Podcasts sur l'histoire

The Shambles: la rue de l'abattoir médiéval est devenue un haut lieu touristique

The Shambles: la rue de l'abattoir médiéval est devenue un haut lieu touristique


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

The Shambles (connu officiellement sous le nom de Shambles) est une rue de York datant du Moyen Âge. Shambles a été qualifiée de rue médiévale la mieux conservée d'Europe et a été élue rue la plus pittoresque de Grande-Bretagne. Il n'est pas surprenant que Shambles soit une attraction touristique populaire et attire des millions de visiteurs chaque année.

Un marché de boucherie du Moyen-Age

Selon une théorie, le nom « Shambles » est dérivé du vieil anglais « sceamel », qui signifie « tabouret » ou « banc ». Cela devait apparemment être une référence à la table ou à l'étal sur lequel la viande ou le poisson était exposé à la vente. Une autre théorie suggère que le nom de la rue vient du saxon « Fleshammels », qui peut être traduit par « étagères à chair », qui fait référence aux étagères sur lesquelles les bouchers étalaient leurs viandes. Ainsi, Shambles était le lieu où se trouvait la boucherie de la ville.

Shambles de "Picturesque York. [Avec illustrations.]" (1886)

Shambles est mentionné dans le Domesday Book , qui a été achevé en 1086. Il est cependant probable que cette rue existait déjà avant la conquête normande de l'Angleterre en 1066. Jusqu'en 1872, il y avait jusqu'à 25 bouchers ' magasins à Shambles. Aujourd'hui, cependant, aucune de ces entreprises n'existe. Néanmoins, les larges rebords des fenêtres des bâtiments, sur lesquels la viande était exposée, subsistent encore. Mais York n'était pas la seule ville avec Shambles, car d'autres villes britanniques, dont Worcester, Whitby et Chesterfield, ont également une rue du même nom.

  • Le monument légendaire et le talisman « The London Stone » seront rendus à Cannon Street
  • 90 000 photos panoramiques donnent vie aux sites antiques du Cambodge sur Google Street View
  • Les villageois médiévaux étaient prêts à mutiler des zombies potentiels

Intersection des rues Shambles et Little Shambles, York. (Peter K Burian/ CC BY SA 4.0 ) Vous pouvez voir le large les appuis de fenêtre de certains bâtiments, sur lesquels la viande était exposée, subsistent encore.

Shopping sur Shambles

Aujourd'hui, les boucheries ont été remplacées par des commerces au goût des touristes qui visitent la rue. Ceux-ci incluent des boutiques de souvenirs, des restaurants et des magasins vendant des antiquités. The Shambles est considéré comme l'un des principaux quartiers commerçants de York. Si les commerces ont changé, les bâtiments eux-mêmes ont été préservés. Par exemple, les façades à pans de bois en surplomb des bâtiments, volontairement rapprochées, ont été laissées en place. Certaines parties de Shambles sont si étroites qu'il est possible de toucher les deux côtés de la rue avec les bras tendus.

The Shambles, York, la nuit. (Sebastian Mrozek/ CC BY SA 3.0)

Cette conception délibérée a servi un objectif pratique. Les façades à pans de bois saillants étaient destinées à protéger les murs du dessous, faits d'acacia et de torchis, des éléments. De plus, cette conception protégeait la viande dans les boucheries d'être directement exposée au soleil, ce qui la ferait se détériorer plus rapidement.

Une autre caractéristique pratique de Shambles est les trottoirs qui ont été surélevés de chaque côté de la rue. Au Moyen Âge, les bouchers de Shambles jetaient généralement du sang et des abats au milieu de la rue pavée. Les trottoirs surélevés formaient un canal et deux fois par semaine les bouchers nettoyaient les déchets qu'ils y avaient jetés. Fait intéressant, l'une des boucheries a même un sol en pente afin de faciliter davantage l'évacuation des restes d'animaux dans la rue.

  • Un labyrinthe d'anciens tunnels existe sous les rues romaines
  • Eau violente et saleté ? Les gens se sont battus dans les rues médiévales d'Aberdeen, en Écosse
  • Un chasseur de trésor amateur gagnera des milliers de dollars avec une bague en or médiévale

Les Shambles à York. ( CC0) Remarquez les pavés surélevés qui forment un canal.

La perle d'York

L'un des habitants les plus connus de Shambles était une sainte du nom de Margaret Clitherow (parfois connue sous le nom de « Perle d'York »). C'était une sainte qui vivait au XVIe siècle et qui était mariée à un boucher du nom de John Clitherow. Inutile de dire que les affaires de John étaient sur Shambles. En 1574, Marguerite se convertit au catholicisme romain. En Angleterre, le catholicisme romain était persécuté à cette époque et Margaret finirait par payer sa foi de sa vie.

En 1586, Margaret a été arrêtée pour avoir hébergé des prêtres catholiques. Elle a refusé de plaider, car cela impliquerait un procès dans lequel ses enfants seraient obligés de témoigner. Elle a été torturée puis condamnée à être écrasée à mort. Margaret a été exécutée le Vendredi saint 1586 et a été canonisée comme sainte en 1970 par le pape Paul VI. Shambles a un sanctuaire dédié au saint.


Photos de York Angleterre - Un joyau d'une ville

La petite ville du nord de l'Angleterre, York, porte ses 2000 ans d'histoire à la légère. Comme le montrent ces images de York, l'histoire romaine, viking et médiévale de la ville, ses reliques, ses monuments et ses trésors architecturaux sont tissés dans le tissu de la vie moderne quotidienne.

Les marchés sur les mêmes places et étals qu'ils occupent depuis des centaines d'années vendent les derniers produits - des fruits et légumes aux chapeaux élégants, en passant par les ustensiles de cuisine design et les DVD de musique. Des vues surprenantes sur l'une des plus grandes cathédrales gothiques d'Europe surgissent dans les endroits les plus inattendus. Les rues et les ruelles sont parsemées de bâtiments à colombages noirs et blancs exceptionnels, et les boutiques de bijoux élégantes remplissent les magasins dans une rue mentionnée dans le Domesday Book qui est un centre commercial depuis 900 ans.


ORIENTATION

Ce glorieux hotspot d'escapade offre le cadre idéal pour de superbes vacances au Royaume-Uni, il y a tellement de choses à faire à York ! La ville fortifiée compacte fait la moitié de la taille de Leeds et est idéalement située à moins de deux heures des hauteurs nord de Newcastle et de la capitale du sud de Londres.

La capitale du Yorkshire est située à 280 km de Londres et à environ 25 miles au nord-est de Leeds et 34 miles au nord-ouest de Kingston upon Hull. La ville fortifiée est la plus grande colonie du comté de North Yorkshire et se situe dans la vallée de York, une zone plate de terres arables fertiles bordée par les Pennines, les North Yorkshire Moors et les Yorkshire Wolds.

Le pont principal, à savoir Lendal Bridge, traverse la rivière Ouse. Plus loin, et à seulement une heure en voiture, vous pourrez explorer la côte du North Yorkshire, y compris les stations balnéaires telles que Scarborough, Bridlington, Flamborough Head et Filey.


Méandres malais

Vous ne pouvez pas le dire sur la photo ci-dessus, mais au milieu de la journée, cette rue pavée est bondée. Des foules de touristes scrutent les vitrines des magasins et entrent dans les magasins pour acheter des cartes postales illustrées, des bijoux ou des morceaux de caramel. Des visites à pied serpentent à travers les foules essayant vaillamment de garder leur groupe un peu ensemble.

