Podcasts sur l'histoire

Bataille de l'île de Hauwei, 11-13 mars 1944

Bataille de l'île de Hauwei, 11-13 mars 1944

Bataille de l'île de Hauwei, 11-13 mars 1944

La bataille de l'île de Hauwai (11-12 mars 1944) a vu les Américains capturer l'une des petites îles au nord de Seeadler Harbour dans les îles de l'Amirauté, malgré l'échec de leur première attaque.

Hauwei fait partie d'une série de petites îles situées à environ trois kilomètres au nord de Manus, l'île principale des îles de l'Amirauté. La campagne américaine dans les îles de l'Amirauté a commencé avec la conquête de Los Negros, la troisième plus grande île du groupe, située à l'est de Manus. Les troupes américaines débarquent à Los Negros le 29 février et l'île est sécurisée le 8 mars. L'étape suivante consistait à occuper le chapelet de petites îles qui s'étendent à l'ouest de la pointe nord de Los Negros, formant une ligne parallèle à la côte nord de Manus. Ceux-ci étaient nécessaires comme bases d'artillerie pour l'invasion de Manus.

Les combats les plus durs ont eu lieu sur l'île de Hauwei, deuxième derrière Los Negros. Un petit groupe de reconnaissance, composé de 27 hommes sous les ordres de l'adjudant-officier Robinson, a débarqué ici le 11 mars et s'est heurté de manière inattendue à une résistance japonaise féroce juste à l'intérieur des terres. La troupe de reconnaissance a dû se frayer un chemin jusqu'à la plage du débarquement, un court mouvement qui a quand même pris deux heures et demie. La péniche de débarquement qui a tenté de les secourir a coulé et ils ont finalement été récupérés par un bateau PT. Huit hommes ont été tués et le reste du groupe blessé dans cette première attaque.

Une deuxième attaque était prévue pour le 12 mars. Cette fois, les Américains ne prenaient aucun risque. L'attaque a été précédée d'un bombardement d'artillerie de 1 000 obus et l'attaque a été appuyée par des chars moyens. Les Japonais opposent toujours une résistance féroce, mais à la fin de la journée, la moitié de l'île est sécurisée et le reste est nettoyé le 13 mars. Les assaillants, de la 7e division de cavalerie américaine, avaient perdu huit morts, tandis que les Japonais ont perdu 43 hommes tués.

Hauweu a répondu aux attentes en tant que base d'artillerie. Lorsque les troupes américaines sur Manus ont été retenues par de fortes défenses japonaises près de la route côtière, l'artillerie mise en place sur Hauweu a aidé à se frayer un chemin.


Seconde Guerre mondiale : bataille de Kwajalein

La bataille de Kwajalein s'est déroulée du 31 janvier au 3 février 1944 sur le théâtre du Pacifique de la Seconde Guerre mondiale (1939 à 1945). Après des victoires aux îles Salomon et Gilbert en 1943, les forces alliées ont cherché à pénétrer le prochain anneau de défense japonais dans le Pacifique central. Attaquant dans les îles Marshall, les Alliés ont occupé Majuro et ont ensuite commencé des opérations contre Kwajalein. Frappant aux deux extrémités de l'atoll, ils réussirent à éliminer l'opposition japonaise après des combats brefs mais acharnés. Le triomphe a ouvert la voie à la capture ultérieure d'Eniwetok et à une campagne contre les Mariannes.


2. La première bataille des Marines a eu lieu aux Bahamas.

Débarquement des Marines américains à Nassau. (Crédit : Centre historique naval)

Le premier débarquement amphibie de l'histoire du Corps des Marines a eu lieu le 3 mars 1776, lorsqu'une force dirigée par le capitaine Samuel Nicholas a pris d'assaut les plages de l'île de New Providence aux Bahamas, détenue par les Britanniques. Les 220 Marines s'étaient rendus dans les Caraïbes avec une flottille de la marine continentale à la recherche de fournitures militaires. Après avoir débarqué sans opposition près de Nassau, ils ont capturé la ville et ont pris possession de ses deux forts, qui se sont tous deux rendus après une résistance symbolique. Le gouverneur britannique de New Providence&# x2019 a réussi à expédier plus de 150 barils de poudre à canon hors de la ville avant l'arrivée des Marines, mais Nicholas et son groupe ont réussi à saisir plusieurs canons et mortiers en laiton qui ont ensuite été utilisés par George Washington&# x2019s armée continentale.


Bataille de l'île de Hauwei, 11-13 mars 1944 - Histoire

Aux États-Unis, deux jours fériés honorent les morts de guerre américains. Le Memorial Day est un jour férié fédéral observé le dernier lundi de mai. Depuis 1979, la Journée nationale de reconnaissance des prisonniers de guerre/MIA est célébrée le 3e vendredi de septembre, établie par une proclamation signée par le président américain Jimmy Carter.

Récupération des American Missing In Action (MIA)
La récupération et l'identification des disparus au combat américains (MIA) ont commencé pendant la guerre par les forces américaines et alliées. Après la guerre, la recherche et l'identification du MIA ont été confiées à l'American Graves Registration Service (AGRS). Aujourd'hui, l'agence du ministère de la Défense (DoD) responsable de la récupération et de l'identification des MIA est la Defense POW/MIA Accounting Agency (DPAA). Chaque année, de nouvelles découvertes et de nouveaux rapports sont faits sur les restes et les épaves qui conduisent souvent à la découverte de sites et à la résolution de cas d'AIM. En raison des efforts de comptabilité en cours du DoD, le nombre d'Américains qui sont MIA est réduit à mesure que davantage d'individus sont officiellement comptabilisés.

Nombre de MIA restants aujourd'hui
Au 18 septembre 2020, l'American Battle Monuments Commission (ABMC) répertorie un total de 85 394 Américains portés disparus (MIA) dont 4 422 de la Première Guerre mondiale, 71 692 de la Seconde Guerre mondiale, 7 717 de la guerre de Corée, 1 561 de la guerre du Vietnam. et aucun d'autres conflits.

Au 11 septembre 2020, la Defense POW/MIA Accounting Agency (DPAA) répertorie 81 875 Américains portés disparus (MIA) de la Première Guerre mondiale, de la Seconde Guerre mondiale, de la guerre de Corée, de la guerre du Vietnam et d'autres conflits. Cela comprend 72 579 de la Seconde Guerre mondiale (dont 47 177 dans la région Indo-Pacifique représentant 65,8 %), 7 578 de la guerre de Corée, 126 de la guerre froide (108 en Asie et 8 en Europe), 1 586 de la guerre du Vietnam, 5 de les guerres du Golfe et 1 de l'opération El Dorado Canyon en Libye (bombardement de la Libye le 15 avril 1986). Parmi ceux-ci, 75 % sont situés dans la région indo-pacifique et plus de 41 000 sont présumés perdus en mer. (Source DPAA - Conflits passés au 11 septembre 2020).

