Podcasts sur l'histoire

Poste de la bataille de l'Arkansas

Poste de la bataille de l'Arkansas


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le 11 janvier 1863, le général de l'Union John McClernand et l'amiral David Porter capturent l'Arkansas Post, un bastion confédéré sur la rivière Arkansas. La victoire a assuré le centre de l'Arkansas à l'Union et a remonté le moral du Nord trois semaines seulement après la désastreuse bataille de Fredericksburg, en Virginie.

L'Arkansas Post était un fort massif à 25 miles du confluent des rivières Arkansas et Mississippi. Il a été conçu pour assurer le contrôle confédéré des rivières White et Arkansas, et pour maintenir la pression au large de Vicksburg, Mississippi, la dernière grande ville rebelle sur le fleuve Mississippi. Les côtés du fort carré mesuraient chacun près de 200 pieds de long et la structure était protégée par un fossé. Il était assis sur une falaise à 25 pieds au-dessus de la rivière. Le poste était un obstacle majeur au commerce yankee sur l'Arkansas.

McClernand a rassemblé son armée du Mississippi à Milliken's Bend, juste au nord de Vicksburg. Il avait quelque 32 000 hommes dans deux corps commandés par les généraux George Morgan et William T. Sherman. L'objectif principal de McClernand était Vicksburg, mais il décida de s'emparer d'abord de l'Arkansas Post pour sécuriser le commerce yankee sur les rivières au nord de Vicksburg. McClernand était accompagné de la flottille de Porter. Le plan était de remonter la rivière Arkansas et de débarquer les troupes sous le poste, puis de faire pivoter les hommes de Sherman derrière le fort pendant que Morgan s'approchait de l'aval.

Porter a commencé à bombarder le fort dans la nuit du 10 janvier. Le bombardement a continué le lendemain. Au cours de l'après-midi, l'infanterie de l'Union se dirigea vers le fort tandis que les navires passaient devant et commençaient à tirer de l'autre côté du fort. La garnison confédérée est encerclée et offre un drapeau blanc avant la fin de la journée. Les Yankees ont perdu environ 130 hommes et ont subi environ 900 blessés, mais ils ont capturé 5 000 confédérés et préservé le commerce de l'Union sur les rivières Arkansas et White.


Bataille d'Arkansas Post, 10-11 janvier 1863

La bataille a vu le général John A. McClernand prendre brièvement de l'importance. McClernand était un général &lsquopolitique&rsquo (c'est-à-dire pas un diplômé de West Point). Démocrate de &lsquoguerre de l'Illinois, McClernand avait convaincu Lincoln qu'il pourrait lever une nouvelle armée capable de s'emparer de Vicksburg s'il recevait le commandement de l'expédition. Le général Halleck a réussi à réduire l'autorité de McClernand à celle d'un commandant de corps normal, bien qu'il surclasse toujours Sherman par simple ancienneté. McClernand s'est avéré capable de tenir la première partie de sa promesse, en levant une série de nouveaux régiments dans le nord-ouest, mais sa capacité à commander une armée n'était pas encore prouvée.

À la fin de 1862, Grant avait lancé sa première attaque sur Vicksburg. Alors que Grant avançait par voie terrestre, Sherman devait lancer une deuxième attaque depuis le Mississippi. McClernand n'était pas encore arrivé avec l'armée et n'a donc pas pu prendre le commandement lui-même. Malheureusement, lorsque Grant a été contraint d'abandonner sa campagne, il n'a pas pu informer Sherman à temps pour arrêter l'attaque de Sherman. Cette attaque est repoussée avec de lourdes pertes (Bataille de Chickasaw Bluffs, 29 décembre 1862). Sherman se retira à Milliken&rsquos Bend, où McClernand le rejoignit.

Bien que les forces de l'Union contrôlaient la majeure partie du Mississippi, les confédérés avaient encore des forces suffisamment proches pour menacer le fleuve. Une de ces forces était basée à Arkansas Post, à seulement cinquante milles en amont de la rivière Arkansas, qui rejoignait le Mississippi à mi-chemin entre Memphis et Vicksburg. Bien que forte de seulement 5 000 hommes, cette force était suffisamment importante pour constituer une menace potentielle pour les communications de l'Union lors de toute attaque sur Vicksburg. Sherman était convaincu qu'il valait la peine d'envoyer une expédition contre cette position et a finalement réussi à persuader McClernand d'approuver l'attaque.

Une fois qu'il a compris l'idée, McClernand a déplacé toute son armée de 32 000 hommes le long de la rivière Arkansas pour attaquer le poste. Le 9 janvier, les troupes sont débarquées en aval du fort. Le jour suivant, les cuirassés de l'amiral Porter commencèrent à bombarder le fort confédéré. Enfin, le 11 janvier, l'armée et la marine lancent une attaque combinée contre le fort. Après quatre heures de résistance, la garnison confédérée en infériorité numérique se rendit.

Les pertes de l'Union étaient étonnamment lourdes compte tenu de leur grand avantage en nombre, à 134 tués, 898 blessés et 29 disparus. Les pertes confédérées sont plus faibles, à 60 morts et 75 blessés, mais ils perdent également 4 791 hommes capturés. La chute de l'Arkansas Post a également supprimé les meilleures chances des Confédérés d'interférer avec une attaque de l'Union sur Vicksburg.

Ironiquement, le lendemain de la bataille a vu le retrait de McClernand, malgré son manque d'enthousiasme initial pour l'expédition. Avant d'entrer en pleine possession des faits, Grant avait écrit au général Halleck pour se plaindre de ce qu'il considérait comme une diversion inutile de McClernand. Armé de la lettre de Grant, Halleck réussit à persuader Lincoln de lui permettre de donner un ordre autorisant Grant à retirer McClernand du commandement de l'expédition de Vicksburg, et soit à nommer un nouveau commandant, soit à prendre sa relève. Pendant ce temps, Grant recevait des plaintes au sujet de McClernand de la part de Sherman et du contre-amiral David Porter. Selon son autobiographie, lorsque Grant a atteint l'armée de McClernand&rsquos, il était clair qu'il avait perdu la confiance de l'armée et de la marine. Cela a donné à Grant un problème. Il aurait préféré donner à Sherman le commandement de l'armée, mais McClernand était le général en chef. La solution de Grant était de prendre lui-même le commandement du Vicksburg, avec McClernand et Sherman comme commandants de corps.

Mémoires, William T. Sherman. L'une des autobiographies militaires classiques, il s'agit d'un récit très lisible de l'implication de Sherman dans la guerre de Sécession, étayé par un grand nombre de documents. Un travail précieux, généralement impartial, qui est d'une grande valeur pour quiconque s'intéresse au rôle de Sherman dans la guerre.

Appel au destin, Brent Nosworthy. Ce livre adopte une approche très différente du champ de bataille de la guerre civile, en examinant un certain nombre d'incidents bien connus du point de vue d'une ou plusieurs des unités individuelles impliquées. Ce livre sera utile à tous ceux qui s'intéressent au champ de bataille de la guerre civile. [voir plus]

Guerre de Sécession : Poste de la bataille de l'Arkansas

La bataille de l'Arkansas Post a eu lieu pendant la guerre de Sécession (1861-1865).

Armées et commandants :

Confédéré

Poste de la bataille de l'Arkansas - Date :

Les troupes de l'Union opéraient contre Fort Hindman du 9 au 11 janvier 1863.

Poste de la bataille de l'Arkansas - Contexte :

En remontant le Mississippi après sa défaite à la bataille de Chickasaw Bayou à la fin de décembre 1862, le major-général William T. Sherman a rencontré le corps du major-général John McClernand. Homme politique devenu général, McClernand avait été autorisé à attaquer le fief confédéré de Vicksburg. L'officier supérieur, McClernand a ajouté le corps de Sherman au sien et a continué vers le sud accompagné de canonnières commandées par le contre-amiral David D. Porter. Alerté de la capture du paquebot Aile Bleue, McClernand a choisi d'abandonner son attaque sur Vicksburg en faveur de la frappe à Arkansas Post.

