Podcasts sur l'histoire

Molière meurt - Histoire

Molière meurt - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

En 1673 Molière (Jean Baptiste Poquelin) le dramaturge français mourut. Il était le dramaturge classique français le plus connu. Ses œuvres comprenaient Le Misanthrope et Les Femmes Savantes.

Le poète-soldat Rupert Brooke est mort en Grèce

Le 23 avril 1915, Rupert Brooke, un jeune érudit et poète servant comme officier dans la Royal Navy britannique, meurt d'une intoxication sanguine sur un navire-hôpital ancré au large de l'île grecque de Skyros, en attendant son déploiement dans l'invasion alliée de Gallipoli. Péninsule.

Brooke, né en 1887 à Rugby, en Grande-Bretagne, a fréquenté le King&# x2019s College de Cambridge, où il s'est lié d'amitié avec de futures sommités comme E.M. Forster, John Maynard Keynes et Virginia Stephens (plus tard Woolf) en tant que membre du célèbre ensemble de Bloomsbury. Brooke&# x2019s voyages aux États-Unis en 1912 a produit une série d'essais et d'articles acclamés qu'il a également vécu pendant un certain temps à Tahiti, où il a écrit certains de ses poèmes les plus connus. De retour en Angleterre juste avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale en août 1914, Brooke obtient une commission dans la Royal Naval Division avec l'aide de son ami proche Edward Marsh, alors secrétaire du Premier Lord de l'Amirauté Winston Churchill. Dans sa poésie, Brooke a salué l'arrivée de la guerre, écrivant : "Maintenant, Dieu soit remercié qui nous a accordé son heure/Et a attrapé notre jeunesse, et nous a réveillés du sommeil."

Rupert Brooke a vu sa seule action de la Première Guerre mondiale au cours de la défense d'Anvers, Belgique, contre l'invasion allemande au début d'octobre 1914. Bien qu'aidé par une forte résistance des habitants d'Anvers&# x2019s, les troupes britanniques ont subi une défaite décisive dans ce conflit et ont été forcés se retirer à travers une campagne belge dévastée. Brooke est ensuite retourné en Grande-Bretagne pour attendre son redéploiement, où il a attrapé la grippe pendant l'entraînement et la préparation. Pendant sa convalescence, Brooke a écrit ce qui allait devenir le plus célèbre de ses sonnets de guerre, notamment "Paix", "Sécurité", "Les morts" et "Le soldat".

Brooke a navigué pour les Dardanelles près de la Turquie le 18 février 1915, des problèmes avec les mines ennemies ont entraîné un retard dans le déploiement de son escadron&# x2019s et un stage d'entraînement en Égypte, où Brooke a contracté la dysenterie. À cette époque, Brooke&# x2019s poèmes avaient commencé à se faire remarquer en Grande-Bretagne, et on lui a offert la chance de retourner en Grande-Bretagne et de servir loin du champ de bataille après son rétablissement, il a refusé. Le 10 avril, il a navigué avec son unité vers la Grèce, où ils ont jeté l'ancre au large de Skyros. Là, Brooke a développé un cas mortel d'empoisonnement du sang à la suite d'une piqûre d'insecte, il est mort le 23 avril 1915, à bord d'un navire-hôpital, deux jours avant que les Alliés ne lancent leur invasion massive et malheureuse de Gallipoli.

Le 26 avril, Les temps de Londres a publié une notice nécrologique pour Brooke écrite par Winston Churchill. Les pensées qu'il a exprimées dans les très rares sonnets de guerre incomparables qu'il a laissés, écrit Churchill, seront partagées par plusieurs milliers de jeunes hommes avançant résolument et allègrement dans ce, le plus dur, le plus cruel et le moins... récompensé de toutes les guerres que les hommes ont livrées. Les premières lignes de "Le soldat", Brooke&# x2019s le plus célèbre poème, évoquent le patriotisme simple et sincère auquel Churchill a estimé que tous les soldats anglais&# x2019s devraient aspirer : "Si je devais mourir, ne pense qu'à ceci de moi/Qu'il y a quelque coin d'un champ étranger/C'est pour toujours l'Angleterre."


8 des faits les plus étonnants sur Molière

Molière. La simple évocation de ce nom nous renvoie à l'apogée de la comédie classique française. Même de nos jours, Molière est considéré comme l'un des plus importants dramaturges qui ait jamais vécu. Ses œuvres sont toujours parmi les plus jouées au monde.

Dans cet article, je vais vous faire découvrir mes meilleures anecdotes pour vous présenter l'un des écrivains français les plus célèbres, à qui l'industrie du théâtre doit encore certains de ses chefs-d'œuvre les plus importants.

Portrait de Molière par Mignard – Public Domain – Source : Wikimedia Commons

Avant-propos de Molière

Molière, de son vrai nom Jean-Baptiste Poquelin, est né à Paris au XVIe siècle. Il était le fils de Jean Poquelin et de Marie Cressé. Ses parents sont vendeurs de tapis dans la capitale française. L'enfance de Molière est mal connue. Le lieu et le type d'études qu'il aurait suivi avant de se tourner vers la dramaturgie divisent encore les historiens.

Seule certitude, Molière a décidé de quitter la maison de ses parents pour rejoindre une troupe de théâtre itinérant dès sa majorité. À cette époque, il était courant que les troupes de théâtre se déplacent de ville en ville pour jouer leurs œuvres.

Au début de sa carrière, Molière n'était « que » un acteur, c'est-à-dire qu'il jouait des œuvres d'autres auteurs. Ce n'est que plus tard qu'il commencera à écrire ses propres pièces.

1. Molière et la tragédie

Au XVII e siècle, un genre domine largement le monde du théâtre : la tragédie.