Les références
CSPAN "Audience des services armés de la Chambre sur le recouvrement et la comptabilité des prisonniers de guerre/MIA" 2 avril 2009
DoD Missing In Action Mars 2009 (74 791 disparus de la Seconde Guerre mondiale, avec répartition des nations, 8 050 disparus de la guerre de Corée)
Journée nationale de reconnaissance des prisonniers de guerre/MIA de la DPAA (DPAA)
Defense POW/MIA Accounting Agency (DPAA) - Données sur les conflits passés du 11 septembre 2020
Recherche de sépultures de l'American Battle Monuments Commission (ABMC) "Statut des disparus : disparu au combat" au 18 septembre 2020


Bataille de l'île de Hauwei, 11-13 mars 1944 - Histoire

(Légèrement mis à jour le 25 mars 2014)

Les références:

ORDRE DE BATAILLE DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE DU CORPS DES MARINES DES ÉTATS-UNIS : Unités terrestres et aériennes pendant la guerre du Pacifique, 1939 et 1945
par Gordon L. Rottman

(Si vous êtes le moindrement intéressé par la façon dont le Corps des Marines des États-Unis a été organisé pendant la Seconde Guerre mondiale, achetez ce livre. C'est une excellente référence.)

Note sur la fiabilité : par compte approximatif des escadrons dans ces tableaux, il y avait au moins 160 escadrons utilisés par l'USMC pendant la Seconde Guerre mondiale de tous types. Donc, si vous êtes particulièrement intéressé par un escadron en particulier, utilisez les informations ici comme guide pour vous diriger vers plus d'informations telles que des pages Web ou des livres écrits par des membres de l'escadron, etc.

Note sur certains escadrons manquants : Il n'y a pas quelques escadrons, comme le VMSB-333, qui ont subi pas moins de trois redésignations de type pendant la guerre et certains comme le VMSB-141, qui ont été redésignés sous un numéro totalement différent (VMSB-134) puis retour à VMTB-141. J'ai franchement renoncé à éclaircir la lignée de ces escadrons.


4. Bataille d'Ia Drang

Le Major Bruce P. Crandall&# 8217s UH-1D déchargeant des fantassins sur une mission de recherche et de destruction à La Drang Valley

Ce fut la première grande bataille entre les forces américaines et le Nord Vietnam en 1965. En octobre, le VC attaqua le camp des forces spéciales de Plei Me, les États-Unis lancèrent trois contre-attaques pour les couper de leur retraite au Cambodge et les détruire.

Ia Drang faisait partie de la deuxième phase du 14 au 18 novembre lorsque le VC a lancé une attaque conventionnelle contre les forces américaines qui se sont déployées par hélicoptère à proximité de leurs principales bases de ravitaillement et de la frontière. Au lieu d'employer leurs tactiques de guérilla habituelles, ils se sont affrontés pour tenter de submerger les Américains. Ils ont été repoussés et malgré de lourdes pertes, les deux camps ont déclaré la victoire.

Il a appris aux Américains à s'en tenir à leur puissance aérienne supérieure et au VC à s'en tenir à la guérilla.


C'était la bataille de la Première Guerre mondiale entre le Mexique et les États-Unis

En 1917, des décrypteurs britanniques ont intercepté un message du ministre allemand des Affaires étrangères à destination de la légation allemande au Mexique. Le tristement célèbre message, maintenant connu sous le nom de Zimmerman Telegram, offrait au Mexique le territoire qu'il "perdait" au profit des États-Unis s'ils rejoignaient la Première Guerre mondiale en cours du côté allemand si les Américains se joignaient aux Britanniques. Ils ont failli le faire lorsqu'un affrontement frontalier a presque déclenché une guerre à grande échelle.

Les États-Unis n'ont jamais oublié le message (une fois que les Britanniques le leur ont montré et qu'il a été publié dans la presse américaine). Cela transformerait le sentiment du président Wilson contre l'Allemagne et aiderait à entraîner les Américains dans la guerre européenne.

À la maison, cela a exacerbé les tensions dans les villes de la frontière américano-mexicaine, qui se sentaient déjà tendues à cause des raids de Pancho Villa à travers la frontière et de l'expédition punitive du général John J. Pershing au Mexique.

Une ville frontalière, en particulier, ressentait la tension. Nogales, qui chevauche la frontière de l'État américain de l'Arizona et de l'État mexicain de Sonora, était une ville où n'importe qui pouvait traverser l'un ou l'autre pays en traversant simplement la rue - International Street.

Nogales, Sonora, Mexique (à gauche) et Nogales, Arizona, États-Unis en 1899. L'Arizona n'était pas encore un État américain. (Archives nationales)

En 1918, la division du renseignement de l'armée américaine a commencé à recevoir des rapports d'"étranges Mexicains" expliquant les tactiques et les mouvements militaires à la garnison fédérale mexicaine stationnée dans et autour de Nogales. Après la publication du Zimmerman Telegram, ces rapports méritaient une sérieuse attention.

Même certaines des anciennes troupes de Pancho Villa, qui étaient dégoûtées par les hommes qu'ils appelaient les Allemands, se sont adressées aux foules et ont agité la population mexicaine contre les États-Unis. L'armée a commencé à soupçonner que l'influence allemande était à l'œuvre et a déplacé des éléments du 10e de cavalerie - les Buffalo Soldiers - à Nogales.

Nogales, Sonora, Mexique (à gauche) et Nogales, Arizona, États-Unis (à droite) vers 2008.

La tension a débordé le 27 août 1918, lorsqu'un menuisier mexicain tentait de traverser la frontière. Il a ignoré les douaniers américains qui ont ordonné à l'homme de s'arrêter (parce qu'il écoutait les douaniers mexicains lui ordonner de continuer).

Des coups de feu ont été tirés par les Américains. Les Mexicains ont riposté. La bataille d'Ambos Nogales avait commencé.

Entre deux et cinq douaniers mexicains et un soldat de l'armée ont été tués (le charpentier ne l'était pas) alors que des citoyens mexicains se précipitaient chez eux pour récupérer leurs armes et leurs munitions. Pendant ce temps, les Buffalo Soldiers sont arrivés et ont capturé les collines surplombant la ville. Des tireurs d'élite mexicains ont également commencé à tirer dans les rues d'American Nogales.

