Podcasts sur l'histoire

New York élit son premier gouverneur

New York élit son premier gouverneur



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le 9 juillet 1777, New York élit le général de brigade George Clinton comme premier gouverneur de l'État indépendant de New York. Clinton allait devenir le gouverneur le plus ancien de New York, ainsi que le gouverneur le plus ancien des États-Unis, occupant le poste jusqu'en 1795, puis de 1801 à 1804. En 1805, il fut élu vice-président des États-Unis. States, poste qu'il a occupé sous les présidents Thomas Jefferson et James Madison, jusqu'à sa mort en 1812.

George Clinton appartenait à une famille politique. Son père, Charles, a immigré à New York d'Irlande et a servi dans l'Assemblée coloniale de New York. Son frère, James, a servi comme major général pendant la guerre d'indépendance, et le fils de James, DeWitt Clinton, suivra les traces de son oncle et sera gouverneur de New York de 1817 à 1823.

La carrière de Clinton a été marquée par son amitié avec George Washington et sa haine des conservateurs de New York. En fait, en tant que gouverneur, il a tenté de maintenir le fardeau fiscal du public à un faible niveau en confisquant et en vendant des terres appartenant aux conservateurs pour maintenir les coffres de l'État. Clinton a ensuite représenté New York au Congrès continental et a voté en faveur de la déclaration d'indépendance, mais n'était pas présent pour signer le document car il était déjà parti pour servir le général Washington sur le terrain. Bien que Clinton ait refusé d'approuver la Constitution des États-Unis jusqu'à ce que la Déclaration des droits soit ajoutée au document, il est resté un partisan dévoué du nouveau gouvernement fédéral et a organisé une fête pour le président Washington après avoir roulé avec lui jusqu'à sa première investiture.


Pour la première fois de son histoire, le métro de New York ne fonctionnera pas 24h/24 et 7j/7

Pour la première fois de son histoire, le système de métro de la ville de New York ne fonctionnera pas 24 heures sur 24, sept jours sur sept pendant une période prolongée.

Le gouverneur Andrew Cuomo, qui nie fréquemment contrôler le système de métro, a fait cette annonce jeudi.

À partir du 6 mai, le système de métro cessera ses activités à 1 heure du matin et reprendra du service à 5 heures du matin, une mesure sans précédent qui, selon les autorités, est nécessaire pour désinfecter les voitures de métro tous les jours. À l'heure actuelle, les travailleurs ne désinfectent les voitures qu'une fois toutes les 72 heures.

L'idée a été lancée pour la première fois par le maire Bill de Blasio et a été accueillie avec dérision par le MTA plus tôt cette semaine. Jeudi, Cuomo louait de manière inhabituelle le leadership de de Blasio.

"Le maire s'intensifie et il s'intensifie de manière considérable et je tiens à l'applaudir pour cela", a déclaré Cuomo.

Mais certains membres du conseil d'administration de la Metropolitan Transportation Authority n'ont appris la décision que lors de la conférence de presse du gouverneur et ont exprimé leur inquiétude face aux implications.

"Tous – je suis choqué et abasourdi par l'annonce d'aujourd'hui de la fermeture du métro de New York de 1 h 00 à 5 h 00", a déclaré Andrew Albert, membre du conseil d'administration de MTA, dans un e-mail adressé jeudi au conseil d'administration qu'un de ses collègues a transmis à POLITICO. « Bien que je comprenne évidemment la nécessité de nettoyer et de désinfecter en profondeur le système pendant la pandémie, est-ce vraiment le seul moyen d'y parvenir ? Et pas AUCUN avis au Conseil ?! Il y a encore des gens qui doivent se déplacer pendant ces heures, y compris certains premiers intervenants. Et quelle garantie avons-nous que ce soit effectivement temporaire ? »

Ni le gouverneur ni le MTA n'ont fourni de date de fin pour les coupures de service, ce qui a également inquiété Albert.

"Au fil des ans, beaucoup ont envisagé de fermer notre incroyable système du jour au lendemain, et il y avait de nombreuses bonnes raisons de ne pas le faire", a-t-il envoyé par courrier électronique au conseil d'administration. "J'espère que ce n'est pas utilisé comme excuse pour 'économiser de l'argent' et le rendre permanent."

Lors de sa conférence de presse jeudi, au cours de laquelle de Blasio a fait une rare apparition conjointe via webcam, le gouverneur a qualifié les coupures de service de perturbation inévitable, compte tenu de l'ampleur de l'opération de nettoyage souhaitée et de la nécessité impérieuse de protéger la santé des infirmières, les médecins et les livreurs de nourriture et les employés des épiceries qui comptent sur le système pendant la pandémie.

« Notre obligation est de nous assurer que nous faisons tout ce que nous pouvons pour assurer leur sécurité. . Nous savons que le virus peut vivre pendant des heures, voire des jours sur une surface, ce qui signifie que si quelqu'un de positif monte dans un train ce matin, ce virus peut être là demain et le lendemain », a-t-il déclaré.

Le NYPD fournira des ressources supplémentaires pour protéger le système pendant les pannes nocturnes, ont annoncé jeudi des responsables.

Le gouverneur a été obsédé par la propreté du métro cette semaine. Avec le NYPD, le MTA a lancé une campagne pour éliminer les sans-abri du système et s'est également engagé dans une guerre des mots barbelée avec de Blasio.

Dans ses remarques, le maire a déclaré que la fermeture du métro aiderait la ville à connecter les sans-abri aux services. Mais certains défenseurs des sans-abri ont interprété cette décision comme une attaque contre une population vulnérable.

« De nombreux New-Yorkais sans-abri ont à juste titre peur des abris collectifs surpeuplés, où le coronavirus continue de se propager et où le taux de mortalité COVID-19 est 50 % plus élevé que la population globale de New York », a déclaré Giselle Routhier, directrice des politiques de la Coalition pour les sans-abri, dans une déclaration. "La fermeture punitive des métros et l'envoi de plus de policiers ne feront qu'empirer les choses."

Lorsque le maire a recommandé cette semaine une décision similaire à celle de Cuomo, le MTA a suggéré qu'il était terriblement déconnecté.

"Le maire devrait sortir de sa voiture et entrer dans le métro afin qu'il puisse voir ce qui se passe réellement et résoudre le problème de sa propre fabrication", a déclaré mardi la porte-parole de la MTA, Abbey Collins.

