Podcasts sur l'histoire

Crécerelle LCI(L)-874 - Historique

Crécerelle LCI(L)-874 - Historique

Crécerelle

II

(LCI (L) -874 : dp. 209 ; 1. 159' ; b. 24' ; dr. 6' ; s. 14 k. ; cpl.
239 ; une. 5 20 mm.; cl. (LCI(L)-351)

LCI(L)-874 a été établi par New Jersey Shipbuilding Corp., Barber, N.J., 7 septembre 1944 ; lancé le 6 octobre ; et commandé le 13 octobre, le lieutenant (j.g.) J. 0. Harrison aux commandes.

Après le shakedown et l'entraînement au large de la côte Atlantique, le LCI(L)-874 a quitté Key West le 25 novembre pour le Pacifique. Elle s'est engagée dans une formation supplémentaire après son arrivée à San Diego le 13 décembre. En partant le 29 janvier 1945, elle a touché Pearl Harbor, Eniwetok et Guam avant d'arriver à Peleliu le 12 avril. Elle a effectué le piquetage et le devoir de patrouille dans les îles Palau pendant les mois restants de la Seconde Guerre mondiale.

De septembre 1945 à février 1946, le LCI(L)-874 a opéré entre les îles Palau et Marianne, assurant un service de courrier et de navette entre les îles. En partant d'Eniwetok le 4 février, il est arrivé à San Pedro, en Californie, 1 mois plus tard. Naviguant vers l'Oregon en mai, le LCI(L)-874 y a été désarmé le 10 juillet 1946 et a rejoint la flotte de réserve du Pacifique.

Elle a été reclassée et nommée Kestrel (AMCU-26) le 7 mars 1952; puis remis en service le 8 février 1954, le lieutenant Gurley P. Chatelain aux commandes. Après shakdown et formation, elle est arrivée à San Diego le 27 mars pour des opérations dans le 11ème District Naval. De 1954 à 1957, Kestrel a opéré à partir de San Diego sur des exercices de localisation de mines sous-marines. Il est reclassé MHC-26 en février 1955. Kestrel est désarmé à San Diego le 2 décembre 1957. Il est vendu à Murphy Marine Service le 28 juin 1960.


Transfert de la Seconde Guerre mondiale au théâtre du Pacifique [ modifier ]

Avec le shakedown dans la baie de Chesapeake, la nouvelle grande péniche de débarquement d'infanterie a quitté Key West, en Floride, le 12 novembre pour le Pacifique, a traversé le canal de Panama le 19 et est arrivée à San Diego, en Californie, le 1er décembre. Là, il rejoint le groupe LCI 57, navigue pour Hawaï le 29 janvier 1945 et arrive à Pearl Harbor le 7 février.

LCI(L)-869 est devenu en route pour la zone de guerre le 15, a ravitaillé à l'Île Johnston cinq jours plus tard et a atteint le Palaus, via Majuro, Kwajalein, Eniwetok et Guam, le 7 avril. Là, elle a rejoint une ligne de piquetage qui avait été formée pour isoler les îles contournées détenues par les Japonais dans la région des renforts et pour protéger les bases américaines d'une invasion. Pendant le piquetage, LCI(L)-869 a repoussé une attaque suicide à la nage, a coulé plusieurs mines flottantes qui menaçaient les navires américains et a entendu d'innombrables obus de mortier gémir au-dessus de sa tête.

Dans l'après-midi du 2 septembre, les forces japonaises du Palaus se sont rendues.


Crécerelle LCI(L)-874 - Historique

Redgrave ,
Douglas

Marié . . enfants (un fils ?).

R eed ,
Ronald Cambridge Montague

Fils de . Reed, et . Cambridge.

R eekie,
James

R ees ,
David Griffith Williams

Fils de David Rees et Florence Marshall.

R ees ,
Eric Ivor

Fils de . Rees, et. Avant.

R ees ,
Leslie Normand

Fils d'Edward Rees et de Catherine J. James.
Mariée ((06?).1940, Luton district, Bedfordshire / Hertfordshire) Dorothy Mabel A. Greenwood (n e Munson) (23.09.1918 - 09.1996), fille de Thomas E. Munson, et Isabel M. Sharpe trois fils, trois filles.

R eindorp ,
[Rt. Tour.] George Edmond

Fils du révérend Hector William Reindorp et de Dora Lucy (née George), Goodmayes, Essex.
Marié (1943) Alix Violet Edington, MB, ChB (décédée en 1987), fille d'Alexander Edington, MD, et Helen Edington, Durban, Natal trois fils, une fille (et une fille décédée).
Marié en 2e (01.1988) Bridget, veuve de Sir William Mullens, DSO, TD.