Les troupes mexicaines ont commencé à creuser des tranchées alors que les troupes américaines commençaient à se déplacer de maison en maison. À ce moment-là, les soldats américains essuyaient des tirs nourris des Mexicains, à la fois des troupes régulières et des citoyens. Ainsi, les citoyens américains sont rentrés chez eux – et leurs armes – pour prendre des positions de tir près de la frontière. Le 35e d'infanterie américain a même tiré une mitrailleuse sur les positions mexicaines.

Machine Gun Co, 35th Infantry, Nogales, Arizona, 1917. (Photo gracieuseté de John Carr)

Soudain, une silhouette solitaire marchait parmi les corps de Mexicains et de soldats américains dans la rue, agitant un mouchoir blanc attaché à une canne, le maire du Mexicain Nogales a tenté de désamorcer la situation en suppliant ses citoyens de déposer les armes. Il a été abattu du côté Arizona de la frontière.

Ce n'est qu'à 7h45 ce jour-là, après un peu plus de trois heures de combat, que les Mexicains agitèrent un drapeau blanc depuis leur douane. Les clairons américains ont sonné "Cease Fire" et l'ordre a finalement été rétabli.

Afin d'éviter que de telles violences ne se reproduisent, la ville a construit la toute première clôture frontalière entre le Mexique et les États-Unis.


Contenu

Pigeons Modifier

Tout au long de l'histoire, les pigeons voyageurs ont été utilisés pour transmettre des messages sur de longues distances. Les pigeons voyageurs peuvent rentrer chez eux sur de très longues distances. [7] En raison de cette capacité spéciale, les pigeons voyageurs ont souvent été utilisés dans les guerres pour transmettre des messages. Par exemple, les pilotes de l'armée de l'air pourraient transporter des pigeons voyageurs dans leurs avions. Si un avion commençait à s'écraser, les aviateurs pouvaient jeter le pigeon hors de l'avion avec un message attaché à sa jambe indiquant où l'avion s'écrasait. Le pigeon retrouverait son chemin "à la maison" - vers une base militaire - où le message indiquerait aux militaires où chercher leurs pilotes bloqués. [8]

Le Royaume-Uni a utilisé environ 250 000 pigeons voyageurs pendant la Seconde Guerre mondiale. Parmi eux, 32 ont reçu la médaille Dickin pour avoir transmis des messages qui ont aidé à sauver des vies :

Destinataire(s) Date de la récompense Remarques Réf(s)
Vision blanche 2 décembre 1943 A livré un message qui a aidé à sauver un équipage abandonné en octobre 1943 [9]
[10]
Winkie 2 décembre 1943 A livré un message qui a aidé à sauver un équipage abandonné en février 1942 [11]
[12]
[13]
Chien bâtard 2 décembre 1943 A livré un message qui a aidé à sauver un équipage abandonné en juin 1943 [14]
Peigne de plage 1er septembre 1944 A apporté les premières nouvelles du raid allié sur Dieppe occupé par l'ennemi, en France, en 1942 a servi dans l'armée canadienne [13]
Gustave 1er septembre 1944 A apporté le premier message de l'invasion de Normandie le 6 juin 1944 [12]
Paddy 1er septembre 1944 A apporté un message du débarquement de Normandie plus rapidement que tout autre pigeon de l'histoire, en juin 1944 [15]
[16]
kenley fille mars 1945 Premier pigeon à fournir des renseignements militaires d'un agent en France occupée par l'ennemi en octobre 1940 a servi dans le Service national des pigeons [17]
Bleu marine mars 1945 A livré un message d'un raid en France en juin 1944, même s'il a été blessé [14]
Hollandais volant mars 1945 Livré trois messages d'agents aux Pays-Bas disparus au combat lors de la quatrième mission en 1944 [14]
Côte hollandaise mars 1945 A envoyé un message SOS d'un équipage abandonné en avril 1942, parcourant 288 milles en 7,5 heures [13]
Commando mars 1945 Livré trois messages d'agents en France occupée servis avec le Service national des pigeons [13]
Bleu royal mars 1945 Premier pigeon de la guerre à délivrer un message depuis un avion qui s'est écrasé en Europe, en octobre 1940 [14]
Ruhr Express Mai 1945 Portait un message important de la poche de la Ruhr, une bataille majeure en Allemagne, en avril 1945 [14]
Guillaume d'Orange Mai 1945 Le pigeon le plus rapide à avoir jamais livré un message de l'opération Market Garden, une importante opération alliée aux Pays-Bas et en Allemagne servie avec le National Pigeon Service (armée) [18]
Fille écossaise juin 1945 A apporté 38 petites photographies à travers la mer du Nord depuis les Pays-Bas en septembre 1944, même si elle a été blessée [14]
Gamelle août 1945 Délivré un message d'un bombardier qui avait été contraint d'atterrir son avion en 1942 [14]
Flèche large Octobre 1945 A apporté trois messages importants d'Europe au Royaume-Uni en 1943 servi avec le National Pigeon Service (Section spéciale) [14]
NPS.42.NS.2780 Octobre 1945 A apporté trois messages importants d'Europe au Royaume-Uni en 1942 et 1943 a servi avec le National Pigeon Service (Section spéciale) [14]
NPS.42.NS.7524 Octobre 1945 A apporté trois messages importants d'Europe au Royaume-Uni en 1942 et 1943 a servi avec le National Pigeon Service (Section spéciale) [14]
maquis Octobre 1945 A apporté trois messages importants d'Europe au Royaume-Uni en 1943 et 1944 a servi avec le National Pigeon Service (Section spéciale) [14]
Marie d'Exeter novembre 1945 A montré « une endurance exceptionnelle [au] service de guerre » même si elle a été blessée [10]
[13]
Tommy Février 1946 Délivré un message des Pays-Bas au Lancashire en juillet 1942 servi dans le National Pigeon Service [14]
Tout seul Février 1946 Délivré un message important, volant plus de 400 milles en une journée en août 1943 servi avec le National Pigeon Service [14]
Princesse Mai 1946 A effectué une mission spéciale apportant des informations importantes en Crète, volant à plus de 500 milles au-dessus de la mer [12]
Mercure août 1946 A fait un travail spécial qui nécessitait un vol de 480 milles depuis le nord du Danemark en 1942 a servi avec le National Pigeon Service (Section spéciale) [19]
NURP.38.BPC.6 août 1946 A effectué trois vols en 1941 servi avec le National Pigeon Service (Section spéciale) [14]
G.I. Joe août 1946 Volé 20 miles en 20 minutes pour livrer un message qui a sauvé plus de 100 vies servies avec le United States Army Pigeon Service [12]
Eau de Cologne 1947 A volé "à la maison" pour livrer un message d'un avion écrasé au-dessus de Cologne en 1943, même s'il a été blessé [12]
Duc de Normandie 8 janvier 1947 Le premier pigeon à apporter un message des parachutistes du 21e groupe d'armées britannique le jour J (6 juin 1944) a servi avec le National Pigeon Service [13]
NURP.43.CC.1418 8 janvier 1947 Le pigeon le plus rapide à avoir jamais porté un message au Royaume-Uni de la 6e division aéroportée britannique en Normandie, le 7 juin 1944, a servi dans le National Pigeon Service [14]
DD.43.T.139 Février 1947 A apporté un message d'un navire en perdition dans le golfe de Huon à temps pour le sauver et sa cargaison a servi avec le Royal Australian Corps of Signals [13]
DD.43.Q.879 Février 1947 Le seul survivant de trois pigeons relâchés pour prévenir d'une contre-attaque à venir sur l'île de Manus en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Le pigeon a atteint le quartier général à temps pour qu'une patrouille du Corps des Marines des États-Unis se mette en sécurité. A également servi dans le Royal Australian Corps of Signals [17]

