafés-terrasses animés, des petits bars et des discothèques. Ces lieux sont parfois utilisés pour une coutume locale moderne appelée match nul, dans laquelle une fête privée est organisée dans un bar ou un lieu public loué, le produit de la vente d'alcool étant reversé à l'hôte pour aider à payer les frais de scolarité, les réparations domiciliaires et d'autres dépenses ménagères. La ville est également connue pour ses bazars, qui vendent des produits et de l'artisanat traditionnels produits localement tels que des textiles, des tapis et des vestes en poil de chameau, des ornements en laiton et de la poterie. Également situé dans la capitale se trouve le Musée national, qui abrite des artefacts préhistoriques et traditionnels.

Le Tchad a une industrie musicale petite mais bien considérée. Les musiciens tchadiens modernes combinent la pop d'influence occidentale avec des chansons et des instruments traditionnels. Les instruments indigènes importants comprennent un luth à trois cordes doté d'une caisse de résonance en forme de bol recouverte de peau de chameau. Par coutume, seuls les hommes sont autorisés à jouer de ces luths. L'un des artistes d'enregistrement les plus populaires du Tchad est le chanteur de ballades Clément Masdongar, qui a fait ses preuves dans les pays francophones d'Afrique et a fait plusieurs apparitions dans des festivals de musique européens. Tibesti, un groupe de danse-musique tchadien, s'est également produit à l'international.

Les populations locales du Tchad ont longtemps apprécié les concours traditionnels de force et d'habileté. Dans le sud, les courses à pied ont souvent figuré dans les rites de passage à l'âge adulte de plusieurs groupes, avec des parcours s'étendant sur cent milles et plus. De telles courses ont également accompagné populairement les festivals de conduite de bétail et d'autres célébrations. Dans le nord plus chaud et plus sec, les courses de chameaux, les compétitions de tir à l'arc et les matchs de lutte marquent les fêtes traditionnelles d'hiver, qui sont encore observées parallèlement aux fêtes musulmanes.

Les sports de compétition plus modernes tels que le football (soccer) et le basket-ball sont également populaires dans tout le Tchad, mais les matchs intra-muros sont rares, en grande partie en raison du manque de fonds de voyage et de l'impraticabilité des routes principalement en terre du Tchad pendant une grande partie de l'année. En conséquence, les Tchadiens n'ont pas été en mesure d'aligner des équipes pour de nombreuses compétitions régionales, ni d'acquérir l'expérience qui vient de jouer contre une variété d'équipes. Le Tchad a fait ses débuts olympiques aux Jeux de Tokyo en 1964, mais il n'a pas encore remporté de médaille olympique.


Transport d'animaux

Il existe des preuves qu'avant l'arrivée du chameau, qui a été introduit en Afrique via l'Égypte au moment de la conquête arabe, les bœufs étaient utilisés soit comme bêtes de somme, soit pour tirer des charrettes des pays du nord à travers le Sahara jusqu'aux régions aurifères. régions de l'ancien Soudan. À partir du XVIe siècle, les Portugais ont développé le transport vers l'intérieur depuis la côte du Mozambique, et à partir du XVIIe siècle, d'abord les colons hollandais puis britanniques du Cap ont parcouru le nord et le nord-est avec leurs chariots. Sauf dans des régions montagneuses comme l'Éthiopie, où les bêtes de somme étaient et sont encore utilisées, la mouche tsé-tsé empêchait souvent l'utilisation du transport d'animaux. Avec les progrès constants dans le développement des infrastructures de transport dans de nombreux pays africains, l'utilisation de bœufs en Afrique australe, d'ânes en Afrique de l'Ouest et du Nord, de chevaux dans le nord du Nigéria et de chameaux en Afrique de l'Ouest et du Nord et dans la Corne de l'Afrique a été réduite , mais l'ampleur de cette réduction ne peut être évaluée avec précision.


Bureau du transport sécurisé

L'Office of Secure Transportation (OST) est responsable du transport sûr et sécurisé des matières nucléaires spéciales appartenant au gouvernement dans les États-Unis contigus. Ces envois classifiés peuvent contenir des armes ou des composants nucléaires, de l'uranium enrichi ou du plutonium. La cargaison est transportée dans des semi-remorques sécurisés hautement modifiés et escortée par des agents fédéraux armés dans d'autres véhicules qui assurent la sécurité et la réponse du système national de commandement des incidents en cas d'urgence.

À quoi ressemble le travail et comment renforcer directement la nation grâce à la sécurité nucléaire.

Il existe trois commandes à partir desquelles les agents fédéraux OST opèrent :

Le siège social est situé à Albuquerque, tandis que le commandement de la formation OST est situé à Fort Chaffee, Arkansas.

Un élément clé des opérations de l'OST est le programme de liaison entre l'application de la loi et la gestion des urgences. L'OST fournit des informations à diverses organisations fédérales, tribales, étatiques et locales dont l'OST dépend pour son soutien.

Centre de transport et de contrôle d'urgence

Le centre de contrôle des transports et des urgences de l'OST est un système de communication national situé à Albuquerque. Ce centre surveille l'état et l'emplacement et maintient des communications en temps réel 24 heures sur 24, 365 jours par an, avec chaque convoi. Il tient également à jour un répertoire de contacts d'urgence des organisations d'intervention fédérales et étatiques à travers les États-Unis contigus.

Sécurité

La NNSA met tout en œuvre pour s'assurer que ses convois ne voyagent pas par mauvais temps. Si les convois rencontrent des conditions météorologiques défavorables, des dispositions existent pour que les convois recherchent un abri sûr dans des installations préalablement identifiées.

Liaison avec l'application de la loi et la gestion des urgences

Le programme de liaison de l'OST communique avec les organismes chargés de l'application de la loi et de la sécurité publique à l'échelle nationale, sensibilisant ainsi à la mission de l'OST. Le programme fournit des informations pour aider les premiers intervenants lors d'une urgence OST et fournit une orientation pour travailler avec les agents fédéraux lors d'un tel événement. Grâce au programme de liaison, l'OST propose des briefings de mission approfondis.

Bureau de l'histoire du transport sécurisé

Depuis 1947, la NNSA et ses prédécesseurs ont déplacé des armes nucléaires, des composants d'armes et des matières nucléaires spéciales par des modes de transport commerciaux et gouvernementaux.

À la fin des années 1960, le terrorisme mondial et les actes de violence ont entraîné une révision des procédures de sauvegarde de ces matériaux. En conséquence, une nouvelle série complète de réglementations et d'équipements a été élaborée pour améliorer la sûreté et la sécurité de ces matières en transit.

Par la suite, la Division des transports et des garanties (TSD) a été créée en 1975 au bureau des opérations d'Albuquerque du ministère de l'Énergie.

TSD a modifié et repensé l'équipement de transport pour incorporer des caractéristiques qui améliorent l'autoprotection et interdisent l'accès non autorisé aux matériaux. TSD a réduit l'utilisation des systèmes de transport commerciaux et est passé à une opération fédérale totale.

Lorsque la NNSA a été créée par la Loi d'autorisation de la défense nationale pour l'exercice 2000 en tant qu'agence semi-autonome au sein du ministère de l'Énergie, le Bureau des opérations d'Albuquerque et l'ensemble de sa mission étaient sous la direction de la NNSA. L'Office of Transportation Safeguards (OTS) a remplacé le TSD.