Situé à un coude de la rivière Arkansas, l'Arkansas Post était occupé par 4 900 hommes sous le commandement du brigadier général Thomas Churchill, avec des défenses centrées sur le fort Hindman. Bien qu'il s'agisse d'une base pratique pour les raids maritimes sur le Mississippi, le principal commandant de l'Union dans la région, le major-général Ulysses S. Grant, ne pensait pas que cela justifiait de déplacer les forces des efforts contre Vicksburg pour capturer. En désaccord avec Grant et espérant gagner la gloire pour lui-même, McClernand détourna son expédition par la White River Cutoff et s'approcha de l'Arkansas Post le 9 janvier 1863.

Poste de la bataille de l'Arkansas - Terres McClernand :

Alerté de l'approche de McClernand, Churchill déploya ses hommes dans une série de postes de tir à environ deux milles au nord de Fort Hindman dans le but de ralentir l'avance de l'Union. Un mile plus loin, McClernand a débarqué le gros de ses troupes à la plantation de Nortrebe sur la rive nord, tout en ordonnant à un détachement d'avancer le long de la rive sud. Avec les débarquements terminés à 11h00 le 10 janvier, McClernand a commencé à se déplacer contre Churchill. Voyant qu'il était en infériorité numérique, Churchill se replia sur ses lignes près de Fort Hindman vers 2h00.

Battle of Arkansas Post - Le bombardement commence :

Progressant avec ses troupes d'assaut, McClernand n'était pas en position d'attaquer avant 5h30. Cuirassés de Porter Baron DeKalb, Louisville, et Cincinnati a ouvert la bataille en fermant et en engageant les canons de Fort Hindman. Tirant pendant plusieurs heures, le bombardement naval n'a cessé qu'après la tombée de la nuit. Incapables d'attaquer dans l'obscurité, les troupes de l'Union passèrent la nuit sur leurs positions. Le 11 janvier, McClernand profita de la matinée pour organiser méticuleusement ses hommes pour l'assaut des lignes de Churchill. A 13h00, les canonnières de Porter sont revenues à l'action avec le soutien de l'artillerie qui avait été débarquée sur la rive sud.

Poste de la bataille de l'Arkansas - L'assaut est lancé :

Tirant pendant trois heures, ils ont efficacement réduit au silence les canons du fort. Alors que les canons se turent, l'infanterie avança contre les positions confédérées. Au cours des trente minutes suivantes, peu de progrès ont été réalisés alors que plusieurs échanges de tirs intenses se sont développés. À 4h30, alors que McClernand planifiait un autre assaut massif, des drapeaux blancs commencèrent à apparaître le long des lignes confédérées. Profitant, les troupes de l'Union s'emparent rapidement de la position et acceptent la reddition confédérée. Après la bataille, Churchill a fermement nié avoir autorisé ses hommes à capituler.

Après la bataille de l'Arkansas Post :

Chargeant les confédérés capturés dans des transports, McClernand les fait envoyer au nord dans des camps de prisonniers. Après avoir ordonné à ses hommes de raser Fort Hindman, il a envoyé une sortie contre South Bend, AR et a commencé à faire des plans avec Porter pour un mouvement contre Little Rock. Apprenant la diversion des forces de McClernand vers l'Arkansas Post et sa campagne à Little Rock, un Grant furieux annula les ordres de McClernand et exigea qu'il revienne avec les deux corps. N'ayant pas le choix, McClernand embarqua ses hommes et rejoignit le principal effort de l'Union contre Vicksburg.

Considéré comme un dilettante ambitieux par Grant, McClernand a été relevé plus tard dans la campagne. Les combats à Arkansas Post ont coûté à McClernand 134 tués, 898 blessés et 29 disparus, tandis que les estimations confédérées font état de 60 tués, 80 blessés et 4 791 capturés.


Poste de la bataille de l'Arkansas - HISTOIRE

En 1766, le gouverneur espagnol Don Antonio de Ulloa prit possession de la Louisiane au nom du roi Carlos III. Les problèmes auxquels était confronté le nouveau gouvernement étaient graves. L'allégeance des tribus indiennes, méfiantes envers les Espagnols, devait être cultivée. Pour aggraver les choses, des commerçants britanniques agressifs, désormais installés sur la rive est du Mississippi, se disputaient la loyauté des Indiens vivant sous juridiction espagnole. Pour atteindre ses objectifs, l'Espagne adopte le système d'administration français : le contrôle par la distribution de cadeaux et la traite des fourrures. Comme véhicules de cette politique, les commerçants français résidant déjà parmi les Indiens ont été retenus. Pour assurer la loyauté envers l'Espagne, tous les principaux fonctionnaires ont été remplacés. La population reste majoritairement française.

La nouvelle du transfert a rapidement atteint l'Arkansas Post. Les français et les Quapaw étaient très préoccupés par la prise de contrôle espagnole. Au printemps 1764, le commandant Pierre Marie Cabaret de Trepi se rend à la Nouvelle-Orléans avec les chefs Quapaw qui supplient le gouverneur de ne pas les livrer aux Espagnols. Leur demande n'a servi à rien. En 1768, Alexander De Clouet, un officier français au service du souverain espagnol, prit le commandement de l'Arkansas Post. Comme premier acte officiel, De Clouet a mené un recensement qui a révélé 138 personnes au poste, dont 85 civils blancs, 35 esclaves noirs, mulâtres et indiens et 18 militaires. Tous devaient prêter serment d'allégeance à l'Espagne.

Les problèmes rencontrés par De Clouet étaient si insurmontables qu'il écrivit bientôt avec exaspération : « Je transpire du sang et de l'eau. [1] Craignant la prise de contrôle espagnole, les déserteurs de l'Arkansas Post ont rejoint une bande de hors-la-loi en amont de la rivière Arkansas. Les hors-la-loi étaient dirigés par « Brindamur, un Canadien français qui, par sa force gigantesque, s'est fait un petit roi sur les autres ». [2] Un voyageur de la nouvelle province espagnole a décrit la rivière Arkansas comme :

l'asile des plus méchants sans doute dans toutes les Endes [sic]. Ils [les hors-la-loi] passent leur vie scandaleuse en concubinage public avec des femmes indiennes captives qu'ils achètent à cet effet parmi les païens, prêtant celles dont ils se lassent à d'autres de moindre pouvoir, . . . [pour] apaiser leur passion lascive, bref ils n'ont d'autre règle que leur propre caprice et . . . [se conduire] comme des brutes. [3]

Ces Français renégats n'ont prêté allégeance à aucun gouvernement et ont ouvertement défié la nouvelle administration en faisant du commerce de contrebande avec les Indiens et en entrant dans des intrigues avec des tribus hostiles à l'Espagne. Les hors-la-loi se sont liés d'amitié avec les Indiens Osages, rivaux de longue date de la France et de l'Espagne. En 1770, ils persuadèrent les Osage d'attaquer les Indiens Caddo, alliés espagnols sur la rivière Rouge. À la suite de cette incursion, de nombreuses femmes Caddo ont été amenées au camp de hors-la-loi et réduites en esclavage. [4]

Dans des circonstances normales, le gouvernement espagnol n'accepterait jamais un mépris aussi flagrant de l'autorité. Officieusement, cependant, les Espagnols toléraient Brindamur et ses coupe-gorge. Des problèmes plus graves menaçaient la Louisiane et la sécurité de l'Arkansas Post.

Sept ans de négligence sous une administration française boiteuse ont laissé le poste dans un état ruineux. Presque inutile pour la défense, le fort offrait peu de protection contre les bandes d'Indiens Osages en maraude qui, encouragés par l'inactivité française, multipliaient les déprédations contre les trappeurs de l'Arkansas.

Figure 17. Un guerrier Osage. Extrait de lettres et notes sur les mœurs, les coutumes et la condition des Indiens d'Amérique du Nord par George Catlin.