Quel est cet endroit et quel est le gros tirage ? C'est le Shambles, une rue étroite à York, en Angleterre. Cette rue est si ancienne qu'elle est mentionnée dans le Doomsday Book du XIe siècle de Guillaume le Conquérant et est considérée comme l'une des rues médiévales les mieux conservées d'Europe. De mémoire plus récente, l'équipe Google Street l'a nommée la rue la plus pittoresque de Grande-Bretagne, et elle faisait partie du parcours du relais de la flamme olympique en 2012.

Des bâtiments datant des années 1400 bordent la rue et sont parfois si proches qu'une personne particulièrement grande comme mon mari pourrait étendre ses bras et toucher les deux côtés. Quelques-unes des structures à ossature de bois, en torchis et en torchis ont des surplombs qui deviennent de plus en plus larges à chaque étage, de sorte que seulement quelques pieds les séparent au sommet du bâtiment de l'autre côté de la voie. Pas besoin de jumelles pour espionner les voisins !

La version plus longue du nom de la rue est "The Great Flesh Shambles". Joli! Entre ce surnom et la mention du livre Doomsday, vous pourriez le confondre avec le décor d'un film d'horreur. (Leçon d'histoire rapide : le livre Doomsday est un document historique inestimable considéré comme le dernier mot de la propriété et de la valeur de toutes les terres en Angleterre au moment de l'enquête. Ce n'est pas une liste de résultats pour le Dr Doom.) "Shambles" vient du mot anglo-saxon médiéval « shamels » qui signifie « étagères ». Étagères de chair? Ces bâtiments abritaient des boucheries où le bétail était abattu à l'arrière, et les viandes découpées étaient exposées sur des étagères et des crochets le long de la rue.

Je suppose que bien avant qu'il ne soit un haut lieu touristique, il devait encore être bondé de tous les citadins faisant leurs courses pour le repas du jour. Un enregistrement de 1872 montre que 25 boucheries étaient situées le long des Shambles. Ainsi, au lieu de l'odeur du fudge frais qui s'échappait des portes des magasins, les gens auraient senti le sang et les tripes. Je parie que c'était un déchets sentir. (Regarde ce que j'ai fait là?)

Ce que je pensais à l'origine être une rue étroite bordée de trottoirs est en fait une gouttière extra large. Quelques jours par semaine, les bouchers jetaient des seaux d'eau sur le sol devant leurs magasins pour laver le sang et les abats dans le caniveau géant où ils s'écouleraient et seraient le problème de quelqu'un d'autre.

Comme je l'ai dit, c'est un endroit assez touristique pendant la journée. Venez le soir quand les magasins sont fermés et que seuls quelques cafés sont ouverts, et les gens sont rares. Cela ressemblait presque à un décor de cinéma. Si je devais choisir quel décor fictif cela aurait pu inspirer, je dirais que c'est le Chemin de Traverse de Harry Potter qui prend vie.


Ancienne, étroite et glorieusement préservée, The Shambles est une petite ruelle de York surplombée de bâtiments à pans de bois datant du XIVe siècle. Il était autrefois bordé de boucheries, mais est maintenant rempli de cafés pittoresques, de boutiques originales et de quelques pubs anglais.

Dans certaines parties de The Shambles, vous pouvez tendre la main pour toucher les deux murs simultanément, car la voie a été conçue pour être aussi mince que possible pour protéger les marchandises des bouchers du soleil. Une promenade dans ce vestige pittoresque de la vieille Angleterre est une délicieuse façon de passer un après-midi.


York médiéval errant

Situé dans le nord de l'Angleterre, York est l'un des endroits les plus visités de Grande-Bretagne. Avec sa longue histoire d'occupations romaines, vikings et anglaises, vous pouvez voir pourquoi c'est un point chaud pour les amateurs d'histoire. York est également unique car elle a conservé une grande partie de sa saveur médiévale. La ville entière est un musée vivant plein de ruines romaines et médiévales, de rues portant des noms vikings, de la maîtrise des tailleurs de pierre et du style victorien.

Avec tant à offrir, York était un endroit parfait à visiter pour mon anniversaire en juin 2012*, à seulement quelques heures de train de Leicester, où j'allais à l'école. Meilleure décision jamais. Pendant deux jours, je me suis promené dans cette ville étonnante, visitant les musées et la cathédrale, et observant les artistes de rue. Cependant, c'est l'âge médiéval de cette ville qui m'a vraiment fasciné.

York a été colonisé depuis au moins la période romaine, où c'était une colonie. Après la chute de l'empire romain, York (alors connu sous le nom de Jorvik) a été colonisée par un groupe de Vikings au IXe siècle, avant d'être conquise par les Normands au XIe siècle. Toutes ces époques sont représentées au Musée du Yorkshire. Ce musée n'est pas seulement un musée ordinaire. Il a été construit sur le terrain d'une abbaye en ruine, Abbaye Sainte-Marie. Le musée contient non seulement des casques vikings, mais aussi des arcades entières de cette ancienne abbaye, dont les ruines sont visibles juste à côté (des parties sont en fait sous le musée).

Jana Irving | Jana errante

Voûte reconstruite de l'abbaye en ruine.

Jana Irving | Jana errante

Les jardins botaniques à l'extérieur du musée contiennent également une partie des murs de la ville, qui sont dans un état remarquable, certaines parties peuvent même être piétinées. La section du parc montre encore leurs fondations romaines d'origine.

Jana Irving | Jana errante

Le mur romain/médiéval. La partie romaine peut être identifiée par la couche de briques rouges (commune aux murs romains) près du fond.

La plupart des portes en pierre d'origine survivent encore, Le bar des moines les plus beaux conservés. Construit au 14ème siècle, Monk's Bar a servi au 16ème siècle de prison et la herse est toujours en bon état de fonctionnement.

Jana Irving | Jana errante

Monk's Bar a l'air bien pour son âge.

York était une plaque tournante du commerce au Moyen Âge et du XVe siècle jusqu'au XVIIe, York contrôlait le commerce des draps du Nord. Les Salle des marchands aventuriers est un témoignage de cette époque. Le travail du bois est l'un des meilleurs d'Europe et le plus grand d'Angleterre et le plus ancien encore debout et utilisé pour son objectif initial. La salle est toujours utilisée par la Compagnie des aventuriers marchands de la ville d'York, bien qu'elle soit désormais une organisation caritative.

Jana Irving | Jana errante

À l'extérieur du hall des aventuriers marchands, qui est maintenant beaucoup plus bas que le niveau de la rue moderne.

Jana Irving | Jana errante

La Grande Salle. J'aime l'architecture des poutres en bois.

Non loin du Merchant Adventurers' Hall se trouve le célèbre Pagaille. The Shambles est une rue pleine de vieux bâtiments médiévaux à pans de bois, certains datant du 14ème siècle. Autrefois plein de bouchers (le quartier tire son nom de la description anglo-saxonne du quartier, Fleshammels (littéralement « étagères de chair »), la rue est maintenant pleine d'une combinaison de restaurants et de boutiques de souvenirs.

Jana Irving | Jana errante

Les bâtiments en surplomb de The Shambles, aujourd'hui une destination touristique majeure. Vous pouvez trouver une tonne de magasins de thé et de chocolat ici.

Une de mes choses préférées de York est Fouet-ma-whop-ma-porte, la plus petite rue de York. Le nom de la rue était d'abord connu sous le nom de Whitnourwhatnourgate (qui signifie « quelle rue ! »). Il a ensuite été changé pour son nom désormais célèbre qui est Saxon pour "ni une chose ni l'autre".