Méthodes

Étudier les espèces

Le faucon crécerelle de Maurice est un petit faucon ressemblant à un accipiter et le seul rapace existant endémique de l'île Maurice de l'océan Indien. À la suite de la destruction de la forêt (98 % : 1753-1936), ce rapace autrefois répandu a été limité aux trois principales chaînes de montagnes de l'île à la fin des années 1930 ( Jones et Owadally 1985 ). L'utilisation intensive de pesticides organochlorés entre 1948 et 1970 a entraîné un déclin catastrophique de la population (Safford & Jones 1997) et en 1960, la crécerelle n'était trouvée que dans les gorges de la Rivière Noire (Fig. 1) et considérée en danger (Vincent 1966 Brown & Amadon 1968 ). En 1974, seuls quatre individus étaient connus à l'état sauvage ( Temple 1974 ). En 1973, un programme de rétablissement a été lancé pour la crécerelle de Maurice et s'est poursuivi jusqu'en 1994, date à laquelle la population post-reproduction de la crécerelle de Maurice a été estimée à 222-286 oiseaux ( Jones et al. 1995). En 2000, la population post-reproduction était estimée à 500-800 individus (Jones, Groombridge & Nicoll 2002) et la crécerelle de Maurice a maintenant été déclassée d'en danger à vulnérable (Stattersfield & Capper 2000). Il existe actuellement trois sous-populations distinctes confinées aux trois principales chaînes de montagnes de l'île (Fig. 1), en dehors desquelles les crécerelles ne sont pas connues pour persister. Un examen détaillé de la gestion de la conservation de la crécerelle, y compris les organisations impliquées et les techniques développées et appliquées est fourni dans Jones et al. (1991), Cade & Jones (1993) et Jones et al. (1995 ).

La répartition historique de la crécerelle de Maurice à Maurice.

Les crécerelles de Maurice sont principalement monogames et leur saison de reproduction s'étend sur l'été de l'hémisphère sud, les premiers œufs (taille de la couvée deux à cinq) étant pondus début septembre et les derniers oisillons (taille de la couvée un à quatre) quittant le nid fin février. Les saisons de reproduction comprennent donc deux années civiles et sont désignées en utilisant ces deux années, par ex. 1991/1992. Les crécerelles de Maurice prennent leur envol à environ 35 jours, deviennent indépendantes à environ 85 jours et sont capables de se reproduire à 1 an.

Zone d'étude

Cette étude a été menée dans la chaîne de montagnes Bambous sur la côte est de l'île Maurice (Fig. 1). Il est composé principalement d'une seule épine, d'environ 20 km de long, s'étendant d'est en ouest avec des éperons allant vers le sud. Il s'élève du niveau de la mer à 680 m à son point culminant. Les précipitations annuelles (prises comme septembre-août pour les besoins de cette étude) vont de 1619 à 4439 mm avec jusqu'à 77% tombant pendant la saison cyclonique (décembre-avril). Le noyau (∼50%) de l'aire de répartition appartient à des propriétaires privés et est géré pour la chasse sportive. Cela a abouti à une mosaïque d'habitats composée de prairies, de forêts secondaires envahies et de poches isolées de forêts indigènes restantes. Les zones situées à l'extérieur de ces terres de chasse consistent en une forêt secondaire fortement envahie avec des forêts indigènes sur les crêtes et les sommets les plus reculés. La chaîne de montagnes est entourée de terres agricoles.

Population étudiée

En 1987, dans le cadre du programme de rétablissement de l'espèce, la crécerelle de Maurice a été réintroduite dans la chaîne de montagnes Bambous, dont elle avait disparu depuis plus de 30 ans. Quelque 46 crécerelles produites en captivité ont été réintroduites, à l'aide d'une technique de lâcher en douceur connue sous le nom de piratage, dans trois zones entre 1987/88 et 1989/90. La population en développement a été augmentée par le placement de 38 poussins dans des couples reproducteurs établis entre 1988/89 et 1993/94. Trente-cinq crécerelles ont également été piratées sur la réserve naturelle de l'île aux Aigrettes (une île à 1 km de la côte est) entre 1989/90 et 1996/97. La majorité de ces crécerelles étaient des individus réhabilités et des individus élevés en captivité aux États-Unis et retournés à Maurice. Pour une répartition détaillée des crécerelles entrant dans la population, cf. Tableau 1. En 2001/02, la population reproductrice s'élevait à 42 couples.

Saison des amours Paires surveillées (Nt) Piraté : Montagnes de Bambous Piraté : Ile aux Aigrettes Poussins nourris Jeunes à l'envol de race sauvage tous/bagués
1987/88 0 12 0 0 0
1988/89 2 16 0 5 0
1989/90 6 18 9 14 0
1990/91 8 0 0 7 0
1991/92 12 0 14 7 12/11
1992/93 17 0 0 2 19/16
1993/94 20 0 3 3 20/18
1994/95 25 0 1 1* 46/43
1995/96 33 0 0 2* 31/30
1996/97 35 0 8 1* 42/39
1997/98 35 0 0 0 50/44
1998/99 34 0 0 0 41/38
1999/00 40 0 0 0 49/45
2000/01 41 0 0 0 39/35
2001/02 42 0 0 0 54/52
Le total n / A 46 35 42 403/371
  • * L'élevage post-1993/94 était accidentel et consistait en des déplacements de poussins entre les couvées dans la nature.