Les Indiens Osages étaient une tribu nombreuse comprenant près de mille hommes. La tribu occupait le Missouri Country et s'aventurait fréquemment dans la région de l'Arkansas pour chasser. [5] Pour les Espagnols, les Osage étaient particulièrement agressifs. Un document officiel décrivait la tribu comme « audacieuse et insolente, … l'une des plus mal intentionnées de toutes les nations ». L'incapacité espagnole de contrôler l'Osage peut avoir été le résultat de la cérémonie de "deuil de guerre". L'Osage croyait qu'un guerrier décédé avait besoin de compagnie pour son voyage dans l'au-delà. Une telle compagnie a été fournie par le meurtre ultérieur de la première personne interceptée par une partie de la guerre. Le cuir chevelu de la victime a ensuite été enterré avec le défunt, offrant ainsi la compagnie nécessaire. [6]

En 1771, les agressions des Osages sont particulièrement nombreuses. En janvier, Antoine Lépine a regagné le poste en boitant « en très mauvais état », après s'être fait cambrioler par l'Osage. D'autres ont eu moins de chance. À seulement 180 milles au-dessus de l'Arkansas Post, les Indiens Osage ont assassiné le trappeur Doget, sa femme et ses enfants. Leurs déprédations étaient si fréquentes que le commandant s'attendait à ce que l'Osage attaque à tout moment l'Arkansas Post. Les habitants craignaient pour leur vie tout au long de l'année. La palissade du fort était pratiquement inutile, « ayant plus d'entrées que ceux qui la défendent n'ont de doigts ». Seuls 293 des piquets étaient fixés par des clous. Les canons, dépourvus d'affûts, étaient inutiles. De plus, des rivières en crue empêchaient les Espagnols de battre en retraite. Malgré ces problèmes, le commandant DeLeyba a déclaré avec défi qu'il s'engagerait dans un « combat ouvert ». « Il ne nous reste d'autre recours que de mourir en tuant. Heureusement pour la garnison, l'attaque d'Osage ne s'est jamais matérialisée. [7]

Figure 18. Un groupe de guerre Osage. Les Indiens Osages ont volé et assassiné de nombreux trappeurs sur la rivière Arkansas. Extrait de lettres et notes sur les mœurs, les coutumes et la condition des Indiens d'Amérique du Nord par George Catlin.

Les Espagnols ont réagi aux agressions d'Osage en persuadant les Quapaw de faire la guerre à leurs parents occidentaux. L'Espagne a accepté de dédommager les guerriers Quapaw pour tout scalp livré au poste. En avril 1772, les guerriers Quapaw rapportèrent cinq scalps et une femme et un enfant en tant que prisonniers. En peu de temps, la porte principale du fort fut encombrée des sinistres trophées de la guerre, car il était devenu de coutume d'y suspendre des scalps. En mars 1777, les Osage, las du harcèlement des Quapaw, demandèrent la paix. La paix, cependant, a échappé à l'Arkansas Post. [8]

La concurrence avec les commerçants britanniques agressifs s'est considérablement accrue après la guerre de Sept Ans. Les Chickasaw, motivés par la propagande britannique, harcelaient continuellement les chasseurs de la poste espagnole. Le 13 janvier 1769, une équipe de guerre Chickasaw a volé Francis, un chasseur résident. Deux Anglais et un Canadien nommé Charpentier commandaient le parti. En 1770, le commandant du poste a signalé que sept groupes de guerre Chickasaw ont traversé le pays de l'Arkansas. De nombreux chasseurs français ont été dévalisés, perdant leurs armes et leurs munitions au profit des envahisseurs.

Maintenant avec le contrôle de la rive est du Mississippi, les marchands britanniques ont établi des postes et ont fait du commerce avec les Indiens vivant sous juridiction espagnole à l'ouest du fleuve. Libérés de politiques commerciales strictes, les Britanniques pouvaient offrir des produits commerciaux moins chers et des quantités généreuses d'alcool. Les Indiens espagnols fréquentaient les postes britanniques et étaient couverts de cadeaux et d'esprits ardents. À d'autres moments, des marchands sans scrupules ont hardiment empiété, apportant leurs marchandises et leur propagande aux alliés indiens de l'Espagne.

En 1769, une Anglaise, connue seulement sous le nom de « Magdelon », a établi un poste de traite sur la rive est du Mississippi, en face de l'embouchure de la rivière Arkansas. Conscient de la présence de cette femme agressive, le commandant de l'Arkansas Post a tristement commenté : « Je ne vois plus un jour de tranquillité. Plus tard dans l'année, la barge de Magdelon, appelée par le commandant une « cantine flottante », est entrée dans la rivière Arkansas. Faisant semblant d'être à court de provisions, Magdelon et 10 commerçants britanniques ont visité les villages Quapaw où ils ont distribué de l'alcool et de la propagande anti-espagnole. Selon le commandant :

cette Anglaise veut persuader l'Arkansas [Quapaw] qu'elle nous expulsera de ce fort, que les sauvages vont dépendre des Anglais et que [de son poste de traite] elle n'aurait qu'un pas à faire. Je rirais d'un tel discours. [9]

Malheureusement pour les Espagnols, le travail de Magdelon parmi les Quapaw a rencontré un certain succès. En peu de temps, le commandant se plaignit amèrement que les Britanniques « aient gagné du terrain dans le cœur de ces misérables [Indiens quapaw] ». La faille s'est bientôt élargie à des proportions dangereuses. [dix]

En 1770, Joseph Orieta remplaça François de Mazellieres comme commandant de l'Arkansas Post. Orieta fut le premier officier de nationalité espagnole à commander la garnison. Le supplanté De Mazellieres en voulait à Orieta et se plaignait au gouverneur, écrivant que « les habitants et les sauvages, qui ne l'aiment pas [Orieta], ne parlent que d'abandonner le poste ». Le Quapaw a préféré un commandant français et n'a jamais accepté Orieta. Les relations entre ces Indiens et l'Espagne se sont détériorées. Le grand chef Angaska a en fait accepté une médaille britannique de l'amitié. Le sous-chef Caiguaioataniga a emboîté le pas et a permis à 5 000 peaux de daim de passer entre les mains des Britanniques en échange d'un fût de whisky. Orieta a été remplacé en un an par Fernando de Leyba, un autre Espagnol. [11]

Fernando de Leyba est arrivé à Arkansas Post en 1772 avec sa femme, Maria Concepcion Cesar. Le poste avait une population de 78 personnes : 32 hommes blancs, 30 femmes et 16 esclaves. De Leyba n'avait pas plus de chances avec les Quapaw qu'Orieta. Peu de temps après avoir pris le commandement, le chef Angaska s'est plaint au gouverneur. Angaska pensait que De Leyba n'aimait pas le Quapaw, et il voulait qu'il soit remplacé. Les choses ont vite empiré.

Le 13 juin 1772, De Leyba arrête Nicolas Labauxière, l'interprète des postes. Le commandant apprit que Labauxière opérait parmi les Quapaw en tant qu'agent britannique. L'interprète avait cependant une grande influence parmi les Quapaw et était même considéré comme un membre de la tribu. Apparemment, De Leyba a compris la délicatesse de la situation puisqu'il a tenté de capturer Labauxière en secret. Malheureusement pour De Leyba, la tentative de secret a échoué. Sur le chemin du poste, le prisonnier a rencontré un Quapaw. Labauxière lui parla en passant : « Dites à mon père votre chef, dans quel trouble vous me voyez. Les Indiens Quapaw ont répondu cette même nuit en entourant le fort. Un chef et cinq guerriers pénétrèrent dans les terres exigeant la libération de Labauxière. Si leur demande était rejetée, les Indiens menaçaient de « se trancher la gorge sur le poteau ». Ne voulant pas libérer l'interprète renégat, De Leyba a mis fin à l'impasse par la distribution opportune des cadeaux. Même après le départ des Quapaw, un mécontent est revenu exigeant « un baril de whisky ou ma tête », a écrit De Leyba.