Jana Irving | Jana errante

Oui, c'est toute la rue.

Certains des meilleurs détails cachés de York sont les patrons (essentiellement des visages en bois dans les coins et les plafonds) et des statues en bois situées autour de la ville. Le plus connu est le Diable de porte de pierre, mais il y en a beaucoup d'autres, avec l'aliment de base médiéval, la gargouille.

Jana Irving | Jana errante

Stonegate Devil, situé dans la rue connue sous le nom de Stonegate.

Jana Irving | Jana errante

Jana Irving | Jana errante

Une visite à York ne serait pas complète sans une visite de l'une des cathédrales gothiques les plus impressionnantes d'Angleterre, La cathédrale d'York. York Minster est la plus grande du genre en Europe du Nord. Construite sur le site de l'occupation romaine précédente et des églises ultérieures (toutes détruites par des incendies ou la guerre), la cathédrale actuelle a été commencée en 1220 et devait se comparer à la grande cathédrale de Cantorbéry. La cathédrale n'a été achevée qu'en 1472, des parties ne cessaient de s'effondrer.

Jana Irving | Jana errante

L'incroyable York Minster. Il n'est possible d'avoir une bonne image de la façade de cette immense cathédrale qu'en marchant dans la rue en hiver.

Jana Irving | Jana errante

Il suffit de regarder ce détail autour de la porte principale.

La cathédrale a trois tours, deux de devant et une centrale. Vous pouvez même faire des visites de la tour jusqu'au sommet de la tour centrale. Je recommande fortement, mais c'est une longue randonnée.

Jana Irving | Jana errante

Une vue latérale des arcs-boutants.

Jana Irving | Jana errante

Vue à travers les tours avant de la tour centrale. Les ruines de l'abbaye Sainte-Marie sont visibles au loin.

La nef de la cathédrale est la nef gothique la plus large d'Angleterre. A son extrémité ouest se trouve le Grande fenêtre ouest, connu comme le « cœur du Yorkshire ».

Jana Irving | Jana errante

La nef centrale est toujours aussi impressionnante.

Jana Irving | Jana errante

Le « coeur du Yorkshire ». Probablement tire son nom de la forme de cœur près du sommet.

L'écran du roi, séparant le chœur ou la zone du chœur/autel de la nef, contient des sculptures des rois d'Angleterre de Guillaume Ier à Henri VI et possède un dais d'anges.

Jana Irving | Jana errante

L'écran du roi. Il m'a fallu une éternité pour obtenir cette photo, les gens continuaient à marcher devant.

Jana Irving | Jana errante

Regardant vers le bas de l'autel vers le chœur (zone du chœur). Je dois aimer ce travail du bois. Ils ne le font plus comme ça.

Jana Irving | Jana errante

Abattu la tour centrale. J'adore faire ce genre de clichés.

La salle capitulaire octogonale est un site à voir, et c'est certainement ma partie préférée de la cathédrale. D'immenses vitraux sont situés sur sept des huit côtés. Au moment de la construction, il avait peut-être le plus grand plafond gothique non soutenu d'Angleterre.

Jana Irving | Jana errante

Trois des impressionnantes fenêtres de la salle capitulaire.

Jana Irving | Jana errante

Le plafond de la salle capitulaire.

York a tellement à offrir. Je ne vous ai montré qu'une petite fraction de ce qui est là. Vous pouvez passer des heures à l'intérieur de York Minster seul. Quelques conseils cependant, prenez vos photos de l'intérieur avant de monter au sommet de la tour. J'étais tellement épuisé et tremblant qu'avec l'intérieur sombre de la cathédrale, beaucoup se sont avérés flous, ce que je trouve super ennuyeux. Les photos de l'intérieur de l'église sont d'une visite de retour.

Il y a tellement de musées, dont un consacré aux Vikings, de boutiques, de lieux à découvrir. York vaut vraiment le détour depuis Londres, si jamais vous vous trouvez en Angleterre. Donnez-vous au moins deux jours pour explorer la ville si vous le pouvez.


York - Un voyage de retour dans l'Angleterre médiévale

York, capitale du comté du Yorkshire au nord-est de l'Angleterre est une ville chargée d'histoire, l'endroit idéal pour une escapade citadine et un voyage dans le temps dans l'Angleterre médiévale. En fait, vous seriez poussé à trouver une autre ville britannique avec autant de caractère et d'attractions historiques qui sont toutes regroupées dans une plage très accessible à pied. Entourée d'une muraille médiévale, cette ville est un immense monument du passé, ses rues pavées chargées d'histoire et de charme.

Les Romains étaient ici en 71 après JC, mais York a également été la capitale du royaume anglo-saxon de Northumbria et même les Vikings n'ont pas pu résister à ses charmes en faisant de York leur centre commercial du 9e au 11e siècle est la ville viking la mieux conservée jamais fouillée. De nombreuses découvertes des archéologues sont maintenant exposées au Yorkshire Museum et également au Jorvik Viking Centre.

Nous avons visité beaucoup trop brièvement pour un séjour de deux nuits lors d'un voyage en voiture de notre maison dans le sud de l'Angleterre vers la capitale écossaise d'Édimbourg pour rendre visite à de la famille. York était l'endroit idéal pour interrompre le voyage et fêter mon anniversaire. Nous avons choisi un petit hôtel bed and breakfast ancien et de caractère en plein cœur de la ville, à quelques pas de la magnifique York Minster.

Avec juste une journée complète à explorer, nous sommes sortis peu de temps après notre délicieux petit-déjeuner pour profiter au maximum d'une glorieuse journée ensoleillée.

La cathédrale d'York

Notre premier arrêt de la journée était à quelques centaines de mètres de notre hôtel, un spectacle à ne pas manquer. C'est la plus grande cathédrale gothique médiévale d'Europe du Nord, la construction a commencé en 1220 et elle est maintenant considérée comme l'un des plus beaux édifices médiévaux d'Europe. La crypte contient une partie de l'église originale du 11ème siècle.

Grimper jusqu'à la tour centrale de la cathédrale, qui culmine à 56 m de haut, pour avoir une vue plongeante sur la ville était notre priorité. Cela n'a pas déçu. Nous sommes arrivés tôt et étions les premiers dans la petite file d'attente de personnes qui attendaient notre tour pour commencer la montée des 275 marches étroites jusqu'au sommet. Alors que nous sortions de l'obscurité de l'escalier de pierre en colimaçon, nous avons été accueillis par une vue imprenable sur la ville en dessous de nous et plus loin vers la campagne du Yorkshire.

Vue depuis la tour centrale de York Minster’s

Panneau affichant quelques points de vue au loin

Peu de temps après être descendu de la tour centrale, nous avons exploré l'impressionnant intérieur de la cathédrale avec ses magnifiques vitraux. La grande fenêtre est est la plus grande surface de vitraux médiévaux dans une seule fenêtre au Royaume-Uni. Créé entre 1405 et 1408, il présente le début et la fin de toutes choses, du monde tel que décrit dans le livre de la Genèse et le livre de l'Apocalypse.

Great East Window…désolé pas une belle image

En descendant quelques marches vers les fondations souterraines de la cathédrale, nous avons découvert les trésors cachés dans le fantastique musée Undercroft, le premier musée accrédité dans un bâtiment de la cathédrale. Il raconte l'histoire de l'église avant l'époque où la cathédrale a été construite d'une manière très innovante, de nombreuses expositions sont interactives.

