Podcasts sur l'histoire

Pomodon SS-486 - Histoire

Pomodon SS-486 - Histoire



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Pomodon SS-486

(Pomodon.

(SS-486 : dp. 1 570 (surf.), 2 414 (subm.) ; 1. 312', b. 27' ; dr.
15'5"; s. 20 k. (surf.), 9 k. (subm.); cpl. 76; a. 10 21"
tt., 1 5", 1 40mm.; cl. Tanche)

Pomodon (S~486) a été posé le 29 janvier 1945 par le Portsmouth Navy Yard, Portsmouth, N.H., Iaunehed le 12 juin 1945; parrainé par Mme Lorena Neff, commandé le 11 septembre 1945, commandant Melvin H. Dry aux commandes

En quittant Portsmouth le 6 janvier 1946, le Pomodon a traversé le canal de Cape Cod et a mis le cap sur la zone du canal de Panama pour un entraînement supplémentaire. En mai, le sous-marin était de retour au nord de New London pour des opérations de plusieurs jours avant une période de disponibilité et d'entretien à New London, dans le Connecticut.

S'échappant de la base sous-marine de New London,

Pomodon reprit sa course vers le sud ; a transité par le canal de Panama en arrivant à San Diego le 12 octobre et a rejoint l'escadron de sous-marins 3. Après des modifications à Mare Island, du 25 octobre 1946 au 26 juillet 1947, le sous-marin est retourné à San Diego le 28 juillet et a commencé ses opérations dans la région dans le cadre des forces opérationnelles 52 et 56.

La conversion avait fait du Pomodon le premier sous-marin de type "Guppy" de la flotte du Pacifique ("Greater Underwater Propulsion Power" obtenu à partir d'une capacité de batterie de stockage accrue combinée à une superstructure profilée).

Au début des hostilités en Corée en juillet 1950, Pomodon fut déployé à Pearl Harbor. En janvier 1951, le Pomodon fut à nouveau modernisé au chantier naval de Mare Island et en mai 1951, il reprit du service en tant que sous-marin Guppy le plus moderne et le plus avancé de la Force sous-marine.

Pomodon a quitté San Diego en novembre 1951 pour un déploiement de six mois avec les forces des Nations Unies résistant à l'agression communiste en Corée, suivi d'opérations dans la région de San Diego. Au cours de la décennie suivante, le sous-marin a effectué six autres déploiements WestPac renforçant les forces de la liberté en Extrême-Orient.

Le huitième déploiement de Pomodon avec la 7e Flotte, du 6 juin au 30 novembre 1966, l'emmène dans les eaux vietnamiennes et il opère avec des destroyers américains et le porte-avions Kearsarge sur la station Yankee. Opérations d'entraînement sur la côte ouest et révision à Hunter's Point Division, chantier naval de San Francisco rempli en 1967. Elle s'est de nouveau dirigée vers l'ouest à travers le Pacifique pour son neuvième déploiement le 22 mars 1968. Elle a opéré dans les eaux japonaises, au large d'Okinawa et aux Philippines avant d'entrer la zone de combat du Vietnam le 13 août. Pomodon est retourné à San Diego le 17 octobre.

Radié du Naval Vessel Register le 1er août 1970, Pomodon a été vendu le 28 décembre 1971


Pomodon SS-486 - Histoire

De: B. Rule, 3931 Brookfield Ave, Louisville, KY 40207-2001

À: RADM Richard P. Breckenridge, chef adjoint de la guerre des opérations navales

Systèmes (OPNAV N97), 2000 Navy Pentagone, Washington, DC 20350-2000

Objet : Problèmes d'information et de sécurité associés à la perte du USS THRESHER

(SSN-593) le 10 avril 1963 et Information sur la perte de l'USS
SCORPION (SSN-589) le 22 mai 1968 en ce qui concerne la perte de THRESHER
Réf : (a) Perte du USS THRESHER :
http://www.jag.navy.mil/library/jagman_investigations.htm
http://www.jag.navy.mil/library/investigations/USS%20THRESHER%20PT
%201.pdf, 202.pdf, 203.pdf, 204.pdf
(b) LA REVUE DU SOUS-MARIN, Hiver 2012, pp 134
(c) Administration de Barack H. Obama, mémorandum du 29 décembre 2009
Mise en œuvre du décret exécutif : informations classifiées relatives à la sécurité nationale
(d) Décret présidentiel 12958 du 17 avril 1995
(e) Décret exécutif 13526 du 29 décembre 2009
(f) POURQUOI LE USS SCORPION (SSN-589) A ÉTÉ PERDU, Nimble Books, octobre
31, 2011. ISBN 978-1-60888-120-8
(g) LA REVUE DU SOUS-MARIN, Hiver 2012, pp 151-152
(h) http://www.flickr.com/photos/oneillparker/3224878652/
(i) OPNAVINST 5513.5C : Guide de classification de sécurité 05-37
(j) Rapport 69-160 du Naval Ordnance Laboratory du 20 janvier 1970
(k) Rapport du Naval Ordnance Laboratory AD/A-000-807 du 20 septembre 1974
(l) Communication privée de Robert S. Price du 29 mai 2002
(m) USS SCORPION SSN-589 Conclusions de la Cour d'enquête

Cette lettre fournit des informations concernant la perte de l'USS THRESHER le 10 avril 1963 dérivées des analyses des détections acoustiques de l'événement, et, en outre, fournit des informations sur la perte de l'USS SCORPION le 22 mai 1968 qui se rapporte aux analyses de l'acoustique THRESHER Les données.

L'analyse des détections du système de surveillance sonore (SOSUS) de THRESHER confirme que la première victime, le 10 avril 1963, a été la panne à 9 h 11 - après deux minutes d'instabilité de la fréquence de ligne - du bus électrique principal (non vital) qui a coupé le système principal du sous-marin. Pompes à liquide de refroidissement (MCP) entraînant l'arrêt immédiat (arrêt) du réacteur nucléaire, ((référence (a)) Incapable de redémarrer rapidement le réacteur pour retrouver la propulsion et incapable de déballaster en raison de la formation de glace dans le système de ballast, THRESHER a coulé et s'est effondré à 09:18:24 à une profondeur de 2400 pieds (1070 psi).

De multiples éléments de preuve indépendants confirment qu'il n'y a pas eu d'inondation avant l'effondrement de la coque à pression THRESHER. Une telle inondation, conjecturée par la Cour d'enquête (COI) comme étant l'événement initial responsable de la tragédie, aurait été un événement catastrophique avec le jet d'eau produit par la rupture initiale de la coque ou d'une canalisation (AVIS 1a de référence (a) a estimé que le tuyau rompu avait un diamètre compris entre deux et cinq pouces) s'étendant à l'intérieur du sous-marin avec une vitesse d'environ 1800 mph (Mach 2,4) à la profondeur de THRESHER de 1300 pieds. Un tel événement n'aurait pas été signalé par THRESHER à son navire d'escorte, l'USS SKYLARK (ASR-20), à 9 h 13 comme (citation) éprouvant des difficultés mineures (citation finale). De plus, l'inondation supposée et le jet d'eau associé, lors de l'impact sur les structures à l'intérieur de la coque, auraient généré des niveaux de bruit extrêmes non seulement dans le compartiment percé mais aussi dans les compartiments adjacents, et à des niveaux réduits mais toujours élevés dans tout le sous-marin. De tels niveaux de bruit auraient rendu extrêmement difficile la communication de THRESHER avec SKYLARK. Aucun de ces niveaux de bruit n'était évident lors des communications avec SKYLARK et n'a pas été détecté par SOSUS.