Chevaux Modifier

Les chevaux sont utilisés dans les guerres depuis plus de 5 000 ans. Pendant la Seconde Guerre mondiale, ils n'étaient généralement pas utilisés au combat. Cependant, ils étaient utilisés pour les unités de scouts, ainsi que pour transporter des soldats et des fournitures. [20]


HistoryLink.org

Le comté de Pierce, situé dans le sud-ouest de l'État de Washington, à proximité de Puget Sound, englobe une gamme d'altitudes extrêmement large : du niveau de la mer sur Puget Sound à 14 410 au sommet du mont Rainier. Toute l'empreinte du mont Rainier, un volcan Cascade actif enfermé dans plus de 35 miles carrés de neige et de glace glaciaire, se trouve dans les limites du comté. Le comté de Pierce comprend 1 675 milles carrés, ce qui le place au 23e rang parmi les 39 comtés de Washington. Il est délimité par le comté de King au nord, le comté de Yakima à l'est, le comté de Lewis au sud et la partie sud de Puget Sound à l'ouest. En 2004, la population estimée du comté de Pierce était de 744 000. L'histoire du comté comprend la première colonie non indienne de la région de Puget Sound à Fort Nisqually, l'essor et l'effondrement de la culture du houblon et de l'extraction du charbon, ainsi que la croissance et le développement de Tacoma, la troisième plus grande ville de l'État. Le comté de Pierce possède un port en eau profonde, Commencement Bay. La majeure partie de la population et de la base économique du comté est située dans le nord-ouest, près de Tacoma. La zone centrale le long des contreforts du mont Rainier a été exploitée pour le charbon des années 1880 jusqu'à la fin des années 1930. L'exploitation forestière et l'agriculture ont également été des industries importantes.

Géologie et Premiers Peuples

La terre qui allait devenir le comté de Pierce abritait aujourd'hui les tribus Nisqually, Puyallup, Squaxin, Steilacoom et Muckleshoot, avec des villages Puyallup prédominants près de ce qui deviendrait plus tard les colonies de Tacoma et Nisqually dans ce qui deviendrait le sud du comté de Pierce. Les deux principaux sentiers indiens étaient une route nord à travers Naches Pass entre les tribus de la région du comté de Pierce et les Yakama, et une route sud le long de la rivière Mashel reliant les tribus de l'Est de Washington aux peuples de Puget Sound. Les réseaux commerciaux entre les peuples autochtones de la région étaient bien établis bien avant l'arrivée des colons blancs.

Quatre rivières (la Nisqually, la Carbon, la White et la Puyallup) traversent le comté de Pierce en allant des Cascade Mountains à Puget Sound. Les plus grands lacs d'eau douce du comté sont le lac Tapps, le lac Gravelly, le lac Bonney, le lac Steilacoom et le lac American.

Fort Nisqually

En avril 1833, Archibald McDonald, employé de la Compagnie de la Baie d'Hudson, établit le fort Nisqually, une palissade et un poste de traite, près du ruisseau Sequalitchew sur le delta de Nisqually. La région, riche en poissons, racines et baies, abritait le peuple Sequalitchew depuis plus de 5 000 ans. Fort Nisqually a été la première colonie européenne permanente sur Puget Sound et, avec le temps, il est devenu le noyau d'une petite communauté agricole et d'élevage de citoyens américains dans cette région peu colonisée régie par le traité d'occupation conjointe des États-Unis et de la Grande-Bretagne de 1818. C'était aussi un important lieu de commerce pour une grande variété de peuples indigènes, dont certains étaient très éloignés. La Compagnie de la Baie d'Hudson élève des moutons, du bétail et des chevaux au fort Nisqually, qui n'a jamais été un fort militaire.

Le 11 mai 1841, les équipages des navires de la marine américaine Vincennes et Marsouin, sous le commandement du lieutenant Charles Wilkes (1798-1877), jeta l'ancre près du fort Nisqually lors de la première cartographie américaine de Puget Sound.

La propriété de Fort Nisqually a été cédée au contrôle américain en 1859. En 1934, le grenier à un étage du fort et la maison de Factor ont été transférés au parc Point Defiance à Tacoma, où ils font partie du musée d'histoire vivante de Fort Nisqually. Ces deux bâtiments ont été restaurés et sont les seuls bâtiments de la Compagnie de la Baie d'Hudson encore debout aux États-Unis. En 2000, le quartier historique de Fort Nisqually (également connu sous le nom de quartier historique de Nisqually-Sequalitchew) a rejoint le registre national des lieux historiques.

En réponse aux tensions croissantes entre les Indiens et les colons, l'armée américaine a établi Fort Steilacoom en 1849 sur le site de la maison traditionnelle de la tribu Steilacoom. En 1850, le capitaine Lafayette Balch a situé sa revendication territoriale à côté du fort et a fondé Port Steilacoom. En 1854, la ville de Steilacoom est devenue la première ville constituée du territoire de Washington. Steilacoom et le fort Nisqually à proximité étaient le nœud de la colonisation non indienne dans la région de Puget Sound et d'importants centres commerciaux pour les premiers colons.