Les Quapaw n'oublièrent pas de sitôt le sort de Labauxière. Quelques jours plus tard, des Quapaw ont rendu visite à De Leyba et lui ont présenté un cheval mort, exigeant du whisky en échange. C'était l'insulte ultime de Quapaw ! Les guerriers ont menacé de tuer tout le monde au poste si leurs demandes n'étaient pas honorées. La pauvre femme du commandant s'évanouit et les autres femmes, craignant pour leur sécurité, pleuraient. Apparemment, le commandant a donné de l'alcool aux Indiens puisque le sang espagnol n'a pas été versé. À la première occasion, De Leyba a envoyé le prisonnier « en aval » pour être jugé. Le nom de Nicolas Labauxière a disparu des registres officiels et les relations avec les Quapaw se sont quelque peu normalisées. [12]

Le Quapaw a continué des relations amicales avec les Britanniques. Le 26 novembre 1773, De Leyba rapporta que le chef quapaw, Gran Megre, avait adopté un Anglais comme fils. Ce dernier construisit une cabane à côté de celle de son père adoptif et vendit des marchandises aux Indiens. En 1774, trois Anglais qui épousaient des femmes Quapaw vivaient parmi les Indiens. Ils firent de la propagande parmi la tribu, leur disant que l'état de délabrement du fort était la preuve que les Britanniques s'empareraient bientôt de la province et expulseraient les Espagnols. Le commandant du poste saisit l'occasion pour impressionner les Indiens. Il répara à la hâte la palissade et convoqua un conseil avec les chefs Quapaw. Louant les vertus des Espagnols, le commandant demande que les Britanniques soient expulsés des villages Quapaw. Pour mettre fin au conseil et impressionner les Indiens de la force et de l'engagement de l'Espagne, le commandant ordonna la décharge de trois canons. Selon De Leyba :

Les Indiens ont été émerveillés lorsque, à cause de l'agitation résultante, des lunettes et des chapeaux qui pendaient à des clous dans le mur sont tombés et la pièce a commencé à trembler. . . Et quand les Indiens virent l'effet des tirs de canon et la réparation de la palissade. . . ils ont dit que les Anglais leur avaient menti. Ensuite, nous avons porté un toast à l'honneur de Votre Seigneurie, pendant ce temps nous avons eu une autre décharge et les Indiens sont partis heureux et réjouis. [13]

Les Anglais furent rapidement bannis des villages Quapaw. La concurrence britannique pour le commerce des fourrures de l'Arkansas, cependant, ne fit qu'augmenter.

En 1775, le commandant du poste de l'Arkansas rapporta que cinq commerçants britanniques avaient établi une colonie de 18 cabanes appelée Concordia sur la rive est du Mississippi en face des villages de Quapaw. A partir de cette base d'opérations, commerçants et chasseurs affluèrent dans le pays de l'Arkansas, effaçant le gibier et s'appropriant une part importante du commerce espagnol des pelleteries. Selon le commandant du poste, les chasseurs intrus ont obtenu 12 000 peaux de daim et 6 000 livres de fourrures de castor sur les rivières White et St. Francis en février et mars 1766. [14]


Cette carte illustre la position du fort Hindman à Arkansas Post sur la rivière Arkansas. Les positions des défenses confédérées ainsi que les navires sur le fleuve sont représentées. Le 23e d'infanterie du Wisconsin et le 1er d'artillerie légère du Wisconsin ont tous deux participé à la bataille de l'Arkansas Post. Voir le document source original : WHI 90871

Lieu : Arkansas Post, Arkansas (Google Map)

Campagne : Opérations contre Vicksburg (décembre 1862-janvier 1863)

Sommaire

La victoire à la bataille de l'Arkansas Post a donné aux forces de l'Union le contrôle du fleuve Mississippi jusqu'à Vicksburg, Mississippi.

Au début de 1863, les troupes confédérées avaient un bastion à Fort Hindman sur le fleuve Mississippi près de la ville d'Arkansas Post, Arkansas. Construit de terrassements renforcés de fer au sommet d'une falaise de 25 pieds, le fort abritait plus de 5 000 soldats. Le fort Hindman a été utilisé pour mener des attaques d'obus sur les navires de l'Union et a empêché les troupes de l'Union d'avancer le long de la rivière Arkansas et à l'intérieur.

Le 9 janvier 1863, les navires de l'Union débarquèrent de l'infanterie et de l'artillerie à environ un mile en aval de Fort Hindman. Le lendemain, ils ont envahi les tranchées confédérées et ont finalement repoussé l'ennemi à l'intérieur du fort. Les canonnières de l'Union et les batteries d'artillerie de l'autre côté de la rivière bombardent le fort. Les confédérés ont concédé le 11 janvier, remettant plus de 5 000 prisonniers. Cette victoire a donné à l'Union carte blanche pour déplacer des soldats et des fournitures dans le Mississippi.

Le rôle du Wisconsin

Le 23e d'infanterie du Wisconsin était au cœur de l'action pendant les trois jours. Six hommes ont été tués et 31 blessés. Les compagnies B, G et K étaient dans l'avance qui a repoussé les troupes confédérées à l'intérieur des murs du fort le 10 janvier. Une section de la 1st Wisconsin Light Artillery a bombardé le fort de l'autre côté de la rivière, empêchant l'ennemi de s'échapper. Une autre section détruit un côté du fort et réduit au silence plusieurs canons confédérés à l'intérieur.

Liens pour en savoir plus
Afficher les documents originaux

[Source : Report on the Nation's Civil War Battlefields (Washington, 1993) Estabrook, C. Records and Sketches of Military Organizations (Madison, 1914) Love, W. Wisconsin in the War of the Rebellion (Madison, 1866).]


Poste de l'Arkansas

Arkansas Post est situé à 117 miles au sud-est de Little Rock sur la rivière Arkansas. Le site est connu comme la première colonie de l'Arkansas et du territoire de la Louisiane avant la guerre d'indépendance. L'explorateur français Henri de Tonti ordonna à dix hommes de construire une cabane et un fort grossier en 1686 sur un terrain qui lui fut donné par René-Robert Cavelier, sieur de La Salle. La colonie, à l'origine connue sous le nom de "The Post of Arkansaw" et nommée d'après les Amérindiens locaux, était située sur une haute falaise. Le poste était contrôlé à la fois par les Français et les Espagnols et devint un centre commercial. Les premiers résidents comprenaient des trappeurs, des chasseurs, des prêtres et quelques femmes. Pendant la guerre d'indépendance, les Espagnols exploitaient un fort situé à Arkansas Post, composé de quelques maisons, cabanes et entrepôts.

Lorsque l'Arkansas est devenu un territoire des États-Unis, le siège du gouvernement du district était situé à Arkansas Post. Le gouverneur Robert Crittenden a réuni la première législature au poste le 28 juillet 1819. Le 20 novembre 1819, William E. Woodruff a imprimé le premier exemplaire de l'Arkansas Gazette au règlement. Le gouverneur James Miller a remporté les premières élections générales et a supervisé la session extraordinaire qui a fait de Little Rock le siège du gouvernement territorial. En 1817, l'Arkansas Post a établi l'un des deux seuls bureaux de poste du territoire. L'économie locale était basée sur la production de bétail, de maïs et de coton. Le trafic fluvial intense a fait de l'Arkansas Post un important centre de commerce et le siège du comté de l'Arkansas. En 1860, la population du comté de l'Arkansas comptait 3 923 Blancs, aucun Noir libre et 4 921 esclaves.

L'Arkansas Post était un point stratégique dans la défense de l'Arkansas. Le poste était situé à 117 milles en aval de Little Rock et à vingt-cinq milles au-dessus de l'embouchure de la rivière Arkansas. La bataille à Arkansas Post pendant la guerre civile a entraîné une reddition confédérée et a contribué à une prise de l'Union sur l'Arkansas. Le 28 septembre 1862, le major-général Theophilus H. Holmes, commandant du département du Trans-Mississippi, place le colonel John W. Dunnington en charge de la défense fluviale de l'Arkansas. Le fort était défendu par le dix-neuvième régiment d'infanterie de l'Arkansas, le bataillon d'infanterie de Crawford's Arkansas, le sixième d'infanterie du Texas, le vingt-quatrième de cavalerie du Texas (à pied), le vingt-cinquième de cavalerie du Texas (à pied), la compagnie de cavalerie de Louisiane Denson et l'Arkansas de Hart. Batterie.