Collecte de données

Depuis la réintroduction des crécerelles dans la chaîne de montagnes Bambous, la population a été intensivement surveillée en conjonction avec la gestion de la conservation en cours et se poursuit aujourd'hui. Le suivi s'est concentré sur la population reproductrice sur une base saisonnière de septembre à mars. Au début de la saison de reproduction, tous les nichoirs et sites de nidification connus ont été vérifiés, les couples localisés, identifiés, leur statut de reproduction déterminé et le succès de reproduction surveillé. Des relevés ont été menés pour localiser de nouveaux couples de crécerelles. Là où les cavités des nids et les couvées étaient accessibles, les poussins étaient bagués (âgés de 12 à 28 jours). Un code de couleur individuel composé de deux anneaux de couleur en plastique a été apposé sur un tarse, permettant l'identification sur le terrain, tandis qu'un seul anneau en aluminium numéroté sur l'autre tarse a fourni une identification permanente. Chaque crécerelle relâchée était marquée de la même manière, mais pour la plupart des anneaux métalliques colorés fermés étaient utilisés. Lorsque les anneaux de couleur ont été perdus ou estompés, les individus ont été piégés, identifiés et les anneaux de couleur remplacés. Au cours de la période d'étude, l'identité des crécerelles n'a pu être confirmée que dans 14 cas. Des données de réobservation ont été recueillies sur 407 crécerelles de Maurice entre 1987/88 et 2001/02 avec seulement quatre cas documentés de mortalité d'adultes survenus pendant les saisons de reproduction. Le caractère discret de cette population en raison de la faible dispersion de la crécerelle (Jones et al. 1991, 1995), la nature isolée de la chaîne de montagnes et la distance à la population la plus proche (>20 km) combinées à un suivi intensif et à la dépendance des crécerelles de Maurice sur les nichoirs ont permis à pratiquement tous les couples reproducteurs d'être localisés et suivis avec une estimation de seulement six tentatives de nidification non documentées en 1998 ( Groombridge et al. 2001). Au cours des trois dernières saisons de l'étude, la surveillance a été intensifiée, ce qui a permis d'étudier en profondeur les zones périphériques dans lesquelles la crécerelle s'est progressivement étendue. Nous pensons que ceci couplé aux facteurs discutés ci-dessus nous permet de déterminer avec précision sur une base annuelle la taille de la population en termes de couples reproducteurs.

Les précipitations quotidiennes (mm) ont été recueillies tout au long de la période d'étude à proximité du site du premier rejet.

Analyse de survie

Les historiques de réobservation de 28 crécerelles de Maurice coupées, 28 en famille d'accueil et 319 d'élevage sauvage ont été construits à partir de données de survie recueillies entre 1987/88 et 2001/02. Les crécerelles taillées sur l'île aux Aigrettes ou ayant pris leur envol en 2001/02 ont été exclues de l'analyse. L'analyse menée par M. A. C. Nicoll, C. G. Jones & K. Norris (données non publiées) a montré que l'origine (hachée, nourrie ou élevée dans la nature) avait une influence limitée sur la survie ultérieure d'un crécerelle de Maurice, mais qu'elle était spécifique à la cohorte. La survie réduite à la première année n'était évidente que dans la cohorte 1989/90 (cf. Fig. 2), pour laquelle nous n'avons pu trouver aucune explication plausible. Nous avons donc exclu cette cohorte de l'analyse, au motif que cette anomalie dans la série de données pourrait potentiellement conduire à l'identification d'une forme fonctionnelle inappropriée de densité-dépendante. Les 375 histoires de réobservation ont été regroupées. Nous avons employé un a priori, approche par étapes utilisant un ensemble de modèles candidats pour examiner l'influence d'une variable particulière, ou d'un ensemble de variables, sur la survie. Cette approche nous a permis (i) d'affiner le nombre de modèles dans chaque ensemble candidat sur la base d'un raisonnement biologique et (ii) de travailler logiquement au développement de modèles incorporant deux ou plusieurs variables qui pourraient expliquer toute variation temporelle de la survie. L'analyse a été réalisée à l'aide du programme MARK ( White & Burnham 1999 ).

Probabilités de survie de la crécerelle de Maurice juvénile : 1987/88-2000/01. Les estimations de survie sont générées à partir du modèle de temps et d'âge le plus parcimonieux, mais les historiques de réobservation incluent la cohorte 1989/90 +. Les barres verticales sont des intervalles de confiance à 95 %. La probabilité de survie des adultes est restée constante à 0,783 (IC 95% 0,744, UCI 0,817).