Présentant 2 000 ans d'histoire de cette région, il comprend des artefacts trouvés lors des fouilles du site qui donnent une pléthore d'indices sur la façon dont la cathédrale a été construite sur ce site qui était autrefois une forteresse importante et une caserne romaine. À travers les sols en verre, il est possible de voir les vestiges de la caserne romaine qui se trouvait ici lorsque cette ville s'appelait Eboracum et était gouvernée par l'Empire romain.

Un voyage en arrière de 2000 ans au musée Undercroft sous la cathédrale de York

Une grande partie des artefacts et des anciennes fondations ont été retrouvés lors de fouilles dans les années 1960 et 1970, lorsqu'ils ont découvert que la magnifique cathédrale de York était menacée de s'effondrer, en raison de fondations qui ne pouvaient plus supporter l'immense tour centrale.

Un appel de 2 millions de livres sterling a été lancé pour sauver le bâtiment, avec des restaurations commençant en juin 1967 et il s'est avéré être un succès technique en 5 ans. Les archéologues ont travaillé aux côtés d'ingénieurs, et leurs travaux et leurs riches découvertes sont maintenant exposés au musée Undercroft de la cathédrale de York.

Les archéologues ont découvert les vestiges de l'ancien Roman Principia - le bâtiment principal de la forteresse romaine.

Sont également exposés les évangiles de York vieux de 1 000 ans, qui auraient été apportés à York en 1020 après JC par l'archevêque Wulfstan, les évangiles sont encore utilisés dans les services aujourd'hui.

Informations de visite selon notre visite en octobre 2018 – Une entrée adulte à la cathédrale, qui comprend une visite au musée Undercroft et à la crypte, est de 10 £ pour un adulte, les billets sont valables un an. Des visites guidées gratuites sont disponibles et se déroulent toutes les heures du lundi au samedi entre 10h et 15h. L'ascension de la tour coûte 5 £ par personne. Le Minster est parfois ouvert pour les services uniquement, alors vérifiez toujours avant votre visite.

Murs médiévaux d'York

Les murs médiévaux de York sont les plus complets de toute l'Angleterre. L'entrée est libre aux différents points d'entrée. Nous avons parcouru une partie du mur peu de temps après avoir quitté la cathédrale, la belle journée ensoleillée en a fait une promenade parfaite et c'était génial pour se repérer dans la ville.

Murs médiévaux bien conservés

Plan des remparts entourant le centre-ville, balisé en vert avec les différents accès.

L'heure du déjeuner et une rencontre “Royal”

Après la promenade autour des murs de York, nous avions faim, alors le déjeuner était composé de pizzas gratuites & merci, York. Ou plutôt grâce à la compagnie de bus ” Arrivabus”, qui faisait la promotion de la nouvelle ligne de bus pour découvrir la région. Même le couple royal "Harry et Meghan" étaient en ville pour promouvoir la tournée (?). Bien que les sosies puissent tromper certaines personnes, il n'y a pas de liens royaux ici puisque le vrai couple royal était en fait en tournée en Australie à cette époque.

A qui vous rappellent-ils ?

Centre viking de Jorvik –

Nous avons visité Jorvik dans l'après-midi et à ce moment-là, la file d'attente était grande, mais elle s'est déplacée rapidement et nous nous sommes bientôt assis sur notre petite "voiture électrique" pour être ramenée dans le passé lorsque les Vikings régnaient sur cette ville. Les animatroniques intelligents recréent une colonie viking au 9ème siècle à York. Les nombreuses découvertes archéologiques et les couches d'histoire sont exposées tout autour pendant que vous êtes emmené dans cette belle balade.

Animatronics assez étrange

Même les odeurs étaient très évocatrices du passé et des difficultés du passé viking de cette région.

Nous avons payé 11 £ chacun (frais adulte) pour notre visite. En octobre/18, le billet est valable un an. Consultez leur site Web pour les heures de visite et les prix.

Marcher dans le “Shambles”

The Shambles est la rue la plus fascinante de York

York's Shambles est un pôle d'attraction touristique pour une très bonne raison, une promenade dans cette rue pavée riche en histoire est un must lors d'une visite à York. C'était autrefois une rue de boucheries et de maisons, dont beaucoup avaient un abattoir à l'arrière des lieux.

Les crochets pour suspendre la viande sont encore visibles depuis les étages supérieurs des bâtiments en surplomb. Cette conception intelligente en surplomb des étages supérieurs a permis un espace de vie plus ample des niveaux supérieurs sans prendre trop de place dans la rue en dessous. Ses bâtiments penchés offraient également une bonne ombre et un bon abri pour les viandes suspendues du boucher.

De nos jours, les bouchers ont quitté cette rue pour des locaux plus grands, il y a donc un mélange plus éclectique de charmantes petites boutiques indépendantes et d'entreprises ici maintenant. Y compris les chocolatiers, les petites maisons de thé, les magasins de fudge faits à la main, les artisans boulangers, les bijouteries, etc.

Au numéro 35, il y a un sanctuaire dédié à Margaret Clitherow, qui dirigeait une petite école catholique ici au-dessus du magasin familial, elle a également abrité des prêtres catholiques persécutés et les a souvent aidés à échapper à la capture. Ces activités étaient à l'époque interdites sous un pays gouverné par les protestants, elle a donc été trahie aux autorités et a rencontré une mort très brutale. C'était des moments difficiles pour pratiquer une religion différente de celle du roi. Béatifiée en 1929 puis canonisée en 1970, elle est aujourd'hui connue comme l'une des martyres anglaises.

Visites fantomatiques

Nous avons terminé notre journée d'exploration en faisant quelque chose d'un peu inhabituel & #8230

Les visites fantômes sont faciles à trouver à York

Il est également possible de suivre le “cat trail”

Réputée comme l'une des villes les plus hantées du Royaume-Uni et même d'Europe, les visites fantômes ne manquent pas ici et pour environ 5 £, vous pouvez faire une promenade guidée dans le centre-ville et vous divertir pendant environ une heure avec quelques macabres histoires et actes horribles.

Nous avons apprécié la nôtre, c'était une belle soirée avec une pleine lune en plus. Notre guide avait un bon sens de l'humour et bien que nous n'ayons rencontré aucun fantôme à cette occasion, il y avait beaucoup de rires et d'histoires divertissantes sur le passé sanglant de York.

Nous avons rencontré beaucoup de statues de chats partout, apparemment, il y a 24 statues de chats porte-bonheur qui se cachent autour des bâtiments il y a des siècles pour effrayer les rongeurs porteurs de peste.

Quelques conseils pour visiter York

Transport – Si vous voyagez depuis Londres en train, le trajet ne prendra que 2 heures environ.

Nous sommes venus du Dorset en voiture et avons réservé une place de parking dans un parking longue durée très proche de notre hôtel. Nous n'avons pas eu besoin de notre voiture pendant notre séjour car tout ce que nous voulions voir était accessible à pied.

Hôtel – nous recommandons un emplacement central car York est une ville très accessible à pied et facile à déplacer.

Manger – Beaucoup de bons endroits pour manger tout autour du centre-ville pour tous les budgets, à distance de marche. Certaines des meilleures maisons de thé du pays se trouvent ici.