Fort Steilacoom a offert aux colons dispersés de Puget Sound un endroit où ils pourraient se retirer pendant les guerres indiennes de Puget Sound, bien que comme il n'y avait pas de palissade ou de blockhaus et que la plupart des soldats étaient sur le terrain, ce confort était plus psychologique que physique. Néanmoins, les colons ont afflué à Fort Steilacoom pendant les périodes de conflit.

Le gouvernement des États-Unis a abandonné Fort Steilacoom comme base militaire en 1868. Un hôpital pour aliénés a été créé à Steilacoom en 1871 pour héberger les malades mentaux du territoire de Washington. Les patients étaient initialement hébergés dans les anciens bâtiments militaires de Fort Steilacoom. En 1888, l'établissement est devenu le Western Washington Hospital for the Insane. En 1915, il devint le Western State Hospital.

Le quartier historique de Fort Steilacoom, composé de quatre bâtiments rénovés, abrite un musée et un centre d'interprétation et a été désigné en 1977. Il est situé dans l'enceinte du Western State Hospital.

Les grumes du nord-ouest et le bois d'œuvre scié à Steilacoom ont été chargés sur des navires depuis le quai de Lafayette Balch et exportés à San Francisco au profit des colons. Alors qu'ils alimentaient la soif apparemment inextinguible de San Francisco pour les matériaux de construction, les colons de Steilacoom espéraient que leur ville en pleine croissance deviendrait la métropole équivalente du territoire de Washington. Cela ne devait pas être le cas, et d'abord Tacoma puis Seattle ont éclipsé Steilacoom.

Steilacoom était le site de la première bibliothèque de prêt publique du territoire de Washington et de la première école du comté de Pierce. Il possédait l'un des premiers bâtiments en briques au nord du fleuve Columbia (qui était également la première prison du comté de Pierce). Le district historique national de Steilacoom a été créé en 1975.

La législature territoriale de l'Oregon a établi le comté de Pierce le 22 décembre 1852, désignant Steilacoom le siège du comté. En 1880, les résidents du comté de Pierce ont voté pour déplacer le siège du comté à New Tacoma (maintenant Tacoma).

Le traité et le procès

Le 26 décembre 1854, 62 dirigeants des principales tribus de l'ouest de Washington, dont les Nisqually et Puyallup, rencontrèrent le gouverneur territorial Isaac Stevens (1818-1862) à Medicine Creek dans l'actuel comté de Thurston et signèrent un traité cédant leurs terres. (La véracité de la signature du chef Nisqually sur le traité a été contestée presque immédiatement et reste non résolue.) Le Congrès des États-Unis a ratifié le traité de Medicine Creek le 10 avril 1855. Le traité a établi deux réserves pour les Indiens du comté de Pierce.

La réserve de Nisqually se trouvait dans le comté de Thurston sur des terres densément boisées qui coupaient les peuples indigènes de leur accès traditionnel aux poissons abondants et aux rives herbeuses de la rivière Nisqually où ils pouvaient faire paître leurs chevaux. En 1857, la réserve Nisqually a été agrandie pour inclure 4 717 acres des deux côtés de la rivière Nisqually. Des terres sur la rive sud de Commencement Bay ont été attribuées à la réserve de Puyallup. La réserve de Puyallup ne comptait à l'origine que 1 280 acres. En 1856, il a été agrandi pour inclure 18 062 acres. Au moins la moitié de ces terres ont par la suite été récupérées par le gouvernement fédéral et, à la fin des années 1890, elles avaient été vendues.

La bataille de Connell's Prairie, considérée comme la confrontation décisive pendant les guerres indiennes de Puget Sound, a opposé des volontaires de Washington et des Indiens dirigés par le chef Leschi le 10 mars 1856. Connell's Prairie est à environ 10 milles à l'est de Sumner. Le site est marqué par une borne historique.

Nisqually Le chef Leschi (1808-1858) a été jugé par un tribunal civil et reconnu coupable du meurtre du soldat américain, le colonel A. Benton Moses, un verdict très controversé même à l'époque où il a été rendu. Néanmoins, le 19 février 1858, Leschi est pendu à une potence à Fort Steilacoom. Le 4 mars 2004, le Sénat de l'État de Washington a adopté la résolution 8727, qui reconnaissait officiellement l'injustice du procès et de l'exécution du chef Leschi et honorait le chef Leschi comme « un dirigeant courageux » et « un homme grand et noble » (Résolution 8727 du Sénat de l'État de Washington) .

Agriculture

L'agriculture familiale était essentielle à la survie des premiers pionniers du comté de Pierce, et à mesure que les villes voisines évoluaient de la production alimentaire vers des activités industrielles, les agriculteurs ruraux ont trouvé des marchés prêts pour leurs produits de consommation. Des institutions publiques telles que le Western State Hospital, le Washington Soldiers Home, le McNeil Island Penitentiary et la Pierce County Poor Farm au sud de Sumner ont tous entretenu de grands jardins sans lesquels leurs détenus auraient eu peu à manger.

Au fil du temps, l'agriculture commerciale dans le comté de Pierce a inclus le houblon, les bulbes à fleurs, les baies, les bovins laitiers et les arbres de Noël, parmi de nombreuses autres cultures. Le comté de Pierce compte 13 chapitres de la Washington Grange, organisés entre 1909 et 1945.

Pour faciliter le déboisement massif entrepris par les premiers colons afin d'exploiter la terre, presque toutes les collectivités du comté de Pierce possédaient à une époque une scierie. Le bois défriché a été expédié à San Francisco, brûlé pour le carburant et utilisé pour construire des navires, des quais, des cabines, des écoles, des églises et les premières routes de style velours côtelé. Des moulins portatifs ont été utilisés à un endroit jusqu'à ce que les arbres à proximité immédiate soient épuisés, puis le moulin a été déplacé vers un autre endroit.

L'invention de l'âne à vapeur (moteurs à vapeur qui transportaient des billes à l'aide de treuils) et l'arrivée des chemins de fer ont stimulé l'industrie forestière commerciale du comté de Pierce. En 1905, la rive du port en eau profonde du comté de Pierce à Commencement Bay était bordée de moulins. Les bûcherons, les ouvriers d'usine, les vendeurs, les gestionnaires et les propriétaires d'entreprises forestières étaient l'élément vital de l'économie de Tacoma. La fortune de Tacoma, et avec elle une énorme partie de l'économie du comté de Pierce, a augmenté et diminué avec l'industrie du bois.