Temps et âge

Un modèle Cormack-Jolly-Seber (CJS) standard entièrement dépendant du temps pour la survie (Φ) et la probabilité de réobservation (P) a été pris comme modèle de départ. La structure par âge a été introduite en Φ en distinguant les juvéniles des adultes. Une structure en deux classes d'âge, juvéniles et adultes, a été sélectionnée car pour de nombreux rapaces, y compris les crécerelles de Maurice, la survie des juvéniles est connue pour être inférieure à la survie des adultes ( Brown & Amadon 1968 Newton 1979, 1986 Village 1991 Watson 1997 ). Les crécerelles de Maurice se reproduisent dès l'âge de 1 an (Jones et al. 1995 ) et étaient donc considérés comme des adultes à cet âge. Les oiseaux de première année ont été traités comme des juvéniles. Nous avons ensuite examiné l'influence de dépendant du temps sur les deux classes d'âge, Φ constant sur les deux classes d'âge et dépendant du temps chez les juvéniles uniquement. Ce dernier modèle était basé sur le fait que les juvéniles < adultes Φ chez les rapaces et plus sensibles à la variation annuelle des conditions environnementales ( Village 1991 ). P restait dépendante du temps. Le modèle le plus parcimonieux de l'ensemble candidat de modèles structurés par âge a ensuite été sélectionné et la structure par âge a été introduite dans P. Nous avons ensuite examiné l'influence de la fonction temporelle P sur les deux classes d'âge, constante P sur les deux classes d'âge et en fonction du temps P chez les jeunes seulement.

Densité

Le modèle structuré par âge le plus parcimonieux était limité par les deux mesures suivantes de la densité de population :

Densité des couples reproducteurs au moment t(Nt).

Densité des couples reproducteurs au moment t + 1(Nt+1).

Ceux-ci ont été sélectionnés car ils pouvaient potentiellement influencer soit Φ par la compétition pour les ressources (principalement la nourriture), soit P par la compétition pour les territoires de reproduction. Leur influence relative sur Φ a été examinée en utilisant trois formes fonctionnelles documentées de dépendance à la densité : linéaire, non linéaire (seuil) et effet Allee, cf. Fig. 3. Afin d'expliquer toute dépendance temporelle dans Φ, nous avons contraint les taux Φ à être une fonction de la densité, c'est-à-dire que la densité a été incluse dans le modèle au détriment du temps. Initialement, le modèle structuré par âge était contraint de manière linéaire associée à l'augmentation de la densité de population. Pour tester la dépendance non linéaire de la densité, nous avons supposé que était constant avant de décliner en réponse à une densité dépassant un seuil critique. Un niveau de seuil (considéré comme la densité moyenne pour cette période) a été appliqué à travers la série chronologique commençant en 1987/88 avec un point final initial de la saison de reproduction 1991/92. Cette saison a été choisie car à partir de ce moment, des oisillons de race sauvage entraient dans la population et une expansion rapide a commencé. Dans les modèles successifs, le seuil a ensuite été prolongé dans le temps sur une base annuelle. L'effet Allee a été testé en contraignant les taux à être des fonctions polynomiales de densité de 2e ordre.

Formes fonctionnelles de survie dépendante de la densité.

Climat

Les précipitations quotidiennes (mm) ont été utilisées comme variable climatique. Les crécerelles de Maurice volent entre 32 et 38 jours et atteignent généralement l'indépendance entre 70 et 100 jours (Jones et al. 1991). Aux fins de cette étude, l'envol a été pris comme 35 jours et l'indépendance comme 85 jours (50 jours après l'envol). Pour chaque cohorte, le nombre de jours de pluie a été calculé pour la période de dépendance. A Maurice, la saison cyclonique s'étend de début décembre à fin avril (définie à partir des données des services météorologiques de Maurice, 1945-2001). Pour chaque saison cyclonique, le nombre de jours de pluie a été calculé.

Le nombre de jours de pluie a été converti en une fraction de la période de temps spécifique à utiliser dans le programme MARK. Pour chaque période, la proportion moyenne de jours de pluie a été calculée pour l'étude (1987/88-2000/01). Les données climatiques pour chaque saison de reproduction ont ensuite été notées par rapport à ces moyennes comme (>) « humide » ou (<) « sec ». Cela a produit quatre mesures de précipitations. La figure 4(a & b) illustre la distribution temporelle des précipitations (jours de pluie) pendant la période de dépendance et la saison cyclonique. L'influence de chacune de ces mesures de précipitations sur Φ a été examinée en contraignant les taux de à être fonction du climat dans le(s) modèle(s) structuré(s) par âge le plus parcimonieux.

Mesures des précipitations (collectées quotidiennement du 1er septembre 1987 au 31 août 2001) utilisées pour examiner l'influence du climat sur la survie des crécerelles de Maurice : proportion de jours de pluie pendant la saison cyclonique.