Dans un e-mail jeudi, à la suite de l'annonce de Cuomo, Collins a déclaré: "Toutes les options étaient toujours sur la table - le gouverneur a demandé au MTA d'élaborer un plan pour désinfecter le système de métro, nous avons développé ce plan et c'est la meilleure solution."

Le MTA n'a pas précisé combien coûterait sa nouvelle initiative. Mais l'autorité a déclaré qu'elle fournirait des navettes, des camionnettes à un dollar et, si nécessaire, des véhicules de location pour les quelque 11 000 passagers qui utilisent le système entre 1 h du matin et 5 h du matin.

L'achalandage du métro a baissé de plus de 90 % depuis le début de la pandémie, pour atteindre environ 450 000 passagers par jour. Avant le coronavirus, le système de métro transportait quotidiennement quelque 5,5 millions de passagers.

Le MTA a été chargé de désinfecter davantage le système à un moment où ses effectifs sont en profonde détresse. Mercredi soir, 96 travailleurs de la MTA étaient morts du virus. Tous sauf deux travaillaient dans les divisions métro et bus, qui emploient 55 000 travailleurs.

Le NYPD a également été confronté à des pénuries de main-d'œuvre à cause du virus, tandis que la présence de sans-abri dans le métro s'est accentuée en l'absence d'autres passagers.

Un effort de désinfection quotidien représente une augmentation marquée par rapport au calendrier précédent, mais il est également dérisoire par rapport à au moins l'un des homologues internationaux du MTA.

Dans une récente interview, le secrétaire général de l'Association internationale des transports publics, Mohamed Mezghani, a déclaré que le métro de Séoul avait récemment annoncé qu'il désinfecterait ses véhicules 14 fois par jour,

L'ensemble du système de métro a été fermé dans le passé, y compris avant l'ouragan Sandy en 2012. Mais il n'a jamais fonctionné sur une période prolongée avec un horaire aussi réduit.

"Les métros de New York ont ​​fonctionné 24 heures sur 24 depuis 115 ans et demi (sauf pendant les grèves, certains phénomènes météorologiques violents et les pannes d'électricité)", a déclaré le porte-parole de la MTA, Tim Minton, dans un e-mail.

L'agence de transport en commun de New York a longtemps vanté son service 24h/24 et 7j/7, tout en déplorant les problèmes qu'il pose : cela laisse moins de temps aux travailleurs pour réparer et nettoyer le système.

« [Let’s] ne perdons pas de vue l'une des choses qui rendent New York si spécial – c'est" la ville qui ne dort jamais "", a envoyé Albert à ses collègues. "J'espère que nous pourrons continuer comme ça."


Trois républicains en lice pour le gouverneur de New York, iront à la primaire

New York aura sa première primaire de gouverneur du GOP depuis plus d'une décennie, alors que trois républicains ont annoncé leur campagne pour défier le gouverneur démocrate sortant Andrew Cuomo.

Cuomo, pour sa troisième fois, devrait largement se présenter pour un quatrième mandat, mais pourrait être encombré par des allégations de mauvaise gestion de la crise des coronavirus et de conduite inappropriée sur le lieu de travail.

Le représentant républicain de Long Island Lee Zeldin, l'ancien exécutif du comté de Westchester, Rob Astorino, et Andrew Giuliani, ancien assistant de la Maison Blanche et fils de l'ancien maire de New York Rudy Giuliani, ont annoncé leur intention de devenir le candidat républicain au poste de gouverneur. Zeldin et Astorino se sont tous deux présentés sans succès au poste de gouverneur en 2014.

La dernière primaire du gouverneur républicain a eu lieu en 2010, et en 2018, le parti républicain de l'État a eu du mal à trouver un challenger à Cuomo.

La campagne de Zeldin a déclaré avoir levé 2,5 millions de dollars jusqu'à présent, et le président du Comité d'État républicain, Nick Langworthy, le considérerait comme le candidat le plus viable, a rapporté le Wall Street Journal. Zeldin a déclaré qu'il annulerait les politiques démocrates telles que l'augmentation de l'impôt sur le revenu et la réforme de la loi sur les cautions. Il a déclaré qu'il pensait que les électeurs modérés voudraient qu'un gouverneur républicain équilibre la majorité qualifiée des démocrates à Albany.

Astorino a des propositions politiques similaires à celles de Zeldin et pousse en outre à une hydrofracturation limitée pour stimuler la croissance économique.

« Une primaire est bonne dans la mesure où nos principes et problèmes républicains vont être sous les projecteurs pendant un an », a-t-il déclaré.

Le GOP a un chemin ardu devant eux vers le manoir du gouverneur: Cuomo a un trésor de guerre de 16,8 millions de dollars et les démocrates sont 2 à 1 à New York.


New York

New York, l'une des 13 colonies d'origine, a rejoint l'Union en juillet 1788. Cependant, l'État n'a pas choisi d'électeurs lors de la première élection en raison d'un différend interne. Lors du recensement de 1810, New York est devenu l'État le plus peuplé du pays et a obtenu le plus de votes électoraux des élections de 1812 aux élections de 1972, lorsqu'il a cédé cette distinction à la Californie.

Comme de nombreux autres États du Nord-Est, le poids électoral de New York a diminué ces dernières années. Dans chaque recensement de 1950 à 2010, il en a perdu au moins deux. En 2020, il en a perdu un, bien que cela ne soit presque pas arrivé. Le Texas a dépassé New York dans les votes électoraux en 2004, et la Floride l'a fait après 2020. New York est avant tout un État « bleu » depuis la Grande Dépression, se rangeant uniquement du côté d'un républicain perdant lorsqu'il a choisi son gouverneur de l'époque, Thomas E. Dewey contre Harry S. Truman en 1948. Il a voté démocrate lors des neuf dernières élections, dont six avec une marge de 20 %. Cela inclut 2020 alors que Joe Biden a battu Donald Trump de 23%.


Législation de l'État et mesures électorales

Législation des systèmes primaires

Ce qui suit est une liste des projets de loi récents sur les systèmes électoraux primaires qui ont été présentés ou adoptés par la législature de l'État de New York. Pour en savoir plus sur chacune de ces factures, cliquez sur le titre de la facture. Ces informations sont fournies par BillTrack50 et LegiScan.

Remarque : En raison de la nature du processus de tri utilisé pour générer cette liste, certains résultats peuvent ne pas être pertinents pour le sujet. Si aucun projet de loi n'est affiché ci-dessous, aucune législation relative à ce sujet n'a été présentée récemment à la législature.