En effet, à cette époque, la tragédie est presque le seul style qui soit écrit et joué. Dans ce contexte, Molière a commencé sa carrière en jouant des pièces de tragédie, et notamment celles de Pierre Corneille, autre auteur dramatique français célèbre.

Cependant, les talents de Molière pour la tragédie n'ont pas vraiment été loués par son public, et il a fini par faire face à de nombreux échecs lors de ses représentations de tragédie. Pour comprendre ce que Molière a probablement vécu, il est important de noter que la façon dont les gens allaient voir les pièces de théâtre à l'époque était très différente de la nôtre.

En effet, lors des représentations, il était courant que le public réponde ouvertement, en se levant, en applaudissant, en huant et même en appelant directement les acteurs. Parfois, des salles de théâtre invitaient même des stands à vendre des pommes au four à l'arrière, afin que le public puisse acheter des pommes à jeter sur les acteurs si la pièce leur déplaît !

C'est ce qui est arrivé au malheureux Molière alors qu'il s'essayait à la tragédie… il allait bientôt laisser ça derrière lui pour trouver son vrai talent dans la comédie.

2. Mourir sur scène

De nombreux fantasmes ont été écrits sur la mort de Molière.

En effet, selon la croyance populaire, Molière serait mort sur la scène de son théâtre alors qu'il jouait Le Malade Imaginaire. Cependant, la vérité est légèrement différente.

Lors de la dernière représentation de cette pièce, et alors qu'il dépeignait un malade assis sur sa chaise, Molière se mit à tousser du sang. Pensant que le sang faisait partie de l'acte, le public a commencé à louer la performance de l'acteur. Un homme de la troupe de théâtre, cependant, se rendant compte de la situation réelle, fit baisser le rideau, pour évacuer Molière. Il a été immédiatement ramené à la maison et a mis encore plusieurs heures avant de décéder.

Des siècles après cet épisode, beaucoup croient encore au mythe du passage de Molière sur scène. La Comédie Française, l'un des théâtres les plus importants et les plus prestigieux de Paris, expose encore la fameuse chaise sur laquelle Molière joua son dernier portrait d'un (pas si) imaginaire Invalide…

D'ailleurs, la Comédie Française, dont l'histoire est intimement liée à celle de Molière, est un théâtre majeur au cœur de Paris, à proximité du Louvre et du Palais Royal. Vous pouvez le voir grâce à nos visites à pied des monuments, que vous pouvez réserver ici !

Chaire Molière à la Comédie Française de Paris Photo de Peter Potrowl sur Wikimedia Commons

3. La malle de Molière

De nombreux mystères entourent la vie et l'œuvre de Molière.

En effet, hormis quelques signatures sur des papiers administratifs, il y a très peu de traces manuscrites de Molière. À sa mort, sa femme aurait décidé de vendre sa malle contenant toutes ses œuvres.

La légende raconte qu'à l'époque de la Restauration (1815-1830) un homme demanda à être reçu à la Bibliothèque nationale de France, affirmant qu'il possédait une malle digne. Comme il était tard, les gardiens auraient refusé à l'homme d'entrer, répondant que personne ne pouvait le recevoir à ce moment-là. Le paysan accepte de partir mais mentionne qu'il apporte une malle contenant les œuvres originales de Molière, et que c'est une honte pour la Bibliothèque. C'était la toute dernière fois que quelqu'un entendait parler des pièces originales. Le coffre est toujours introuvable, à ce jour.

4. Molière, le tapissier du Roi

Molière est mondialement connu comme dramaturge, mais on sait moins qu'il a eu une fonction importante à la cour de Louis XIV - et cela n'a pas grand-chose à voir avec les pièces de théâtre !

En effet, si Molière est le mentoré de Louis XIV, et s'est rapidement chargé de divertir le Roi très orienté culture et théâtre, on sait moins qu'il entra dans la toute-puissante Cour du Roi en acceptant un poste de Grand Tapissier du Roi.

La tâche est alors assurée par son père, Jean Poquelin. Naturellement, Molière a emprunté la voie tracée par ce père mais son objectif secret était clairement de se rapprocher du Roi et de faire profiter ses jeux de cette proximité.

Dans la France de Louis XIV, toutes les pièces jouées à Paris devaient avoir l'approbation préalable du roi pour être autorisées. Ainsi, en plus d'écrire et de jouer des pièces de théâtre, Molière est chargé de la confection du lit du roi, de la pose des tapisseries dans les appartements royaux et de la surveillance du mobilier du roi. Ce rôle méconnu à la Cour du Roi-Soleil permet à Molière d'avoir une situation privilégiée et de bénéficier de nombreux avantages du fait de son contact avec la royauté.

5. Molière, un mystérieux nom de scène

Comme c'est souvent le cas avec les personnages célèbres, Jean-Baptiste Poquelin a décidé d'utiliser un nom de scène, désormais largement connu sous le nom de “Molière”.

Mais encore aujourd'hui, la vraie raison du choix du nom de scène n'est pas connue. Même de son vivant, Molière aurait toujours refusé d'expliquer pourquoi il avait choisi Molière comme pseudonyme. Même ses amis les plus proches – les membres de sa troupe de théâtre – n'étaient pas au courant. Une théorie des historiens expose cependant que Molière aurait pu choisir son nom de scène en l'honneur du romancier François de Molière d'Essertines, mais il n'y a aucune certitude sur cette explication.

Portrait de Molière par Mignard – Public Domain – Source : Wikimedia Commons

6. La censure et l'affaire Tartuffe

Les pièces les plus célèbres de Molière sont satiriques envers les classes supérieures de la société de leur temps. Dans ses pièces, Molière n'hésite pas à ridiculiser les riches membres de la cour de Louis XIV, en utilisant des personnages hauts en couleur. Les personnages de Molière épargnent rarement l'entourage proche du Roi, se moquant directement des personnes qui se trouvent souvent dans le public, car la fanfare se produit devant le Roi.