Pendant plus d'un siècle, la Weyerhaeuser Company a été l'une des entreprises industrielles les plus visibles et les plus importantes du comté de Pierce. Weyerhaeuser Timber Company a été constituée à Tacoma 1900 peu de temps après que Frederick Weyerhaeuser (1834-1914) a acheté 900 000 acres (1 406 milles carrés) de terres boisées dans l'État de Washington au magnat des chemins de fer James J. Hill (1838-1916), l'une des plus grandes transactions foncières. dans l'histoire américaine. En 1971, la société, appelée depuis 1959 Weyerhaeuser Company, a ouvert un nouveau siège international à Federal Way (dans le comté de King, non loin du comté de Pierce). Weyerhaeuser est l'un des plus grands producteurs mondiaux de bois d'œuvre, de pâte, de papier, de matériaux d'emballage et d'autres produits liés au bois.

Les officiers de l'expédition Wilkes cartographiant Puget Sound ont nommé la future ville du port en eau profonde de Tacoma Commencement Bay le 17 mai 1841. Une ancienne colonie non indienne datant de 1852 a été abandonnée pendant les guerres indiennes de Puget Sound de 1855-1856. Job Carr, le premier colon permanent, est arrivé en 1864, suivi en 1868 par Morton McCarver (1807-1875).

McCarver, un promoteur de ville professionnel, a lancé une campagne pour attirer des colons et finalement le Northern Pacific Railroad à Tacoma. Il y réussit : le Northern Pacific choisit Commencement Bay comme terminus ouest. Tacoma a prospéré tandis que Steilacoom et Seattle pataugeaient temporairement. Le Great Northern Railway, l'Union Pacific Railroad et la Milwaukee Road ont tous finalement construit des liaisons transcontinentales vers Commencement Bay.

Le 5 novembre 1918, les électeurs du comté de Pierce ont créé le port de Tacoma avec une marge de cinq contre un, facilitant le développement de quelque 240 acres de vasières en un système municipal de voies navigables draguées, de hangars de stockage, d'entrepôts, d'un des installations de stockage et des jetées modernes. En 2006, les activités portuaires représentaient plus de 43 000 emplois dans le comté de Pierce.

Brown and Haley, fondée à Tacoma par J. C. Haley en 1912, fabrique ce qui est peut-être l'ambassadeur le plus éloigné du comté de Pierce : des boîtes roses d'Almond Roca, une confiserie au caramel croquant au beurre vendue dans le monde entier.

Depuis 1983, le Tacoma Dome est un élément distinctif de l'horizon de la ville. Le Tacoma Dome est l'une des plus grandes structures à dôme en bois au monde.

À partir des années 1990, le comté de Pierce et Tacoma ont adopté une nouvelle image à partir de ce qu'on a appelé la Renaissance de Tacoma. En commençant par le Tacoma Dome et un campus de l'Université de Washington, le centre-ville de Tacoma a vu l'ajout d'un nouveau palais de justice américain (hors de l'ancienne gare Union) et d'un musée d'art, un nouveau musée d'histoire de l'État de Washington, le musée du verre, un transit centre-ville et un quartier des théâtres revitalisé, le tout relié par une ligne de métro léger. Un spectaculaire pont à haubans reliait le port de Tacoma au centre-ville.

Depuis le recensement de 2000, Tacoma, la troisième plus grande ville de Washington, est devenue un centre régional pour le transport maritime du Pacifique, les produits forestiers, la haute technologie et les arts.

Puyallup, Sumner et Orting

Ezra Meeker (1830-1928) et son père, Jacob Meeker, ont planté les premières boutures de houblon dans la vallée de la rivière Puyallup en mars 1865. Ezra Meeker a construit la première grange de séchage de houblon de Puyallup à côté de sa cabane dans ce qui est maintenant (2006) Puyallup's Pioneer Se garer. La région s'est avérée bien adaptée à la culture du houblon qui, au début des années 1880, était devenu la première culture de la vallée de Puyallup. Lorsqu'elles sont récoltées et séchées, les fleurs de houblon en forme de cône sont utilisées pour aromatiser la bière. Le houblon cultivé dans la Puyallup Valley était expédié à Londres et de là vendu sur le marché international du houblon. En 1892, cependant, une invasion de poux du houblon a dévasté toute la récolte de houblon de la Californie à la Colombie-Britannique. L'industrie du houblon de la vallée de Puyallup ne s'est jamais rétablie.

Ezra Meeker platted the town of Puyallup in 1877 and on August 16, 1890, the town was incorporated. As of 2000 Puyallup had approximately 33,000 residents. Farming and light industry are the predominant occupations.

Sumner was first settled in 1853 by the William Kincaid, a widower with seven children who entered the Puget Sound region through Naches Pass as part of the James Longmire wagon party. Jacob Meeker and his second wife, Nancy North Burr Meeker, were also early settlers to the Sumner area. The town was incorporated in 1891.

Sumner became a center for light industry and trade within the Puyallup Valley. The Fleishmann Company operated a yeast company along the Stuck River, and berry fields, canneries, and dairy farms surrounded the town center. By the late 1930s Sumner was especially noted for its rhubarb, berries, and flower bulbs. As of 2006, Sumner had some 9,000 residents.

Orting was incorporated in 1889, shortly after the Northern Pacific Railroad laid tracks through the area. Hop farming and dairying were important early industries. Since the 1920s the town has been known for bulb growing (especially daffodil bulbs). The bulb industry rejuvenated the farming industry in the Puyallup River Valley, utilizing land formerly devoted to growing hops. Although in recent years Christmas tree farms have begun to eclipse bulb farms in Orting, Sumner, and Puyallup, the annual Daffodil Festival, now in its seventh decade, remains an important event for area residents.

In May 1891, the Washington State Soldiers Home for Civil War veterans was dedicated in Orting. After 1899 the Home functioned as a colony, allowing veterans with families to live in the community but still receive a stipend and assistance. As of 2006 this facility still serves up to 183 residents needing skilled nursing or assisted-living care.

Pierce County Coal

Coal was mined in Pierce County between the late 1870s and the late 1930s, spurring the development of mining communities in the foothills of Mount Rainier. Although there were also family farms in the area, life in Pierce County's coal-producing region revolved around the mines.

Coal was discovered at what would become Wilkeson in 1875, and in 1876 the Northern Pacific Railroad built a spur line to the area. Wilkeson, named for Northern Pacific Railroad secretary Samuel Wilkeson, was the only coal-mining town in the region not owned by a coal company. When the mines closed, the town reinvented itself as the gateway to Mount Rainier National Park. The area also has significant outcroppings of sandstone, and beginning in 1883, Wilkeson sandstone was quarried commercially for use in construction. It has been used in buildings throughout the state, including in the dome of the Washington State Capitol in Olympia.