Mesures de vote dans les systèmes primaires

Depuis 2017, Ballotpedia n'a enregistré aucune mesure de vote relative aux élections primaires à New York.


13 janvier 1990 : le premier gouverneur noir élu aux États-Unis entre en fonction

Le 13 janvier 1990, le petit-fils des esclaves a prêté serment en tant que gouverneur de Virginie à Richmond, la capitale de la Confédération.

Douglas Wilder est devenu le premier gouverneur noir élu d'un État américain.

Le juge à la retraite de la Cour suprême, Louis Powell, a prêté serment, après quoi il a déclaré : « C'est un grand jour pour la Virginie !

Wilder a remporté de justesse les élections contre l'ancien procureur général de Virginie, Marshall Coleman, devenant non seulement gouverneur de Virginie, mais aussi le plus haut responsable élu noir du pays.

Dans son discours d'investiture, il a exprimé son espoir pour l'avenir.

L. Douglas Wilder salue la foule lors de son investiture au poste de gouverneur le 13 janvier 1990 à Richmond, en Virginie. Il est flanqué du lieutenant-gouverneur Donald Beyer et du procureur général Mary Sue Terry. Collection AP/Ébène

"Les opportunités peuvent être élargies. La liberté peut être augmentée. Nous sommes aujourd'hui sur un terrain sacré, et les mesures que nous prenons à partir de cet endroit doivent être des mesures d'honneur", a déclaré Wilder.

Nouvelles tendances

Avant Wilder, le seul gouverneur noir avait été P. B. S. Pinchback de Louisiane en 1872 à l'époque de la Reconstruction. Il n'a exercé ses fonctions que 34 jours, mais pas en tant qu'élu. Pinchback est intervenu temporairement pendant que le gouverneur sortant Henry Clay Warmouth faisait face à une destitution.

Depuis l'élection de Wilder, il n'y a eu que deux autres gouverneurs afro-américains aux États-Unis.

Le gouverneur Deval Patrick du Massachusetts a servi de 2007 à 2015, et David Paterson a été nommé gouverneur de New York en 2008 pour remplacer l'ancien gouverneur en proie au scandale Eli­ot Spitzer.

Manquant d'un fort soutien du parti démocrate au milieu de son propre scandale entourant une affaire de violence domestique impliquant un proche collaborateur, Paterson a mis fin à sa campagne électorale en 2010.

Lorsque l'assistant de longue date de Paterson a été accusé d'agression sexuelle, Paterson lui-même a appelé la femme impliquée la veille de sa comparution devant le tribunal pour demander une ordonnance de protection. Elle ne s'est pas présentée à l'audience.

En conséquence, d'éminents démocrates de l'État, dont le gouverneur Andrew Cuomo, ont retiré leur soutien à la candidature de Paterson pour un nouveau mandat. Même la Maison Blanche a déclaré que mettre fin à sa candidature était la bonne chose à faire.

Cependant, la composition démographique des gouverneurs américains a progressé dans d'autres domaines. Vingt-cinq femmes ont été élues, dont la gouverneure Nikki Haley de Caroline du Sud, qui a réfuté le discours du président Obama sur l'état de l'Union mardi soir.

Haley, la première femme gouverneur de Caroline du Sud, est également le deuxième gouverneur indo-américain de l'histoire des États-Unis, le premier étant l'ancien gouverneur de Louisiane Bobby Jindal, qui a mené une courte campagne présidentielle en 2015.

Première publication le 13 janvier 2016 / 15:22

&copier 2016 CBS Interactive Inc. Tous droits réservés.

Cydney Adams est directrice principale des médias sociaux pour CBS News. Elle est également productrice numérique axée sur la culture et les questions sociales.


Divisions

Remarque : Le projet des responsables de l'exécutif de l'État de Ballotpedia recherche sur les sites Web officiels de l'État des informations décrivant les divisions (le cas échéant) d'un bureau de l'exécutif de l'État. Cette information pour le gouverneur de New York n'a pas encore été ajoutée. Après des recherches approfondies, nous n'avons pu identifier aucune information pertinente sur les sites Web officiels de l'État. Si vous avez des informations supplémentaires sur ce bureau à inclure dans cette section et/ou page, veuillez nous envoyer un courriel.


La première Assemblée législative

Un garde forestier s'entretient avec un grand groupe de visiteurs.

LA PREMIÈRE ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE
à Jamestown, Virginie


En tant que citoyens des États-Unis d'Amérique, il est important pour nous de redécouvrir les premières expressions de nos idéaux constitutionnels en Virginie coloniale. Bien que nombre de nos idées sur le gouvernement représentatif se soient développées à partir du modèle anglais de Parlement, la tradition américaine du gouvernement représentatif a en fait commencé à Jamestown. L'expérience là-bas influencera plus tard le développement politique d'autres colonies anglaises dans le Nouveau Monde.

Nous passerons d'abord brièvement en revue quelques-uns des événements importants qui ont mené à l'assemblée législative de 1619. Deuxièmement, nous discuterons des traits distinctifs de cette réunion historique, qui a eu lieu dans l'église pendant les chauds mois d'été de juillet et août et enfin, nous commentera l'importance de la première assemblée en tant que précédent pour de nombreuses valeurs institutionnelles représentées dans la Constitution des États-Unis.

La première charte de la Virginia Company, signée par le roi Jacques Ier le 10 avril 1606, a planté la première graine de l'évolution future de nos valeurs constitutionnelles. La charte proclamait que :

tous et tous les pasteurs étant nos sujets qui habiteront et habiteront au sein de chaque ou partie desdites colonies et plantations et chaque ou partie de leurs enfants. . . auront et jouiront de toutes les libertés, franchises et immunités comme s'ils étaient restés et portés dans notre royaume d'Angleterre.

En effet, l'un des griefs majeurs de nos ancêtres à l'aube de la Révolution était que l'Angleterre n'avait pas accordé aux colons les mêmes droits que ceux dont jouissaient les citoyens résidant dans la mère patrie. Dans ces mots simples - enfouis dans un document concernant principalement les droits des propriétaires - se trouvait la véritable autorité pour que la première assemblée législative du continent américain ait lieu.