Une autre raison impérieuse de rejeter la conjecture du COI selon laquelle l'inondation s'est produite à une profondeur d'essai de 1300 pieds (580 psi) est que l'eau se dilatant dans le vide relatif (15 psi) à l'intérieur de la coque à pression THRESHER se serait instantanément atomisée en une vapeur dense ( brouillard) lors de l'impact sur des surfaces solides et/ou vaporisé dans l'environnement à basse pression, ce qui rend difficile la vision dans ces espaces, mais immédiatement après avoir dit à SKYLARK à 9 h 13 qu'elle (citation) éprouvait des difficultés mineures (citation finale), THRESHER a transmis ( devis) vous tiendra au courant (fin de devis). Aucune de ces transmissions ne correspond au désastre qu'aurait représenté une inondation à la profondeur d'essai (1 300 pieds).

Ces évaluations sont confirmées de manière indépendante par THRESHER COI Finding of Fact (FoF) 153 de la référence (a), c. FoF 153 déclare : (citation) qu'au cours de la procédure, une démonstration d'essai pour la Cour d'enquête a eu lieu dans la cale sèche n° 2 au chantier naval de Portsmouth. Un jet d'eau a été libéré dans l'atmosphère à la pression de profondeur d'essai de Thresher contre un équipement électronique. Le cours d'eau a produit une force énorme, des embruns, du brouillard et du bruit (citation de fin), conditions à répéter - qui n'auraient pas été signalées par THRESHER à SKYLARK comme (citation) éprouvant des difficultés mineures (citation de fin).

Russell Preble, CDR USN (retraité), qui était à Portsmouth, NH, en avril 1963, et qui a effectivement observé ce test, a fait la déclaration suivante : (citation) Un souvenir qui me vient à l'esprit était de regarder l'un des membres du Conseil Tests d'enquête. Une vieille console de radar SS a été placée sur le sol de l'une des cales sèches vides et un jet d'eau à haute pression a été dirigé contre la console. Le bruit était accablant. Je me souviens d'avoir pensé que rien ne pouvait être entendu à cause du bruit de l'eau se brisant contre le boîtier du radar et qu'en cas de submersion profonde, aucun ordre ne pouvait être entendu à cause du rugissement de l'eau frappant quoi que ce soit sur son passage. (citation finale) Source : « USS Thresher, Lest We Forget », Burke Consortium, Inc, 2013, p. 5 nom du fichier : ThresherBooklet_printv2.pdf

Au vu des discussions ci-dessus - en particulier FoF 153 - et des discussions qui portent sur cette question critique, qui sont développées dans la section IV de cette lettre, il est difficile de comprendre comment le COI - ayant effectivement observé la procédure d'essai décrite par FoF 153 - pourrait conjecturer que l'inondation s'est produite avant que la coque de pression THRESHER ne s'effondre à 09:18:24 à grande profondeur. Il est également difficile de comprendre pourquoi la Marine a, pendant 50 ans, continué à soutenir cette conjecture erronée d'inondation comme explication officielle de la perte de THRESHER alors qu'elle n'est pas en accord avec les documents COI constitutifs - référence (a) - ni elle est étayée par l'analyse des détections acoustiques de la tragédie connue de la Marine depuis les audiences du COI, comme discuté par la référence (a).

En tant qu'agent d'analyse au Centre d'évaluation SOSUS en avril 1963, l'auteur a analysé les détections SOSUS de la perte de l'USS THRESHER le 10 avril 1963 et a dérivé la position qui a fourni la base pour l'emplacement du site de l'épave comme discuté sur le Site Web du Système de surveillance sous-marine (SOSUS) : http://www.iusscaa.org/history.htm

Une grande partie de la chronologie suivante des événements THRESHER, dérivée de cette analyse, a été fournie par l'auteur dans son témoignage devant le THRESHER COI le 18 avril 1963 avec des témoignages à l'appui du CAPT Patrick Leahy, Bureau of Ships Code 345, et d'Edwin Savasten du David Taylor Naval Ships Research and Development Center (DTNSRDC) à Carderock, MD, l'activité responsable des essais de détectabilité acoustique des sous-marins nucléaires américains. Les informations fournies par le témoignage de cet écrivain en avril 1963 sont disponibles, sans attribution, dans le domaine public en tant que référence (a).

III. CHRONOLOGIE DES ÉVÉNEMENTS ASSOCIÉS À LA PERTE DU USS THRESHER

La chronologie suivante décrit les événements et les conclusions concernant la perte de l'USS THRESHER le 10 avril 1963 dérivées des analyses des données SOSUS, toutes les heures ROMEO. Les temps de détection des événements acoustiques ont été corrigés pour le temps de parcours sonore entre le site de l'épave et la position du réseau SOSUS (1411/FOX) qui a détecté les composants acoustiques du MCP, les tentatives d'événements de déballastage et l'effondrement de la coque sous pression donc , ce sont les temps réels des événements ROMEO tels qu'ils se sont produits à bord du THRESHER.

- 08h45 : détection acoustique initiale SOSUS des MCP THRESHER en mode FAST (mode bipolaire) à ou près d'une profondeur de 1000 pieds.

- 0909 : détection initiale de l'instabilité de la fréquence de la ligne de bus non vitale THRESHER à la profondeur du test : 1 300 pieds. MCP toujours dans FAST.

- 0910 : ((Citation de la référence (a)) : Vers 0910 un message de THRESHER annonçant un changement de cap de 090T à 000T et ne donnait aucune indication de difficulté (citation finale). Notez cependant que la première tentative ratée de déballastage décrit immédiatement ci-dessous a été déclenché à 0909,8, environ une minute avant la défaillance du bus électrique non vital, également décrit ci-dessous.

- 0909.8-0911.3 : première tentative ratée de déballastage. La durée de cet événement comprenait au moins une partie du temps de montée de l'air qui s'était échappé pendant l'événement. Pendant ce temps de montée, les oscillations induites par la pression dans le volume de cet air (bulle) auraient produit une forte énergie acoustique (bulle-impulsion) par conséquent, la durée de 1,5 minute de la détection ne représente pas la période pendant laquelle l'effort de déballastage a été efficace.

- 0911 : panne du bus non vital après deux minutes d'instabilité de la fréquence ligne fort signal acoustique MCP perdu brutalement.