Le 2 novembre 1862, un régiment de cavalerie confédéré du Texas connu sous le nom de "Lane Rangers" est affecté à l'Arkansas Post par le général T. H. Holmes, commandant du département du Trans-Mississippi. À leur arrivée, le capitaine confédéré Gil McKay les a informés que, « à son avis, c'est Ft. Donelson No. 2. » De décembre 1862 à janvier 1863, les Texans effectuèrent des missions de reconnaissance et de piquetage. La garnison a été augmentée par la dixième infanterie du Texas et les quinzième, dix-septième et dix-huitième cavalerie du Texas (à pied) sous le commandement du colonel James Deshler.

Le 10 décembre, le brigadier. Le général Thomas J. Churchill a été transféré du département de l'Est du Tennessee au département du Trans-Mississippi et a reçu le commandement de l'Arkansas Post. Le 20 décembre, le major-général de l'Union William Tecumseh Sherman a déplacé sa force expéditionnaire de trois divisions vers Arkansas Post pour rejoindre une quatrième division sous le commandement du général Frederick Steele. Le 4 janvier, le général de l'Union John A. McClernand dirigea son armée vers l'Arkansas Post. Il était accompagné de la flotte de trois cuirassés et de six canonnières de l'Union Adm. David D. Porter.

Le général confédéré Churchill a anticipé l'assaut de l'Union et a terminé à la hâte les fortifications. Le fort achevé était un fort de 100 mètres carrés entièrement bastionné. Les armements comprenaient deux columbiads de 9 pouces, un columbiad de 8 pouces, quatre fusils Parrott de 10 livres et quatre canons lisses de 6 livres. Le fort contenait également trois bâtiments à ossature, deux magasins approvisionnés et un puits. Le 9 janvier 1863, une flotte fédérale de soixante-dix ou quatre-vingts transports escortés par des canonnières fut signalée près du poste. Un certain nombre de piles sécurisées par des chaînes à bois ont été enfoncées dans le lit de la rivière pour tenter d'empêcher la flotte de l'Union de passer devant le fort. Le 9 janvier, près de 32 000 soldats de l'Union ont débarqué et encerclé le poste.

La brigade Deshler était positionnée à droite des terrassements et l'unité de Dunnington était à gauche. Les soldats de Deshler étaient armés de fusils de chasse à double canon et d'une gamme variée de fusils. Parmi les 1 600 soldats, seuls 315 possédaient des fusils Enfield. Cinq compagnies d'infanterie appartenant à la brigade Garland ont servi de tirailleurs. La batterie Arkansas de six canons de William Hart était postée sur la droite près de la rivière Arkansas. A huit heures du matin le 11 janvier, les canonnières de l'Union Crotale et Faucon noir ouvre le feu sur les positions confédérées. À onze heures du matin, l'avance de l'Union contre l'Arkansas Post a commencé. A une heure, les canonnières de l'Union reprennent le bombardement signalant l'avance de l'Union. William Williston Heartsill des Lane Rangers a rapporté : « L'ennemi vient d'être repoussé de sa SEPTIÈME tentative contre nos ouvrages sur la gauche. Une canonnière a dépassé le fort et va bientôt débarquer des troupes du côté sud de la rivière à notre arrière. La reddition est désormais notre seul destin."

Les soldats confédérés ont rappelé que le feu des Dahlgreens de 10 pouces de la De Kalb coûtaient le plus cher à leur défense. By four o'clock in the afternoon the Union gunboats were ordered past the fort, and within a half hour the Union Army closed on the Confederate entrenchments. Prior to General McClernand's order for an assault, white flags of surrender appeared above the fort. In an effort to overtake Confederate works, Union Gen. Charles E. Hovey ordered two 12-pound Napoleons to fire point blank at the Confederate positions. Only two shots were fired before white flags were displayed above the earthworks.

Confederate General Churchill was outnumbered five to one and surrendered at five o'clock in the afternoon. William Heartsill of the Lane Rangers recalled, "Thirty five hundred Confederate soldiers surrendered to over sixty thousand United States troops, they have in addition to this large army 13 gunboats, 4 land Batteries of light Artillery and 91 transports." Confederate Gen. Thomas C. Hindman and Gen. John G. Walker attempted to reinforce the post but could not arrive before the surrender occurred. Union casualties were 134 killed, 898 wounded, and 29 missing. Confederate casualty reports were incomplete but listed 60 killed and 80 wounded. More than one-third of the Union casualties were from Stephen G. Burbridge's Brigade. The Federal Army captured 4,791 Confederate soldiers, 7 stands of colors, 17 pieces of artillery, 10 gun carriages, 3,000 stands of small arms, 130 swords, 50 colt pistols, 40 cans of powder, 1,650 rounds of shot, 375 shells, 46,000 rounds of small arms ammunition, and 563 animals.

The loss of Arkansas Post was a shock to the people of Arkansas and facilitated the subsequent Union occupation of Little Rock. On January 12, the Confederate prisoners were transported on the Sam Gatey, Tigress, Nebraska, et le John J. Roe to St. Louis. On March 16, 1863, orders were issued to exchange Arkansas Post prisoners at City Point, Virginia. Union forces remained at Arkansas Post and captured public property and destroyed fortifications until January 17. Following the war the post declined as a trade center and dwindled to a few homes and buildings.

On January 24, 1931, Ballard Deane introduced a bill to the House of Representatives that created an Arkansas Post State Park Commission consisting of seven members for a period of fifty years. An appropriation of $5,000 was provided for the restoration of the first settlement of Arkansas. Fred Quandt owned eighty acres on the site that he donated to the Arkansas Park Commission for historical preservation.


Arkansas Post Timeline - Prehistory - 1763

Before European exploration, the lower Arkansas River valley had been home to numerous American Indian groups. Mounds, arrowheads, and pottery provide mute testimony today to the lives of these peoples.

By the mid-1500s the Quapaw people had taken up residence along the Mississippi and Arkansas Rivers. Spanish explorer Hernando de Soto and his expedition were the first Europeans to explore this area, but it was the arrival of the French 130 years later that began the exploration, settlement, and transformation of the Lower Mississippi valley. During this time the settlement of Arkansas Post developed only very slowly while older than New Orleans and Saint Louis, its isolated location limited the attractiveness to all but the hardiest French hunters.

1500s By this time the Quapaw tribe located to a series of villages along the Mississippi and Arkansas rivers.

1541 Hernando de Soto was the first European known to have visited the territory which is now the state of Arkansas.

1673 Father Jacques Marquette and Louis Joliet explored the territory as far south as the Arkansas River.

1682 Robert Cavelier, Sieur de la Salle visited the country of the Arkansea, so called by the Indians of the territory. While on the Arkansas River one of la Salle's lieutenants, Henri de Tonti, asked for and was granted a seigneury of land.

1686 De Tonti established a trading post, staffed with six on the north side of the Arkansas River, adjacent to the Quapaw village of Osotouy. A cabin and a large cross were erected. It was named "Poste de Arkansea".

1687 Mars La Salle is assassinated by one of his own men. His Texas settlement fails in the following months.

24 juillet Survivors of La Salle's expedition to Texas, come across Arkansas Post while making their way north. One of the party, Henri Joutel, later writes the first description of the Post.

By this time only two men remain at the Post. The other four returned to Canada for news and supplies.

1689 A site was granted to Father Claude Deblon, a Jesuit priest, for a chapel and mission at the Post. It is highly likely that this chapel was never developed.

1690 While traveling the Mississippi River, Henri de Tonti makes a short visit to Arkansas Post. This may be the only time he visited the settlement that he helped to create.