Passez plus d'une journée complète ici si vous pouvez vraiment profiter de tout ce que cette grande ville a à offrir, je recommanderais au moins deux jours complets ou plus si possible. Malheureusement, nous avons raté de belles attractions telles que :

Le National Railway Museum – Visite gratuite (dons acceptés), certainement un must pour tous les passionnés de chemin de fer. C'était dans ma liste de souhaits pour le visiter, mais malheureusement, nous avons manqué de temps.

Le musée du château et le donjon - Recréant une rue victorienne, le musée capture les images et les sons de l'ère victorienne.

Le Yorkshire Museum – Pour un trésor d'artefacts tels que des bijoux de l'âge du fer, des reliques romaines, etc.

Nous avions également très envie de faire une excursion en bateau sur la rivière Ouse, mais ce sera également sur notre liste de souhaits pour la prochaine fois. Nous ne pouvons pas recommander assez York, c'est vraiment exquis.

Notre brève visite nous a donné un avant-goût de tout ce que cette grande ville a à offrir, nous avons eu la chance d'avoir du beau temps ensoleillé pour nos explorations.

De York, nous avons conduit à Édimbourg où nous sommes restés en famille, avons très peu exploré mais beaucoup mangé et passé du bon temps avec la mère de Brian.

Une autre statue de chat sur un toit à York


Pour les articles homonymes, voir York (homonymie).

L'ancienne ville cathédrale de York a une histoire qui remonte à plus de 2000 ans. Romains, Saxons, Vikings et Britanniques de toutes les époques ont chacun laissé leur empreinte. Il abrite certains des bâtiments et structures historiques les mieux conservés d'Europe, notamment York Minster et des dizaines d'autres églises, la rue commerçante médiévale Shambles, d'innombrables belles maisons de ville, ainsi que les murs et les guérites de la ville. Parmi les autres attractions populaires figurant sur la liste des 7 millions de visiteurs annuels de York, citons le Jorvik Viking Centre et le British National Railway Museum.

York se trouve dans le North Yorkshire, en Angleterre, et est la capitale officieuse de toute la région du Yorkshire. La ville est une base idéale pour explorer "le propre comté de Dieu", avec certains des meilleurs hôtels des environs, et tout le confort et les commodités d'une grande ville, tout en conservant l'atmosphère et l'échelle d'une petite ville. Les magasins, les marchés, les pubs et les restaurants de York adorent proposer des produits fabriqués dans le Yorkshire, vous aurez donc du mal à ne pas en abuser.

Ville UNESCO des arts médiatiques, York a un festival pour chaque occasion, célébrant tout ce qui a façonné la culture de la ville au fil des siècles : musique, danse, chocolat, théâtre, littérature, courses de chevaux, médias numériques. Quelle que soit la période de l'année où vous venez, vous êtes sûr de trouver un concert, un spectacle ou une exposition qui vous plaira.

Alors, plongez en avant et découvrez York !

Pour refléter les moments inhabituels et pour vous aider à rester en sécurité tout en profitant au maximum de York, certains aspects de cet article du guide de voyage sont un peu différents de la normale :

  • Toutes les annonces sur ces pages marquées comme étant mises à jour dans juillet 2020 (ou plus tard) ont été vérifiés par les éditeurs de Wikivoyage comme étant ouverts à ce moment-là ou avec des plans pour rouvrir plus tard dans l'année. Dans la mesure du possible, des heures d'ouverture et des prix révisés ont également été ajoutés, mais il est fortement conseillé de les vérifier directement auprès des lieux avant de vous rendre sur place.
  • Les annonces marquées comme mises à jour avant juillet 2020 ont été vérifiées, mais les résultats n'ont pas été concluants : si l'entreprise ou l'attraction envisage de rouvrir, ses propriétaires ne l'ont pas dit publiquement. Ces lieux peuvent prendre plusieurs mois pour rouvrir, ou ils peuvent ne jamais rouvrir. Wikivoyage sera mis à jour lorsque cela sera possible.
  • Les annonces qui ont été vérifiées comme définitivement fermées à la suite du verrouillage ont été supprimées de l'article.
  • Lorsque d'autres changements dus à la pandémie sont nécessaires à noter, l'étiquette Coronavirus a été employé.

Orientation Modifier

Bien que n'étant que la sixième plus grande ville du Yorkshire et n'ayant aucun statut officiel, York est considérée comme la Capitale, et est également positionné juste à l'est de son centre géographique. Pendant 1800 ans, c'était la ville la plus grande et la plus importante du nord de l'Angleterre, bien qu'aujourd'hui elle compte une population plutôt modeste d'un peu moins de 200 000 personnes. Malgré sa taille, York regorge de plus d'histoire et de culture que de nombreux endroits beaucoup plus grands et constitue une destination fascinante et magnifique à tout moment de l'année.

'Fouet-Ma-Whop-Ma' quoi?

York est populairement connu comme un endroit « où les rues sont portes, les portes sont barres, et les barres sont pubs!" Si rien de tout cela n'a de sens pour vous, souvenez-vous que York a des racines vikings et que les Scandinaves ont également influencé la langue locale. Alors, oui, de nombreuses rues s'appellent portes (du vieux norrois gata), parmi eux Micklegate, Fossgate et Whip-Ma-Whop-Ma-Gate, la rue la plus courte de York avec un nom insensiblement long, signifiant apparemment "Quelle rue!" Les portes fortifiées des remparts de la ville sont invariablement appelées barres (pensez "barrière" et cela a du sens), les zones piétonnes sont logiquement appelées rues piétonnes, et les ruelles simples prennent une nouvelle magie comme snickelways. Besoin d'un verre après tout ça ? Demandez le plus proche pub.

York centre ville est un dédale compact et dense de rues principalement piétonnes bordées de bâtiments centenaires dans un mélange de styles architecturaux, des vestiges romains et vikings, en passant par les structures médiévales à ossature de bois, aux édifices beaucoup plus grandioses en pierre et en brique des périodes ultérieures. Le centre chevauche les deux rives de deux rivières - la Ouse (prononcé suinter) et le Foss - qui se confondent juste au sud du château. Au cœur de la ville se dresse l'imposant La cathédrale d'York, l'une des plus grandes cathédrales gothiques du monde et l'église mère de la communauté anglicane du nord de l'Angleterre. Les Archevêque d'York (Stephen Cottrell, à partir de 2020) occupe le troisième poste le plus élevé de l'Église d'Angleterre, après l'archevêque de Cantorbéry et la reine. La vieille ville de York est complètement encerclée par une série de défenses médiévales des murs. Avec un peu plus de 3,2 km de long, 4 m de haut et 1,8 m d'épaisseur, ce sont les remparts les plus étendus et les mieux conservés du Royaume-Uni.

La plupart des attractions touristiques se trouvent à l'intérieur ou juste à l'extérieur de ces murs, de sorte que vous vous aventurerez rarement dans les quartiers périphériques de York. Cependant, si vous le faites, vous les trouverez agréables et résidentielles, contenant pour la plupart des maisons en briques rouges des 19e et 20e siècles. Il y a un moderne Université campus autour de Heslington dans la banlieue sud-est, un grand hippodrome appelé le Knavesmire dans le sud-ouest, et de vastes parcs le long du parcours de l'Ouse à travers les banlieues nord et sud. Cet étalement urbain est délimité par une sorte de mur d'enceinte moderne : le Route de contournement sépare York de son environnement rural, les terres agricoles bien dotées et les villages de la vallée de York.

Historique Modifier

York a joué un rôle crucial à de nombreuses époques de l'histoire anglaise, et la propre histoire de la ville reflète étroitement celle du pays dans son ensemble.