C'est au fur et à mesure que les pièces sont présentées au Roi qu'il peut activer son Droit de censure, ce qui signifie que le Roi peut exiger le retrait de certaines parties de la pièce incriminée, voire refuser le droit de la publier et de la jouer.

Dans la longue histoire de la censure des pièces de Molière, un épisode en particulier est resté célèbre. Il s'agit de la présentation de l'une des œuvres majeures de Molière : Le Tartuffe.

Cette pièce est une attaque directe contre les classes religieuses de l'époque, en particulier contre les « dévôts » (ceux devenus religieux à un degré extrême). La première représentation plaît beaucoup au Roi, mais les foules religieuses présentes ce jour-là – ainsi que la très pieuse Anne d'Autriche, mère du Roi – sont extrêmement choquées. Sous la pression intense de ce peuple, le roi Louis XIV accepte de censurer la pièce.

Molière, voulant défendre sa pièce, trouva un moyen astucieux de renverser la situation et de faire approuver la pièce : il remplaça le très pieux « tartuffe » (hypocrite) par un homme « faussement pieux » (c'est-à-dire que le personnage principal seul prétendait être pieux alors que ce n'était pas vrai, n'impliquant ainsi pas directement les classes religieuses).

Bien que l'incident puisse rester anecdotique, il marque un tournant dans l'œuvre de Molière. A partir de ce moment, le dramaturge décide de ne plus se moquer des cibles influentes directes de la Cour - qui pourraient voir ses pièces censurées - mais plutôt de se moquer des us et coutumes généraux de la Cour - ce qui permet alors à la Cour elle-même de rire sans que personne ne se sente visé et blessé. Comme Tartuffe, Don Juan était une autre pièce qui a dû faire face à la censure.

Il a fallu cinq ans à Tartuffe pour obtenir pleinement l'approbation royale…

7. Madeleine et Armande Béjart

Lorsque Molière choisit de travailler avec une troupe de théâtre, il rencontre une famille célèbre de l'industrie : les Béjart. La plupart des membres de cette famille travaillaient sur le terrain en tant qu'acteurs.

Molière rencontre d'abord une femme de la famille, Madeleine Béjart. Au début de sa carrière, la relation avec elle devait durer plusieurs années. Cependant, peu à peu, le lien entre Molière et Madeleine passe de l'amour à l'amitié.

N'étant plus en couple, Molière a rencontré de nombreuses autres femmes jusqu'à ce qu'il épouse un autre membre de la famille Béjart, Armande, des années plus tard. Armande Béjart était la sœur cadette de Madeleine. Elle avait près de vingt ans de moins que l'ancien amant de Molière, une différence d'âge importante qui a alimenté une rumeur.

Portrait d'Armande Béjart par Mignard – Public Domain – Source : Wikimedia Commons

En effet, certains voyaient en Armande non pas la sœur mais la fille de Madeleine. Certains sont même allés jusqu'à se demander si Armande n'était pas la fille née de la relation de Molière et Madeleine ! En épousant Armande, Molière aurait donc épousé sa propre fille…

Les historiens croient maintenant pour la plupart qu'Armande était bien la sœur de Madeleine et non sa fille. Mais la rumeur a vécu assez longtemps pour atteindre les oreilles royales du roi Louis XIV.

Alors qu'on lui annonça que Molière était sur le point d'épouser sa propre fille, les témoins rapportèrent que la réaction du roi fut de répondre au messager : « S'il épouse la fille, alors, je serai témoin à leur mariage ! ».

8. L'affaire Molière

De toutes les anecdotes à raconter sur Molière, la plus marquante est sans doute celle qu'on a appelée « l'affaire Molière ».

Il s'agit d'une polémique majeure sur la paternité des œuvres de Molière. Commencée en 1919, cette théorie de l'auteur Pierre Louÿs affirme que Molière n'est pas le véritable auteur de ses pièces, et qu'il n'est que celui qui les a signées.

Selon la théorie, les œuvres de Molière auraient été en réalité écrites par Pierre Corneille. Encore aujourd'hui, plusieurs auteurs pensent que cette théorie pourrait être vraie. L'absence de traces écrites de la main de Molière est un argument important des défenseurs de cette théorie. L'argument selon lequel Molière, parmi ses nombreuses activités, aurait à peine eu le temps d'écrire est aussi souvent avancé.

Pierre Corneille par Le Brun – Public Domain – Source : Wikimedia Commons

Selon cette théorie, Pierre Corneille aurait utilisé Molière pour écrire des comédies satiriques qu'il ne voulait pas publier sous son propre nom, étant connu et apprécié comme le plus grand dramaturge tragique. Corneille aurait alors souhaité protéger sa réputation et éviter de mettre en danger son nom en l'assimilant à l'écriture de comédie satirique peu développée et risquée.

De nombreux arguments en faveur de cette théorie sont avancés pour soutenir l'idée que Molière n'a pas écrit ses pièces, mais aucune preuve n'en a jamais été trouvée, ni prouvée. À ce jour, cette théorie est encore débattue.

Il est amusant de penser que l'un des auteurs de théâtre de comédie les plus reconnus pourrait être un usurpateur. Mais jusqu'à preuve du contraire, considérons toujours Jean-Batiste Poquelin comme Molière, l'auteur de certaines des pièces les plus emblématiques de la France…

Ces nombreuses anecdotes sur la vie de Molière participent à nourrir le mystère. Bien qu'il soit un auteur de renom dans le monde entier, il est connu pour la vie du dramaturge et les mythes et légendes autour de lui se sont multipliés.