En 2002, la NNSA a mis en place une nouvelle structure organisationnelle pour consolider le bureau des opérations d'Albuquerque avec d'autres bureaux des opérations dans ce qui est maintenant le complexe d'Albuquerque. OTS a été rebaptisé Office of Secure Transportation et relève directement de l'administrateur adjoint de la NNSA pour les programmes de défense à Washington, DC.

Depuis sa création en 1975, OST a accumulé plus de 140 millions de miles d'expérience sur la route transportant des cargaisons spéciales sans accident causant la mort ou la libération de matières radioactives - plus grande que la distance de la Terre à Mars. Cela est dû en grande partie à la philosophie de l'OST selon laquelle la sûreté et la sécurité sont d'une importance égale et primordiale dans l'accomplissement de la mission de protection des transports de la NNSA.


Système National de Transport Aérien du Tchad - Historique

Le terrain au sud est une savane boisée, il devient un pays de broussailles près du lac Tchad. Les seuls fleuves importants sont le Chari et le Logone, qui se jettent tous deux dans le lac Tchad et sont utilisés pour l'irrigation et la navigation saisonnière. Le nord du Tchad fait partie des zones du désert du Sahara de la région montagneuse du Tibesti, qui culminent à 11 000 pieds (3 353 m). Le pays n'a pas de chemins de fer et peu de routes praticables en tout temps.

Le Tchad comprend quelque 200 ethnies, qui se répartissent en deux groupes de population distincts et souvent hostiles. Dans le sud, où se concentre la majeure partie de la population, vivent des peuples agricoles sédentaires, notamment les Sara, les Massa, les Ngambaye et les Moundang, pour la plupart chrétiens, mais certains suivent des religions traditionnelles. Au nord se trouvent des peuples musulmans semi-nomades et nomades, notamment des Arabes, des Touaregs, des Hadjerai, des Fulbe et des Toubou. Le français et l'arabe sont les langues officielles, mais plus de 100 langues et dialectes sont parlés dans tout le pays.

Économie

La position enclavée du Tchad, le mauvais réseau de transport, les ressources naturelles inadéquates et les troubles politiques en cours ont gravement entravé le développement économique. L'économie est basée principalement sur l'agriculture de subsistance sédentaire et le pastoralisme nomade, employant 80% de la main-d'œuvre mais ne contribuant qu'à environ 32% du PIB. La meilleure zone agricole se trouve dans le sud, où les précipitations sont suffisantes pour la culture du coton et de l'arachide (les principales cultures de rente du pays) pour l'exportation et certaines cultures de subsistance, notamment le sorgho, le mil, le riz, la pomme de terre et le manioc. Le bétail, les moutons, les chèvres et les chameaux sont élevés et il y a de la pêche dans le lac Tchad. Pendant les périodes de sécheresse, le Tchad a besoin d'une aide alimentaire pour atteindre les niveaux nécessaires.

Le natron et l'uranium sont les principaux minéraux du pays, et le pétrole est produit dans le sud du bassin de Doba, qui est relié par pipeline au port camerounais de Kribi. L'industrie se limite à la transformation des aliments et à la production de textiles et de biens de consommation légers. Les importations, principalement les machines, le matériel de transport, les produits industriels, les produits alimentaires et les textiles, dépassent généralement les exportations, principalement le coton, le bétail, la gomme arabique et le pétrole. Les principaux partenaires commerciaux du Tchad sont les États-Unis, la France, le Cameroun et la Chine.

Gouvernement

Le Tchad est régi par la constitution de 1996 telle qu'amendée. Le pouvoir exécutif est dirigé par un président, qui est élu par le vote populaire pour un mandat de cinq ans, et est chef de l'État et du gouvernement à partir de 2021, le président servira pendant six ans et sera limité à deux mandats. Les membres de l'Assemblée nationale de 188 sièges sont élus au suffrage universel pour un mandat de quatre ans. Administrativement, le Tchad est divisé en 23 régions.

Histoire

Traditionnellement, la région autour du lac Tchad était un point focal pour les routes commerciales transsahariennes. Les commerçants arabes ont pénétré la région au 7ème siècle. Après J.-C. Peu de temps après, des nomades d'Afrique du Nord, probablement apparentés aux Toubou, sont entrés dans la région et ont finalement établi l'État du Kanem, qui a atteint son apogée au 13ème siècle. Ses rois se sont convertis à l'islam, religion également pratiquée par l'État successeur du Bornou. Les empires Wadai et Bagirmi sont apparus au 16ème siècle. ils ont fait la guerre avec Bornu et au 18e siècle. l'a dépassé en puissance. Au début des années 1890, tous ces États, affaiblis par des dissensions internes, tombèrent sous le contrôle du conquérant soudanais Rabah el Zobaçuter (Rabih al-Zubayr).

Les expéditions françaises ont avancé dans la région en 1890, et la souveraineté française sur le Tchad a été reconnue par des accords entre les puissances européennes. En 1900, les forces françaises ont vaincu l'armée de Rabah et, en 1913, la conquête du Tchad a été achevée, il a été organisé en tant que colonie française en Afrique équatoriale française Afrique équatoriale française,
ancienne fédération française d'Afrique centrale du W. Il se composait de quatre territoires constitutifs : le Gabon, le Moyen-Congo (voir Congo, République du), le Tchad et l'Ubangi-Shari (aujourd'hui la République centrafricaine). La capitale était Brazzaville.
. Cliquez sur le lien pour plus d'informations. et est resté sous régime militaire. Le Tchad a ensuite été lié administrativement à l'Ubangi-Shari (aujourd'hui la République centrafricaine), mais en 1920, il est redevenu une colonie distincte. Il a obtenu sa propre législature territoriale en 1946. Lors du référendum constitutionnel français de 1958, le Tchad a choisi l'autonomie au sein de la Communauté française. Communauté française,
créé en 1958 par la constitution de la Ve République française en remplacement de l'Union française. Ses membres étaient la République française, qui comprenait la France métropolitaine (France continentale, Corse, Algérie et Sahara), les territoires d'outre-mer
. Cliquez sur le lien pour plus d'informations. . L'indépendance totale est obtenue le 11 août 1960, avec Ngarta Tombalbaye Tombalbaye, Ngarta
, 1918&mdash75, président du Tchad (1960&821175). Né François Tombalbaye, il africanisé son prénom en 1973. Homme d'affaires et fonctionnaire d'école, il s'implique dans la politique territoriale dans les années 1950 et devient premier ministre (1959–821160).
. Cliquez sur le lien pour plus d'informations. en tant que premier président.

Tombalbaye a progressivement renforcé son contrôle sur le pays et, en 1965, il était devenu un État à parti unique.Le Tchad a gravement souffert de la sécheresse en Afrique de l'Ouest de la fin des années 1960 et des années 1970. Le mécontentement des tribus musulmanes du nord face au pouvoir croissant du gouvernement de Tombalbaye, dominé par le sud, s'est transformé en une guerre de guérilla à grande échelle en 1966. Les troupes françaises ont aidé à combattre la révolte, qui a pris fin en 1973. Cependant, le principal groupe de guérilla musulman, la Libération nationale du Tchad Front (FROLINAT), a figuré en bonne place dans les combats entre le Tchad et la Libye dans les années 1970 et 1980. Durant cette période, la Libye a occupé diverses parties du Tchad et a fourni des armes au FROLINAT (qui au départ ne s'opposait pas à l'expansionnisme libyen).