Les preuves de l'établissement humain à York remontent à 8000 avant JC, mais la ville n'a été fondée qu'en 71 après JC par les Romains, qui l'ont nommée Éboracum, comme latinisation du celte Eburākon, signifiant "lieu de l'if". Éboracum a commencé comme un peu plus qu'un avant-poste militaire au confluent des rivières Ouse et Foss, mais est rapidement devenu l'une des villes les plus importantes de la Grande-Bretagne romaine, et à partir de 211 était la capitale de la Britannia Inférieur Les empereurs de la province Hadrien, Septime Sévère et Constance Ier se sont tous rendus au cours de leurs campagnes militaires contre les Britanniques et les Pictes indigènes. Ce dernier des trois mourut en fait pendant son séjour, et son fils, le futur Constantin le Grand, fut d'abord proclamé empereur dans la ville par ses généraux. Constantin s'est ensuite converti au christianisme et a légalisé la liberté de religion dans tout l'Empire. Éboracum était prospère et attirait particulièrement les marchands et les vétérans retraités des guerres des Empereurs. Pourquoi ces retraités ont-ils apparemment choisi le climat humide et frais du Yorkshire plutôt que les nombreuses provinces méditerranéennes de l'Empire reste l'un des grands mystères de l'histoire.

Après Rome, le 5ème siècle a apporté l'arrivée des Angles - les premiers Anglais. Cette période a vu l'expansion des prouesses commerciales de la ville, la fondation de York Minster en tant que petite église en bois et une période d'importance politique sous les rois de Northumbria. En 735, la cathédrale était déjà assez importante pour être le siège d'un archevêque. Mais Eoforwic ("lieu riche en sanglier"), comme on l'appelait maintenant, s'est avéré un trop grand succès et a rapidement attiré l'attention des Scandinaves avares : les Vikings harcelaient et pillaient le nord de l'Angleterre depuis les années 700, mais pourquoi naviguer pendant des jours arracher un cochon et un bracelet et se précipiter vers la mer, alors qu'ils pourraient récolter ces riches terres agricoles pour eux-mêmes ? Ainsi, en 866, une énorme armée de Danois capturés Eoforwic et, réalisant que ce nom était une bouchée désespérée, rebaptisé leur nouvelle ville Jórvík (prononcé "Yor-vik"). De là, ils contrôlaient à peu près tout le nord et l'est de l'Angleterre, dans une région connue sous le nom de Danelaw. Jórvík était assez parfaite en tant que capitale viking, car son emplacement à l'intérieur des terres offrait défense et abri, tandis que les Ouse offraient à leurs chaloupes un accès facile à la mer via le Humber. Même si la puissance viking a augmenté et diminué au fil des siècles, un grand nombre de Scandinaves se sont installés de façon permanente dans la région, ce qui signifie Jórvík était une ville bilingue (vieil anglais et vieux norrois) à l'époque de la conquête normande.

En 1066, les Vikings avaient à nouveau été évincés par les Saxons, mais nourrissaient l'ambition de revenir. Harold Godwinson a été couronné roi d'Angleterre, mais a dû faire face à une invasion combinée de son frère en exil Tostig et du roi nordique Harald Hardrada.Les envahisseurs ont remporté une bataille à Fulford juste à l'extérieur de York, mais le roi Harold a marché vers le nord et les a vaincus à Stamford Bridge à 15 miles à l'est. Pourtant, alors qu'il lui tournait le dos, les Normands de Guillaume le Conquérant envahirent depuis l'autre côté de la Manche. L'armée épuisée d'Harold marche à nouveau vers le sud, cette fois pour une défaite paralysante à Hastings. L'Angleterre est passée sous la domination normande, et la société anglo-saxonne/nordique que le pays avait développée, et York en était l'exemple, a été démantelée rapidement et brutalement.

Les Harry du Nord était une violente campagne d'oppression contre les rebelles du Nord dans les années qui ont suivi la Conquête. Depuis son château d'York, le roi Guillaume a ordonné le meurtre en masse de civils, la démolition de nombreux villages et l'incendie de cultures dans le nord de l'Angleterre, et York a également été lourdement endommagé. Comme dans le reste du pays, les Normands sont devenus la nouvelle aristocratie, les Anglais et les Norses restants étant réduits au servage. A partir de ce moment, les Normands consolidèrent leur domination avec la construction de châteaux, de monastères et de grandes cathédrales. La conception gothique de York Minster a pris forme pour la première fois au XIIe siècle, tandis que les murs actuels de la ville, leurs portes (appelées barres), et la tour Clifford a également cimenté l'impact des Normands sur le paysage urbain de York.

La période médiévale tardive a produit un patrimoine architectural et culturel très important, qui est encore évident aujourd'hui. La construction séculaire de la cathédrale s'est finalement achevée en 1472, tandis que les magasins à pans de bois pêle-mêle des Shambles datent pour la plupart des XIVe et XVe siècles. York Jeux de mystère, interprétant des histoires bibliques étranges et merveilleuses, ont commencé à la même époque et se poursuivent jusqu'à nos jours. Puis, en 1455, l'Angleterre a été consumée par la guerre civile : les rois rivaux d'York et de Lancaster ont mené une série de campagnes brutales pour le contrôle de la couronne. Les armées yorkistes marchaient sous la bannière d'une rose blanche, tandis que leurs ennemis Lancastre suivaient la rose rouge, d'où le nom de ce conflit, le Les guerres des roses. Le dernier roi yorkiste, Richard III, a finalement été vaincu au combat lors de la bataille de Bosworth Field en 1485, 30 ans après le début des guerres. Le chef des Lancastre, Henri VII, devint le premier monarque de la dynastie Tudor, et York en général et le roi Richard en particulier furent par la suite diabolisés.

L'économie et le statut de la ville ont connu un long déclin qui ne sera récupéré qu'après la deuxième guerre civile d'Angleterre, au cours de laquelle le royaliste York était à nouveau du mauvais côté de l'histoire et assiégé par les vainqueurs ultimes (le Parlement) pendant 10 semaines en 1644. Le siège et la prise d'assaut de la ville qui ont suivi ont détruit de nombreux bâtiments médiévaux, mais ont ouvert la voie à la construction de nouvelles maisons de ville en brique à la mode alors que York retrouvait son mojo à la fin des XVIIe et XVIIIe siècles.

Cette résurgence de la richesse de la ville a peut-être été ce qui a sauvé les anciennes rues de York de l'industrie des cheminées qui a surgi dans de nombreuses autres villes du nord à partir de la fin du XVIIIe siècle. Cependant, la révolution industrielle n'a pas complètement contourné York. Dans les années 1840, la première longue distance chemin de fer a couru vers le nord de Londres à Édimbourg, et la gare de York a été construite comme une sorte de cathédrale en hommage à la grande puissance de connexion des trains, tandis que les gares de locomotives voisines gardaient les moteurs du pays en marche. La ville a trouvé son autre créneau manufacturier peu de temps après lorsque le Famille Rowntree ont ouvert leur chocolaterie. Beaucoup de leurs créations - parmi lesquelles KitKat, Aero et Smarties - sont toujours des collations de base au Royaume-Uni et dans le monde. Les Rowntree, connus pour leur philanthropie, étaient des Quakers, un groupe religieux très présent à York depuis trois siècles et dont les membres ont beaucoup contribué à son développement. Ils étaient également à l'origine de l'industrie ferroviaire en plein essor.