Malgré ces nombreuses incertitudes, Molière reste l'un des auteurs les plus joués au monde. Il représente une part tellement importante de la culture littéraire française que la langue française est maintenant souvent décrite comme la « langue de Molière ». De nos jours, les meilleurs acteurs et actrices en France (et dans le monde francophone) reçoivent encore chaque année un prix « Molière », qui est l'équivalent français des Olivier Awards au Royaume-Uni ou des Tony Awards aux États-Unis.

Molière est au Théâtre francophone ce que Shakespeare est à l'anglophone.

  1. Le meilleur carnet de voyage : Rick Steves – Paris 2020– En savoir plus ici
  2. Lonely Planet Paris 2020 – En savoir plus ici

Équipement de voyage

  1. Sac à dos léger Venture Pal – En savoir plus ici
  2. Bagage Samsonite Winfield 2 28″ – En savoir plus ici
  3. Bouteille d'eau isolée en acier inoxydable Swig Savvy’s – En savoir plus ici

Consultez la liste des meilleures ventes d'Amazon pour les accessoires de voyage les plus populaires. Nous lisons parfois cette liste juste pour savoir quels nouveaux produits de voyage les gens achètent.

Nicolas

Nicolas aime les longues promenades dans la capitale française et la photographie en cours de route. Au fil du temps, il a découvert de nombreux joyaux cachés qu'il est maintenant impatient de partager !


Molière

Jean-Baptiste Poquelin, également connu sous son nom de scène, Molière, était un dramaturge et acteur français considéré comme l'un des plus grands maîtres de la comédie dans la littérature occidentale. Parmi les drames les plus connus de Molière&aposs figurent Le Misanthrope, (Le Misanthrope), L&aposEcole des femmes (L'École des femmes), Tartuffe ou l&aposImposteur, (Tartuffe ou l'Hypocrite), L&aposAvare ou l&aposÉcole du mensonge (L'Avare), Le Malade imaginaire (L'Invalide imaginaire), et Le Bourgeois Gentilhomme (Le Bourgeois Gentleman).

Issu d'une famille aisée et ayant fait ses études au Collège des Jésuites de Clermont (aujourd'hui Lycée Louis-le-Grand), Molière était bien placé pour commencer une vie dans le théâtre. Treize ans en tant qu'acteur itinérant l'ont aidé à parfaire ses capacités comiques tandis qu'il a également commencé à écrire Jean-Baptiste Poquelin, également connu sous son nom de scène, Molière, était un dramaturge et acteur français qui est considéré comme l'un des plus grands maîtres de la comédie dans la littérature occidentale. . Parmi les drames les plus connus de Molière figurent Le Misanthrope, (Le Misanthrope), L'École des femmes (L'École des femmes), Tartuffe ou l'Imposteur, (Tartuffe ou l'Hypocrite), L'Avare ou l'École du mensonge (L'Avare), Le Malade imaginaire (L'Invalide Imaginaire), et Le Bourgeois Gentilhomme (Le Bourgeois Gentleman).

Issu d'une famille aisée et ayant fait ses études au Collège des Jésuites de Clermont (aujourd'hui Lycée Louis-le-Grand), Molière était bien placé pour commencer une vie dans le théâtre. Treize ans en tant qu'acteur itinérant l'ont aidé à peaufiner ses capacités comiques tandis qu'il a également commencé à écrire, combinant Commedia dell'Arte éléments avec la comédie française plus raffinée.

Grâce au mécénat de quelques aristocrates dont le frère de Louis XIV, Molière obtient une représentation sur commande devant le roi au Louvre. Interpréter une pièce classique de Pierre Corneille et une farce à lui, Le Docteur amoureux, Molière obtient l'usage de la salle du Petit-Bourbon au Louvre, une salle spacieuse réservée aux représentations théâtrales. Plus tard, Molière obtient l'usage du Palais-Royal. Dans les deux endroits, il a rencontré le succès parmi les Parisiens avec des pièces telles que Les Précieuses ridicules (The Affected Ladies), L'École des maris et L'École des femmes. Cette faveur royale rapporta une pension royale à sa troupe et le titre de « Troupe du Roi ». Molière reste l'auteur officiel des divertissements de cour.

Bien qu'il ait reçu l'adulation de la cour et des Parisiens, les satires de Molière ont attiré les critiques des moralistes et de l'Église. Tartuffe ou l'Imposteur et son attaque contre l'hypocrisie religieuse a reçu sans ambages les condamnations de l'Église alors que don Juan a été interdit de représentation. Le travail acharné de Molière dans tant de capacités théâtrales a commencé à faire des ravages sur sa santé et, en 1667, il a été contraint de faire une pause de la scène. En 1673, lors d'une représentation de sa dernière pièce, Le Malade imaginaire, Molière, qui souffrait de tuberculose pulmonaire, est pris d'une quinte de toux et d'une hémorragie en jouant de l'hypocondriaque Argan. Il a terminé la représentation mais s'est à nouveau effondré peu de temps après et est décédé quelques heures plus tard. En son temps à Paris, Molière avait complètement réformé la comédie française.
. Suite


Molière

Molière (1622 - 17 février 1673) était un acteur, réalisateur et écrivain français. Son vrai nom était Jean-Baptiste Poquelin, Molière était son nom de scène. [1] Il a écrit certaines des comédies les plus importantes de l'histoire humaine. [1]

Il est né à Paris où son père tenait un magasin de tapis. Jeune, Molière décide de vivre une vie d'artiste. À 21 ans, il fonde une compagnie de théâtre qui fait rapidement faillite. De 1645 à 1658, il parcourt la France avec certains de ses amis.

Plus tard, le roi Louis XIV confia à Molière l'animation de la cour de Versailles près de Paris. Molière était heureux d'avoir le roi parmi ses amis, car il avait de nombreux ennemis, notamment des personnages importants de l'église catholique romaine. Les comédies de Molière traitent des faiblesses humaines : jalousie, méchanceté, hypocrisie, peur de la mort. En mettant ses personnages dans des situations ridicules, Molière veut divertir et éduquer son public.