- 0913 : THRESHER transmet à SKYLARK (ASR-20) : (citation) En difficulté mineure. essayer de souffler. (citation finale), comme indiqué par la référence (a). THRESHER n'a fait aucune mention d'inondations à 9 h 13 ou à une date ultérieure.

- 0913.6-0914.3 : deuxième tentative ratée de déballastage. Comme indiqué ci-dessus, cette période ne représente pas la durée d'un effort effectif de déballastage. La durée de cet événement (la moitié de celle de la première tentative ratée de déballastage) indique que le blocage par la glace créé par la première tentative était, comme prévu, toujours présent.

- 0917 : le message THRESHER à SKYLARK comprend le numéro 900 éventuellement suffixé par la lettre « N. » Ce numéro est accepté comme ayant été une référence à la profondeur de test requise par la directive de sécurité OP-ORDER en plongée profonde, c'est-à-dire à 0917 , THRESHER était à 900 pieds sous la profondeur d'essai ou à 2200 pieds.

- 09:18:24: La coque pressurisée THRESHER et tous les compartiments internes se sont effondrés en environ 100 millisecondes (ms) à une profondeur de 2400 pieds avec une libération d'énergie égale à l'explosion de 22 500 livres de TNT à cette profondeur, une valeur compatible avec la détection acoustique de l'événement par plusieurs réseaux SOSUS en tant que signal de très haute amplitude à des distances pouvant atteindre 1 300 milles marins.

La référence (b) traite de la méthode d'analyse utilisée pour dériver ces valeurs de profondeur et de libération d'énergie, c'est-à-dire la relation empirique qui existe entre le volume d'une structure qui s'effondre et la fréquence de la source acoustique d'impulsion de bulle générée par l'effondrement.

Comme également déterminé, la durée de 100 ms de l'effondrement du THRESHER (destruction complète de la coque pressurisée et de tout le compartiment interne) était significativement inférieure au temps minimum requis pour la perception humaine de l'événement : 50 ms pour l'intégration rétinienne plus 100 ms pour l'intégration cognitive par conséquent, ceux à bord du THRESHER n'étaient pas au courant de l'événement d'effondrement réel qui s'est produit trop rapidement pour être appréhendé.

Le 10 avril 1963, aucune activité du système de propulsion principale du THRESHER n'a été détectée par SOSUS, comme cela aurait dû se produire si des vitesses supérieures à environ 14 nœuds avaient été utilisées. De plus, si THRESHER avait considérablement accéléré après 9 h 10, une composante Doppler aurait dû être détectée par la matrice SOSUS 1411. Aucun composant de ce type n'a été identifié.

Il est conclu que l'utilisation de la propulsion après 0909 n'était pas une option disponible pour THRESHER sinon, il n'y aurait probablement pas eu de tentative de déballastage à 0909,8. THRESHER aurait utilisé la propulsion pour remonter à la surface ((référence (a)).

Notez encore que l'utilisation du terme (citation) difficultés mineures (citation finale) par THRESHER dans sa transmission 0913 UQC à SKYLARK est incompatible avec une inondation à la profondeur d'essai.

Au cours de la période 1959 à 2007, l'auteur a analysé des milliers d'heures de détections acoustiques de S5W et d'autres composants du système électrique des réacteurs nucléaires américains et n'a jamais identifié un autre événement au cours duquel il y avait une instabilité de la fréquence de ligne du bus non vitale similaire à celle présentée par THRESHER. de 0909 à 0911.

IV. COMMENTAIRES ET OBSERVATIONS SUR LA PERTE DE LA BATTEUSE

Le calendrier et les conclusions ci-dessus sont cohérents avec l'évaluation selon laquelle THRESHER a été perdu en raison d'une panne de réacteur qui a entraîné une perte de propulsion, et, comme vérifié par la suite par un test à quai avec l'USS TINOSA (SSN-606), la formation de glace dans les lignes aériennes, ce qui rendait les tentatives de déballastage inefficaces.

Il n'y avait pas en 1963 - et il n'y a maintenant aucune preuve pour étayer la conjecture de la COI selon laquelle THRESHER a subi une inondation avant l'effondrement de la coque pressurisée qui, comme indiqué ci-dessus, a été déterminé en 2009 comme s'étant produit à une profondeur de 2400 pieds ( 1070 psi), plus de 400 pieds en dessous de l'estimation basée sur la conception pour l'effondrement.

Au cours de l'effondrement hydrostatique instrumenté d'un sous-marin diesel américain déclassé à une profondeur de 1000 pieds, la vitesse du bélier d'intrusion a été mesurée à environ 1650 mph (Mach 2,2). L'effondrement complet de cette coque pressurisée s'est produit en environ 100 ms. Si la perte initiale d'étanchéité à l'eau n'avait impliqué qu'une petite ouverture telle qu'un tuyau de plusieurs pouces de diamètre, conjecturé par le COI dans le cas de THRESHER, le jet d'eau à grande vitesse intrusif - littéralement un coup de bélier - lors du passage des deux à travers le point de rupture et impactant le côté opposé de la coque pressurisée THRESHER et/ou des structures attachées à la coque pressurisée, auraient produit des niveaux extrêmes de bruit à large bande (constatation COI du fait 153) qui aurait rendu presque impossible pour THRESHER de ont communiqué avec SKYLARK même à partir d'un compartiment autre que le site de l'inondation supposée. Le jet d'eau aurait également excité la coque de pression et les structures internes (comme une cloche frappée en continu) pour émettre de multiples résonances acoustiques, également d'une amplitude extrême. Aucune résonance de ce type n'a été détectée par SOSUS de THRESHER après l'heure supposée de la fuite - vers 0912 - ni des niveaux élevés de bruit à large bande détectés par SOSUS pendant plus de plusieurs secondes. Ce bruit à large bande a été produit par l'effondrement de la coque sous pression à 09:18:24 et par les oscillations induites par la pression (pulsation) de la cavité d'air de l'événement d'effondrement (bulle).

Bien que l'échec de SOSUS à détecter des résonances de haute amplitude soit une information "négative", cela représente toujours une preuve convaincante soutenant la conclusion qu'il n'y a eu aucune rupture d'un tuyau de brasage à l'argent connecté à la mer avant l'effondrement comme l'a conjecturé le THRESHER COI.

C'est une information convaincante car un autre événement d'effondrement sous-marin - au cours duquel un jet d'eau à grande vitesse a été documenté - a produit plusieurs résonances à bande étroite détectées acoustiquement comme des sources puissantes pendant une période prolongée à une distance (distance) 25 fois la portée de THRESHER du 1411. /tableau FOX SOSUS. Pour répéter, THRESHER a été perdu lorsque toute la coque à pression a été détruite presque instantanément à une profondeur de 2400 pieds sans aucune inondation préalable.