Entre les années 1606 et 1619, deux tendances importantes se dessinent qui détermineront plus tard le caractère politique de la colonie. Premièrement, la reconnaissance croissante qu'une colonie coloniale devrait être plus qu'une simple entreprise commerciale. Contrairement à la colonie de Popham dans le Maine d'aujourd'hui (qui a été concédée en vertu de la même charte de 1606), Jamestown a montré la promesse de devenir une colonie permanente, et des hommes comme Sir Edwin Sandys ont rapidement compris l'idée que pour avoir une colonie prospère , il faut aussi avoir une colonie peuplée de femmes et d'enfants, et pas seulement des aventuriers avides qui ont constamment besoin de ravitaillement de chez eux.

La deuxième tendance était que le pouvoir de faire des lois réglementant la colonie devenait de plus en plus décentralisé. En 1609, le roi, ne voulant pas assumer le fardeau financier de la colonie sur le trésor royal, signa une seconde charte qui autorisait la vente des actions de la société au public. James I a ainsi cédé à contrecœur son contrôle absolu sur la colonie dans le but de solliciter le soutien du plus grand nombre d'investisseurs possible. Cette tendance à la décentralisation du pouvoir n'a pas, dans un premier temps, entraîné de plus grands droits et privilèges pour les colons. Le code punitif rigide connu sous le nom de « Lois Divines, Morall et Martial », qui a commencé vers 1611, a été, au contraire, un revers majeur. En 1618, cependant, la loi martiale a été abolie, l'assemblée législative créée et une partie du pouvoir du gouvernement est finalement tombée entre les mains des colons. Ensemble, les deux tendances expliquées ci-dessus ont accéléré la tendance générale vers une colonie à caractère moins commercial et plus politique.

Ainsi, en avril 1619, le gouverneur George Yeardley arriva, annonçant que la Compagnie, dans un effort pour améliorer les conditions sociales de la colonie, avait voté pour l'abolition de la loi martiale et la création d'une assemblée législative. Cette assemblée se tiendrait au maximum une fois par an, "Wherat devaient être présents le gouverneur et Counsell avec deux bourgeois de chaque plantation à être élu librement par les habitants de celle-ci." La présence obligatoire du Gouverneur et du Conseil nommé restreignait quelque peu la liberté de débat.

Les noms des colonies et de leurs représentants élus étaient - Pour la ville de James : Captaine William Powell et Ensigne William Spense Pour la ville de Charles : Samuel Sharpe et Samual Jordan Pour la ville de Henricus Thomas Dowse et John Polentine Pour Kiccowtan : Captaine William Tucker et William Capp Pour Martin Brandon-Capt. John Martin's Plantation : M. Thomas Davis et M. Robert Stacy Pour Smythe's Hundred : Captaine Thomas Graves et M. Walter Shelley Pour Martin's Hundrey : M. John Boys et John Jackson Pour Argall's guiffe : M. (Captaine Thomas) Pawlett et M. (Edward) Gourgaing Pour Flowerdieu Hundred : Ensigne (Edmund) Roffingham et M. (John) Jefferson Pour Captaine Lawne's Plantation : Captaine Christopher Lawne et Ensigne Washer Pour Captaine Warde's Plantation : Captaine Warde et Lieutenant Gibbes.

Les autres membres de cette assemblée comprenaient John Pory en tant que secrétaire et président, John Twine en tant que greffier de l'Assemblée et Thomas Pierse en tant que sergent d'armes. Le Conseil du gouverneur était composé du gouverneur, John Pory, du capitaine Frances West, de John Rolfe, du capitaine Nathaniel Powell et de Samuel Maycock.

Les 22 bourgeois, ainsi que le gouverneur Yeardley et le Conseil, se sont réunis le 30 juillet 1619 dans l'église de Jamestown, car c'était "l'endroit le plus pratique. . . ils pourraient trouver pour s'asseoir. " Pour le rôle important de Speaker, l'assemblée a élu John Pory, qui avait déjà été membre du Parlement anglais.

Le temps était insupportablement chaud et humide, et un bourgeois est décédé au cours de la session. Néanmoins, l'assemblée a réussi à couvrir plusieurs points à l'ordre du jour au cours de sa brève réunion de six jours. Tout d'abord, l'assemblée a demandé des changements mineurs dans le règlement du régime foncier. Ensuite, l'assemblée a approuvé le "grande charte" de 1618, qui avait permis sa création. Ensuite, l'assemblée adopta des mesures contre l'ivresse, l'oisiveté et le jeu. D'autres lois discutées le lundi 2 août comprenaient la protection contre les Indiens, le baptême des Indiens et la plantation d'arbres et de cultures. Le 3 août, l'assemblée a discuté "a troisième sorte de lois telles qu'elles pourraient provenir de la conception privée de chaque homme." C'est là que réside le pouvoir du bourgeois individuel d'initier la législation, et pas simplement de faire passer les lois proposées d'en haut. Les bourgeois ont initié et adopté plus de lois réglementant les relations avec les Indiens et les affaires personnelles des colons. L'assemblée a même adopté une loi exigeant la fréquentation obligatoire de l'église. Le 3 août également, l'assemblée a pris un caractère judiciaire en jugeant l'un des serviteurs d'un propriétaire foncier pour conduite répréhensible. Enfin, le 4 août, l'assemblée a approuvé sa première loi fiscale. Il s'agissait d'une taxe de vote exigeant que chaque homme et serviteur de la colonie paient les officiers de l'assemblée "une livre du meilleur tabac" pour leurs services pendant cette chaude saison estivale.

Alors que l'assemblée se préparait à clôturer sa première réunion, John Pory, dans sa dernière pétition au nom de l'assemblée, a demandé à la Compagnie de Londres d'excuser l'assemblée pour sa décision plutôt abrupte d'ajourner la réunion plus tôt. Plus important encore, dans sa lettre, on peut déceler une trace d'ambition d'étendre le pouvoir de l'assemblée :

Leur dernière humble suite est que lesdits Conseil et Compagnie seraient heureux, dès qu'ils le trouveront convenable, de tenir leur promesse établie à la conclusion de leur commission pour établir le Conseil d'État et l'Assemblée générale, à savoir , qu'ils nous donneront le pouvoir d'autoriser ou de rejeter leurs ordres de Courte, comme Sa Majesté leur a donné le pouvoir d'autoriser ou de rejeter nos lois.