L'une de ses pièces les plus importantes est Tartuffe, montrant un homme fanatique se frayer un chemin dans une famille riche. La dernière pièce de Molière était Le Malade Imaginaire, appelé en anglais L'hypocondriaque. Comme dans beaucoup de ses comédies, Molière joue le rôle principal. Il est mort sur scène lors de la quatrième représentation. En raison de ses problèmes avec l'église, il n'a pas été autorisé à être enterré dans un cimetière de l'église.


Marques de porcelaine et de poterie - Marques de Rosenthal

Philipp Rosenthal a commencé à faire des affaires dans l'industrie de la porcelaine en 1884 à Erkersreuth, près de Bavarian Selb. Au début, il achetait de la vaisselle blanche Hutschenreuther. Ces objets étaient ensuite décorés par son épouse Maria et vendus au porte-à-porte.

Déjà en 1891 r., en raison de la pénurie de porcelaine sur le marché, Rosenthal a établi sa première usine dans la ville de Bohême appelée Asch. Les blanchisseries produites là-bas ont ensuite été peintes et décorées dans les ateliers de Rosenthal. Jusqu'au milieu des années 1930. Rosenthal a dépassé les usines : Kronach, Marktredwitz (avec la marque Thomas), Selb, Waldenburg, Sophienthal et Waldershof.

En 1910 et 1920, des divisions de céramique artistique ont été ouvertes.

Philipp Rosenthal était juif. Dans la seconde moitié de 1934, la situation en Allemagne était si tendue qu'il perdit le contrôle de son entreprise. En 1935, il est contraint de quitter l'Allemagne et meurt en 1937.

L'usine a continué ses activités pendant la Seconde Guerre mondiale. Philip Rosenthal, fils du fondateur, combattait l'Allemagne nazie. Après la victoire, il est retourné en Allemagne en essayant de reprendre le contrôle. Il n'y réussit qu'en 1950.

Sous la direction junior de Rosenthal, la société s'est rapidement rétablie. Philip a engagé les meilleurs artistes comme Bjorn Wiinblad du Danemark, Hans Theo Baumann d'Allemagne, Raymond Peynet de France et Tapio Wirkkala z Finlande. En 1979, alors que l'entreprise fermait ses portes pour le 100e anniversaire, elle embauchait environ 8 500 travailleurs.

En 1997, Waterford Wedgwood plc a pris le contrôle de Rosenthal. Une partie du groupe est devenue Hutschenreuther en 2000.

Les problèmes financiers de Waterford Wedgwood firent qu'en 2009 Rosenthal fut racheté par l'italien Sambonet. La société est désormais commercialisée sous le nom de Rosenthal GmbH.


Décès de Jim Phelan, l'un des entraîneurs de basket-ball masculin de la NCAA les plus victorieux de tous les temps à Mount St. Mary's

Le battage médiatique qui a précédé le match de basket-ball masculin de Mount St. Mary's à Wagner le 28 janvier 1993, était centré sur le fait que Jim Phelan deviendrait potentiellement le huitième entraîneur de l'histoire du basket-ball universitaire à remporter 700 matchs. Et tandis que les Mountaineers ont célébré après avoir remporté une victoire de 69-64 pour aider leur entraîneur à rejoindre ce club exclusif, il a tout pris dans la foulée.

"Je me souviens avoir été sur la route et il avait hâte de retourner à Emmitsburg", a rappelé Kevin Booth, qui était un gardien de tir senior dans cette équipe et qui est classé huitième dans l'histoire de l'école en points de carrière (1 741) et deuxième en pourcentage de paniers à 3 points (0,459). "Pour tout le battage autour de ça, si vous connaissez Coach, il n'a pas été déconcerté par ça. Pour lui, ce n'était vraiment qu'un autre match. Ce genre de résume juste lui et qui il était. Il était génial, mais aimait les choses simples de la vie.

Phelan, qui a passé 49 ans comme entraîneur-chef des Mountaineers et est l'un des entraîneurs les plus victorieux de l'histoire de la NCAA, est décédé dans son sommeil mercredi matin à son domicile d'Emmitsburg, a annoncé mercredi l'université. Il avait 92 ans.

La mort de M. Phelan s'est répercutée sur les réseaux sociaux.

Son décès a été particulièrement difficile pour certains de ses anciens joueurs, dont Luis Grillo, un tireur qui se classe 19e en carrière (1 387 points), sixième en points par match (17,3) et huitième en lancers francs (353) de 1967 à 1970 et a été un officiel de la NBA pendant 15 ans.

"C'est une journée difficile pour beaucoup d'entre nous", a déclaré Grillo, sa voix gonflée d'émotion. "C'était un homme bon, un grand homme."

"Ce fut une journée difficile", a déclaré Cliff Warren, qui a été meneur de jeu, assistant diplômé et entraîneur adjoint de Phelan pendant neuf ans au total. "J'ai ri et j'ai pleuré toute la journée."

Pour ceux qui le connaissaient, Phelan était simplement « coach » – un surnom qui signifiait le respect qu'il avait gagné de la part des joueurs, des collègues et de ceux qui l'ont suivi dans le sport.

"Il sera toujours entraîneur", a déclaré l'entraîneur actuel de Mount St. Mary, Dan Engelstad. « C'est ce qu'il était. Il l'était avant l'heure, mais c'était un maître de la vie. Je pense que tout le monde l'appelle Coach, pour être honnête avec vous. Je ne l'ai jamais appelé Jim ou M. Phelan. Il sera toujours l'entraîneur pour moi.