D'après les images de l'épave, le jet d'eau créé par la rupture initiale de la coque pressurisée du THRESHER a presque instantanément déchiré cette structure, à la fois longitudinalement et verticalement, en six sections principales. La vitesse du jet d'eau à la profondeur d'effondrement calculée de 2400 pieds (1070 psi) était d'environ 2600 mph (Mach 3,5). Ainsi, l'état de l'épave permet également de conclure que la coque pressurisée s'est effondrée en moins de 100 ms et qu'il n'y a pas eu d'inondation progressive d'une coque pressurisée encore intacte.

Au cours du naufrage instrumenté de l'USS STERLET (SS-392) en janvier 1969, discuté par la référence (f), le taux de descente de la coque de l'événement post-effondrement a été mesuré à 12,9 nœuds dans 10 700 pieds d'eau. Une analyse détaillée des enregistrements acoustiques de la perte de l'USS SCORPION (SSN-589) confirme que le taux de chute après l'effondrement des composants de la coque pressurisée discutée par la référence (f) était inférieur à 28 nœuds.

Il est conclu que le taux de chute de sections de la coque pressurisée THRESHER à la suite de sa destruction par la pression hydrostatique à une profondeur de 2400 pieds était de 10 à 15 nœuds. La spéculation faite lors des audiences sur le COI selon laquelle la coque pressurisée encore intacte du THRESHER s'est brisée en heurtant le fond à une vitesse de 100 nœuds n'est pas étayée par l'analyse des données acoustiques ou par la relation entre la vitesse et la puissance qui indiquent que, même dans descente verticale, plusieurs multiples de la puissance installée de THRESHER auraient été nécessaires pour atteindre une vitesse de 100 nœuds, soit plus de 600 000 chevaux. Comme indiqué par la référence (f), aucune grenade anti-sous-marine américaine de la Seconde Guerre mondiale - conçue pour être aussi efficace sur le plan hydrodynamique que possible - n'avait un taux de chute supérieur à 30 nœuds.

Des sections de la coque pressurisée THRESHER sont tombées au fond de la profondeur d'effondrement en tant que composants individuels. La spéculation erronée à 100 nœuds était basée sur l'hypothèse que le signal acoustique de très haute amplitude qui s'est produit à 09:18:24 était un impact sur le fond plutôt qu'un effondrement de la coque pressurisée. La détection acoustique d'une fréquence d'impulsion de bulle associée a identifié sans ambiguïté l'événement de 09:18:24 comme l'effondrement de la coque de pression THRESHER. Remarque : les forces extrêmes associées aux événements d'effondrement de la coque sous pression qui se produisent à grande profondeur sont suffisantes pour annuler toutes les directions de mouvement préexistantes.

Dans le cas de l'USS SCORPION (SSN-589), des sections de la coque pressurisée, qui se sont effondrées à une profondeur de 1530 pieds avec une libération d'énergie égale à l'explosion de 13 200 livres de TNT à cette profondeur, ont suivi des trajectoires qui ont dévié de la verticale de moins de 100 pieds sur une distance de 9600 pieds. La référence (f) traite des analyses des détections acoustiques de la perte de SCORPION à partir desquelles cette information a été dérivée. Une compréhension globale des problèmes techniques complexes abordés par la référence (f) est une condition préalable pour comprendre pourquoi SCORPION a été perdu.

La référence (g) fournit l'examen suivant de la référence (f) : (citation). il s'agit d'un rapport technique superbement préparé, basé sur des preuves empiriques et rédigé selon des normes médico-légales élevées. (citation de fin).

V. CONCLUSION : POURQUOI LE USS THRESHER A ÉTÉ PERDU

L'événement initial d'une cascade d'événements qui a entraîné la perte de THRESHER était la défaillance du bus électrique non vital pendant que les MCP fonctionnaient en mode FAST, la gamme normale à pleine puissance pour l'installation de propulsion. Cette défaillance a provoqué la défaillance des MCP qui, à son tour, a provoqué un blocage immédiat (arrêt) du réacteur nucléaire, ce qui a entraîné une perte de propulsion à la profondeur d'essai.

(Comme discuté à plusieurs reprises ci-dessus, il n'y a aucune preuve pour soutenir la conjecture COI, encore largement acceptée à des niveaux élevés au sein de la Marine, qu'il y avait des inondations avant que la coque de pression THRESHER ne s'effondre à la profondeur extrême de 2400 pieds.)

Ceux qui peuvent contester l'identification de la source de la détection SOSUS en tant que MCP THRESHER dans FAST, comme l'ont fait les membres de la COI, sont informés que la détection acoustique a été évaluée non seulement sur la base du contenu fréquentiel, mais également sur l'identification d'un rapport mathématique entre l'acoustique sources mesurées à partir des données SOSUS à la deuxième décimale - ce qui était unique aux MCP S5W.

En mars 2007, l'Office of Naval Intelligence (ONI) détenait toujours une photocopie des données SOSUS originales sur lesquelles était basée l'évaluation MCP dans FAST fournie au THRESHER COI en 1963. Les inquiétudes concernant la validité de ce MCP dans l'analyse FAST peuvent être apaisées en demandant que les données conservées par l'ONI soient examinées par le personnel du DTNSRDC connaissant les caractéristiques de conception et les signatures acoustiques des MCP du système de réacteur S5W. Cette lettre doit être montrée à ce personnel. Le terme de conséquence pour le personnel du DTNSRDC sera (citation) tourbillon (citation finale).

Si, après 50 ans, la Marine considère qu'il est approprié (1) de faire progresser la compréhension des raisons pour lesquelles le THRESHER non vital a échoué, (2) de rejeter officiellement la conjecture erronée du COI selon laquelle une inondation de la coque pressurisée avant l'effondrement s'est produite, et (3) disculper le personnel du chantier naval de Portsmouth impliqué comme responsable de l'inondation due à la défaillance d'un tuyau de brasage à l'argent, les données SOSUS encore détenues par l'ONI devraient être examinées plus avant pour affiner les caractéristiques de l'instabilité présentée par les éléments non vitaux de THRESHER. bus électrique de 0909 à 0911, c'est-à-dire période et amplitude.

VI. DISCUSSION SUR LA PERTE DE LA BATTEUSE : QUESTIONS DE CLASSIFICATION

La référence (c), publiée au Federal Register le 5 janvier 2010, fournit des orientations concernant la classification à long terme des documents en fonction de leur contenu. Plus précisément, la référence (c) définit (citation) les dommages à la sécurité nationale (comme) les dommages à la défense nationale ou aux relations étrangères des États-Unis résultant de la divulgation non autorisée d'informations, y compris la sensibilité, la valeur et l'utilité de ces informations. (citation de fin)

La référence (d) établit les critères de classification des informations comme des éléments dont la divulgation porterait atteinte à la sécurité nationale et exige que l'autorité de classification d'origine identifie ou décrit les dommages, c'est-à-dire que les informations ne peuvent pas être classées par décret. Il s'agit de la norme par rapport à laquelle tout problème de sécurité concernant la chronologie des événements survenus à bord de l'USS THRESHER (SSN-593) le 10 avril 1963 (dérivé de données acoustiques) doit être validé. La partie 3 de la référence (e) s'applique également à ce problème de classification/diffusion.