Climat et densité

Pour examiner l'effet additif de la densité et du climat sur Φ, nous avons identifié le(s) modèle(s) le plus parcimonieux (suite de) modèle(s) contraint(s) par la densité et ajouté la variable climatique la plus parcimonie.

Sélection de modèle

Le critère d'information corrigé d'Akaike (AICc) dans MARK ( Cooch & White 2001 ) a été utilisé pour sélectionner le modèle le plus parcimonieux parmi un ensemble de modèles candidats. Cette procédure a été préférée à l'utilisation d'un test du rapport de vraisemblance (LRT) pour tester entre deux modèles emboîtés car une partie de l'analyse a été menée à l'aide de modèles non emboîtés. Pour qu'un modèle soit sélectionné au-dessus d'un autre ( Anderson & Burnham 1999 ) recommandent que la différence entre le critère d'information d'Akaike (AIC) (ΔAICc dans MARK) soit >2. Si ΔAICc est compris entre 1 et 2, ces modèles doivent être considérés comme presque liés et toute inférence ultérieure doit être basée sur le sous-ensemble de modèles. La fonction de lien logit, dans le programme MARK, a été utilisée tout au long de la procédure de modélisation.

Une évaluation de l'ajustement des modèles sélectionnés aux données a été effectuée à l'aide du test bootstrap standard de qualité d'ajustement (GOF) disponible dans le programme MARK. Une centaine de répétitions ont été exécutées.


Hanson, Léon

BF1144 - Léon Hanson

7'9", 2/2 Numéro de modèle 93 1/2-4, numéro de série 8902, épaisseur de ligne 4. Pèse 3,4 oz sur notre balance numérique. Poignée en liège à demi-puits. Bouchon et anneau en maillechort coulissant vers le bas sur l'insert en liège Porte-moulinet. Viroles en argent nickel taille 15. Enveloppes beige translucide avec garniture bordeaux et enveloppe de virole bordeaux. Guide de décapage en carbure. Comprend un sac en tissu d'origine et un tube en aluminium étiqueté avec manchon de tube. Excellent état.

BF1783 - Léon Hanson

7', 2/2 Numéro de modèle 92, Numéro de série 9906, Poids de ligne 3. Poignée en liège demi-puits. Capuchon et anneau en maillechort coulissant vers le bas sur le porte-moulinet en bois. Viroles en maillechort taille 14. Enveloppements beige translucide avec bordure bordeaux et enveloppement de virole bordeaux. Guide dévêtisseur en carbure. Canne flammée Comprend un sac en tissu d'origine et un tube en aluminium. Condition excellente. Peut-être non pêché.


Liste des navires de la Marine royale canadienne

La Royal Navy était responsable de toute l'Amérique du Nord britannique, jusqu'à la Confédération canadienne en 1867. Après la Confédération, la Royal Navy partageait de plus en plus les responsabilités navales avec le Canada, mais conservait la responsabilité exclusive des autres colonies britanniques en Amérique du Nord, jusqu'à ce qu'elles rejoignent le Canada. En 1910, le ministère du Service naval a été créé pour regrouper tous les services navals au Canada, recevant la sanction royale en 1911 pour devenir la Marine royale canadienne. En quelques années, bon nombre des services navals non militaires et des navires intégrés à la MRC ont été renvoyés dans leurs départements d'origine. [1] Le liste des navires de la Marine royale canadienne contient les navires de guerre de surface, les sous-marins et les navires auxiliaires en service de 1910 jusqu'au début des années 1990. Cela comprend tous les navires commissionnés, non commissionnés, prêtés ou loués en service au sein de la MRC. [2] Les navires de cette liste comprennent également les navires de la Royal Navy avec des équipages de la MRC, tels que les dragueurs de mines de la série TR de la Première Guerre mondiale et les porte-avions de la Seconde Guerre mondiale.


Les références

AMCU-7AMCU-8AMCU-9AMCU-10MerleAccenteurAvocetteGeai bleuPinsonChewinkChimangoCacatoèsCotingaBécasseau variableCrête d'orJacamarCrécerelleKilldeerBruantPieColvertMédrickMinivetLoriotOrtolanChouettePerdrixRailBécasseauSentinellepuffinÉcumoiremoineau


Blog de philatélie norvégienne

Comme d'habitude, " diffusons cette nouvelle pendant que tout le monde est préoccupé car c'est le meilleur moment pour la presse nationale et locale et les autres médias de la récupérer et d'en faire rapport ", Royal Mail a publié un communiqué de presse le 27 décembre. Comme d'habitude, il était limité, en ce sens qu'il a commencé avec le numéro d'avril et qu'il y avait trop de TBA, et au début, il n'y avait que très peu de couverture dans les journaux les premiers jours. Mais tout cela a changé assez rapidement.