Tombalbaye a été tué lors d'un coup d'État en 1975. En 1979, un gouvernement de coalition dirigé par Goukouni Oueddei, un ancien rebelle du nord, a pris le pouvoir, mettant fin au contrôle du gouvernement par les Tchadiens du sud, mais il a été renversé en 1982 par les forces de l'ancien premier ministre Hissène Habré Habréé, Hissène
, 1942–8211, leader politique tchadien, président du Tchad (1982–821190). Il a étudié les sciences politiques à Paris à la fin des années 1960 et, de retour au Tchad (1970), a été brièvement un fonctionnaire mineur.
. Cliquez sur le lien pour plus d'informations. . En 1987, les forces combinées du FROLINAT et du gouvernement tchadien (avec l'aide militaire française et américaine) ont chassé la Libye de toute la région nord à l'exception de la bande d'Aozou Bande d'Aozou
, 114 000 milles carrés (295 000 km carrés) de bande de terre au nord du Tchad à la frontière libyenne. La région, qui aurait d'importants gisements d'uranium et de pétrole, a été âprement disputée depuis que le Tchad est devenu indépendant en 1960.
. Cliquez sur le lien pour plus d'informations. et certaines parties du Tibesti en 1994, la Cour internationale de justice a rejeté les demandes de la Libye et a restitué la zone au Tchad.

En 1990, Idriss Déby Déby, Idriss
, 1952–, chef militaire et politique tchadien, président du Tchad (1990–), n. Fada. Formé dans des écoles militaires au Tchad et en France, il revient au Tchad en 1979 pour servir dans les forces armées.
. Cliquez sur le lien pour plus d'informations. , chef du Mouvement patriotique du salut (MPS), a renversé le gouvernement Habré et promis des réformes démocratiques et une nouvelle constitution Habré s'est enfui au Sénégal. Une conférence nationale sur la démocratie en 1993 a établi un gouvernement de transition avec Déby comme président par intérim et a appelé à des élections libres dans un délai d'un an. Les groupes rebelles armés ont continué de défier le gouvernement qui, pour sa part, a reporté à plusieurs reprises les élections. Des élections présidentielles multipartites ont finalement eu lieu en 1996. Député a été reconduit au pouvoir et le MPS a également triomphé aux élections législatives de 1997.

La fin des années 90 a vu la reprise des combats dans le nord et dans d'autres parties du pays. Le président a de nouveau été réélu en 2001 lors d'une élection contestée, et l'année suivante, le MPS a de nouveau remporté les élections législatives. Un accord de paix a été signé avec les rebelles dans le nord en mai 2002, mais des combats ont de nouveau éclaté là-bas en janvier 2003. Le même mois, le gouvernement a signé un accord de paix avec les rebelles dans l'est du Tchad, et en décembre suivant un nouvel accord de paix a été signé avec les rebelles du nord.

Les combats entre les rebelles locaux et les troupes gouvernementales et les milices au Darfour, au Soudan, qui ont commencé au début de 2003, ont poussé des dizaines de milliers de réfugiés dans l'est du Tchad. Il y a également eu des affrontements entre l'armée tchadienne et les milices soudanaises, et le Tchad a accusé le Soudan de soutenir d'anciens rebelles tchadiens pour lutter contre les rebelles soudanais. Le Tchad a également accueilli des réfugiés de la République centrafricaine, dont 30 000 ont fui un coup d'État en 2003 et un plus petit nombre qui ont été déplacés par le banditisme en 2005.

En mai 2004, l'Assemblée nationale du Tchad a approuvé un amendement constitutionnel mettant fin à la limite de deux mandats à la présidence, permettant à Déby de briguer un troisième mandat en 2006. L'amendement a été approuvé lors d'un référendum en juin 2005. Désertions (sept. , 2005) de l'armée tchadienne a augmenté le nombre de rebelles basés au Darfour, et en décembre il y a eu des combats entre les rebelles et l'armée dans l'est du Tchad. Le Tchad a de nouveau accusé le Soudan de soutenir les rebelles et a appelé à une intervention internationale au Darfour.

En décembre 2005, l'Assemblée nationale a voté pour permettre au gouvernement d'utiliser les revenus pétroliers qui devaient être mis de côté, en vertu d'un accord avec la Banque mondiale, pour des projets de réduction de la pauvreté et des utilisations futures. Le Tchad a déclaré que le changement était nécessaire en raison des difficultés financières nationales, causées en partie par la rébellion dans l'est. En réponse, la Banque mondiale a suspendu les prêts au Tchad et gelé un compte séquestre de pétrole tchadien, mais un accord intérimaire, conclu (avril 2006) après que le Tchad a menacé d'arrêter la production de pétrole, a permis au Tchad d'accéder au compte séquestre. Un nouvel accord sur des projets de réduction de la pauvreté a été signé avec la Banque mondiale en juillet, mais deux ans plus tard (septembre 2008), la Banque mondiale a annulé un accord sur un oléoduc avec le Tchad parce que le gouvernement n'avait pas respecté l'accord. Les revenus pétroliers ont également été une source de friction avec le consortium étranger produisant le pétrole. En août 2006, le Tchad a menacé d'expulsion deux sociétés étrangères jusqu'à ce qu'elles acceptent de payer une facture fiscale renégociée, et le président a demandé que le Tchad soit un partenaire du consortium.

Pendant ce temps, l'assemblée a voté en janvier 2006 pour reporter ses élections d'un an, jusqu'en 2007, invoquant des problèmes financiers comme raison. Certains observateurs pensaient cependant que la véritable raison de ce report était d'assurer à Déby le soutien de l'Assemblée nationale. Un accord (février 2006) entre le Tchad et le Soudan qui visait à mettre fin aux incursions transfrontalières a eu peu d'effet immédiat sur les combats dans la région. En mars 2006, les forces gouvernementales ont déjoué un complot de coup d'État contre Dêacuteby, dont la position semblait de plus en plus incertaine. Le mois suivant, les rebelles tchadiens ont lancé une campagne qui a atteint la capitale avant qu'elle ne soit vaincue.

Déby a été réélu en mai, mais l'opposition a boycotté le vote et a dénoncé l'élection et le taux officiel de participation de 61 % comme des fraudes. La situation sécuritaire est restée instable, avec la poursuite des incursions des milices du Soudan au Tchad et des attaques des rebelles tchadiens au Tchad, au Soudan et en République centrafricaine. En novembre, dans le sud-est, le Tchad a également subi des attaques d'Arabes contre des Tchadiens non arabes. Le même mois, le gouvernement a accepté le stationnement d'une force de maintien de la paix de l'ONU de son côté de la frontière soudanaise, mais trois mois plus tard, le gouvernement a déclaré qu'il n'autoriserait aucun maintien de la paix militaire sur son territoire.

La signature, en décembre 2006, d'un accord de paix avec un groupe de rebelles n'a pas fondamentalement modifié la situation sécuritaire dégradée du Tchad. Les combats avec les rebelles se sont poursuivis sporadiquement en 2007. Un affrontement avec les rebelles en avril 2007, a conduit à des combats entre les troupes tchadiennes et soudanaises après que les forces tchadiennes ont traversé la frontière à la poursuite des rebelles. Le mois suivant, cependant, les deux nations ont signé un accord visant à ramener la paix dans leur région frontalière. Un accord entre le gouvernement et les partis d'opposition, signé en août 2007, a reporté le prochain tour des élections à l'Assemblée nationale jusqu'en 2009 pour créer des listes électorales et des cartes d'identité d'électeur qui empêcheraient la fraude. Cependant, les élections n'ont eu lieu qu'en 2011.