I En résumé, toute affirmation selon laquelle les conclusions de cette lettre concernant la perte du USS THRESHER dérivées des données acoustiques sont classifiées doit répondre aux exigences de classification établies par les références (c), (d) et (e), et doit également reconnaître les informations qui peut être en question est disponible dans le domaine public en tant que Constatation de fait 153 et/ou AVIS 45 de référence (a) ou peut être dérivé de cette information, par exemple, les vitesses de fonctionnement des MCP (modes) : RAPIDE et LENTE.

La référence (h) est l'un des nombreux sites Internet qui fournissent des informations relatives à ce domaine spécifique, par exemple, (citation) Interrupteur de pompe de liquide de refroidissement. 6 pompes, chacune avec des vitesses rapides et lentes. Seulement utilisé 4 à la fois en cours. ils fonctionnent 2 lents-2 lents (2 pompes à vitesse lente bâbord et 2 autres à tribord. (fin de citation)

La référence (i) ne peut pas être appliquée au contenu de cette lettre car cette lettre ne fournit pas d'informations sur (citer) le bruit extérieur (en identifiant les fréquences, les niveaux de bruit rayonné, les structures ou les bandes passantes spécifiques de ce bruit), le bruit de la plate-forme ou l'auto-sonar. signatures sonores (citation finale) au-delà de celles déjà fournies par la référence (a) et dans le domaine public.

VII. DIFFUSION D'INFORMATIONS SUR LA PERTE DU USS THRESHER (ET DU USS SCORPION)

En 1974, le SMA H. G. Rickover a dirigé des recherches qui ont établi que le cuirassé américain MAINE (ACR-1) a coulé le 15 février 1898 dans le port de La Havane à cause d'une explosion interne et non à cause d'une mine espagnole ou cubaine. L'amiral a pris cette mesure, 76 ans après le naufrage du MAINE, parce que, comme indiqué dans le Forward de 1995 à son livre, COMMENT LE BATTLESHIP MAINE A ÉTÉ DÉTRUIT (citation). l'amiral ne pouvait pas croire que la marine n'ait pas utilisé toutes les informations disponibles pour déterminer la cause d'un si grand désastre. (citation de fin)

La même situation existe maintenant concernant la perte de l'USS THRESHER il y a 50 ans. Cette lettre fournit la base pour rectifier cette situation.

La référence (f) fournit la base d'une élucidation similaire de la raison pour laquelle l'USS SCORPION a été perdu il y a près de 45 ans, une élucidation qui devrait être officiellement reconnue par la Marine et diffusée publiquement.

Comme largement discuté et documenté par la référence (f), le SCORPION Structural Analysis Group (SAG) - les propres experts de la Marine dans les domaines de la conception des sous-marins, des structures sous-marines et des effets des explosions sous-marines, respectivement Peter Palermo, CAPT Harry Jackson et Robert Price - conclu à juste titre dans leur rapport du 20 janvier 1970 que SCORPION a été perdu parce que l'hydrogène dégazé par la batterie de stockage principale a explosé, tuant et/ou invalidant l'équipage avec une surpression atmosphérique de 150-200 psi sur le site de l'explosion qui s'est produit 21 minutes et 50 secondes avant l'effondrement de la coque. L'analyse rapportée par la référence (f) indique qu'il y a eu des détections acoustiques de deux explosions associées à la batterie 126 cellules TLX-53-A à une demi-seconde d'intervalle qui étaient contenues dans la coque sous pression du SCORPION. Ils se sont produits 21 minutes et 50 secondes avant l'effondrement.

(De multiples explosions associées au groupe avant de la batterie principale de stockage TLX-53 à 504 cellules installées sur l'USS POMODON (SS-486) ​​se sont produites, faisant cinq morts, le 21 février 1955 alors que l'unité effectuait une charge à quai à le chantier naval de San Francisco.)

Le COI SCORPION a rejeté l'évaluation de l'explosion de la batterie SAG - qui était basée sur une analyse microscopique, spectrographique et par diffraction des rayons X d'un composant de batterie SCORPION récupéré par le personnel du chantier naval de Portsmouth - et a supposé à tort que SCORPION avait été perdu à cause de (citation) l'explosion de (a) un poids de charge important à l'extérieur de la coque pressurisée du sous-marin (citation finale). Cette conjecture, une deuxième conjecture que SCORPION a inversé pour faire face à un problème de torpille à bord, et une troisième conjecture selon laquelle la source acoustique d'impulsion de bulle créée par un événement d'effondrement sous-marin pourrait être "avalée" par la coque à pression et ne pas être détectée acoustiquement sont démystifiés par la référence (f). C'est peut-être cette dernière conjecture - réfutée par la dynamique temporelle de l'effondrement du SCORPION - qui a influencé le COI à ignorer l'identification SAG d'une composante d'impulsion de bulle et à postuler la théorie de l'explosion externe (à la coque de pression). Fondamentalement, la coque pressurisée du SCORPION a été détruite plus rapidement que le taux d'expansion de la cavité d'air à bulles oscillantes à partir du point de compression maximale, c'est-à-dire qu'aucune structure n'est restée intacte pour contenir (avaler) les bulles d'air qui ont été détectées acoustiquement par SOSUS à une distance de 976 milles marins.

Sur les 17 « Conclusions de fait » de SCORPION COI basées sur ou déduites des données acoustiques, 14 (82 %) sont fausses.

Tous ceux qui sont concernés par la vérification de l'évaluation immédiatement ci-dessus doivent comparer les affirmations faites par les conclusions du SCORPION COI des faits numéros 2-5, 8, 14-17, 31, 32, 43, 45 et 46 avec le contenu de la référence (f) qui, comme indiqué par la référence (g): (citation) est très techniquement complexe - la même caractéristique qui la rend si crédible. (citation finale) La comparaison doit également inclure la référence (j).

Une telle comparaison serait un exercice utile pour ceux concernés par l'exactitude technique et la classification des informations fournies par cette lettre sur la perte de THRESHER, dont la détermination devrait impliquer ce qui suit : (1) l'application par les examinateurs de connaissances générales de les caractéristiques de conception et de fonctionnement des sous-marins nucléaires américains équipés de réacteurs S5W, (2) une connaissance approfondie (experte) des mécanismes par lesquels les sous-marins nucléaires américains émettent involontairement de l'énergie acoustique, les caractéristiques de l'énergie acoustique émise par THRESHER en général et, en particulier , le 10 avril 1963, et les caractéristiques acoustiques, dynamiques et temporelles des événements d'effondrement des coques sous-marines sous-marines, et (3) une détermination de la mesure dans laquelle les informations contenues dans cette lettre sont déjà disponibles dans le domaine public en tant que référence (a) ou autres documents.