1700 At about this date the original Poste de Arkansea was abandoned.

1717 The French government grants Scottish financier John Law's Compagnie d'Occident complete commercial and political control of the province of Louisiana.

1719 John Law expands his company to include the French colonies in China and the East Indies. The company is renamed the Compagnie des Indes to reflect this largest role. By this time Law had also gained control of France's finance ministry in effect, Law was now at the head of Europe's most successful conglomerate.

1720 "The Mississippi Bubble" - The value of stock in Law's company rose so rapidly that, combined with Law's control of the French monetary system, massive inflation was seen throughout Europe.

1721 September Share prices in Compagnie des Indes deflate to their original value. The fall in the price of the stock led to a takeover of the company and brought an end to Law's ambitious plans to develop the Louisiana Colony, including the settlement of German colonists at Arkansas Post.

Representatives of John Law's Compagnie des Indes begin construction of an agricultural colony near the site of the first Post, on the north bank of the Arkansas River. This colonial effort ultimately failed, but formed the basis for later permanent settlements. Construction for the Law Colony site is done by indentured servants and slaves.

1722 By order of the Regent of France, authority was given for a settlement at the Poste de Arkansas and an officer named M. De La Boulaye was sent to command the garrison.

French explorer Bernard de La Harpe visits Arkansas Post at the beginning of his expedition up the Arkansas River.

1723 The Inspector-General of the colony visits Arkansas Post and reports that only 14 Frenchmen were living there.

1727 Jesuit Father du Poisson arrives at the Post to serve as a missionary to the Quapaw and attend to the spiritual needs of the French community there (numbering about 30 by this time). The murder of Father du Poisson by Natchez Indians puts an end to this missionary effort, and for the next several years Arkansas Post was without a resident missionary.

1729 Natchez Revolt Natchez Indians attack the French settlement of Fort Rosalie (near present-day Natchez, Mississippi) and killed 250. Encouraged by the French, the Choctaw and Quapaw turn against the Natchez.

1733 First Ensign de Coulange, commanding Arkansas Post, reports that the Post was "menaced from all sides" as 11 hunters on the Arkansas River had been killed by the Osage during the year.

1738 The French government enlists the aid of the Quapaw to wage war against the Chickasaw Indians, allies of the British.

1744 A census taken this year shows the population of Arkansas Post as 12 soldiers and 10 slaves.

1748 A census taken this year shows the population of Arkansas Post as 31 Frenchmen and 14 slaves.

1749 One hundred and fifty Chickasaws, led by Payah Matahah, raided the Post. Six Frenchmen were killed and the Indians withdrew when their leader was gravely wounded. Following this incident, the Post is moved upriver to the Ecore Rouge site

années 1750 Arkansas Post serves as a jumping off point for French travelers to New Mexico. Governor Kerlerec strengthened the French alliance with the Quapaw by inviting the Quapaw chief to New Orleans.

1756 Removal of the Post to its lowest site on the Arkansas River, at a point only five miles up from the mouth of the river. This relocation was most likely done to make the Post most useful to French military efforts during the French and Indian War.

1758 May & June Significant flooding occurs along the lower Arkansas River in the area of Arkansas Post. During the year that the Post was at this lowest site on the river, flood waters were a constant aggravation.

32 British prisoners of war are temporarily housed at the Post.

Father Carette, the last Jesuit priest to serve at Arkansas Post abandons the mission

1759 A census taken this year shows the population of Arkansas Post as 40 officers and men.

1763 février End of the French and Indian War (Seven Years War). French holdings east of the Mississippi River were given to England the Louisiana Territory and New Orleans were ceded to Spain. Many French soldiers stayed on and swore allegiance to Spain.

October A census taken this year shows the population of Arkansas Post as 31 officers and men.


Battle of Arkansas Post - HISTORY

The Territory of Arkansas was admitted to the Union as the 25th U.S. state on June 15, 1836.

Arkansas Civil War History

Arkansas Territory Map

The history of Arkansas began millennia ago when humans initially crossed into North America. Many tribes used Arkansas as their hunting lands but the main tribe was the Quapaw who settled in Arkansas River delta upon moving south from Illinois. Early French explorers gave the territory its name, a corruption of Akansea, which is a phonetic spelling of the Illinois word for the Quapaw. What began as a rough wilderness inhabited by trappers and hunters became incorporated into the United States as part of the Louisiana Purchase in 1803 and became Arkansas Territory in 1819. Upon gaining statehood in 1836, Arkansas began to prosper under a plantation economy that was heavily reliant on slave labor.

The first European to reach Arkansas was the Spanish explorer Hernando de Soto, a veteran of Pizarro's conquest of Peru who died near Lake Village on the Mississippi River in 1542 after almost a year traversing the southern part of the state in search of gold and a passage to China. Arkansas is one of several US states formed from the territory purchased from Napoleon Bonaparte in the Louisiana Purchase. The early Spanish or French explorers of the state gave it its name, which is believed to be a phonetic spelling of the Illinois tribe's name for the Quapaw people, who lived downriver from them. Other Native American tribes who lived in Arkansas before moving west were the Quapaw, Caddo, and Osage nations. The Five Civilized Tribes also inhabited Arkansas during its territorial period, but were forced westward under U.S. Indian removal policies. The Five Civilized Tribes were the five Native American nations—the Cherokee, Chickasaw, Choctaw, Creek, and Seminole—that were considered civilized by Anglo-European settlers during the colonial and early federal period because they adopted many of the colonists' customs and had generally good relations with their neighbors.

Arkansas Post was the first territorial capital (1819�) and Little Rock was the second (1821�).

The Arkansas Territory was created from the portion of the Missouri Territory lying south of a point on the Mississippi River at 36 degrees north latitude running west to the St. Francois River, then followed the river to 36 degrees 30 minutes north latitude, then west to the territorial boundary. This included all of the present state of Oklahoma south of the parallel 36 30' north. The westernmost portion of the territory was removed on November 15, 1824, a second westernmost portion was removed on May 6, 1828, reducing the territory to the extent of the present state of Arkansas.

Arkansas Civil War Map

Arkansas and the Louisiana Purchase Map

Arkansas Civil War Map of Battlefields

High Resolution Terrain Map of Arkansas Civil War Battles

Arkansas played a key role in aiding Texas in its war for independence from Mexico it sent troops and materials to Texas to help fight the war. The proximity of the city of Washington to the Texas border involved the town in the Texas Revolution of 1835󈞐. Some evidence suggests Sam Houston and his compatriots planned the revolt in a tavern at Washington in 1834. When the fighting began, a stream of volunteers from Arkansas and the southeastern states flowed through the town toward the Texas battle fields.

When the Mexican-American War began in 1846, Washington became a rendezvous for volunteer troops. Governor Thomas S. Drew issued a proclamation calling on the state to furnish one regiment of cavalry and one battalion of infantry to join the United States Army. Ten companies of men assembled here, where they were formed into the first Regiment of Arkansas Cavalry.

The state developed a cotton culture in the east in lands of the Mississippi Delta. This was where enslaved labor was used most extensively, as planters brought with them or imported slaves from the Upper South. On the eve of the American Civil War (1861-1865) in 1860, enslaved African Americans numbered 111,115 people, just over 25% of the state's population.

When Union forces captured Little Rock in 1863, the Confederate government relocated the state capital to the town of Washington in the southwest part of the state.

Though Arkansas joined the Confederacy, not all Arkansans supported the Confederate cause. Beginning with the fall of Little Rock to Union forces in 1863, Arkansans supporting the Union formed some eleven infantry regiments, four cavalry regiments, and two artillery batteries to serve in the Union Army. None of those saw any heavy combat actions, and few took part in any major battles. They served mostly as anti-guerrilla forces, patrolling areas that had heavy Confederate guerrilla activity. Another significant event brought on by the fall of Little Rock was the relocation of the state capital. Initially state government officials moved the capital offices to Hot Springs, but it remained there for only a short time, being moved deeper into Confederate occupied territory, in Washington, Arkansas, where it would remain for the rest of the war.