En septembre, le Conseil de sécurité de l'ONU a autorisé l'envoi de soldats de la paix au Tchad pour y protéger les réfugiés, et le mois suivant, le gouvernement et les principales forces rebelles ont signé un accord de paix. Cependant, de nouveaux combats ont éclaté en novembre et, en décembre, le Soudan a accusé le Tchad d'avoir monté des attaques dans le Darfour W en collaboration avec des rebelles là-bas. En février 2008, les rebelles ont avancé dans la capitale avant d'être contraints de battre en retraite le gouvernement et les forces rebelles ont continué à se battre dans l'est du Tchad au cours des mois suivants. Plus tard en février, la force européenne de maintien de la paix (EUFOR) de 3 700 membres a commencé à se déployer au Tchad pour protéger les réfugiés soudanais et tchadiens. En mars 2008, la force de maintien de la paix est passée sous le commandement de l'ONU et a commencé le processus d'élargissement de sa composition et d'augmentation de sa taille à plus de 5 000.

Toujours en mars 2008, le Soudan et le Tchad ont à nouveau signé un autre accord destiné à pacifier la zone le long de leur frontière commune, mais le Soudan a rompu les relations pendant six mois à partir de mai, accusant le Tchad de soutenir un assaut des rebelles du Darfour contre la capitale soudanaise, et les relations entre les deux nations sont restées tendues. En mai 2009, le Tchad et le Soudan ont signé un accord de réconciliation, mais le même mois, le Tchad a accusé le Soudan de soutenir une attaque rebelle contre le gouvernement, puis a envoyé des forces au Darfour pour attaquer les camps rebelles tchadiens. De nouveaux pourparlers ont eu lieu entre les présidents tchadien et soudanais en février 2010. Lors des élections longtemps retardées à l'Assemblée nationale, qui ont finalement eu lieu en février 2011, le parti de Déacuteby et ses alliés ont remporté la majorité des sièges. Les principaux partis d'opposition ont accusé le gouvernement de fraude et ont refusé de participer à l'élection présidentielle d'avril, remportée par Déacuteby par un éboulement.

En 2013, l'ancien président de la République centrafricaine (RCA), François Bozizé, a accusé les forces tchadiennes d'avoir aidé à son éviction, ce que le Tchad a démenti. Le Tchad a par la suite fourni quelque 850 soldats aux forces de maintien de la paix de l'Union africaine en RCA et a aidé à chasser (2014) le chef rebelle qui avait succédé à Bozizé. Il a retiré ses forces en mars alors que la violence ethnique augmentait en RCA et après que les Tchadiens ont été accusés d'avoir aidé les rebelles à majorité musulmane et d'avoir tué des civils innocents.

En janvier 2015, le gouvernement tchadien a approuvé une assistance militaire au Cameroun et au Nigeria, pour lutter contre Boko Haram Boko Haram
[L'éducation occidentale est un péché], milice fondamentaliste islamique nigériane, officiellement Jama'atu Ahlis Sunna Lidda'awati Wal-Jihad [personnes engagées dans la propagation des enseignements du Prophète et du jihad]. Il est né (c.
. Cliquez sur le lien pour plus d'informations. 's forces. Les troupes tchadiennes ont commencé leurs opérations au Nigeria le mois suivant, et Boko Haram a alors monté ses premières attaques contre le Tchad. Les tentatives depuis 2015 d'organiser et d'exploiter une force multinationale régionale autorisée par l'Union africaine pour lutter contre Boko Haram ont été entachées de désaccords. Les forces tchadiennes ont également monté des opérations dans certaines parties du Niger et du Mali.

Déby a remporté un cinquième mandat à la présidence en avril 2016, mais la campagne a été entachée d'irrégularités et l'opposition a accusé le gouvernement de fraude. Les modifications constitutionnelles de 2018 ont rétabli les limites des mandats, mais ne les ont pas appliquées rétroactivement à Déby, et les pouvoirs du président ont été accrus et le mandat a été prolongé. En août 2018, un groupe rebelle basé en Libye a lancé des attaques dans le nord du Tchad. Des attaques ont également eu lieu en 2019. Boko Haram a lancé une attaque particulièrement meurtrière contre les forces tchadiennes dans la région du lac Tchad du pays en mars 2020.

Bibliographie

Voir H.D. Nelson, éd., Manuel régional pour le Tchad (1972) J.A. Works, Pèlerins en terre étrange : les communautés haoussa au Tchad (1976) M.P. Kelley, État en désarroi : conditions de survie du Tchad (1986) T. Collelo, Tchad : une étude de pays (2e éd. 1990) S.C. Nolutshungu, Limites de l'anarchie : intervention et formation de l'État au Tchad (1996) M.J. Azevedo et E.A. Nnadozie, Tchad : une nation à la recherche de son avenir (1997) S. Decalo, Dictionnaire historique du Tchad (3e éd. 1997) M.J. Azevedo, Racines de la violence : une histoire de la guerre au Tchad (1998) J. M. Burr, La guerre de trente ans en Afrique : le Tchad, la Libye et le Soudan, 1963–82111993 (1999).

(République publique du Tchad République du Tchad), un État d'Afrique centrale. Le Tchad est limitrophe de la Libye au nord, du Soudan à l'est, de la République centrafricaine au sud et du Cameroun, du Nigeria et du Niger à l'ouest. Superficie, 1,284 million de km². Population, 4,160 millions (1977). La capitale est la ville de Ndjamena (anciennement Fort Lamy). Sur le plan administratif, le pays est divisé en 14 préfectures.

Gouvernement. En novembre 1979, un gouvernement provisoire d'unité nationale a été formé à la suite d'un coup d'État militaire.

Caractéristiques naturelles. La moitié nord du Tchad se situe dans le Sahara, tandis que la moitié sud englobe le Sahel et une partie de la région naturelle du Soudan. La majeure partie du Tchad est occupée par une plaine plate, avec des altitudes de 250&ndash300 m à l'ouest (la dépression de Bodele, 155 m) et 350&ndash400 m et plus au nord, à l'est et au sud. Au nord, les plaines sont traversées par de nombreux oueds et de vastes zones sont occupées par des sables mouvants. Le plateau du Tibesti, dont l'altitude la plus élevée atteint 3 415 m, est situé à l'extrême nord. Au nord-est s'élèvent les plateaux de l'Erdi (1 115 m) et de l'Ennedi (1 450 m), tandis que le massif du Wadai (Ouaddaï) (avec le mont Guéra à 1 790 m) est situé au sud-est.

Le Tchad se situe dans la partie nord-est de la Plate-forme africaine, au sein du Bouclier centrafricain, de la Plate-forme saharienne et de la Syneclise tchadienne. Il existe des affleurements de roches métamorphiques de la fondation précambrienne dans les massifs du Tibesti et du Wadai (hautes terres) et dans la partie sud-ouest du pays. Le manteau de la plate-forme est composé de diverses roches sédimentaires du Paléozoïque, du Crétacé (le massif du Tibesti et les plateaux d'Erdi et de l'Ennedi) et du Cénozoïque (Tchad Syneclise). Les massifs du Tibesti et du Wadai ont largement développé des roches volcaniques cénozoïques.