En résumé, ceux qui examinent les documents techniques pour en vérifier l'exactitude et la classification devraient en savoir au moins autant sur les sujets abordés par ces documents que les auteurs des documents, et ainsi être en mesure de fournir essentiellement une « revue par les pairs » qui évalue les aspects scientifiques et techniques. l'exactitude des informations contenues dans le document révisé et modifier ces documents en conséquence.

Vous trouverez ci-dessous des exemples de ce qui s'est passé parce que ce n'était pas le cas avec la documentation de SCORPION examinée et approuvée pour diffusion publique.

Ceux qui ont examiné la référence (j), « USS SCORPION (SSN 589), Résultats de l'analyse des données NOL », pour diffusion publique, n'étaient pas techniquement qualifiés pour exécuter cette fonction qui a entraîné la divulgation involontaire d'informations classifiées sur la fréquence des sources acoustiques. The reviewers assiduously redacted acoustic event frequency information for events listed in TABLE A-4 of reference (j) where the number values were associated with the abbreviation Hz but failed to redact the period information for those same acoustic events listed in TABLE A-2 of reference (j). Since frequency is the reciprocal of period, the classified frequency values could be recovered (derived) from reference (j) after it was sanitized (became unclassified) and approved for public release. A similar oversight compromised the redacted frequency scales of frequency vs amplitude charts shown as Figures C1 through C16 of reference (j). This allowed the writer, who has never had access to the original classified (unredacted) version of the document, to compare those acoustic spectra with spectra produced by the hydrostatic collapse of cylinders of known diameters, reported by reference (k), to determine - as discussed for the first time by reference (f) - that six of the SCORPION post-pressure-hull collapse acoustic events were produced by the collapse of the submarine's torpedo tubes at depths between 3370- and 4570-feet. It is significant to note that while more than 17 post pressure-hull collapse events were acoustically detected from SCORPION, none were detected from THRESHER. That apparent anomaly is explained by the force (energy release) of the THRESHER event (22,500 pounds of TNT at 2400-feet) compared to 13,200 pounds of TNT for SCORPION at 1530-feet. That additional energy destroyed all THRESHER internal structures that survived on SCORPION to collapse at greater depth.

As discussed above, those who review technical documents for public release should examine such documents not only for classification but also of equal or greater importance - for accuracy. A cascade of uninformed technical assessments by those who reviewed references (j) and (m), the SCORPION Court of Inquiry Findings, for public release allowed the erroneous COI assessment that SCORPION was lost because of a large explosion external to the pressure-hull to become available to the public when it should have been refuted or redacted.

Issues: first: the reviewers carefully redacted most of the discussion of the erroneously estimated SCORPION collapse depth of 2000-feet but left intact the statement on page 19, Para 6.10 of reference (j) that SCORPION started to sink following collapse at a depth of (quote) 2000-feet (end quote) second: although all tabular discussions of the frequencies of SCORPION-associated acoustic events were redacted, the statement in para C.3.3.3 on page C-6 of reference (j) that the peak energy associated with the first major SCORPION-associated acoustic event was (quote) something like 5 Hz (end quote) was not redacted. Had the reviewers extended that assessment - also in para C.3.3.3 of reference (j) - that the first SCORPION acoustic event (quote) might reasonably be associated with the collapse of the SCORPION (i.e., bubble-pulse) (end quote) and applied the formula on page C-4 of reference (j), they should have realized that the explosion of 18,125 pounds (nine tons) of TNT would have been required to have produced a 5-Hz bubble-pulse frequency at a depth of 2000-feet. Note that, as discussed by reference (f), refinement in 2008 of the SCORPION bubble-pulse value to 4.46 Hz indicated pressure-hull collapse occurred at 1530-feet (not 2000-feet) with an energy release of 13,200 pounds of TNT. ((Reference (b) provides further discussions of this analysis method.))

Thus, competent technical review of reference (j) would have determined that the first major SCORPION acoustic event - equal in force to the explosion of nine tons of TNT at the conjectured depth of 2000-feet - could not possibly have been, as postulated by the COI, (quote) the explosion of (a) large charge weight external to the submarine's pressure hull (end quote). That acoustic event had to have been collapse of the pressure-hull as concluded by Robert Price and Ermine Christian who wrote on page 5.2 of the SAG Report: (quote) the first major (SCORPION) acoustic event was caused by catastrophic hull collapse (end quote). (Note: nine tons of TNT significantly exceeded the explosive yield of the entire SCORPION load of conventional weapons.)

This letter provides OPNAV N97 the opportunity to correct misinformation now in the public domain concerning why the US nuclear submarines THRESHER and SCORPION were lost.

In this regard, Robert Price, a co-author of the SAG Report, stated in reference (l) in May 2002: (quote) I see nothing in the loss of SCORPION that should be concealed, except the details of the listening systems (now open source). I think the concealment of the few facts and conclusions concerning this tragedy are a disservice to the United States and to relatives of those lost at sea. (end quote). That assessment applies equally to THRESHER.

The final word on what happened to THRESHER should belong to THRESHER, and that word was not flooding it was, as discussed above, (quote) 900 (end quote) transmitted to SKYLARK at about 0917. That value is accepted to have been an indirect reference to test-depth as required by security directive in deep-drive OP-PLAN, i.e., 900-feet below the 1300-foot test-depth. THRESHER was at 2200-feet at about 0917, a depth consistent with the acoustically-derived collapse depth of 2400-feet at 09:18:24.

As stressed in the SUMMARY, the fact that THRESHER was still able to communicate with SKYLARK after THRESHER acknowledged that (quote) minor difficulties (end quote) already had occurred is evidence those difficulties did not involve flooding with the catastrophic effects such flooding is known to create at great depth. The acoustic data provides additional confirmation of this conclusion by identifying that those difficulties involved the loss of the primary (non-vital) electrical bus with the resulting shut-down of the nuclear reactor and the loss of propulsion capability.


POMODON SS 486

This section lists the names and designations that the ship had during its lifetime. The list is in chronological order.

    Sous-marin de classe Tanche
    Keel Laid January 29 1945 - Launched June 12 1945

Couvertures navales

This section lists active links to the pages displaying covers associated with the ship. Il devrait y avoir un ensemble de pages distinct pour chaque nom de navire (par exemple, Bushnell AG-32 / Sumner AGS-5 sont des noms différents pour le même navire, il devrait donc y avoir un ensemble de pages pour Bushnell et un ensemble pour Sumner) . Covers should be presented in chronological order (or as best as can be determined).

Étant donné qu'un navire peut avoir plusieurs couvertures, elles peuvent être réparties sur plusieurs pages, de sorte que le chargement des pages ne prend pas une éternité. Each page link should be accompanied by a date range for covers on that page.

Postmarks

This section lists examples of the postmarks used by the ship. Il devrait y avoir un ensemble distinct de cachets de la poste pour chaque nom et/ou période de mise en service. Within each set, the postmarks should be listed in order of their classification type. Si plusieurs cachets de la poste ont la même classification, ils doivent être triés par date de première utilisation connue.