According to the 1860 U.S. census, Arkansas had a free population of 324,335 and an additional slave population of 111,115. While Arkansas recruited some 50,000 men for the Confederate Army, it suffered at least 7, 000 killed and several thousands more wounded. A total of 8,289 Arkansas men served in the Union Army, according to statisticians Phisterer (1883), Fox (1889) and Dyer (1908), resulting in a total of 1,713 deaths from all causes.

Arkansas formed some 48 infantry regiments, numerous cavalry regiments and artillery batteries to serve as part of the Confederate Army. A compilation made from the official rosters of the Confederate Armies as they stood at various battles, and at various dates covering the entire period of the war, shows that Arkansas kept the following number of organizations in almost continuous service in the field: 35 infantry regiments, 12 infantry battalions, 6 cavalry regiments, 2 cavalry battalions, and 15 batteries of light artillery.

Arkansas in the Civil War

Map of Trans-Mississippi Theater of the American Civil War

Map of Arkansas Civil War Battlefields

Arkansas Civil War Battlefield Map

General Earl Van Dorn was dispatched to Arkansas early in 1862 to build a new force. Gen. Van Dorn led his new Army of the Frontier into the Battle of Pea Ridge in late February 1862. This battle was a defeat for southern forces and led to the loss of northwest Arkansas. Immediately following the battle of Pea Ridge, Van Dorn transferred his forces east of the Mississippi River in an attempt to support Confederate Forces in what would become the Battle of Shiloh. Although Van Dorn's force arrived too late to participate in the battle, they remained east of the Mississippi River for the remainder of the war.

In April 1862 when Van Dorn left the state, Brig. Gen. Roane refused to go with Van Dorn because Roane believed that Arkansas Troops should be left to defend their state. Van Dorn detached Roane and left him in command of all military forces in Arkansas, but he then did not leave Roane any organized body of troops to command.

Arkansas Secession Map

Arkansas and the Confederacy Map

On May 1, 1862, Rector, believing that Union General Samuel Curtis' army was on the way to capture Little Rock, abandoned Little Rock and moved the state Government to Hot Springs, Arkansas. So for the first three weeks of May 1862 there was no military or State Government at Little Rock. Roane went to Pine Bluff and enlisted the help of Maj. Gen. James Yell commander of the Arkansas State Militia and began recruiting for a new Army of the Southwest in the Department of Arkansas. Gen. Yell was a "States Defense first" advocate and lent his power to aiding Roane along with Arkansas Confederate State Senator Colonel Robert Johnson also of Pine Bluff. These three men were the backbone of the newly reconstituting Army of the Trans Mississippi Department. The companies, which eventually became the 26th Arkansas Infantry Regiment, had started the recruiting process before Van Dorn left the state and had just been organized when Gen. Roane relocated his headquarters to Pine Bluff from Little Rock.

Rector in the meantime sent dispatches to President Jefferson Davis threatening to secede from the Confederacy unless he sent some sort of support. Which Davis did in the form of the CSS Ponchartrain and CSS Maurepaus. The State Government did not return to Little Rock until the Ponchartrain arrived and a week later Gen. Thomas C. Hindman arrived to take command from Roane, and ordered all troops at Pine Bluff to Little Rock.

Gen. Hindman was dispatched to take command of what had been designated as the Confederate Department of the Trans-Mississippi. Through rigorous enforcement of new Confederate conscription laws, Hindman was able to raise a new army in Arkansas. Union forces threatened the state capitol of Little Rock in the summer of 1862, but settled for occupying the city of Helena and turning it into a major logistical hub. Hindman led his new force, composed largely of conscripts, to defeat in the Battle of Prairie Grove in Northwest Arkansas in February 1863 Hindman was defeated in this attempt to clear northwest Arkansas of Union forces.

When the Emancipation Proclamation went into effect on January 1, 1863, Union forces were in occupation of northwestern Arkansas. Local Union commanders, who had been aggressively enforcing the Confiscation Acts to grant freedom to slaves of rebel owners, put the proclamation into effect immediately, freeing many slaves in the area.

Hindman next moved his army across the state and attacked the Union supply depot at Helena in an attempt to relieve Federal pressure on Vicksburg, Mississippi. Confederate forces were unsuccessful in this attempt to retake Helena on July 3, 1863. Union forces followed up this victory with a move against the state capitol at Little Rock. Little Rock fell to Union forces in early September 1863 and Confederate forces retreated to southwestern Arkansas. A new Confederate State Capitol was established at Washington, Arkansas, in Hempstead County. The Union also took possession of Fort Smith, giving Federal forces effective control of the entire length of the Arkansas River.

The next major action in Arkansas was the Camden Expedition (March 23– May 2, 1864). Maj. Gen. Frederick Steele and his Union troops stationed at Little Rock and Fort Smith were ordered to march to Shreveport, Louisiana. There, Steele was supposed to link up with a separate Federal amphibious expedition which was advancing up the Red River Valley. The combined Union force was then to strike into Texas. But the two pincers never converged, and Steele's columns suffered terrible losses in a series of battles with Confederates led by Maj. Gen. Sterling Price and Gen. Edmund Kirby Smith at the Battle of Marks' Mills, Battle of Poison Spring and the Battle of Jenkins' Ferry. Ultimately Union forces managed to escape back to Little Rock where they basically remained for the duration of the war.

By the end of the war, many of the Arkansas regiments were serving with Bragg's Army of Tennessee, and most were with that Army when it surrendered on April 26, 1865, in Greensboro, North Carolina.


Arkansas History: Civil War Through Reconstruction

The new Consitution for the state of Arkanas is very similar to the former consitution. The main difference is that it pledges loyalty to the Conderate States of America instead of the United States of America.

1861-05-20 00:12:03

Arkansas Joins the Confederacy

The state of Arkansas is admitted to the Confederacy but its people are divided on the issue of secession.

1861-06-13 00:12:03

Comprehensive list of Civil War Battles, Actions and Skirmishes

Comprehensive websites for battles, skirmishes and actions that occurred in Arkansas during the Civil War.

1861-06-13 00:12:03

Training bases for Confederate Soldiers set up in the State

Training bases for Confederate soldiers are being set up in Northwest Arkansas and Pocahontas in Northeastern Arkansas.

1861-07-11 00:12:03

New Communication System Comes to Little

A telegraph system is installed in Little Rock. This will make communication between the capital city and the rest of the country much faster.

1861-08-10 00:12:03

Battle at Wilson's Creek

Arkanas troops participate in the Confederate victory at Wilson's Creek, Missouri.

1861-08-10 00:12:03

No Representation in Washington,D.C.

For seven years the people of Arkansas have no representation at the U.S. capital.

1862-01-09 00:12:03

Peace Society organizes in Northwest Arkansas

A Peace Society develops in Northwest Arkansas to oppose military service for the Confederacy.

1862-02-16 00:12:03

Skirmish Between Union and Confederate Troops

The first skirmish between Union and Confederate troops in Arkansas ocurrs at Big Sugar Creek (Pott's Hill) in Benton County. The Union troops prevail.

1862-02-17 00:12:03

General Curtis Invades Northwest Arkansas

Union General Samuel R. Curtis is moving his troops into Northwest Arkansas. He is headed towards the area of Pea Ridge.

1862-03-07 00:12:03

Battle Rages in Northwest Arkansas

The Battle of Pea Ridge takes place in Northwest Arkansas. Union General Samuel R. Curtis defeats Confederate General Earl Van Dorn.

1862-03-21 00:12:03

Railroad Section Completed

The railroad section from the banks of the Arkansas River in Little Rock to DeValls Bluff is complete.

1862-04-15 00:12:03

Arkansas Troops Transferred

Arkansas's congressional delegation to the Confederacy requests that Arkansas soldiers be returned to the state. Most of our troops were tranfered east of the Mississippi River after the loss at Pea Ridge.