Les minéraux ont été peu étudiés. La rive nord-est du lac Tchad possède des gisements de carbonate de sodium naturel. Situé dans le sud-ouest sont des gisements de bauxites (à Moundou, avec des réserves connues de 10 millions de tonnes, et Laï, avec 3,5 millions de tonnes contenant jusqu'à 57 pour cent d'Al2O3) les gisements de minerai de fer se trouvent dans la partie orientale du massif du Wadai (Hadjer) et à proximité de la ville de Pala. On y trouve également des gisements de minerais d'étain et de tungstène (Tibesti), liés à des pegmatites de métaux rares, au sein desquels se trouvent également des minerais de tantale et de niobium, ainsi que de l'or (Wadai), du zinc (Tibesti), du cuivre (lac Léonard), et l'uranium (plateau de l'Ennedi). Des gisements de pétrole ont été découverts dans l'ouest et le sud-ouest du pays, dans le bassin du fleuve Chari (Shari).

Au nord de 15°&ndash16° N lat. le climat est désertique tropical. La température moyenne de janvier est de 15°C (sur les hauts plateaux du Tibesti, en dessous de 10°C), tandis que la température moyenne de juillet est de 30°&ndash35°C les températures quotidiennes fluctuent considérablement, en moyenne 20°C. Les précipitations annuelles s'élèvent à 100&ndash250 mm, bien que par endroits elles soient inférieures à 50 mm, les précipitations sont rares et irrégulières. Les vents forts provoquant des tempêtes de sable sont caractéristiques. Au sud le climat est de mousson équatorial, avec des hivers secs (octobre ou novembre à avril ou mai). La température moyenne en janvier est de 21°&ndash24°C, et en avril ou mai, 30°&ndash33°C. La quantité annuelle de précipitations passe de 250 à 500 mm au nord à 1 000 mm au sud.

Il n'y a pas de cours d'eau de surface permanents dans la partie nord du Tchad, les oueds ne se remplissent d'eau qu'après les pluies. Au sud, le réseau fluvial est assez dense. Les principaux fleuves navigables sont le Chari, qui se jette dans le lac Tchad (dont la partie orientale appartient à la République du Tchad) et son affluent le Logone. Les autres rivières comprennent l'Aouk et le Salamat, tous deux affluents du fleuve Chari, et le Batha, qui se jette dans le lac Fitri. Les rivières débordent considérablement pendant la saison des pluies, inondant d'énormes zones et les transformant en marécages ininterrompus pendant la saison sèche, elles deviennent très peu profondes.

Les régions septentrionales sont dominées par des déserts caillouteux, presque dépourvus de végétation, alternant avec des déserts sablonneux, avec des sous-arbustes et arbustes épineux, tels que l'épine de chameau, le tamaris et l'acacia. Les palmiers dattiers poussent dans les oasis. Le long de la bordure sud du Sahara, la végétation est de type semi-désertique. Au sud de 15°&ndash16°N lat. il y a de vastes savanes de type désertique, avec une couverture herbeuse clairsemée et des fourrés d'acacias poussant sur des sols brun rougeâtre et brun. L'extrême sud présente des savanes typiques, avec des baobabs et des palmiers doum poussant sur des sols lessivés brun rougeâtre. Les zones basses ont des sols compacts hydromorphes noirs, enrichis en carbonates. Il y a des marécages herbeux dans les plaines inondables des rivières et le long des rives des lacs.

Les savanes sont l'habitat de nombreux grands mammifères, tels que l'éléphant, le rhinocéros, y compris le rhinocéros blanc, le buffle, la girafe et diverses antilopes. Les prédateurs comprennent le lion, le léopard, le chacal et la hyène. Certaines faunes de type savane, à savoir les lions et les antilopes, sont également rencontrées en bordure de la zone désertique. La faune est rare au plus profond du désert. Les hippopotames et les crocodiles habitent les lacs. Serpents, lézards et insectes abondent. Parmi les oiseaux, on retrouve les autruches, le long du bord du Sahara, ainsi que divers oiseaux aquatiques et marécageux, le long des rivières et des lacs. À Zakouma, le plus grand parc national du pays, les éléphants, les rhinocéros, les girafes, les buffles, les antilopes, les autruches et autres animaux sont protégés.

Population. La composition ethnique de la population est complexe. Environ la moitié de la population se compose de peuples qui parlent les langues du Soudan central et oriental, y compris le baguirmi (avec les langues apparentées Sara, Laka, Bongo et d'autres), Mboum, Maba, Mimi, Massalit, Dago et Tama. Les régions désertiques au nord du lac Tchad sont habitées par des Tubu, qui appartiennent linguistiquement au groupe Kanuri-Tubu, et des Arabes, dont certains mènent un mode de vie nomade. Au sud du lac Tchad se trouvent les peuples de la famille linguistique haoussa, notamment les haoussa, les moubi, les massa et les kotoko. Il y a aussi un petit nombre d'Européens, principalement des Français. La langue officielle est le français. La langue arabe est également très répandue.

Plus de 50 pour cent de la population adhère aux croyances locales traditionnelles. Les autres sont principalement des musulmans, il y a des chrétiens et des catholiques romains et des protestants. Le calendrier officiel est le grégorien.

Au cours de la période 1970-1974, la croissance démographique annuelle moyenne s'élevait à 2,1 pour cent. La population économiquement active s'élève à 1,5 million (1976) dont 1,3 million dans l'agriculture et seulement 24 000 dans l'industrie. La densité moyenne de la population est (1977) de 3,2 personnes par km². La partie sud du pays est la plus peuplée, tandis que la partie nord est la moins peuplée. La population urbaine constitue 15 pour cent (1977, estimation) du total. Les villes les plus importantes sont Ndjamena (population, 300 000 en 1975, y compris la banlieue), Sarh, Moundou et Abeacuteché.

Enquête historique. Les découvertes archéologiques révèlent que la zone actuellement occupée par le Tchad a été colonisée dans les temps anciens. La culture archéologique la plus ancienne qui a été étudiée dans ce qui est maintenant le Tchad est la culture Sao, datant de la fin du premier millénaire UN D. (voirSAO). L'état du Kanem a émergé au IXe siècle (voirEMPIRE KANEM-BORNU). L'État Ouadaï (Ouaddaï) s'est formé dans la partie orientale du Tchad actuel entre les XIIe et XIVe siècles (voirWADAI). Au 16ème siècle, l'état Baguirmi (Bagirmi) a émergé dans la partie centrale du Tchad. Au milieu du XVIIIe siècle, il s'empara d'une partie du Kanem-Bornu, mais au début du XIXe siècle, Baguirmi lui-même passa sous la dépendance vassale de l'État du Ouadaï. A la fin du 19ème siècle, presque tout le Baguirmi et une partie du Kanem-Bornu et du Wadai étaient inclus dans l'état de Rabah, ou Rabeh (voirÉTAT DE RABAH). Les peuples de l'État de Rabah ont obstinément résisté aux colonialistes français qui, à la fin du XIXe siècle, se sont lancés dans l'expansion coloniale en Afrique équatoriale. Après la destruction de l'armée de Rabah&rsquos par les troupes françaises en 1900, le Tchad fut proclamé territoire militaire français, bien que la conquête de certaines régions se poursuivit jusqu'en 1914. En 1904, le Tchad fut intégré à la colonie française d'Ubangi-Shari-Tchad (ou Oubangui-Chari-Tchad), qui fut intégrée en 1910 à la fédération coloniale de l'Afrique équatoriale française. En 1914, le Tchad est séparé de l'Ubangi-Chari et devient une colonie indépendante au sein de l'Afrique équatoriale française. La France a fait du Tchad une base d'opérations militaro-stratégique et la source de matières premières agricoles pour la mère patrie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Tchad était l'une des bases des Français combattants, et des opérations militaires étaient menées depuis son sol contre les troupes italiennes et allemandes en Libye.