Alors que son importance et sa taille relative par rapport à d'autres villes ont diminué depuis le XIXe siècle et que son statut de capitale du nord est contesté de manière crédible par Manchester et Leeds, York reste prospère et animée en 2018, elle a été nommée la meilleure ville. vivre au Royaume-Uni en Les temps du dimanche. En 2021, la ville a 1 950 ans, et le visiteur d'aujourd'hui reconnaîtra facilement et s'émerveillera à quel point York a bien préservé des aspects de chaque épisode majeur de son histoire, tant dans la culture et les traditions que dans l'environnement bâti.


Contenu

Avant l'unification du Népal, la vallée de Katmandou était connue sous le nom de Népal. [a] L'origine précise du terme Népal est incertaine. Népal apparaît dans d'anciens textes littéraires indiens remontant au IVe siècle av. Cependant, une chronologie absolue ne peut être établie, car même les textes les plus anciens peuvent contenir des contributions anonymes datant d'aussi tard que le début de la période moderne. Les tentatives universitaires de fournir une théorie plausible sont entravées par le manque d'une image complète de l'histoire et une compréhension insuffisante de la linguistique ou des langues indo-européennes et tibéto-birmanes pertinentes. [21]

Selon la mythologie hindoue, le Népal tire son nom d'un ancien sage hindou appelé Ne, appelé diversement Né Muni ou Némi. Selon Pashupati Purana, en tant que lieu protégé par Ne, le pays au cœur de l'Himalaya est connu sous le nom de Népal. [b] Selon Népal Mahatmya, [c] Némi a été chargé de la protection du pays par Pashupati. [22] Selon la mythologie bouddhiste, Manjushri Bodhisattva a drainé un lac primordial de serpents pour créer la vallée du Népal et a proclamé que Adi-Bouddha Ne prendrait soin de la communauté qui le réglerait. En tant que chéri de Ne, la vallée s'appellerait Népal. [23] Selon Gopalarājvamshāvali, la généalogie de l'ancienne dynastie Gopala compilée vers 1380, le Népal tire son nom Népa le vacher, le fondateur du rejeton népalais des Abhiras. Dans ce récit, la vache qui a produit du lait sur place, à laquelle Népa découvert le Jyotirlinga de Pashupatinath après enquête, a également été nommé Ne. [21]

L'indologue norvégien Christian Lassen avait proposé que Népal était un composé de Nipa (pied d'une montagne) et -ala (suffixe court pour alaya signifiant demeure), et ainsi Népal signifiait « demeure au pied de la montagne ». Il a considéré Né Muni être une fabrication. [24] L'indologue Sylvain Levi a trouvé la théorie de Lassen indéfendable mais n'avait aucune théorie propre, suggérant seulement que soit Newara est un vulgarisme du sanskritique Népala, ou Népala est la sanskritisation de l'ethnie locale [25] son ​​point de vue a trouvé un certain appui bien qu'il ne réponde pas à la question de l'étymologie. [26] [27] [28] [21] Il a également été proposé que Népa est une tige tibéto-birmane constituée de Ne (bovins) et Pennsylvanie (gardien), reflétant le fait que les premiers habitants de la vallée étaient Gopalas (vaches) et Mahispalas (troupeaux de buffles). [21] Suniti Kumar Chatterji croyait Népal originaire de racines tibéto-birmanes – Ne, de signification incertaine (car plusieurs possibilités existent), et pala ou bal, dont le sens est entièrement perdu. [29]

Népal antique

Il y a 55 000 ans, les premiers humains modernes étaient arrivés sur le sous-continent indien en provenance d'Afrique, où ils avaient déjà évolué. [30] [31] [32] Les premiers restes humains modernes connus en Asie du Sud datent d'environ 30 000 ans. [33] Les preuves archéologiques découvertes les plus anciennes d'établissements humains au Népal remontent à peu près à la même époque. [34]

Après 6 500 av. [35] Ceux-ci se sont graduellement développés dans la civilisation de vallée d'Indus, [36] [35] la première culture urbaine en Asie du Sud. [37] Des sites préhistoriques d'origine paléolithique, mésolithique et néolithique ont été découverts dans les collines Siwalik du district de Dang. [38] On pense que les premiers habitants du Népal moderne et des régions avoisinantes sont des gens de la civilisation de la vallée de l'Indus. Il est possible que le peuple dravidien dont l'histoire est antérieure au début de l'âge du bronze dans le sous-continent indien (vers 6300 av. [39] Vers 4000 avant JC, le peuple tibéto-birman avait atteint le Népal soit directement à travers l'Himalaya depuis le Tibet, soit via le Myanmar et le nord-est de l'Inde ou les deux. [40] Une autre possibilité pour les premiers peuples à avoir habité le Népal est le peuple Kusunda. Selon Hogdson (1847), les premiers habitants du Népal étaient peut-être le peuple Kusunda, probablement d'origine proto-australoïde. [41] Stella Kramrisch (1964) mentionne un substratum d'une race de pré-Dravidiens et de Dravidiens, qui étaient au Népal avant même les Newars, qui formaient la majorité des anciens habitants de la vallée de Katmandou. [42]

À la fin de la période védique, le Népal était mentionné dans divers textes hindous, tels que la fin de la période védique Atharvaveda Pariśiṣṭa et dans le post-védique Atharvashirsha Upanishad. [43] Les Gopal Bansa étaient la plus ancienne dynastie à être mentionnée dans divers textes comme les premiers dirigeants du royaume de l'Himalaya central connu sous le nom de « Népal ». [44] Les Gopalas ont été suivis par les Kiratas qui ont régné pendant plus de 16 siècles selon certains récits. [45] Selon le Mahabharata, le roi Kirata d'alors est allé prendre part à la bataille de Kurukshetra. Dans la région sud-est, Janakpurdham était la capitale du royaume prospère de Videha ou Mithila, qui s'étendait jusqu'au Gange et abritait le roi Janaka et sa fille, Sita.

Vers 600 avant JC, de petits royaumes et des confédérations de clans sont apparus dans les régions du sud du Népal. De l'un d'eux, le régime Shakya, est né un prince qui a ensuite renoncé à son statut pour mener une vie ascétique, a fondé le bouddhisme et est devenu connu sous le nom de Gautama Buddha (traditionnellement daté de 563-483 av. [46] Le Népal s'est établi comme terre de spiritualité et de refuge au cours des siècles intermédiaires, a joué un rôle important dans la transmission du bouddhisme en Asie de l'Est via le Tibet, [47] et a aidé à préserver les manuscrits hindous et bouddhistes.