UNE MISE À JOUR DU PROGRAMME A ÉTÉ AFFICHÉE LE 9 AOT ICI

Bien que nous connaissions les grandes lignes du programme jusqu'en juin en septembre, nous ne pouvions rien publier, même pas dans un brouillon de billet de blog que nous pourrions publier le 27 décembre, car nous ne savions pas quelles images ils publieraient. Comme c'est le cas, ils ont libéré un jeune La reine victoria portrait, le timbre du milan royal du Oiseaux de proie et un seul des 11 timbres qui seront émis pour commémorer le 75e anniversaire de la Jour J débarquements.

En fin de compte, ils ont choisi de montrer absolument le meilleur timbre qu'ils pouvaient avoir pour le jour J, car s'ils avaient attendu plus près de juin, ils auraient peut-être déjà imprimé les timbres et auraient dû supprimer celui-ci.

Heureusement, une fois qu'ils ont publié cela sur les réseaux sociaux, et que quelques journaux l'ont repris, on leur a rapidement dit que cette photo des troupes alliées était une "photographie des garde-côtes américains qui montre 'USS LCI(L)-30 troupes de débarquement transportant des civières sur une plage' à Sarmi, en Nouvelle-Guinée néerlandaise, en mai 1944, plusieurs semaines avant le débarquement du jour J en Europe."

Évidemment, ce n'est pas tant une erreur de Royal Mail qu'une erreur de l'agence de design chargée de trouver les photos appropriées. Je pense qu'ils ont de la chance que la légende détaillée soit correcte, et ils n'ont pas réellement dit qu'ils étaient des troupes britanniques.

Le directeur de la division Royal Mail Letters, Setphen Agar, a rapidement présenté des excuses et rassuré :

15 janvier : Stamp Classics MS pour le 150e anniversaire de la RPSL (Détails ici)
13 février: Leonardo Da Vinci set de 12 plus PSB avec M18L Machins
14 mars : Marvel Comics
4 avril : Oiseaux de proie
2 mai : ingénierie britannique
24 mai : Bicentenaire de la reine Victoria
? Mai : Fiche d'exposition Stockholmia 2019 (marque également RPSL 150)
6 juin : Jour J
9 juillet : Douanes curieuses
13 août : Forêts
3 septembre - Géants de la musique
19 septembre : Navires de la Royal Navy
Octobre - à confirmer
5 novembre : Noël
Novembre - à confirmer

Il n'y a aucune mention de nouveaux timbres Post and Go, et bien que l'année du cochon soit mentionnée comme la dernière de la séquence de 12, cela n'est que dans le calendrier. Royal Mail a commencé avec le Dragon en 2012, n'en a donc émis que 7 jusqu'à présent. On peut s'attendre à un autre cette année, je pense. Au sein de ce programme, il y aura des feuilles miniatures et des livres de prestige, et presque certainement une sélection de livrets de vente au détail.

Nous comprenons que le programme complet (probablement uniquement comme indiqué ci-dessus plus le numéro de février) sera publié dans le mois de février Bulletin philatélique et Bulletin du cachet de la poste le 22 février.


Commentaires

USS Couvreur (Canon-class DE), à Albany, NY, était plutôt sympa lors de ma visite en 2010. Ils m'ont permis, voire encouragé, à utiliser le canon avant de 3 pouces/50 cal et à le faire pivoter pour suivre un bateau touristique qui passait (les passagers qui semblait plutôt amusé par ledit acte).

Le pont principal, la cuisine et le CIC (qu'ils expliquent bien) sont les parties accessibles du navire. Pas de descente en dessous à ce stade de la restauration, malheureusement. Elle est en chantier mais ce qui est accessible est en très bon état. Les guides étaient compétents et sympathiques.

Il y a un court film avant la tournée sur le service du navire et le contexte de sa conception. J'ai été stupéfait à un moment donné d'entendre une femme derrière moi s'exclamer à son compagnon "Attendez, nous avons combattu les Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale ?!"

En fait, j'ai rencontré l'un de leurs guides sur l'Iowa lors de sa visite. Il a fait l'éloge du navire, et c'est bien que son opinion soit confirmée. C'est définitivement sur ma liste finalement, même si ça va prendre un certain temps.

En tant que garçon, j'ai pu visiter un sous-marin une fois. de mes souvenirs d'où/quand cela s'est produit, j'en déduis que c'était le USS Lionfish.

Je suis un peu surpris du nombre de navires-musées répertoriés dans le Michigan. Je vais devoir visiter certains d'entre eux.

Correction possible à votre liste : le bateau musée USCGC Mackinaw est à Mackinaw City, dans le Michigan. Il y a environ un mois, j'étais dans cette région du Michigan. J'ai vu le Mackinaw, mais n'a pas pu faire le tour.