Carbonado began in the early 1880s along the Carbon River as a company town for the Carbon Hill Coal Company. The coal mines and coking facilities at Carbonado produced fuel for the Southern Pacific and Central Pacific railroads. Coal was shipped by rail to Tacoma and then by boat to San Francisco. The Pacific Coast Coal Company, which operated many of the other mines in the region, took over Carbonado mines (and the town) in 1924.

The South Prairie Coal Company in Burnett produced coal to power the steam-driven Mosquito Fleet vessels that plied the waters of Puget Sound.

In the late 1930s, coal became too expensive to mine and oil eclipsed coal as the major source of fuel. As Pierce County mines closed down, the communities that supported them either faded or transformed their economic bases. Increasing tourism to Mount Rainier aided these communities somewhat, as did highway construction. Surviving communities evolved to serve primarily as bedroom communities for Tacoma.

Dynamite from Du Pont

Du Pont was a company town created on the site of Fort Nisqually by Eleuthere Irenee Du Pont de Nemours and Company between 1906 and 1909 for the purpose of producing explosives on an industrial scale. Workers lived in a nearby village of small wood-framed houses and labored with extreme care to formulate dynamite.

Because their work was so volatile, residents of the town were prohibited from using alcohol, wearing any metal (such as zippers) that might generate a spark, and of course smoking. The more than one billion pounds of explosives produced at the plant were used to construct the Grand Coulee Dam, the Cascade tunnel, the Alaska railroad, and the Panama Canal. The plant's gelatin dynamite was heavily used during World War II. The plant was closed in 1976 and the land was redeveloped into a housing development called Northwest Landing. In 1984 the DuPont Village Historic District was added to the National Register of Historic Places as the state's most intact example of a company-owned town.

McNeil Island

McNeil Island is located in southern Puget Sound, 2.8 miles from Steilacoom. Washington Territory’s first federal penitentiary began operation there in 1875. In 1981 the federal government turned McNeil Island over to the Washington State Department of Corrections, and since 1984 the state has owned the entire seven-square-mile island.

The McNeil Island Federal Corrections Center has the distinction of being the only prison in the United States that began as a territorial prison, became a federal penitentiary, and then became a state prison. It is also the last prison in America located on a small, remote island.

On January 6, 1917, Pierce County residents voted to deed 70,000 acres of the Nisqually Plains/American Lake area to the United States government for use as a military base. The area had been used by the Military Department of Washington for brigade encampments periodically beginning in 1890 and by the U.S. Army and the Washington and Oregon National Guard to hold large-scale maneuvers in 1904. Camp Lewis trained 60,000 soldiers during World War I and the camp hospital cared for many wounded soldiers. On September 30, 1927, the base was renamed Fort Lewis.

By March 1941, as the United States Army built up its ranks in preparation to fight World War II, the population of Fort Lewis swelled to 37,000 troops. The 2000-acre North Fort Lewis facility was completed in August 1941. Fort Lewis personnel played a crucial role in securing the Pacific Coast, training troops, and housing prisoners of war during World War II.

In later conflicts, Fort Lewis also played a key role. The fort shipped out the first American division to leave the United States bound for the Korean War. During the Vietnam era, Fort Lewis was an army training center, processing personnel departing for and returning from the war in Southeast Asia.

During the 1990s, general reductions in U.S. military spending resulted in quite the opposite for Pierce County. Beginning in 1994, the Army assigned an armored brigade and 3,000 soldiers to Fort Lewis as part of a redeployment from Europe. This unit was later converted to lighter Stryker armored vehicles and became three brigades of the 2nd Infantry Division. Fort Lewis became a major source of troops sent to Iraq beginning in 2003, including members of the Washington National Guard.

Joint Base Lewis-McChord

The City of Tacoma opened Tacoma Field/Pierce County Airport in 1929. In 1938 the state of Washington transferred the property to the United States government for use as an Army Air Force base.

During World War II, McChord Field was the largest B-25 bomber training base in the country. At the conclusion of the war, McChord Field became home to the 62nd Military Airlift Wing and the 446th Military Airlift Wing. In 1948 the facility was re-designated as McChord Air Force Base.

In 1950 McChord was officially assigned to the Air Defense Command. Squadrons based at McChord have played significant roles in civil defense both domestically and abroad. In 1997, the Air Force started $120 million in construction at McChord to accommodate modern C-17 transports, which replaced the much nosier C-141 models. The C-17 units performed missions around the globe including combat missions in Iraq and Afghanistan.

On October 1, 2010, McChord Air Force Base and Fort Lewis were merged to become Joint Base Lewis-McChord. The merger was ordered in 2005 by the nationwide Defense Base Closure and Realignment (BRAC) Commission The joint basing was intended to to combine redundant services and make military missions more efficient.

The Mountain and the Prairie

Congress established Mount Rainier National Park on March 2, 1899. It is the fifth-oldest National Park in America. The park encompasses 235,635 acres (365 square miles) including a National Landmark District of 1920s-1930s-era wood-frame structures, most notably the Paradise Inn and the National Park Inn at Longmire.

The mountain supports a diverse ecosystem of sub-alpine meadows, stands of old-growth forest such as the Grove of the Patriarchs, newer vegetation, and permanent snow and ice. Mount Rainier is the tallest volcano in the contiguous United States and the most heavily glaciated peak in the lower-48 states. The 4.3-square-mile Emmons glacier is its largest concentration of ice. Mount Rainier's most recent eruption occurred about 150 years ago.

The mountain encompasses nine major watersheds including 382 lakes and 470 rivers and streams and supports wildlife ranging from beaver, cougar, and black bear to mink, elk, mountain goat, and mole. Some two million visitors arrive each year to hike, fish, climb, camp, and vacation in or near the wilderness: It is a significant source of tourism in Pierce County.

The Nisqually Wildlife Refuge, situated along Pierce County's southern shoreline in the wetlands of the Nisqually Delta, was established in 1974 and provides a protected habitat for migratory waterfowl. Encompassing 3,000 acres of fresh and saltwater marshes, riparian, grassland, and mixed-forest habitats, the Nisqually Wildlife Refuge provides an important nesting habitat for migratory birds. Preserved historic barns and peaceful prairies offer visitors the opportunity to contemplate Pierce County's agrarian history.