Il alla même jusqu'à mettre en garde le Conseil et la Compagnie contre le danger de rébellion et d'anarchie. Pleinement conscient du pouvoir du Conseil d'accepter ou de rejeter les lois adoptées par l'assemblée, Pory a plaidé auprès de la Société "de ne pas le prendre en mal de ces lois que nous venons de mettre en lumière. . . car autrement ce peuple deviendrait en peu de temps si insolent, qu'il secouerait tout gouvernement, et il n'y aurait plus de vie parmi eux.»

Ainsi se termina la première assemblée législative jamais tenue en Amérique anglophone. C'était bien sûr un début modeste, et la capacité de la Première Assemblée à servir de précédent pour les développements constitutionnels ultérieurs en Amérique a été limitée de deux manières : premièrement, l'Assemblée n'a pas été modelée sur le Parlement, mais plutôt sur l'Assemblée de Virginia Company actionnaires à Londres (semblable à un conseil d'administration) et deuxièmement, toute législation adoptée par l'assemblée était soumise à un veto illimité de la société.

La Première Assemblée, néanmoins, " a inauguré une nouvelle ère de gouvernement colonial ", une ère qui s'épanouira plus tard en un système constitutionnel pleinement développé dans lequel la préservation de la paix et de l'ordre, comme l'a fait remarquer John Pory, reposerait sur les fondements du gouvernement représentatif. Terminons par l'un des commentaires de Thomas Jefferson dans une lettre à James Madison, qui, à l'époque, venait de rentrer en Virginie de la Convention de Philadelphie. L'orientation de sa déclaration ressemble quelque peu à celle de son prédécesseur, John Pory :

. . . Et dire, enfin, si la paix est mieux préservée en donnant de l'énergie au gouvernement, ou des informations au peuple. Ce dernier est le moteur de gouvernement le plus sûr et le plus légitime. . . Faites-leur comprendre qu'il est dans leur intérêt de préserver la paix et l'ordre, et ils les préserveront.

Andrew, Charles M. La période coloniale de l'histoire américaine. New Haven, CT : Yale University Press, 1934.

Bruce, Philip A. Histoire institutionnelle de Virginie. New York : La presse Knickerbocker, 1910.

Hatch, Charles E., Jr. La plus ancienne assemblée législative des États-Unis. Washington, D.C. : National Park Service, révisé 1956.

Kammen, Michel. Députés et libertés : les origines du gouvernement représentatif en Amérique coloniale. New York : Alfred A. Knopf, 1969.

Padover, Saul K. Le monde des pères fondateurs. New York : A.S. Barnes and Company, 1977.

Virginia 350th Anniversary Celebration Corporation. Les trois chartes de la Virginia Company de Londres. Williamsburg, Virginie : Virginia 350th Anniversary Celebration Corporation, 1957.


La Chambre des représentants de l'Oklahoma a inculpé Walton, un démocrate, de 22 chefs d'accusation, notamment de détournement de fonds publics. Onze des 22 ont été maintenus. Lorsqu'un grand jury d'Oklahoma City s'est préparé à enquêter sur le bureau du gouverneur, Walton a mis l'ensemble de l'État sous la loi martiale le 15 septembre 1923, avec une « loi martiale absolue » applicable à la capitale.

« Farmer Jim » Ferguson avait été élu pour un second mandat en tant que gouverneur en 1916, avec le soutien des prohibitionnistes. Au cours de son deuxième mandat, il « s'est retrouvé mêlé » à un différend avec l'Université du Texas. En 1917, un grand jury du comté de Travis l'a inculpé de neuf chefs d'accusation, dont un de détournement de fonds. Le Sénat du Texas, agissant en tant que tribunal de destitution, a condamné Ferguson pour 10 chefs d'accusation. Bien que Ferguson ait démissionné avant d'être condamné, "le jugement du tribunal de mise en accusation a été maintenu, empêchant Ferguson d'occuper une fonction publique au Texas".


New York élit son premier gouverneur - HISTOIRE

Durée des mandats des gouverneurs d'ÉTAT
à travers l'histoire américaine

Le tableau sur cette page est un "work in progress". Veuillez rester avec nous alors que nous continuons à collecter les données historiques nécessaires pour les compléter au fil du temps.

Le tableau suivant décrit simplement la durée des mandats des Gouverneurs d'État aux ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE au fil du temps. Les dates indiquées dans ce tableau sont celles du poste de gouverneur élections dans lequel les Gouverneurs ont été élus au Mandat en tête et en bas de la colonne où figurent lesdites dates (par exemple, on peut facilement voir - dans ce tableau- que MARYLAND a élu ses gouverneurs pour 3-termes de l'année de 1838 à 1850 : ce qui signifie que le MARYLAND a tenu des élections pour le gouverneur en 1838, 1841, 1844, 1847 et 1850 et chaque gouverneur choisi lors de ces élections a été élu pour un mandat de 3 ans maximum dans chaque cas [on voit aussi facilement qu'à partir de 1853, le MARYLAND a élu son gouverneur à un 4-année, etc.]).

La durée actuelle du mandat du gouverneur d'un État est, pour chaque État constitutif de l'Union américaine, en caractères gras (qui indique également les années où les gouverneurs d'un État ont été élus pour ledit mandat de manière continue [c'est-à-dire, sans pour autant une modification de la durée du mandat] jusqu'à nos jours [REMARQUE: Les élections spéciales, dans les États où elles auraient pu être utilisées, pour pourvoir les vacances au poste de gouverneur pour le reste d'un mandat non expiré ne figurent pas du tout dans ce tableau]).

Dates en italique dans ce tableau représentent des situations anormales qui sont expliquées plus en détail dans les notes re: le ETAT en question sous ce tableau (par exemple : on voit facilement - dans ce tableau- que DELAWARE a élu ses gouverneurs pour 3-années dans les élections tenues de 1792 à 1829 l'utilisateur averti de ce tableau pourrait bien remarquer que 1829 est 37 ans après 1792 et bien savoir que, évidemment, 37 est ne pas un entier multiple de 3 : comment alors une telle chose aurait-elle été possible ? Les notes sous ce tableau expliquent une telle anomalie [qui avait tout à voir avec le fait qu'il était une fois, le DELAWARE comblait les vacances à la présidence de son gouverneur par élection pour un mandat complet quelle que soit l'année du mandat non expiré le vacance s'est produite (en d'autres termes, à l'époque, les successeurs dûment élus d'un gouverneur de cet État décédé ou démissionnaire ou ayant laissé son fauteuil vacant d'une autre manière ne pas simplement terminer le mandat non expiré, comme ce serait le cas dans une élection spéciale pour le gouverneur)]).