Après la Seconde Guerre mondiale, le mouvement de libération nationale s'est intensifié au Tchad. En 1946, le Tchad est devenu un territoire d'outre-mer de la France au sein de l'Afrique équatoriale française. La lutte pour l'indépendance du Tchad a été menée par le Parti progressiste du Tchad (Parti Progressiste Tchadien PPT), fondé en 1947 en tant que section locale de l'Assemblée démocratique africaine (voirASSEMBLÉE DÉMOCRATIQUE AFRICAINE). En 1957, un conseil de gouvernement des Africains a été fondé au Tchad. Le 28 novembre 1958, conformément aux résultats d'un référendum du 28 septembre 1958 sur le projet de nouvelle constitution française, le Tchad est proclamé république au sein de la Communauté française, et F. Tombalbaye, le chef du PPT, a été nommé chef du gouvernement. Le 11 août 1960, le Tchad est proclamé État indépendant et Tombalbaye devient président. Le 20 septembre 1960, le Tchad est devenu membre de l'ONU.

Après la proclamation de l'indépendance, le développement du Tchad s'est poursuivi au milieu d'une intense lutte politique interne. En avril 1962, une constitution a été adoptée qui a réaffirmé le système présidentiel qui avait émergé dans le pays. En 1962, tous les partis politiques, à l'exception du PPT, ont été dissous, ce qui a entraîné l'interdiction de toute opposition, ce qui a été officiellement confirmé par un amendement de 1965 à la constitution.

Dans le domaine économique, le développement des capitaux privés est encouragé : diverses incitations fiscales sont accordées par le gouvernement, qui cherche également à attirer des capitaux étrangers, principalement français. En 1963, un code des investissements a été adopté qui accordait divers privilèges aux entrepreneurs étrangers. Dans le même temps, afin de surmonter le retard économique, le gouvernement a élargi le rôle de l'État dans toutes les sphères de la vie économique. Il s'est efforcé de prendre le contrôle du crédit et du système monétaire, et il s'est efforcé de créer des entreprises d'État et des entreprises mixtes (c'est-à-dire partiellement contrôlées par l'État), et d'introduire une planification économique, il s'est également tourné vers le développement social.

En 1965, les manifestations antigouvernementales des groupes ethniques du nord et du nord-est se multiplient. En 1966, la direction de la lutte a été reprise par l'organisation militaro-politique clandestine du Front de libération nationale du Tchad (Frolinat). pour tous les citoyens du pays. Afin de réprimer ces épidémies, des troupes françaises ont été amenées au Tchad en 1968 et y sont restées jusqu'en 1972. (Des unités militaires françaises ont été envoyées au Tchad après 1972 à la demande du gouvernement tchadien.)

Afin d'améliorer la situation dans le pays, une politique de réconciliation nationale a été mise en œuvre en 1971. Un congrès extraordinaire du PPT a eu lieu en 1973, qui a adopté une résolution prévoyant sa propre dissolution et la fondation d'une nouvelle organisation politique&mdashthe National Mouvement pour la Révolution Culturelle et Sociale (Mouvement National pour la Révolution Culturelle et Sociale MNRCS). Néanmoins, la situation politique intérieure est restée tendue. Un coup d'État militaire a été organisé le 13 avril 1975, à la suite duquel Tombalbaye a été tué, le gouvernement a été dissous, les garanties constitutionnelles ont été suspendues et les activités des partis politiques et des syndicats ont été interdites. En août, le Conseil militaire suprême a été proclamé l'organe suprême du pouvoir. Le général de brigade F. Malloum est devenu président du Conseil militaire suprême et chef de l'État.

Le 29 août 1978, la Charte fondamentale de la République du Tchad (Charte Fondamentale du Tchad) a été proclamée. Selon la charte, F. Malloum est devenu président et H. Habré, chef des Forces armées du Nord (FAN), un groupe militaire et politique qui s'est séparé du Frolinat, est devenu Premier ministre. En février 1979, les forces militaires soutenant Habré, Frolinat et d'autres groupes rebelles affrontèrent l'armée de Malloum à N'Djamena. En mars 1979, le régime de Malloum tombe.

La lutte pour le pouvoir entre certains groupes ethniques s'est poursuivie. En août 1979, ces groupes sont parvenus à un accord à Lagos, et le Gouvernement de transition d'unité nationale (Gouvernement de l'Union nationale de transition) a été formé, il comprenait des représentants de tous les groupes ethniques, sur la base d'une représentation égale, du sud et du nord du Tchad. Goukouni Oueddei devient chef de l'Etat et du gouvernement. À la suite d'un conflit armé entre le FAN et le Frolinat en mars 1980, un conflit interne éclata à nouveau. En décembre 1980, l'armée de Goukouni Oueddei a pris le contrôle de N'Djamena.

Depuis son indépendance, la politique étrangère de la République du Tchad a été guidée par les principes de non-alignement avec les blocs de puissance et de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays. Le Tchad soutient la coexistence pacifique, le désarmement universel et complet et la déclaration de l'Afrique en tant que zone non nucléaire. Il s'oppose au racisme et à l'apartheid et soutient l'éradication du système colonial. Le Tchad est membre de l'Organisation de l'unité africaine et membre associé de la Communauté économique européenne (Marché commun). Elle entretient des relations étroites avec la France avec laquelle elle a signé en 1960 plusieurs accords de coopération dans divers domaines dont les accords ont été revus en 1976.

L'URSS a reconnu la République du Tchad le jour de la proclamation de l'indépendance et a établi des relations diplomatiques en novembre 1964. Un accord de coopération scientifique et culturelle a été conclu entre l'URSS et le Tchad en 1966, un accord commercial en 1967, un accord de coopération économique et technique. en 1968, et un accord sur le transport aérien en 1974.

Économie. Le Tchad est un pays agraire. L'agriculture représente environ 80 pour cent du produit intérieur brut, tandis que l'industrie représente environ 11 pour cent. En 1976, le produit intérieur brut par habitant était de 90 $. Les positions clés de l'économie sont occupées par des capitaux étrangers, principalement français. La politique économique du gouvernement se concentre sur les moyens d'attirer et d'encourager les investissements étrangers. Dans le même temps, les problèmes complexes de surmonter le retard économique du pays ont nécessité une forte implication de l'État dans l'économie, la création d'entreprises d'État et d'entreprises mixtes (c'est-à-dire partiellement contrôlées par l'État) et l'introduction de la planification dans les développement social.

AGRICULTURE. L'agriculture est dominée par la propriété foncière communale, et la tenure foncière est assurée par des exploitations paysannes de subsistance et de semi-subsistance. Toutes les opérations agricoles sont faites à la main. L'État accorde des crédits aux paysans et instaure des formes étatiques d'organisation de la production agricole.

Les terres agricoles occupent 40 pour cent de la superficie du pays et 13 pour cent des terres agricoles sont cultivées. La branche principale de l'agriculture est la production végétale, qui est répandue dans la partie sud du pays. La principale culture d'exportation est le coton, qui est cultivé principalement dans le sud-ouest, dans le bassin du fleuve Logone. En 1976, 174 000 tonnes de coton brut ont été récoltées sur une superficie de 330 000 hectares (ha). Les principales cultures vivrières sont le mil (superficie, 900 000 ha de récolte, 523 000 tonnes en 1975), l'arachide (56 000 ha, 45 000 tonnes), le riz (53 000 ha, 37 000 tonnes) et le blé (5 000 ha, 4 000 tonnes). Les palmiers dattiers, qui ont donné 26 000 tonnes de dattes en 1975, sont cultivés dans les oasis du sud du Sahara.