1862-05-15 00:12:03

General Hindman Appointed as Military Commander of Arkansas

General Thomas Hindman is appointed military commander of Arkansas. Hindman determines that the state has very little supplies or soldiers remaining. He orders General Albert Pike to move his forces from the Indian Territory to Little Rock. In addition, he will allow bands of men to harass the Union forces in the state. (Some of these bands become lawless groups called bushwackers.) Bushwackers are groups of soldiers who hid out in the woods and used guerilla warfare tactics to harass the enemy.

1862-06-17 00:12:03

149 Union Soldiers killed at the Battle of Saint Charles

At the Battle of St. Charles the USS Mound City ironclad steamboat is damaged and 149 crew members are killed. It will become known as the "deadliest shot of the Civil War."

1862-06-30 00:12:03

General Hindman Places the State Under Marshall Law

In order to stablize the state, General Hindman has placed the state under martial law. (Martial law: temporary rule of a civilian population by military authorities, oftentimes during war.)

1862-07-07 00:12:03

Union Victory at Hill's Plantation

Confederate troops are routed at the Battle of Hill's Plantation in Woodruff County.

1862-07-12 00:12:03

Helena Taken by Union Troops

Union troops led by General Samuel Curtis occupy the key city of Helena on the Mississippi River.

1862-08-12 00:12:03

Holmes Chosen as Confederate Commander

Command of the Confederate Trans-Mississippi Department is given to General Theophilus Holmes.

1862-11-15 00:12:03

Flanagin Elected Governor

Harris Flanagin is the new Confederate governor of Arkansas.

1862-11-28 00:12:03

Battle in Northwest Arkansas

The Battle of Cane Hill ocurrs in the Boston Mountains in Washington County. The Confederate troops are led by General John S. Marmaduke while the Union troops are led by General James G. Blunt. The battle is a Union victory.

1862-12-07 00:12:03

Union Controls Northwest Arkansas

The Battle of Prairie Grove in Washington County ends as a strategic victory for Union forces. Union troops led by General James G. Blunt drive Confederate General Thomas Hindman 's soldiers from the battlefield at Prarie Grove. This ensures that the Union will contol Northwest Arkansas and Missouri.

1862-12-28 00:12:03

Confederates Driven Out

Union troops drive the remaining Confederate soldiers from Van Buren and Fort Smith.

1863-01-01 00:12:03

Proclamation Frees Slaves

The Emancipation Proclamation goes into effect today, freeing slaves in Northwest Arkansas.

1863-01-09 00:12:03

Battle for Arkansas Post

Confederate troops attempt to maintain control of Arkansas Post but they are defeated by Union troops. Almost 5,000 Confederate soldiers will be sent north as prisoners of war.

1863-03-19 00:12:03

Union General Steele on the March

Six thousand Union soldiers under the command of General Frederick Steele begin marching from Helena towards Little Rock. They will be joined by six thousand cavalrymen under the command of General John Davidson at Claredon.

1863-04-07 00:12:03

Union General Recruiting Escaped Slaves

General Lorenzo Thomas visits Helena to recruit Union soldiers from the population of escaped slaves who are living in the city. These troops became the First Arkansas Volunteer Infantry. (African Descent).

1863-04-18 00:12:03

Confederates Attack Fayetteville

Union troops repell a Confederate troop attack on Fayetteville.

1863-05-01 00:12:03

Marmaduke's Raid into Missouri Fails

Confederate General Marmaduke's troops retreat to Northeast Arkansas after a failed raid into Southern Missouri.

1863-07-04 00:12:03

Confederate Troops Withstand Heavy Casualties

Confederate troops commanded by General Theophilus Holmes sustain heavy casualties during an attack on Helena which is under the control of Union troops.

1863-08-27 00:12:03

Union Troops Reach Bayou Meto Area Outside of Little Rock

Union cavalry under the command of General John W. Davidson approach Confederate defenses at Bayou Meto near present day Jacksonville in Pulaski County. Confederates are led by General Lucius M. Walker. An artillery duel finished the battle. (This military action will delay the Union takeover of Little Rock.)

1863-08-27 00:12:03

African Methodist Episcopal Church is Established

Nathan Warren, a sucessful businessman, establishes an AME Church in Little Rock. The church is called Bethel Church.

1863-09-01 00:12:03

Duel Results in Death

A duel between Confederate Generals Marmaduke and Walker ends with the death of General Walker.

1863-09-01 00:12:03

Confederate State Capital Exiled to Town of Washington

Governor Flanagin flees the capital city of Little Rock to the town of Washington in Southwest Arkansas as Federal troops close in. The Hempstead County Courthouse will house the exiled Arkansas government. (Washington remained the Arkansas Confederate capital until 1865.)

1863-09-10 00:12:03

Little Rock Falls to Union Troops

The Union army, under the command of General Frederick Steele, captures the capital city of the state after facing stiff opposition at Bayou Fourche.

1863-10-25 00:12:03

Union Troops Repel Confederate Attack

Confederates attack the Union garrison at Pine Bluff. Union troops, led by Clayton Powell, are able to hold the city.

1864-01-06 00:12:03

John Hanks Alexander is born in Helena

John Hanks Alexander, the second African-American to graduate from West Point Military Academy, is born in Helena, Arkansas.

1864-01-08 00:12:03

Dodd is Hung as a Spy

David O. Dodd is hung by the Union commander of Little Rock after being convicted as a spy.

1864-01-19 00:12:03

New State Constitution Adopted

The third constitution for Arkansas goes into effect under the guidelines required by President Abraham Lincoln.

1864-01-19 00:12:03

New Constitution on the Horizon

Elected representatives for the Constitutional Convention meet to write a new constitution for the state.

1864-03-04 00:12:03

New State Constitution is Ratified

The new state constitution which abolishes slavery and rejects secession is ratified. A new provision also adds the office of Lieutenant Governor.

1864-03-04 00:12:03

Lucien Gause Begins Term as Congressman

Lucien C. Gause, former Confederate Colonel, begins serving as U. S. Representative in Washington, D.C.

1864-03-16 00:12:03

General Holmes is replaced as Confederate Commander

General Theophilus H. Holmes is replaced by General Sterling Price as the Confederate Commander of Arkansas.

1864-03-17 00:12:03

Orphanage and School opens in Helena

Quakers Calvin and Alida Clark establish an orphanage and school in Helena, Arkansas. It later moves outside of town and adds teacher training to the curriculum. It will become known as Southland College.

1864-04-09 00:12:03

Nevada County is Site of Battle

Nevada County in Southwest Arkansas is the scene of the Battle of Prairie D'Ane. It is part of the Camden expedition launched by Union forces and is a Union victory.

1864-04-18 00:12:03

Confederate Troops Defeat Union Forces

The Battle of Poison Springs is a Confederate victory under the command of Confederate Generals John Marmaduke and Samuel Maxey. Colonel James M. Williams Union troops were ambushed by the Confederate troops. After Union African-American soldiers surrendered, many were killed by Confederate soldiers.

1864-04-18 00:12:03

New Union Governor

Issac Murphy, the only Secession Convention delegate that did not vote for secession in 1861, is the new Union governor of the state.

1864-04-25 00:12:03

Soldiers Accused of Massacring African-American Soldiers

A Union supply train under the protection of Lt. Colonel Francis Drake was ambushed at Mark's Mill by Confederate troops under the command of Confederate General James J. Fagan. The Confederates capture supply wagons, artillery and troops. The victorious Confederate troops are accused of massacring African-American soldiers participating in the battle.

1864-04-30 00:12:03

Jenkins Ferry in Grant County Scene of Confederate Defeat

Union troops defeat Confederate troops at Jenkins Ferry in Grant County. Generals Frederick Steele and Frederick Salmon led the Union troops while Generals Edmund Kirby Smith, Sterling Price and John S. Marmaduke led the Confederate troops.


Voir la vidéo: Affaire des sous-marins: Les Américains se sont repliés sur leurs alliés traditionnels (Mai 2022).