Fixé. J'ai vérifié, et la liste wiki ne pointait pas vers Reykjavik, Michigan, elle pointait vers la ville islandaise. Je n'ai aucune idée de ce qui s'est passé là-bas.

Je ne sais pas si vous comptez les répliques ou non, mais Virginia a également le Godspeed, Découverte, et Susan Constant, répliques fonctionnelles des navires qui se sont installés à Jamestown, où ils sont actuellement amarrés.

La liste ne semble pas compter les répliques, car Mayflower II est également manquant. (J'ai vérifié parce qu'elle est actuellement chez Mystic pour un réaménagement, et je voulais la marquer comme celle que j'ai vue.) Wiki a une liste, mais ce n'est pas dans le même format. Je peux ou non l'incorporer à un moment donné.

Oui, tu peux retirer le Ling de la liste. Le trou noir l'a avalée.

Je sais que Ling contourne l'horizon des événements, mais je vais la laisser jusqu'à ce qu'elle soit réellement coupée ou qu'elle soit totalement et définitivement partie. Elle est presque certainement condamnée, mais je la soutiens.

L'Alabama (et le tambour) à Mobile est spectaculaire. Quand chacun de mes garçons était dans les louveteaux, nous avons pu passer la nuit en Alabama. C'était très amusant de s'y promener dans le noir sans personne d'autre.

Là, je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi. L'Alabama n'était pas mauvais, mais comparé aux autres grands navires de guerre sur lesquels je suis allé (deux autres cuirassés, un porte-avions et un croiseur lourd), il était tout simplement peu impressionnant.

Mais oui, une nuit, même sur elle, serait plutôt chouette. Ma troupe de scouts en a fait un environ un an après mon départ.

Vous avez beaucoup plus d'expérience que moi, donc vous avez probablement raison. Nous avons eu une visite très élaborée et approfondie de quelqu'un qui avait d'excellents rapports avec les éclaireurs et semblait tout savoir sur le navire. De plus, quand nous sommes arrivés là-bas, c'était déjà fermé au grand public, donc nous n'avons pas eu de commercialisation exagérée, et comme nous savions que nous allions y être la nuit, nous avions tous des lampes de poche, donc nous n'a pas remarqué les problèmes d'éclairage que vous avez fait.

Je suppose que le point à retenir est le suivant : la meilleure façon de visiter un cuirassé est d'avoir un fils, d'attendre qu'il soit un éclaireur et de partir ensuite. Cela demande un peu de planification, mais cela en vaut la peine à la fin. (C'est aussi la meilleure façon d'aller camper dans les parcs d'État d'après mon expérience.)

Nous avons eu une visite très élaborée et approfondie de quelqu'un qui avait d'excellents rapports avec les éclaireurs et semblait tout savoir sur le navire.

Cela va faire une énorme différence. J'étais là-bas un vendredi de décembre et ils n'avaient personne à qui parler (j'ai demandé). Un bon guide touristique peut faire n'importe quoi d'intéressant, et le faire sur un cuirassé est un mode facile. Si je comptais les différences entre l'Alabama et le Massachusetts sur ce front, je donnerais toujours l'avantage au Massachusetts, mais ce ne seraient pas les expériences totalement différentes qu'elles ont été. Je vais certainement croire que l'Alabama a quelqu'un presque aussi bon que le Massachusetts (tout aussi bon est un gros tronçon), mais ils n'étaient pas de service le jour de mon départ.

Je suppose que le point à retenir est le suivant : la meilleure façon de visiter un cuirassé est d'avoir un fils, d'attendre qu'il soit un éclaireur et de partir ensuite.

Ce n'est pas une mauvaise façon de le faire, mais je généraliserais pour dire que la meilleure façon de visiter un cuirassé (ou franchement n'importe où) est d'y aller avec un bon guide touristique. Vous pouvez généralement en louer un si vous le souhaitez. Le tarif sur l'Iowa était de 75 $, et je peux vous dire que vous obtiendrez une meilleure visite avec un groupe plus petit et plus âgé. Le guide passe moins de temps à s'assurer que personne ne s'est égaré.

(Eh bien, le meilleur moyen est de pouvoir compter sur une courtoisie professionnelle pour rencontrer leur guide le plus obsessionnel, et de lui demander de vous montrer des parties du navire dans lesquelles vous ne laisseriez jamais entrer le grand public. Mais cela ne fonctionne pas pour la plupart personnes.)

En ce qui concerne les répliques notables, il y a aussi le "HMS" Surprise à San Diego.

Comment était le musée de Mystic ? J'étais récemment à CT, mais je n'y suis pas allé parce que je ne savais pas que la collection de navires était si vaste. Je suis allé à Nautilus et aux forts de New London.