L'occupation traditionnelle d'un tiers de la population est l'élevage nomade ou semi-nomade. Les sécheresses périodiques contribuent à un déclin considérable du cheptel. En 1976, il y avait 4 millions de têtes de bétail et 5 millions d'ovins et de caprins. Il y a aussi la pêche, sur le lac Tchad, le fleuve Logone et ailleurs, produisant jusqu'à 110 000 tonnes de poisson par an. Le poisson est exporté sous forme séchée ou fumée.

INDUSTRIE. L'industrie est principalement représentée par de petites entreprises, principalement artisanales, engagées dans la transformation de matières premières agricoles. La plupart des grandes entreprises sont dans l'industrie agroalimentaire, elles comprennent des abattoirs et des usines de réfrigération, un complexe de conditionnement de viande, un moulin à farine, des moulins à riz, des moulins à huile végétale, une raffinerie de sucre et une brasserie. Les entreprises de l'industrie textile comprennent des usines d'égrenage de coton et un complexe textile à Sarh. Un complexe sucrier était en construction en 1978 à Sarh.

Les centrales électriques fonctionnent au pétrole importé. La production d'électricité s'élevait à 60 millions de kWh en 1975. Du carbonate de sodium est extrait (environ 10 000 tonnes en 1974).

TRANSPORT. Les routes carrossables totalisent 32 000 km, dont 255 km sont asphaltés (1976). Nombre de véhicules à moteur 12.000 (1976). Il y a la navigation le long des fleuves Logone et Chari. N'Djamena possède un aéroport international.

COMMERCE EXTÉRIEUR. En 1974, les exportations s'élevaient à 9,1 milliards de francs CFA et les importations à 20,9 milliards de francs CFA. Les principales exportations sont le coton, qui représente 70 pour cent de la valeur des exportations, et les produits de l'élevage, qui représentent 20 pour cent. Les principales importations sont les équipements industriels et de transport (plus de 40 %), les produits pétroliers (23 %), les denrées alimentaires (12 %), les produits chimiques (10 %) et les produits textiles (8 %). Le principal partenaire commercial est (1974) la France, qui a acheté 50 pour cent des exportations et fourni 44 pour cent des importations.

L'unité monétaire est le franc CFA. (En juillet 1977, 244,1 francs CFA = 1 $ US).

Forces armées. Les forces armées comprennent l'armée (4 500 hommes), l'aviation (300 hommes) et une force de police (2 500 hommes). A cela s'ajoutent une garde nationale et une garde nomade (4 200 hommes). La direction générale des forces armées est exercée par le Comité de la défense nationale, dont le président est également chef de l'État et dirige également le ministère de la Défense nationale.

Médecine et santé publique. Selon l'Organisation mondiale de la santé, le taux de natalité au cours de la période 1965&ndash70 (en moyenne annuelle) était de 47,7 pour 1 000 habitants, et le taux de mortalité, 25 la mortalité infantile est élevé (160 pour 1 000 naissances vivantes dans la période 1965&ndash70). Les principales causes de décès sont les maladies infectieuses et parasitaires, ainsi que la malnutrition. La tuberculose, les maladies vénériennes, le paludisme, la lèpre, les maladies gastro-intestinales et les maladies infantiles sont également très répandues.

En 1977, le Tchad comptait quatre hôpitaux, deux polycliniques, 20 centres médicaux, et environ 150 autres établissements médicaux le nombre de lits d'hôpitaux s'élevait à 3.500. Il y avait 89 médecins (un médecin pour 50 000 habitants), dont 26 Africains, trois dentistes, cinq pharmaciens et plus de 1000 personnels médicaux secondaires et autres. Les médecins sont formés à l'étranger, tandis que le personnel médical secondaire est formé (depuis 1961) dans une école de médecine spéciale au Tchad. Les dépenses de santé représentaient 6,8 % du budget de l'État en 1976.

MÉDECINE VÉTÉRINAIRE. Les services vétérinaires du Tchad n'en sont qu'au stade de la formation. Il y a une grave pénurie de personnel vétérinaire et les statistiques vétérinaires n'ont pas été compilées. L'anthrax, ainsi que la peste bovine, la pneumonie épidémique et les maladies parasitaires causent d'énormes dommages économiques. La gale bovine, la gale des ongulés solides et des chameaux, les helminthiases des chameaux, des bovins et des porcs, l'échinococcose et la cysticercose des ruminants, la fasciolase, la trypanosomose et la piroplasmose sont également répandues. Des cas ont également été enregistrés de rage, de strepto-trichose et de charbon emphysémateux ou jambe noire (principalement chez les bovins et les chameaux). Les maladies causées par une carence en oligo-éléments et en vitamines sont responsables de la faible productivité du bétail.

En 1976, le Tchad comptait 25 vétérinaires. Il existe un centre de recherche vétérinaire à N'Djamena. Le Tchad compte 52 postes vétérinaires, dont six postes frontières (1976), ainsi qu'une école vétérinaire. L'URSS assiste le Tchad dans le fonctionnement du centre vétérinaire et dans la formation des vétérinaires spécialistes.

Éducation. Les premières écoles de type européen sont apparues dans l'actuel Tchad au début du XXe siècle. Avant cela, il existait un réseau assez bien développé d'institutions éducatives musulmanes, notamment des écoles coraniques et des madrasas. Au moment où l'indépendance a été déclarée (1960), environ 10 pour cent des enfants du groupe d'âge correspondant fréquentaient l'école primaire et moins de 1 pour cent fréquentaient l'école secondaire. Un centre d'État pour l'élimination de l'analphabétisme a été fondé en 1962. Une loi de 1967 a instauré l'enseignement obligatoire de quatre ans.

Dans une large mesure, le système scolaire tchadien est basé sur le système français. L'administration de l'enseignement public relève de la compétence du ministère de l'Éducation nationale, qui contrôle le travail des établissements d'enseignement publics et privés. Les enfants à partir de six ans sont acceptés à l'école primaire de six ans. L'école primaire est subdivisée en trois cycles de deux ans : préparatoire, élémentaire et intermédiaire. Les localités rurales ont des écoles primaires incomplètes, avec un cycle d'instruction de quatre ans. Des concours doivent être réussis pour être admis dans les établissements d'enseignement secondaire. Il existe deux types d'écoles secondaires d'enseignement général : les collèges d'enseignement général, d'une durée de quatre ans, qui dispensent un enseignement secondaire incomplet, et Lycées, avec une durée d'instruction de sept ans, qui fournissent un enseignement secondaire complet. Lycée les diplômés ayant réussi les examens du baccalauréat peuvent s'inscrire dans un établissement d'enseignement supérieur sans passer d'examens.

L'enseignement professionnel et technique est peu développé. Ceux qui terminent l'école primaire peuvent aller dans des centres d'apprentissage, avec une durée d'enseignement allant de deux à trois ans. Il existe également des écoles techniques et commerciales, avec une durée d'enseignement de six ou sept ans.

L'enseignement dans tous les établissements d'enseignement est dispensé en français. Au cours de l'année scolaire 1975-1976, les écoles primaires avaient un effectif de plus de 450 000 élèves, ce qui représentait environ 50 pour cent du nombre total d'enfants du groupe d'âge correspondant. Au cours de l'année scolaire 1973-74, les écoles secondaires accueillaient 12.900 personnes, dont 11.400 dans des établissements d'enseignement général, tandis que le reste appartenait à des établissements d'enseignement professionnel, technique et de formation des enseignants.