"Il y a très peu de gens dans ce monde que j'appellerai Coach", a déclaré l'ancien entraîneur des Mountaineers et actuel entraîneur de George Washington Jamion Christian dans une interview en 2014. "Ils sont Coach Phelan, Coach [Shaka] Smart [of Marquette], Entraîneur [Pat] Flannery [de Bucknell], entraîneur [Bob] Johnson [d'Emory et Henry, un programme de Division III]. Je les appelle « coach » parce qu'ils m'ont appris plus que simplement comment gérer un programme de basket-ball. Ils m'ont appris à influencer des vies, et ils m'ont influencé dans ce processus.

Natif de Philadelphie et diplômé de La Salle en 1951, Phelan a fait partie de l'équipe All-Philadelphia pendant trois années consécutives. Il est ensuite entré dans le Corps des Marines et a dirigé les Marine Cagers de Quantico au championnat All-Marine. Il a été nommé le joueur le plus utile du Corps. Après sa libération, Phelan a joué brièvement avec les Philadelphia Warriors de la NBA et les Pottstown Packers de l'ancienne Eastern League.

Phelan a quitté sa ville natale en 1954 pour devenir entraîneur-chef au Mount St. Mary's College. Quarante-neuf ans plus tard, il a guidé 16 équipes Mount vers des tournois de la NCAA, dont cinq voyages au Final Four de la Division II et au championnat national de la Division collégiale en 1962.

Dix-neuf de ses équipes ont atteint le plateau des 20 victoires, tandis que seulement 10 ont perdu des records. Phelan a dirigé deux équipes de tournoi de la division I de la NCAA et a remporté une candidature pour le tournoi national sur invitation. En 1967, il est nommé directeur sportif de l'école. Il a occupé deux rôles au cours des 22 années suivantes, aidant à jeter les bases du transfert de Mount à la division I en 1988. Une fois le transfert effectué, cependant, il a démissionné de son poste d'AD pour consacrer toute son attention au programme de basket-ball.

Lors du match de championnat de la Northeast Conference le 1er mars 1999, Phelan est devenu la quatrième personne à entraîner 800 victoires de basket-ball universitaire et a mené son équipe à son 16e tournoi de basket-ball de la NCAA.

Lorsqu'il a pris sa retraite en 2003, seuls Dean Smith de Caroline du Nord, Adolph Rupp du Kentucky et Clarence Gaines de Winston-Salem avaient remporté plus de victoires que Phelan, qui a remporté 824 matchs à Mount St. Mary's. Phelan se classe neuvième sur la liste de tous les temps dans l'histoire du basketball masculin de la Division I.

Warren, qui a mené les Mountaineers à leur première saison victorieuse dans la division I en tant que senior en 1989-90 et était un assistant du personnel de Phelan lorsque l'entraîneur-chef a guidé le programme jusqu'à son premier tournoi de la NCAA en 1995, a déclaré que Phelan était célèbre pour " Phélanismes" tels que "Semper fi", ("toujours fidèle") "être dans un trou de renard" et "montrer un peu d'estomac".

"Parce qu'il était un Marine, j'ai observé chaque jour ces qualités de ténacité", a déclaré Warren. «Il a toujours été fidèle à sa parole, à tout le monde autour de lui. Il signifiait beaucoup de choses pour beaucoup de gens.

Engelstad, qui a rencontré Phelan pour la première fois il y a 14 ans en tant qu'assistant de 22 ans dans l'équipe de Milan Brown pour les Mountaineers, a déclaré que Phelan aimait assister aux matchs en personne et a rencontré Engelstad et Dave Reeder, le directeur de l'aide financière à l'université, pour déjeuner tous les lundis jusqu'à ce que la pandémie de coronavirus frappe.

M. Engelstad a déclaré que ce qu'il appréciait le plus chez Phelan était sa loyauté indéfectible envers le programme.

"Il était avec moi pendant les années de vaches maigres", a déclaré Engelstad. «Il me tenait éveillé en étant capable de faire une blague ou de parler de ses années maigres et de venir me chercher. Si vous ne gagnez pas, c'est un travail difficile, et il a toujours été du genre à mettre la vie en perspective et à m'aider à sortir de ces ornières personnelles. Je serai éternellement reconnaissant pour cela.

Christian, qui a été gardien de tir pour Phelan de 2000 à 2003 et a aidé Mount St. Mary's à atteindre le tournoi de la NCAA en 2014 et 2017, s'est souvenu d'une rencontre avec Phelan deux jours après une défaite 86-72 à l'Université de Long Island le 12 janvier. 2013, à sa première saison en tant qu'entraîneur.

"L'entraîneur venait généralement le mercredi, mais il avait une si bonne sensation, un bon timing", a déclaré M. Christian. « J'étais en quelque sorte en train de m'embrouiller dans ce qui se passait avec l'équipe, et il est entré et s'est assis. J'ai dit : 'Hey, Coach, comment vas-tu ?' et la première chose qu'il m'a dite a été : 'Eh bien, Jamion, beaucoup mieux que toi.' Je l'ai regardé et j'ai pensé : 'Il a tout à fait raison.' J'ai dit : 'Coach, tu as raison.' Et puis il a dit : 'Mais tu trouveras un moyen de les battre. Maintenant, allons déjeuner. C'était juste une de ces choses où à ce moment-là, c'était exactement ce que j'avais besoin d'entendre. Il y a eu plusieurs moments comme ça quand je jouais pour lui et après avoir joué pour lui quand il avait juste le timing parfait pour dire la chose que j'avais besoin d'entendre. Il avait un peu d'humour et beaucoup de vérité, et c'est vraiment difficile de trouver des gens qui ont ce genre de qualité.