Les dates dans le tableau ci-dessous indiquant les élections pour le gouverneur d'un État qui ont simplement suivi les exigences constitutionnelles normales quant à la durée du mandat du gouverneur ne sont bien sûr pas en italique.

Durée du mandat des gouverneurs POPULAIREMENT ÉLUS dans plusieurs États de l'Union américaine
ETATDurée d'un anTerme de 2 ansTerme de 3 ansTerme de 4 ans
ALABAMA--1819-1863 1868-190018651902-présent
ALASKA------1958-présent
ARIZONA19111912-1968--1970-présent
ARKANSAS--1872-1984--1836-1868 1986-présent
CALIFORNIE--1849-186118791863-1875 1882-présent
COLORADO--1876-1956--1958-présent
CONNECTICUT1776-18761876-1948--1950-présent
DELAWARE----1792-18291832-présent
FLORIDE--196418451848-1960 1966-présent
GÉORGIE--1825-1865 1880-1940--1868-1876 1942-présent
HAWAII----19591962-présent
IDAHO--1890-1944--1946-présent
ILLINOIS--1846 1976--1818-1842 1848-1972 1978-présent
INDIANA----1816-18491852-présent
IOWA--1857-1901 1906-19721854 19031846-1850 1974-présent
KANSAS--1862-197218591974-présent
KENTUCKY----18481800-1844 1851-présent
LOUISIANE----1846-18521855-1863 1868-1972 1975-présent
MAINE1820-18791880-1956--1958-présent
MARYLAND----1838-1850 1861 1864 19231853-1857 1867-1919 1926-présent
MASSACHUSETTS1780-19191920-1964--1966-présent
MICHIGAN18511835-1849 1852-1964--1966-présent
MINNESOTA--1857-1881 1886-196018831962-présent
MISSISSIPPI--1817-1867--1869-présent
MISSOURI------1820-présent
MONTANA----18891892-présent
NEBRASKA--1866-1964--1966-présent
NEVADA--1864--1866-présent
NEW HAMPSHIRE1784-18781878-présent----
NEW JERSEY----1844-19461949-présent
NOUVEAU MEXIQUE--1916-1968--1911 1970-présent
NEW YORK--1820-1874 1894-19361777-1817 1876-18911938-présent
CAROLINE DU NORD--1836-1866--1868-présent
DAKOTA DU NORD18891890-1962--1964-présent
OHIO18501803-1848 1851-1903 1908-195619051958-présent
OKLAHOMA----19071910-présent
OREGON------1858-présent
PENNSYLVANIE----1790-18751878-présent
RHODE ISLAND1776-19111912-1992--1994-présent
CAROLINE DU SUD--1868-192418651926-présent
DAKOTA DU SUD18891890-1972--1974-présent
TENNESSEE1796 18691797-1867 1870-1952--1954-présent
TEXAS18651845-1863 1873 1878-19721866 18751869 1974-présent
UTAH------1896-présent
VERMONT1778-18691870-présent----
VIRGINIE------1851-1863 1869-présent
WASHINGTON----18891892-présent
OUEST DE LA VIRGINIE18631864-1870--1872-présent
WISCONSIN18481849-1879 1884-196818811970-présent
WYOMING------1890-présent
ETAT Durée d'un an Terme de 2 ans Terme de 3 ans Terme de 4 ans

Dans ALABAMA, un gouverneur a été élu à un poste de transition 3-année en 1865 afin de s'adapter au changement de la date des élections d'État des années impaires aux années paires.

ALASKA n'a pas été admis en tant qu'État constitutif de l'Union américaine avant 1959 mais, en prévision d'un État imminent, avait élu ses premiers officiers d'État l'année précédente.

ARIZONA n'a pas été admis comme État constitutif de l'Union américaine avant 1912 mais, en prévision d'un État imminent, avait élu ses premiers officiers d'État l'année précédente.

ARKANSAS élu un gouverneur en 1872 pour un 4-un mandat d'un an conformément à la Constitution de l'État alors en vigueur cependant, une nouvelle Constitution de l'État réduisant le mandat du gouverneur de l'État à 2 ans a été ratifié en 1874, ainsi effectivement, ainsi que rétrospectivement, faisant de l'élection la plus récente au poste de gouverneur à l'époque une élection pour un mandat de 2 ans seulement.

CALIFORNIE n'a pas été admis comme État constitutif de l'Union américaine avant 1850 mais, en prévision d'un État imminent, avait élu ses premiers officiers d'État l'année précédente. Dans 1879, un gouverneur a été élu à une 3-un mandat d'un an afin de s'adapter au changement de la date des élections d'État des années impaires aux années paires.

CONNECTICUT tenu deux élections pour le gouverneur en 1876: the first was held in April of that year in order to elect a successor to the Governor who had been elected, as per the State Constitution then in force, to a 1-year term in State elections held the previous April the second was the first election of a Governor to a 2-year term the immediately following November, per an Amendment to that Constitution which not only extended the term of office of the State's Governor but also moved the date of State elections to November of even-numbered years.

DELAWARE's legislature elected the State's chief executive (at the time called the State "President") until 1792. Once a Governor was being elected by the People beginning that same year, the State Constitution originally required that a vacancy in the office of Governor be filled by election to a full Term of Office. De 1792 par 1816, Governors were elected to a full Term of Office every 3 years but the Governor so elected in 1819 died in office, necessitating an election for Governor to a full 3-year term in 1820 the Governor so elected also died in office, necessitating an election for Governor to a full 3-year term in 1822, but the Governor so elected also died in office (the third Governor duly elected by the People in succession to ne pas complete his 3-year term), necessitating an election for Governor to a full 3-year term in 1823: elections for Governor to full 3-year terms followed in 1826 et 1829. Beginning in 1832, the State began electing Governors to 4-year terms: however, the Governor so elected in 1844 died in office, necessitating an election for Governor to a full 4-year term in 1846 Governors were thereafter elected to full 4-year terms from then through 1894, whereupon the Governor elected in cette election died in office, necessitating an election of a Governor to a full 4-year term in 1896. The State Constitution of DELAWARE adopted in 1897 (the first to provide for a Lieutenant Governor, by the way) finally did away with this provision and Governors of the State have been elected to 4-year terms in Presidential Election years ever since, regardless of any vacancies in the office that might occur.