A postmark should not be included unless accompanied by a close-up image and/or an image of a cover showing that postmark. Date ranges MUST be based ONLY ON COVERS IN THE MUSEUM and are expected to change as more covers are added.
 
>>> Si vous avez un meilleur exemple pour l'un des cachets de la poste, n'hésitez pas à remplacer l'exemple existant.


Final deployments [ edit | modifier la source]

On 16 November 1962, Pomodon sank the hulk of ex-Aspro (SS-309). Pomodon’s eighth deployment with the Seventh Fleet, 6 June to 30 November 1966, took her to Vietnamese waters and she operated with American destroyers and antisubmarine aircraft carrier Kearsarge (CVS-33) on Yankee Station. Training operations on the West Coast and overhaul at the San Francisco Naval Shipyard, filled 1967. She again headed west across the Pacific for her ninth deployment on 22 March 1968. She operated in Japanese waters, off Okinawa, and in the Philippines before entering the Vietnam combat zone 13 August. Pomodon returned to San Diego 17 October 1968.

Stricken from the Naval Vessel Register on 1 August 1970, Pomodon was sold on 28 December 1971.


USS Pomodon (SS-486)

USS "Pomodon" (SS-486), a "Tench"-class submarine, was the only ship of the United States Navy to be named for the "Pomodon" (an obsolete synonym for " Hemilutjanus ") genera of snapper . Her keel was laid down on 29 January 1945 by the Portsmouth Navy Yard in Kittery, Maine . She was launched on 12 June 1945 sponsored by Mrs. Lorena Neff, and commissioned on 11 September 1945 with Commander Melvin H. Dry in command.

Departing Portsmouth 6 January 1946 , "Pomodon" slipped through the Cape Cod Canal and set her course for the Panama Canal Zone for further training. By May the submarine was back north to New London, Connecticut , for several days operations before an availability and upkeep period at New London.

Slipping out of the Submarine Base at New London, "Pomodon" set her course southward again transited the Panama Canal arriving San Diego, California , on 12 October , and joined Submarine Squadron 3. After alterations at Mare Island from 25 October 1946 to 26 July 1947 had made "Pomodon" the first Greater Underwater Propulsive Power Program (GUPPY) submarine in the Pacific Fleet, the submarine returned to San Diego on 28 July and began operations in the area as part of Task Forces 52 and 56.

At the outbreak of hostilities in Korea in July 1950, "Pomodon" was deployed to Pearl Harbor . In January 1951, "Pomodon" was again modernized at Mare Island Naval Shipyard and in May 1951 she returned to service as the most modern and advanced GUPPY submarine in the Submarine Force.

"Pomodon" departed San Diego in November 1951 for a six month deployment with the United Nations Forces in Korea , followed by operations in the San Diego area. During the next decade, the submarine made six more WestPac deployments.

On 21 February 1955 , while recharging batteries in the San Francisco Naval Yard , a build-up of hydrogen gas caused an explosion and fire, damaging the submarine and killing five of men. TM1(SS) Charles E. Payne earned the Navy Commendation Ribbon with Medal Pendant by his actions in fighting the fire and rescuing the injured. Pasquale Talladino EnD2(SS) received the Navy Marine Corp Medal. After the third explosion he entered the control room through the conning tower in an attempt to rescue anyone who might still be alive.

On 16 November 1962 , "Pomodon" sank the hulk of ex-"Aspro" (SS-309).

"Pomodon"’s eighth deployment with the Seventh Fleet, 6 June to 30 November 1966 , took her to Vietnam ese waters and she operated with American destroyer s and antisubmarine aircraft carrier USS|Kearsarge|CVS-33|3 on Yankee Station . Training operations on the West Coast and overhaul at the San Francisco Naval Shipyard , filled 1967. She again headed west across the Pacific for her ninth deployment on 22 March 1968 . She operated in Japanese waters, off Okinawa, and in the Philippines before entering the Vietnam combat zone 13 August . "Pomodon" returned to San Diego 17 October 1968 .

Stricken from the Naval Vessel Register on 1 August 1970 , "Pomodon" was sold on 28 December 1971 .

Fondation Wikimédia. 2010 .

Regardez d'autres dictionnaires :

USS Bauer (DE-1025) — was a sclass|Dealey|destroyer escort in the United States Navy. She was named for Lieutenant Colonel Harold William Bauer, naval aviator and recipient of the Medal of Honor for extraordinary heroism and conspicuous courage as Commander of Marine… … Wikipedia

USS Aspro (SS-309) — USS Aspro (SS/AGSS 309), a Balao class submarine, was the first ship of the United States Navy to be named for the aspro, a fish found abundantly in the upper Rhône River. According to legend, the aspro comes to the surface only in bad weather,… … Wikipedia

Liste der U-Boote der United States Navy — Schiffe der United States Navy A B C D E F … Deutsch Wikipedia

Submarinos la Armada de los Estados Unidos — Anexo:Submarinos la Armada de los Estados Unidos Saltar a navegación, búsqueda Plantilla:Listas Esta es una lista de submarinos de la Armada de los Estados Unidos, ordenados según el número de casco y el nombre. Por número de casco USS Alligator… … Wikipedia Español

Anexo:Submarinos de la Armada de Estados Unidos — Esta es una lista de submarinos de la Armada de los Estados Unidos, ordenados según el número de casco y el nombre. Por número de casco USS Alligator (SSK 1) Barracuda (SSK 2) Bass … Wikipedia Español

Аварии на подводных лодках (с 1945 года) — Список аварий на подводных лодках начиная с 1945 года документирует происшествия, имевшие место после Второй мировой войны. Среди затонувших подводных кораблей было, как минимум, десять атомных подводных лодок (3 США, 5 СССР, 2 Россия),… … Википедия

Greater Underwater Propulsion Power Program — The Greater Underwater Propulsion Power Program (GUPPY) was initiated by the United States Navy after World War II to improve the submerged speed, maneuverability, and endurance of its submarines. (The Y in the acronym was added to increase… … Wikipedia

List of World War II topics (U) — # U 571 (film) # U A # U boat Front Clasp # U boat War Badge # U Boote westwärts # U Man # U.S. British Staff Conference (ABC 1) # U.S. 20th Air Base Group # U.S. 5th Interceptor Command # U.S. Army Forces Far East # U.S. Army Forces in the… … Wikipedia

Portsmouth Naval Shipyard — (14 gun Schooner) * 1799 (50 gun Frigate) * 1842 USS|Saratoga|1842|2 (24 gun Sloop of war) * 1843 USS|Portsmouth|1843|2 (24 gun Sloop of war) * 1848 USS|Saranac|1848|2 (steam sloop) * 1855 USS|Santee|1855|2 (44 gun Frigate) * 1855 LV 1 Lightship… … Wikipedia

List of United States Navy ships, P — P – Pa * USS P. H. Burnett (IX 104) * USS P. K. Bauman (SP 377) * RV Pacific Escort (warship|RV|Pacific Escort I|T AGOR 26|1) * USS Paddle (SS 263) * USS Paducah (PG 18, YTB 758) * USS Page County (LST 1076) * USS Paiute (ATF 159) * USS Pakana… … Wikipedia


USS Pomodon (SS-486) - Explosion

On 21 February 1955, while recharging batteries in the San Francisco Naval Yard, a build-up of hydrogen gas caused an explosion and fire, damaging the submarine and killing five men. TM1(SS) Charles E. Payne earned the Navy Commendation Ribbon with Metal Pendant (later renamed as the Navy Commendation Medal) by his actions in fighting the fire and rescuing the injured. Pasquale Talladino EnD2(SS) received the Navy and Marine Corps Medal. After the third explosion he entered the control room through the conning tower in an attempt to rescue anyone who might still be alive.