Phelan a été intronisé dans 12 Temples de la renommée, dont le National Collegiate Basketball Hall of Fame (2008), le Northeast Conference Hall of Fame (2010), le Mount St. Mary's Sports Hall of Fame (1988), La Salle University Hall of Fame (1964), le Philadelphia Sports Hall of Fame (2010), le LaSalle College High School Hall of Fame (2010) et le Marine Corps Sports Hall of Fame (2010). Il a reçu le Lapchick Character Award en 2011 au Madison Square Garden de New York.


Sources

Voir l'édition de Molière par DESPOIS ET MESNARD dans la Collection des grands et eacutecrivains (Paris, 1873-1900), également une traduction anglaise de ses œuvres avec texte français par WALLER, 8 vol. (Londres, 1902-7), et version anglaise avec mémoire de WALL dans la bibliothèque de Bohn (3 vol., Londres, 1876-77) LACROIX, Bibliog. moliégravere (Paris, 1875) VEUILLOT, Moliégravere et Bourdaloue (Paris, 1877) LONGHAYE, Hist. de la litt. franç. au XVIIe siècle (Paris) CLARETIE, Molière et Shakespeare in Fortnightly Review, LVII (Londres, 1900), 317 MATTHEWS, Molière (New York, 1910).


Molière

Au lieu de fournir le biopic que le titre semble promettre, le deuxième long métrage de Laurent Tirard spécule sur ce que le jeune Jean-Baptiste Poquelin - mieux connu sous le nom de Molière, l'un des géants du théâtre français classique - aurait pu se préparer. in 1644, when he briefly vanished from history's radar.

  • Share this article on Facebook
  • Share this article on Twitter
  • Share this article on Email
  • Show additional share options
  • Share this article on Print
  • Share this article on Comment
  • Share this article on Whatsapp
  • Share this article on Linkedin
  • Share this article on Reddit
  • Share this article on Pinit
  • Share this article on Tumblr
  • Share this article on Facebook
  • Share this article on Twitter
  • Share this article on Email
  • Show additional share options
  • Share this article on Print
  • Share this article on Comment
  • Share this article on Whatsapp
  • Share this article on Linkedin
  • Share this article on Reddit
  • Share this article on Pinit
  • Share this article on Tumblr

This review was written for the theatrical release of “Moliere.”

PARIS — The starting point for this highly enjoyable costume drama is a gap in the hero’s CV. Instead of providing the biopic that the title appears to promise, Laurent Tirard’s second feature speculates on what the young Jean-Baptiste Poquelin — better known as Moliere, one of the giants of classic French theater — might have been getting up to in 1644, when he briefly vanished from history’s radar.

Tirard’s suggestion — in his witty Gallic counterpart to the Oscar-winning “Shakespeare in Love” — is that the fledgling actor-writer-director Moliere (Romain Duris) was on the run from his creditors, holed up in the home of Monsieur Jourdain (Fabrice Luchini), a wealthy bourgeois gentleman, mining material for what later was to become two of his greatest plays.

With the bailiffs at his heels, Moliere jumps at Jourdain’s offer to cover his debts in exchange for coaching in acting technique. Jourdain is besotted with the beautiful widowed marquise Celimene (Ludivine Sagnier)and, encouraged by Dorante (Edouard Baer), a wily aristocrat on the make, has written a one-act play with which he hopes to impress her.

Masquerading as a priest named Tartuffe in order to conceal his true role from Jourdain’s wife, Elmire (Laura Morante), Moliere nonetheless forms a romantic attachment to Elmire that is soon reciprocated. At the same time, Tirard develops a subplot in which Jourdain promises to see his daughter, Henriette (Fanny Valette), wed to Thomas (Gilian Petrovsky), Dorante’s son, even though the young woman’s heart is set on Valere (Gonzague Requillart), her music teacher. Dorante, needless to say, is interested only in Jourdain’s money.

The story is worked out in the best traditions of farce, with an array of disguises, concealments and subterfuges, and there are plenty of laughs along the way. The ending, however, is bittersweet. Tirard frames the story with the reappearance 13 years later of Elmire, now dying of consumption. Although she has stayed with Jourdain in the meantime, she has retained her love for Moliere. She now enjoins him to give up hopes of writing in the supposedly nobler form of tragedy to concentrate on inventing a new form of comedy, one that fully explores the human heart.

Part of the fun for spectators familiar with the work of Moliere is recognizing situations and lines of dialogue — mostly attributed to Jourdain — that occur in two plays that Moliere wrote much later, “The Bourgeois Gentleman” and “Tartuffe.”

Duris, arguably the brightest of the current wave of young French male leads, is excellent in the leading role. Luchini is in his element as the buffoonish Jourdain, to whom Tirard lends a moment of dignity as the story reaches its denouement. Morante too is faultless as the woman torn between a desire for romantic love and adventure and the constraints of bourgeois marriage.

Production design is impeccable. Although the movie does not take itself too seriously, it has some interesting insights into the processes of creativity and the role of drama and repartee in the age of Louis XIV. The dialogue is a pleasure in itself, perfectly pitched between the language of today and the stilted cadences of high society in the mid-17th century.

MOLIERE
Fidelite Films, France 2 Cinema, France 3 Cinema, Wild Bunch
Crédits:
Director: Laurent Tirard
Screenwriters: Laurent Tirard, Gregoire Vigneron
Producers: Laurent Sivot, Olivier Delbosc, Marc Missonnier
Executive producer: Christine de Jekel
Director of photography: Gilles Henry
Production designer: Francoise Dupertuis
Costume designer: Pierre-Jean Larroque, Gilles Bodu-Lemoine, Pui Lai Huam
Editor: Valerie Deseine
Cast:
Moliere: Romain Duris
Jourdain: Fabrice Luchini
Elmire: Laura Morante
Dorante: Edouard Baer
Celimene: Ludivine Sagnier
Henriette: Fanny Valette
Valere: Gonzague Requillart
Running time — 120 minutes
No MPAA rating


Molière

Molière (Jean-Baptiste Poquelin) was born in Paris on January 15, 1622. His father was one of eight valets de chambre tapissiers who tended the king's furniture and upholstery, so the young Poquelin received every advantage a boy could wish for. He was educated at the finest schools (the College de Clermont in Paris.) He had access to the king's court. But even as a child, Molière found it infinitely more pleasant to poke fun at the aristocracy than to associate with them. As a young boy, he learned that he could cause quite a stir by mimicking his mother's priest. His mother, a deeply religious woman, might have broken the young satirist of this habit had she not died before he was yet twelve-years-old. His father soon remarried, but in less than three years, this wife also passed away. At the age of fifteen, Jean-Baptiste was left alone with his father and was most likely apprenticed to his trade.