L'Université du Tchad est située à N'Djamena. Fondée en 1971, elle possède des facultés de lettres, de droit, de sciences exactes, de pédagogie et de zootechnie durant l'année académique 1976&ndash77, elle a un effectif de 600 étudiants. La bibliothèque universitaire compte 9 000 volumes. Egalement à N'Djamena se trouvent l'Ecole Nationale d'Administration, l'Institut d'Elevage et de Médecine Vétérinaire et le Musée National (fondé en 1963).

Presse et radio. Depuis 1979, un bulletin de l'Agence de presse du Tchad est publié, bien qu'irrégulièrement, au Tchad. Une station de radio opère dans la ville de Moundou.

Architecture et art. Des vestiges de l'ancienne culture Sao, datant principalement du VIIIe au Xe siècle, ont été découverts dans la partie sud du Tchad. Particulièrement expressives sont les têtes humaines en argile aux proportions faciales fortement déformées datant principalement du Xe siècle. Les villages ruraux sont constitués de huttes étroitement groupées, entourées d'un mur ou d'un enclos de terre. Les huttes sont circulaires ou rectangulaires, avec des murs en pierre et des toits pointus. Dans les villes, les maisons ont des cours intérieures et des toits plats et sont entourées de murs crénelés. Le tissage (tissus brillants à rayures) et la broderie (motifs géométriques) sont bien développés, de même que la maroquinerie (sacs, selles, chaussures, récipients), la métallurgie (armes à fines ornementations géométriques, ornements de cuivre et de bronze, gaufrage d'argent), le tressage et tressage (paniers, coupes, assiettes à ornements géométriques) et poterie (bassins, vases, jarres à dessins polychromes).

Musique. La diversité de la musique tchadienne découle de la diversité ethnique de la population. Les traditions musicales du Tchad de nombreuses ethnies sont strictement réglementées. De nombreuses difficultés dans le développement de la musique sont liées à la structure de caste de la société et aux limitations imposées par l'ordre social par exemple, tout le monde n'a pas le droit de jouer de certains instruments.

Les instruments de musique les plus importants sont les tambours. Constitués d'argile ou de différentes essences de bois, ils sont cylindriques, en forme de tronc de cône (avec des membranes constituées d'un gâteau dur et visqueux) et possèdent une ou deux têtes. Un interprète joue fréquemment deux tambours simultanément, dont l'un représente apparemment la voix masculine et l'autre, la voix féminine. Les ensembles de trois tambours sont populaires, leur résonance mixte produisant une texture polyrythmique complexe. D'autres instruments à percussion sont également répandus, notamment divers types de hochets et de clochettes d'une importance particulière sont les xylophones (balaphons), dont il existe plusieurs variétés. Les instruments à vent et les instruments à cordes (par exemple, le luth) étaient évidemment importés des pays arabes. Les premiers comprennent le alghaita (un type de hautbois), une clarinette transversale à roseau et un cor métallique (environ 230 cm de long). Habituellement, les instruments à vent sont combinés avec des tambours, un ensemble professionnel typique se compose d'un alghaita, deux ou trois tambours, et un chanteur s'accompagnant au luth.

Les chants et les danses sont divers et beaucoup sont liés à des occupations spécifiques (les chasseurs&rsquo dansent mdomdang), rituels (ndom mbessi, bajan, et n&rsquodassdon, danses accompagnant les rites d'initiation, et klag, une danse funèbre), ou des vacances (germane, mbille, sai, basaka, et joro-joro). Il existe un riche répertoire de chansons élogieuses honorant des événements ou des personnes célèbres. La plupart des chansons sont caractérisées par la gamme pentatonique, une étendue d'octave, une ligne mélodique descendante et une exécution antiphonique (soliste et chœur ou échange vocal entre deux chœurs).

Depuis la proclamation de l'indépendance, une grande attention a été portée au développement de la musique. Le Centre national, organisé sous les auspices de l'université de N'Djamena, est impliqué dans la collecte et l'arrangement de la musique folklorique. En 1970 est créé l'Ensemble National de Danse (avec Ngorjo Buletit comme directeur artistique), auquel se rattache le travail de nombreux musiciens tchadiens, dont celui des chanteurs Ma-galvana Betara et Zaido Kema. L'ensemble a effectué des tournées à l'étranger, notamment en URSS (1975).

LES RÉFÉRENCES

un lac d'Afrique sans exutoire, situé dans la région naturelle du Soudan au Nigeria, au Niger, en République du Tchad et au Cameroun.

Le lac moderne est la relique d'un ancien bassin d'eau enclavé qui, pendant les périodes d'humidité climatique accrue, s'est étendu à plusieurs reprises jusqu'à 400 000 km² il y a environ 5 000 ou 6 000 ans, puis a diminué en taille. La superficie du lac varie, en fonction des fluctuations à long terme du niveau, de 10 000 à 26 000 km², la profondeur maximale varie avec la zone de 4 à 11 m.

Le lac Tchad se trouve dans un bassin plat à une altitude de 240 m. Les rives sont plates et principalement marécageuses, délimitées au nord par des dunes de sable. Les étendues d'eau ouvertes dans les parties nord-ouest, sud et sud-est du lac sont séparées par des hauts-fonds et d'anciennes dunes submergées recouvertes de roseaux et de papyrus. De nombreuses îles, les sommets des dunes semi-submergées, se trouvent le long des rives nord-est et est.

Le lac reçoit la rivière Chari (Shari) du sud, la rivière Komaduga Yobée de l'ouest et plusieurs rivières plus petites. La fluctuation annuelle moyenne du niveau d'eau est d'environ 1 m les niveaux les plus élevés se produisent en décembre ou janvier, lorsque le débit moyen du Chari est le plus élevé les niveaux les plus bas se produisent en juillet. L'eau du lac Tchad est douce près des embouchures des rivières et légèrement salée partout ailleurs la minéralisation négligeable s'explique par le renouvellement continuel de l'eau du lac en raison du drainage souterrain des eaux d'infiltration. Dans de rares cas, lors de niveaux extraordinairement élevés, il y a un écoulement de surface temporaire du lac vers le nord-est, à travers le bras sec BahrelGhazal.

Lamantins, hippopotames et crocodiles abondent dans le lac Tchad. Il existe de nombreuses espèces d'oiseaux aquatiques et des marais. Le lac est utilisé pour la pêche, produisant une capture annuelle d'environ 100 000 tonnes. Il est navigable entre les embouchures des rivières Chari et Komadugu Yobé.


Voir la vidéo: Systèmes de Transport Intermodal + Techniques de Transbordement (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Eskor

    Article intéressant

  2. Shalmaran

    Je m'excuse, mais à mon avis, vous vous trompez. Entrez, nous en discuterons. Écrivez-moi dans PM, nous parlerons.

  3. Jackson

    Curieux, y a-t-il un analogue?

  4. Shaktiran

    Merci, c'était intéressant à lire.

  5. Zulkitaur

    Merci pour l'information, puis-je vous aider synonyme de quelque chose?

  6. Zuhayr

    Ce n'est pas sympa!

  7. Dubh

    Je suis d'accord, cette très bonne pensée tombe au fait

  8. Tailayag

    Selon ma, la lettre de quelqu'un - alexia :)



Écrire un message