FLORIDA adopted its first State Constitution in 1838 but was not admitted as a constituent State of the American Union until 1845, in which year (per that State Constitution which set the date of the first State elections for après FLORIDA had been notified of its Admission to Statehood), it held its first elections: the election of a Governor in 1845, therefore, was for a transitional term of office to be served until the ordinary sequence of State elections in even-numbered years could be established. The election of a Governor in 1964 was for a transitional term of office necessitated by FLORIDA changing the date of its gubernatorial elections from even-numbered years in which a Presidential Election was held to even-numbered years other than those coinciding with a Presidential Election.

GÉORGIE's legislature elected its Governor until 1825. The State was under a U.S. Military Government in the aftermath of the American Civil War (before the term of the Governor elected in 1865 had been completed) Civil Government was restored with the adoption of a new State Constitution in 1868.

HAWAII was admitted as a constituent State of the American Union in 1959: the Governor elected that year served a transitional term until the ordinary sequence of State elections in even-numbered years could be established.

Dans ILLINOIS, an election for Governor was held in 1846 pour un 4-year term which, however, ended up being a transitional term, thereby allowing the State to switch from gubernatorial elections in even-numbered years not coinciding with a Presidential Election to even-numbered years in which a Presidential Election was held (this being the result of the ratification of a new State Constitution in 1848). Dans 1976, a Governor was purposely elected to a transitional term to allow the State to return to gubernatorial elections in even-numbered years other than those coinciding with a Presidential Election.

Dans IOWA, an election for Governor was held in 1854 pour un 4-year term which, however, ended up being a transitional term as a result of the ratification of a new State Constitution in 1857 which scheduled State elections for odd-numbered years. Dans 1903, a Governor was purposely elected to a transitional term in order to allow State elections to return to even-numbered years (per an Amendment to the State Constitution).

KANSAS was not admitted as a constituent State of the American Union until 1861 but, in anticipation of imminent Statehood, had elected its first State officers two years earlier: the Governor elected that year served a transitional term until the ordinary sequence of State elections in even-numbered years could be established.

Dans KENTUCKY, "Electors of the [State] Senate" chose the State's Governor in 1792 et 1796 popular election of the Governor first began with the election of 1800. An election for Governor was held in 1848 pour un 4-year term which, however, ended up being a transitional term as a result of the ratification of a new State Constitution in 1850 which scheduled State elections, thereafter, for odd-numbered years.

LOUISIANA's legislature elected its Governor until 1846. Since popular election alone of the Governor was first instituted, the State has toujours authorized a term of office of 4 years for its Governor: however, the new State Constitution of 1845 purposely provided for a transitional term to which a Governor would be elected in 1846 and his successor elected for a full 4-year term in 1849 this 4-year term, in turn, ended up being a transitional term as a result of the ratification of a new State Constitution in 1852 which provided for a transitional term to which a Governor would be elected in 1852 and his successor elected for a full 4-year term in 1855. The State was under U.S. Military Government in the aftermath of the Civil War which- along with the ratifications of new State Constitutions in both 1864 et 1868- effectively interfered with its ordinary schedule of State elections. LOUISIANA ratified yet another new State Constitution in 1879 which provided for the election of a new Governor in the same election in which the new Constitution was being voted on (thereby effectively reducing the term of the Governor elected for a 4-year term in 1876) the Governor so elected in 1879 was purposely permitted to serve until his successor was elected for a 4-year term in 1884. In addition, beginning with this State Constitution of 1879 and up through 1960, LOUISIANA held its State elections in April of Presidential Election years (thus, separately from elections for Fédéral office in November of the same year) however: beginning in 1964, the State began moving its elections back into the Winter of Presidential Election years and then, eventually, into the Fall of the odd-numbered year immediately preceding a Presidential Election year: please note that LOUISIANA never allowed its Governors less than a 4-year a term of office during this period (1972 happens to be the last time the State elected its Governor in an even-numbered year [at the beginning of February in that particular year], while 1975 happens to be the first time the State elected its Governor in an odd-numbered year during this "transition" [in December of that particular year] the State has been electing its Governors to a 4-year term in the Fall of odd-numbered years ever since.)

[REMARQUE: for more detail about these more recent changes in the dates of LOUISIANA's State elections, please see the table re: Dates of DIRECT PRIMARY Elections re: Major Party Nominations for Statewide and/or Federal Office which includes the dates of LOUISIANA's State général elections during the period in question.]

MARYLAND's legislature elected its Governor until 1838. Since popular election of the Governor was first instituted, the State has toujours authorized a term of office of 4 years for its Governor: however, an election for Governor was held in 1861 pour un 4-year term which, however, ended up being a transitional term as a result of the ratification of a new State Constitution in 1864 which scheduled State elections for even-numbered years pursuant to this new Constitution, an election for Governor was held in 1864 pour un 4-year term which, however, ended up being a transitional term as a result of the ratification of a new State Constitution in 1867 which returned State elections to odd-numbered years. Dans 1923, a Governor was purposely elected to a transitional term in order to allow State elections to return to even-numbered years (per an Amendment to the State Constitution).

MICHIGAN was not admitted as a constituent State of the American Union until 1837 but, in anticipation of imminent Statehood, had elected its first State officers two years earlier. Dans 1851, a Governor was purposely elected to a transitional term in order to allow for State elections in even-numbered years (per a new State Constitution ratified in 1850).

Dans 1883, MINNESOTA purposely elected a Governor to a transitional 3-year term in order to allow for State elections in even-numbered years (per an Amendment to the State Constitution).

MISSISSIPPI adopted a new State Constitution in 1890 under which the Governor elected to a 4-year term in 1889 had his term of office purposely extended for two more years, so that his successor would be elected to a 4-year term in 1895: the State has elected its Governor in odd-numbered years immediately preceding a Presidential Election year ever since.

MONTANA was admitted as a constituent State of the American Union in 1889: the Governor elected that year served a transitional term until the ordinary sequence of State elections in even-numbered years could be established.

NEBRASKA was not admitted as a constituent State of the American Union until 1867 but, in anticipation of imminent Statehood, had elected its first State officers the previous year.

NEVADA was admitted as a constituent State of the American Union in 1864: the Governor elected that year served a transitional term until the ordinary sequence of gubernatorial elections in even-numbered years not coinciding with Presidential Election years could be established.