Doing the Puyallup

The Western Washington Fair Association’s Puyallup Fair is an annual event that draws approximately 1.3 million people to Pierce County each year. The fair began in October 1900 with the intent of publicizing and celebrating the Puyallup Valley’s agricultural, dairy, stock-raising, mining, and manufacturing industries. The following year, horse racing was added to the event, immediately becoming one of the fair’s most powerful draws. The fair quickly built a steadily increasing following, flourishing even during the Great Depression of the 1930s. During World War II the event was not held and the United States Army took over the fairgrounds.

The annual Puyallup Fair resumed in October of 1946. A new steel and concrete grandstand replaced the wooden grandstand in 1953. By 1975 the fair was ranked tenth-largest in North America. In 1978 the event expanded from 10 to 17 days. By the end of the twentieth century, the Puyallup Fair was ranked fifth-highest attended in North America.

Japanese American Internment

During the spring of 1942, in the midst of World War II, the Puyallup Fairgrounds were used as the site for the hastily constructed Camp Harmony. Camp Harmony served as the initial assembly point for people of Japanese ancestry in Western Washington, who were forced to evacuate their homes in the wake of Executive Order 9066.

Along with other West Coast residents and citizens of Japanese origin, Pierce County's Japanese Americans were forced from their homes and confined to internment camps during World War II. Tacoma's Japanese community was ordered to an assembly center in Pinedale, California, and afterward to the Tule Lake Relocation Center in California. Most of Pierce County's rural Japanese-origin citizens were interned at Minidoka Relocation Center in Idaho after an initial stop at Camp Harmony.

Pierce County Today

Pierce County is home to two private four-year institutions of higher learning: the University of Puget Sound (founded in 1888) and Pacific Lutheran University (founded in 1890). The University of Washington at Tacoma was founded in 1990 and occupied permanent campus buildings in 1997. State-supported Tacoma Community College and Pierce College were founded in 1965 and 1967 respectively.

Pierce County's population increased about 16 percent between 1990 and 2000, and as of 2006 continues to increase steadily. Employment in education and health services has increased as a result. Government, business, and leisure services the construction industry goods-production and the wholesale and retail trade industries are significant employers in Pierce County.

Increasing population coupled with increasing employment have made Pierce County what a recent Washington State Employment Security Department report calls "one of Washington's bright spots for economic growth and vitality" (Washington Workforce Explorer, September 2, 2004).

L'État de Washington
Département d'archéologie et de préservation historique de l'État de Washington

Tacoma City Hall (E. A. Hatherton, 1893), ca. 1915

Courtesy UW Special Collections (WAS0164)

Pierce County, Washington

Courtesy U.S. Department of Agriculture

Nisqually Chief Leschi (1808-1858), black and white photo of painting, ca. 1950

Morton Matthew McCarver (1807-1875), founder, Tacoma City, later Tacoma, ca. 1870

Courtoisie Tacoma, Its History and Its Builders

Ships unloading wheat at Tacoma's wheat warehouse, 1910s

Haycocks in apple orchard, probably Anderson Farm, Parkland, near Tacoma, ca. 1910

Photo by A. H. Barnes, Courtesy UW Special Collections (BAR007)

Western State Hospital for the Insane, Steilacoom, 1916

Carbon Hill Coal Co., Carbonado, ca. 1915

Courtesy UW Special Collections (UW5759)

Moving nitroglycerin, DuPont, n.d.

Courtesy DuPont Museum Association

Bugler, Fort Lewis, ca. 1944

Courtesy Fort Lewis Museum

St. Regis Lumber Mill, Tacoma, August 1972

Photo by Gene Daniels, Courtesy National Archives (Neg. NWDNS-412-DA-2743)

B-17 flying over Mount Rainier, 1936

Courtesy Washington State Historical Society (C1992.1.12.25)

Mount Rainier from Paradise, July 23, 2005

Photo by Colleen E. O'Connor

The Tacoma Dome, one of the world’s largest wooden structures

HistoryLink Photo by David Wilma

Tacoma Link car test on 25th Street, summer 2003

SR 509 cable-stayed bridge over Thea Foss Waterway (1997), 2006


Current structure [ edit | modifier la source]

1st Infantry Division Order of Battle

1st Infantry Division consists of the following elements:

  • Division Headquarters and Headquarters Battalion (DHHB)
    • Headquarters and Support Company
    • Operations Company
    • Intelligence and Sustainment Company
    • Division Signal Company
    • 1st Infantry Division Band
    • Commanding General's Mounted Color Guard
    • Special Troops Battalion "Defiant" ⎧]
    • 4th Squadron, 4th Cavalry RegimentPale Riders
    • 2nd Battalion, 34th Armor RegimentDreadnaughts
    • 1st Battalion, 16th Infantry RegimentIron Rangers
    • 1st Battalion, 5th Field Artillery Regiment
    • 101st Brigade Support Battalion
      • Special Troops Battalion Griffins⎨]
      • 5th Squadron, 4th Cavalry Regiment
      • 1st Battalion, 63rd Armor RegimentDragons
      • 1st Battalion, 18th Infantry RegimentVanguards
      • 1st Battalion, 7th Field Artillery RegimentPremier éclairLifeline
        at Fort Knox, Kentucky (to inactivate by 2017)[2]
        • Special Troops Battalion ⎩]
        • 6th Squadron, 4th Cavalry Regiment
        • 1st Battalion, 26th Infantry Regiment
        • 2nd Battalion, 2nd Infantry Regiment
        • 1st Battalion, 6th Field Artillery Regiment
        • 201st Brigade Support Battalion
          (to inactivate by 2017)[3]
            ⎪]
  • 1st Squadron, 4th Cavalry Regiment
  • 1st Battalion, 28th Infantry RegimentBlack Lions
  • 2nd Battalion, 16th Infantry RegimentRangers
  • 2nd Battalion, 32nd Field Artillery RegimentProud Americans
    • Demon Brigade
    • 1st Battalion (Attack), 1st Aviation with 24 AH-64D Apache Longbows
    • 1st Squadron, 6th Cavalry Regiment with 24 OH-58 KiowasThe Fighting Sixth
    • 2nd Battalion (General Support), 1st Aviation Regiment with 8 UH-60L/M Black Hawks, 10 CH-47D Chinooks and 10 HH-60L/M Black Hawks
    • 3rd Battalion (Assault), 1st Aviation Regiment with 30 UH-60M Black Hawks

    The division is supported by the 1st Sustainment Brigade at Fort Riley and by the 75th Fires Brigade at Fort Sill.

    List of site sources >>>


    Voir la vidéo: La Bataille dAlsace 1944-1945 (Décembre 2021).