Mystic était plutôt bon, bien que loin d'être aussi bon que Nautilus. Beaucoup de ces "navires" sont en fait des bateaux, et il était souvent difficile de dire si la chose que vous regardiez était historique ou le voilier de plaisance de quelqu'un. (Ils laissaient les gens s'amarrer à leurs quais.) Il n'y avait que quatre d'entre eux environ, ils vous laissaient aller au lieu de regarder depuis le quai, bien que ceux-ci soient plutôt soignés et que les expositions sur le rivage soient bien faites. Oui, j'en ai écrit une critique, mais ça va être long avant que je publie, parce que je ne veux pas deux bonnes semaines de "trucs nautiques autour de Boston".

J'ai jeté un coup d'œil à la liste des répliques de navires, et je pourrais en apporter quelques-uns, mais la fusion semble difficile, et le seul que je veux vraiment voir est Dingyuan, une réplique chinoise du cuirassé de guerre sino-japonais. Je veux la voir plus que 90+% des trucs de cette liste. La plupart des autres sont des voiliers historiques de toutes sortes, qui sont tout simplement beaucoup moins intéressants.

. Malheureusement, Clamagore à Patriots 'Point SC est dans un état sombre. Son intérieur est en très bon état, mais la coque extérieure est probablement trop éloignée. L'USN a menacé il y a quelques années de le remorquer en mer et de le saborder, mais n'a rien entendu depuis. Yorktown est étonnamment en forme, mais elle a désespérément besoin d'une cale sèche. Laffey est bon, et le nouveau spectacle son/lumière de CIC vaut le détour à lui seul.


Rio Tinto abandonne le charbon avec la vente de Kestrel pour 2,25 milliards de dollars

LONDRES / MELBOURNE (Reuters) – Le mineur mondial Rio Tinto a vendu sa mine de charbon restante en Australie pour 2,25 milliards de dollars, respectant ainsi sa promesse de sortir du carburant et renforçant sa capacité à financer de futurs rachats ou des dividendes plus élevés.

La vente de la participation de Rio dans la mine Kestrel au gestionnaire de capital-investissement EMR Capital et à l'indonésien Adaro Energy Tbk a été réalisée avec une prime significative par rapport aux attentes des analystes et était le troisième accord sur le charbon de Rio ce mois-ci.

Au total, les actifs ont levé 4,15 milliards de dollars. Rio a déclaré que les fonds seraient utilisés à des "fins générales de l'entreprise", ce qui pourrait inclure des rendements accrus pour les actionnaires.

Le directeur général Jean-Sébastien Jacques a déclaré dans un communiqué que la dernière vente, combinée à l'achat par Glencore de la mine Hail Creek et à la cession de projets de charbon non développés, rendrait le portefeuille de Rio plus fort et plus ciblé.

RBC a déclaré dans un rapport que la vente ferait de Rio Tinto la seule grande société minière sans actifs houillers, ce qui devrait renforcer son attrait pour certains investisseurs.

Les cessions augmenteraient le bilan du mineur de 3,9 milliards de dollars, a ajouté RBC, "offrant la possibilité de plus de rachats ou de retours en espèces".

L'accord de mardi portant sur la vente de la participation de 80 % de Rio dans la mine de charbon souterraine de l'État du Queensland est soumis aux approbations réglementaires et devrait être finalisé au cours du second semestre 2018.

La mine Kestrel dans la région du bassin de Bowen, qui produit du charbon à coke de haute qualité, sera gérée et exploitée conjointement par les sociétés australiennes EMR et Adaro et constitue le plus gros investissement minier d'EMR. L'année dernière, il a acheté une participation de 80 pour cent dans la mine de cuivre zambienne Lubambe pour 97,10 millions de dollars.

Ce sera également le plus gros investissement d'Adaro à l'étranger.

"Charbon à coke . offre d'excellents fondamentaux de la demande et de l'offre pour les décennies à venir », a déclaré mercredi le directeur général d'EMR, Jason Chang, dans un communiqué.

Les analystes ont déclaré que les fonds levés par Rio Tinto impliquaient un prix à long terme plus élevé que prévu pour l'ingrédient sidérurgique d'environ 175 $ la tonne.

Les contrats à terme sur le charbon à coke de qualité supérieure à Singapour ont culminé à 265 $ la tonne en janvier lorsque les contrôles de pollution de la Chine étaient en vigueur, mais ont depuis diminué de près d'un cinquième à 218 $ après l'expiration des restrictions au milieu du mois.

"We continue to see coking coal as a beneficiary of the Chinese supply-side reforms, both from a lower Chinese domestic production perspective but also from the implications from environmental reforms," added RBC.

Rio Tinto shares rallied in London trading but were down 0.4 percent in Australia on Wednesday, in a broader market down around 0.6 percent.

($1 = 1.2990 Australian dollars)

(Reporting by Noor Zainab Hussain in Bengaluru, Barbara Lewis in London and Melanie Burton in Melbourne Editing by David Evans and Richard Pullin)

List of site sources >>>


Voir la vidéo: Le faucon crécerelle (Janvier 2022).