NEW HAMPSHIRE tenu deux elections for Governor in 1878: the first was held in March of that year in order to elect a successor to the Governor who had been elected, as per the State Constitution then in force, to a 1-year term in State elections held the previous March the second was the first election of a Governor to a 2-year term the immediately following November, per an Amendment to that Constitution which not only extended the term of office of the State's Governor but also moved the date of State elections to November of even-numbered years.

NEW JERSEY's legislature elected its Governor until 1844.

NOUVEAU MEXIQUE was not admitted as a constituent State of the American Union until 1912 but, in anticipation of imminent Statehood, had elected its first State officers the previous year: the Governor elected that year [1911] served a purposely extended 4-year term (in the midst of which an Amendment to the State Constitution reduced the Governor's term of office to 2 years beginning in 1916).

NEW YORK's State Constitution originally required that a vacancy in the office of Governor be filled by election to a full Term of Office. De 1777 par 1813, Governors were elected to a full Term of Office every 3 years but the Governor so elected in 1816 (Daniel Tompkins who had been declared elected Vice President of the United States by Congress in Tabulation Joint Session [1817], by the way) resigned, necessitating an election for Governor to a full 3-year term in 1817. Subsequently, an election for Governor was held in 1820 pour un 3-year term which, however, ended up being a transitional term as a result of the ratification of a new State Constitution in 1821 which, thereafter, scheduled State elections for even-numbered years (concomitantly reducing the Governor's tem to 2 years beginning in 1822).

CAROLINE DU NORD's legislature elected its Governor until 1836.

NORTH DAKOTA was admitted as a constituent State of the American Union in 1889: the Governor elected that year served a transitional term until the ordinary sequence of State elections in even-numbered years could be established.

OHIO's State Constitution originally required that a vacancy in the office of Governor be filled by election to a full Term of Office. Dans 1803 et 1805, Governors were elected to a full Term of Office every 2 years but the result of the election for Governor in 1807 was disputed: unable to otherwise resolve this dispute, the legislature declared the office vacant and authorized a new election of Governor to a full 2-year term (as constitutionally required in the case of a vacancy, as aforesaid) in 1808: elections for Governor to full 2-year terms followed from 1810 par 1848. An election for Governor was held in 1850 pour un 2-year term which, however, ended up being a transitional term as a result of the ratification of a new State Constitution in 1851 which, thereafter, scheduled State elections for odd-numbered years. Dans 1905, the State purposely elected a Governor to a transitional 3-year term in order to allow for State elections in even-numbered years (per an Amendment to the State Constitution).

OKLAHOMA was admitted as a constituent State of the American Union in 1907: the Governor elected that year served a transitional term until the ordinary sequence of State elections in even-numbered years could be established.

OREGON was not admitted as a constituent State of the American Union until 1859 but, in anticipation of imminent Statehood, had elected its first State officers the previous year.

PENNSYLVANIE's legislature elected the State's chief executive (at the time called the State "President") until 1790. Once a Governor was being elected by the People beginning that same year, the State Constitution originally required that a vacancy in the office of Governor be filled by election to a full Term of Office. De 1790 par 1844, Governors were elected to a full Term of Office every 3 years but the Governor so elected in 1847 resigned, necessitating an election for Governor to a full 3-year term in 1848: elections for Governor to full 3-year terms followed from 1851 par 1875.

SOUTH CAROLINA's legislature elected its Governor until 1865. The State's first popular election for Governor was held in 1865 pour un 4-year term which, however, ended up being a transitional term as a result of the ratification of a new State Constitution in 1868 which scheduled State elections, thereafter, for even-numbered years.

SOUTH DAKOTA was admitted as a constituent State of the American Union in 1889: the Governor elected that year served a transitional term until the ordinary sequence of State elections in even-numbered years could be established.

TENNESSEE was admitted as a constituent State of the American Union in 1796: the Governor elected that year served a transitional term until the ordinary sequence of State elections in odd-numbered years could be established. An election for Governor was held in 1869 pour un 2-year term which, however, ended up being a transitional term as a result of the ratification of a new State Constitution in 1870 which, thereafter, scheduled State elections for odd-numbered years.

Dans TEXAS, an election for Governor was held in 1865 pour un 2-year term which, however, ended up being a transitional term as a result of the ratification of a new State Constitution in 1866 which, thereafter, scheduled State elections for even-numbered years: the Governor so elected that year [1866] was elected to a 4-year term per this new State Constitution but this ended up being a transitional term as a result of the ratification of a new State Constitution in 1868 which, thereafter, again scheduled State elections for odd-numbered years. The Governor of TEXAS elected in 1875 served a transitional term until State elections in even-numbered years could be re-established.

UTAH was admitted as a constituent State of the American Union in 1896: the Governor elected in the first State elections early that calendar year served a purposely extended 4-year term until the ordinary sequence of State elections in November of even-numbered years could be established.

VERMONT was not admitted as a constituent State of the American Union until 1791 but- although claimed by NEW YORK prior to that date- operated under its own Constitution as something of an independent "Republic" until so achieving Statehood.

VIRGINIA's legislature elected its Governor until 1851. The Governor elected in 1863 was the only Governor actually elected under the flag of the Confederacy and was effectively "deposed" when the U.S. Military came into control of the State at the end of the American Civil War meanwhile, those parts of VIRGINIA remaining loyal to the Union (including the future State of WEST VIRGINIA) elected a provisional pro-Union Governor in 1862 who continued to serve, under a new State Constitution adopted in 1864 (in those portions of the State under Union control), as the Federally-recognized Governor of VIRGINIA until Civil Government was fully restored in the State in 1869.

WASHINGTON was admitted as a constituent State of the American Union in 1889: the Governor elected that year served a transitional term until the ordinary sequence of State elections in even-numbered years could be established.

OUEST DE LA VIRGINIE was admitted as a constituent State of the American Union in 1863: the Governor elected that year served a transitional term until the ordinary sequence of State elections in even-numbered years could be established.

WISCONSIN was admitted as a constituent State of the American Union in 1848: the Governor elected that year served a transitional term until the ordinary sequence of State elections in odd-numbered years could be established. Dans 1881, the State purposely elected a Governor to a transitional 3-year term in order to allow for State elections in even-numbered years (per an Amendment to the State Constitution).


Voir la vidéo: ELECTIONS DES GOUVERNEURS,SUD-KIVU: PREMIER MESSAGE DE THEO KASI ENTANT QUE GOUVERNEUR DE PROVINCE. (Août 2022).