The boy never showed much of an interest for the business of upholstering. Fortunately, his father's shop was located near two important theatrical sites: the Pont-Neuf and the Hôtel de Bourgogne. At the Pont-Neuf, comedians performed plays and farces in the street in order to sell patent medicines to the crowds. Although not traditional theatre in the strictest sense, the antics of these comic medicine-men brought a smile to Jean-Baptiste's face on many an afternoon. At the Hôtel de Bourgogne--which the boy attended with his grandfather--the King's Players performed more traditional romantic tragedies and broad farces. Apparently, these two theatrical venues had quite an impact on the young Poquelin, for in 1643, at the age of twenty-one, he decided to dedicate his life to the theatre.

Jean-Baptiste had fallen in love with a beautiful red-headed actress named Madeleine Béjart. Along with Madeleine, her brother Joseph and sister Genevieve, and about a dozen other young well-to-do hopefuls, Jean-Baptiste founded a dramatic troupe called The Illustrious Theater. It was about this time that he changed his name to Molière, probably to spare his father the embarrassment of having an actor in the family.

Molière and his companions made their dramatic debut in a converted tennis court. Although the company was brimming with enthusiasm, none of them had much experience and when they began to charge admission, the results proved disastrous. Over the course of the next two years, the little company appeared in three different theatres in various parts of Paris, and each time, they failed miserably. Several of the original members dropped out of the company during this period. Finally, the seven remaining actors decided to forget Paris and go on a tour of the provinces. For the next twelve years, they would travel from town to town, performing and honing their craft.

It was during this period that Molière began to write plays for the company. His first important piece, L'Étourdi or The Blunderer, followed the escapades of Mascarille, a shrewd servant who sets about furthering his master's love affair with a young woman only to have his plans thwarted when the blundering lover inadvertantly interferes. The five-act piece proved quite successful, and a number of other works followed. By the spring of 1658, Molière and his much-improved company decided to try their luck once more in Paris. When they learned that the King's brother, the Duke of Anjou, was said to be interested in supporting a dramatic company which would bear his name, they immediately set about gaining an introduction to the Court.

On the evening of October 24, 1658, Molière and his troupe performed for the first time before Louis XIV and his courtiers in the Guard Room of the old Louvre Palace. They made a crucial mistake, however, by performing a tragedy (Cornielle's second-rate Nicoméde) instead of one of their popular farces. The Court was not impressed. Fortunately Molière, realizing their blunder, approached the King at the conclusion of the tragedy and asked permission to perform one of his own plays, The Love-Sick Doctor. The King granted his request, and the play was such a success that the little company--which would thereafter be known as the Troupe de Monsieur--was granted use of the Hôtel du Petit Bourbon, one of the three most important theaters in Paris.

The first of Molière's plays to be presented at the Petit Bourbon was Les Précieuses Ridicules or The Pretentious Ladies which satirized Madame de Rambouillet, a member of the King's court who had set herself up as the final judge of taste and culture in Paris. The play proved so successful that Molière doubled the price of admission and was invited to give a special performance for the King. The King was delighted and rewarded the playwright with a large gift of cash, but Molière had made powerful enemies of some of the King's followers. Madame de Rambouillet and her coterie managed to have performances of the play suspended for fourteen days and, in an attempt to drive Molière from the city, eventually managed to have the Petit Bourbon closed down completely. But the King immediately granted Molière use of the Théâtre du Palais Royal where he would continue to perform for the rest of his life.

Over the course of the next thirteen years, Molière worked feverishly to make his company the most respected dramatic troupe in Paris. (Eventually, they were awarded the coveted title "Troupe of the King.") He directed his own plays and often played the leading role himself.

On February 17, 1673, Molière suffered a hemorrhage while playing the role of the hypochondriac Argan in The Imaginary Invalid. He had insisted on going through with the performance in spite of the advice of his wife and friends saying, "There are fifty poor workers who have only their daily wage to live on. What will become of them if the performance does not take place?" He passed away later that night at his home on the Rue Richelieu. The local priests refused to take his confession, for actors had no social standing and had been excommunicated by the church. Nor would they permit him to be buried in holy ground. Four days later, the King interceded and Molière was finally buried in the Cemetery Saint Joseph under the cover of darkness.

Molière left behind a body of work which not only changed the face of French classical comedy, but has gone on to influence the work of other dramatists the world over. The greatest of his plays include The School for Husbands (1661), The School for Wives (1662), The Misanthrope (1666), The Doctor in Spite of Himself (1666), Tartuffe (1664,1667,1669), The Miser (1668), and The Imaginary Invalid (1673).


Voir la vidéo: Biografías: Molière. #LaEsferaDorada (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Uaid

    Une réponse intelligible

  2. Tojora

    À mon avis, il a tort. Je suis sûr. Nous devons discuter. Écrivez-moi dans PM.

  3. Mehemet

    Bien sûr, je ne connais pas très bien ce sujet, j'aime plus les voitures, mais il n'est jamais trop tard pour apprendre quelque chose de nouveau))

  4. Melampus

    Il y a des points intéressants!



Écrire un message