Famous quotes containing the word explosion :

&ldquo Frau Stöhr . began to talk about how fascinating it was to cough. Sneezing was much the same thing. You kept on wanting to sneeze until you simply couldn’t stand it any longer you looked as if you were tipsy you drew a couple of breaths, then out it came, and you forgot everything else in the bliss of the sensation. Parfois l explosion repeated itself two or three times. That was the sort of pleasure life gave you free of charge. &rdquo
&mdashThomas Mann (1875�)

&ldquo Moderation has never yet engineered an explosion . &rdquo
&mdashEllen Glasgow (1873�)


La description

We are happy to offer a classic style 5 panel custom US Navy submarine SS 486 USS Pomodon embroidered hat.

Pour un supplément (et facultatif) de 7,00 $, nos chapeaux peuvent être personnalisés avec jusqu'à 2 lignes de texte de 14 caractères chacune (espaces compris), par exemple avec le nom de famille et le taux et le rang d'un vétéran sur la première ligne, et des années de service en deuxième ligne.

Our SS 486 USS Pomodon embroidered hat comes in two styles for your choosing. Un style traditionnel à bouton-pression à visière plate « haut profil » (avec une visière verte authentique sur le bas de la visière plate), ou un style moderne « profil moyen » à visière incurvée à l'arrière « casquette de baseball » 8221. Les deux styles sont “une taille pour tous”. Nos chapeaux sont fabriqués en 100 % coton durable pour plus de respirabilité et de confort.

Compte tenu des exigences élevées en matière de broderie sur ces chapeaux « faits sur commande » 8221, veuillez prévoir 4 semaines pour l'expédition.

Si vous avez des questions sur nos offres de chapeaux, veuillez nous contacter au 904-425-1204 ou nous envoyer un e-mail à [email protected] , et nous serons heureux de vous parler !


Les autres informations

From researcher Kathy Franz:

Known as “Jack,” he graduated from Ardsley High School in 1945. Honor Society 9 years Class President ’41, ’43 Class Vice-president ’42 Vice-president Honor Society ’45 Third Degree ’45 J.V. Basketball ’43 Baseball ’43 French Club ’41, ‘42’ Asst. Editor 1944 ARDSLEYAN Student Council ’41, ’42, ’43 Band & Orchestra ’41, ’42, ’43 Ballad for Americans ’41 Interclass Basketball ’41-’42 Softball ’44.

He was survived by his wife, Sylvia Marilyn Hackett, and is buried in California.


Pomodon SS-486 - History

Silent Service Photo Index. Login or Register Sign Our Guest Book Search Subase Pearl Harbor Det 716 "We Served With Honor and Pride" Photo Gallery Silent Service Index Leave A Comment. Silent Service Photo Index. U.S. Navy Submarines Frequently Asked Questions. U.S. Navy Submarines Lost What is unusual about serving on a submarine? A submarine is among the most technologically advanced machines ever built. The combination of computer technology, precision navigation, atmosphere regeneration, sensitive sonar equipment, sound quieting, nuclear power, and precision weapons make for a most unusual environment. World's Biggest Submarines Typhoon Class.

How a World War II Submarine Works (720p) New investment in Successor submarines - News stories. The Successor submarines, which will carry the UK’s strategic nuclear deterrent, will be the largest and most advanced boats operated by the Navy, and their design and construction will be the most technologically complex in the history of the UK. Two contracts worth £47 million and £32 million have been awarded to BAE Systems Maritime-Submarines who are leading on the design of the vessels. The investment will allow BAE Systems, who currently have more than a thousand people working on the Successor programme, to begin work on some initial items for the submarines that are due to replace the Vanguard Class from 2028.

It is essential these items, which include structural fittings, electrical equipment, castings and forgings are ordered now to ensure the submarines are able to meet their in-service date. MOD has also released a picture today which shows for the first time how the early designs of Successor are taking shape. Defence Secretary Philip Hammond said: Fate. Sous-marins. INSIDE LOOK at 21st CENTURY STEALTH SUBMARINE (Full Documentary) HD Quality. World War II Submarine Warfare - rare footage. U Boat War : Documentary on the Submarine Battle of World War 2. USS Sabalo SS-302. USS Pomodon SS-486. USS Clamagrore Walkthru. USS Pomodon (SS-486) USS Pomodon (SS-486), a Tench-class submarine, was the only ship of the United States Navy to be named for the Pomodon (an obsolete synonym for Hemilutjanus) genera of snapper.

Her keel was laid down on 29 January 1945 by the Portsmouth Navy Yard in Kittery, Maine. She was launched on 12 June 1945 sponsored by Mrs. Lorena Neff, and commissioned on 11 September 1945 with Commander Melvin H. Dry in command. Departing Portsmouth 6 January 1946, Pomodon slipped through the Cape Cod Canal and set her course for the Panama Canal Zone for further training. Slipping out of the Submarine Base at New London, Pomodon set her course southward again transited the Panama Canal arriving San Diego, California, on 12 October, and joined Submarine Squadron 3. At the outbreak of hostilities in Korea in July 1950, Pomodon was deployed to Pearl Harbor. Stricken from the Naval Vessel Register on 1 August 1970, Pomodon was sold on 28 December 1971. Photo gallery at navsource.org. USS Cusk SS-348. USS Kamhhameha SSBN-642. The Hunley: The mystery of the Confederate Civil War submarine. For nearly 14 years, scientists, historians and a genealogist have studied the first submarine to sink an enemy vessel.

The H.L. Hunley did just that 150 years ago, February 17, 1864, during the American Civil War. The 40-foot submarine was brought up amid much fanfare off Charleston, South Carolina, in August 2000. Author Clive Cussler and a team discovered the Hunley five years earlier, buried in the sand more than 100 yards beyond its target, the USS Housatonic. Conservators later this year will begin a new process -- filling the tank that holds the Hunley with chemicals that will strip away what is called "concretion": organic material that has coated the hull and interior.

Visitors to a laboratory and exhibit hall in North Charleston, South Carolina, can gaze down on the Hunley on weekends. The large tank is empty when scientists in the Hunley Project are at work. The hull is in pretty good shape, despite exposure to sea currents and elements for decades. Lt. Confederate submarine H.


Voir la vidéo: Navy Machinists Mate Auxiliary MMA (Août 2022).