En 250 avant JC, les régions du sud étaient sous l'influence de l'empire Maurya. L'empereur Ashoka a fait un pèlerinage à Lumbini et a érigé un pilier sur le lieu de naissance de Bouddha, les inscriptions sur lesquelles marquent le point de départ d'une histoire correctement enregistrée du Népal. [48] ​​Ashoka a également visité la vallée de Katmandou et construit des monuments commémorant la visite de Gautam Bouddha là-bas. Au 4ème siècle après JC, une grande partie du Népal était sous l'influence de l'empire Gupta. [d] [49]

En 641, Songtsen Gampo de l'Empire tibétain renvoie Narendradeva à Licchavi avec une armée et soumet le Népal. Certaines parties du Népal et de Licchavi furent plus tard sous l'influence directe de l'empire tibétain. [51]

La dynastie Licchavi est entrée en déclin à la fin du 8ème siècle et a été suivie par une règle Thakuri. Les rois Thakuri ont régné sur le pays jusqu'au milieu du 11ème siècle après JC, on ne sait pas grand-chose de cette période qui est souvent appelée la période sombre. [52]

Népal médiéval

Au 11ème siècle, un puissant empire du peuple Khas a émergé dans l'ouest du Népal dont le territoire à son plus haut sommet comprenait une grande partie du Népal occidental ainsi que des parties du Tibet occidental et de l'Uttarakhand en Inde. Au 14ème siècle, l'empire s'était scindé en vaguement associés Baise rajyas, littéralement 22 états comme ils ont été comptés. La riche culture et la langue du peuple Khas se sont répandues dans tout le Népal et jusqu'en Indochine dans les siècles qui ont suivi, leur langue, rebaptisée plus tard la langue népalaise, est devenue la lingua franca du Népal ainsi que d'une grande partie du nord-est de l'Inde. [47]

Au sud-est du Népal, Simraungarh a annexé Mithila vers 1100 après JC, et Tirhut unifié s'est tenu comme un royaume puissant pendant plus de 200 ans, [53] régnant même sur Katmandou pendant un certain temps. [54] Après 300 autres années de domination musulmane, Tirhut passa sous le contrôle des Sens de Makawanpur. [53] Dans les collines orientales, une confédération de principautés de Kirat a régné sur la région entre Katmandou et le Bengale.

Dans la vallée de Katmandou, les Mallas, qui font plusieurs apparitions dans l'histoire népalaise depuis l'Antiquité, s'étaient installés à Katmandou et Patan dès le milieu du XIVe siècle. Les Mallas ont d'abord régné sur la vallée sous la suzeraineté de Tirhut, mais ont établi un règne indépendant à la fin du 14ème siècle alors que Tirhut déclinait. À la fin du 14ème siècle, Jayasthiti Malla a introduit des réformes socio-économiques généralisées, dont le principal était le système des castes. En divisant la population bouddhiste autochtone non aryenne en castes inspirées du système des quatre Varna de l'hindouisme, il a fourni un modèle influent pour la sanskritisation et l'hindouisation des populations tribales autochtones non hindoues dans toutes les principautés du Népal. Au milieu du XVe siècle, Katmandou était devenue un puissant empire qui, selon Kirkpatrick, s'étendait de Digarchi ou Sigatse au Tibet à Tirhut et Gaya en Inde. [55] À la fin du XVe siècle, les princes Malla divisèrent leur royaume en quatre – Katmandou, Patan et Bhaktapur dans la vallée et Banepa à l'est. La compétition pour le prestige entre ces royaumes frères a vu l'épanouissement de l'art et de l'architecture dans le centre du Népal, et la construction des célèbres places Katmandou, Patan et Bhaktapur Durbar, leur division et leur méfiance ont conduit à leur chute à la fin du XVIIIe siècle et, finalement, à l'unification. du Népal en un État moderne. [47] [56]

Mis à part un pillage destructeur de Katmandou au début du XIIIe siècle, le Népal reste largement épargné par l'invasion musulmane de l'Inde qui a commencé au XIe siècle. Cependant, la période moghole a vu un afflux d'hindous de haute caste de l'Inde au Népal. Ils se sont rapidement mêlés au peuple Khas et au XVIe siècle, il y avait environ 50 principautés dirigées par Rajput au Népal, y compris les 22 États (Baisi) et, à l'est dans le centre-ouest du Népal, 24 Chaubisi États. Il est apparu que le Népal restait le véritable bastion de l'hindouisme pur à une époque où la culture indienne avait été influencée par des siècles de moghol, puis par la domination britannique. Gorkha, l'un des États de Baisi, est devenu un royaume influent et ambitieux avec une réputation de justice, après avoir codifié les premières lois basées sur l'hindouisme dans les collines népalaises. [47]

Unification, expansion et consolidation (1768-1951)

Au milieu du XVIIIe siècle, Prithvi Narayan Shah, un roi Gorkha, entreprend de construire ce qui allait devenir le Népal actuel. Il s'embarqua dans sa mission en s'assurant la neutralité des royaumes montagnards limitrophes. Après plusieurs batailles et sièges sanglants, notamment la bataille de Kirtipur, il réussit à conquérir la vallée de Katmandou en 1769. [57]

Le contrôle de Gorkha a atteint son apogée lorsque les territoires du nord de l'Inde des royaumes Kumaon et Garhwal à l'ouest jusqu'au Sikkim à l'est sont passés sous contrôle népalais. Un différend avec le Tibet sur le contrôle des cols de montagne et des vallées intérieures de Tingri au Tibet a forcé l'empereur Qing de Chine à déclencher la guerre sino-népalaise, obligeant les Népalais à se retirer vers leurs propres frontières au nord. [58] La rivalité entre le Royaume du Népal et la Compagnie des Indes orientales sur le contrôle des États bordant le Népal a finalement conduit à la guerre anglo-népalaise (1815-1816). Au début, les Britanniques ont sous-estimé les Népalais et ont été solidement vaincus jusqu'à engager plus de ressources militaires qu'ils ne l'avaient prévu. Ainsi commença la réputation des Gurkhas en tant que soldats féroces et impitoyables. La guerre s'est terminée par le traité de Sugauli, en vertu duquel le Népal a cédé des terres récemment capturées. [59] [47]

Le factionnalisme au sein de la famille royale a conduit à une période d'instabilité. En 1846, un complot fut découvert révélant que la reine régnante avait prévu de renverser Jung Bahadur Kunwar, un chef militaire en plein essor. Cela a conduit au massacre de Kot. Des affrontements armés entre des militaires et des administrateurs fidèles à la reine ont conduit à l'exécution de plusieurs centaines de princes et de chefs à travers le pays. Bir Narsingh Kunwar a émergé victorieusement et a fondé la dynastie Rana, et est devenu connu sous le nom de Jung Bahadur Rana. Le roi a été fait une figure titulaire, et le poste de Premier ministre a été rendu puissant et héréditaire. Les Ranas étaient fermement pro-britanniques et les ont aidés pendant la rébellion indienne de 1857 (et plus tard dans les deux guerres mondiales). En 1860, certaines parties de la région occidentale du Teraï ont été offertes au Népal par les Britanniques en guise de geste amical en raison de son aide militaire pour maintenir le contrôle britannique en Inde pendant la rébellion (connue sous le nom de Naya Muluk, nouveau pays). En 1923, le Royaume-Uni et le Népal ont officiellement signé un accord d'amitié qui a remplacé le traité de Sugauli de 1816. [60]

La pratique hindoue de Sati, dans laquelle une veuve se sacrifiait dans le bûcher funéraire de son mari, a été interdite en 1919, et l'esclavage a été officiellement aboli en 1924. [61] La domination Rana a été marquée par la tyrannie, la débauche, l'exploitation économique et la persécution religieuse. . [62] [63]

Népal après 1951

Ère de transition (1951-1960)

Suite au succès du Mouvement pour l'indépendance de l'Inde auquel les militants népalais avaient participé, avec le soutien de l'Inde et la coopération du roi Tribhuvan, le Congrès népalais a réussi à renverser le régime Rana, établissant une démocratie parlementaire.

L'ère Panchayat (1960-1990)

Après une décennie de querelles de pouvoir entre le roi et le gouvernement, le roi Mahendra (gouverné de 1955 à 1972) a abandonné l'expérience démocratique en 1960 et un système Panchayat « sans parti » a été créé pour gouverner le Népal. Les partis politiques ont été interdits et les politiciens emprisonnés ou exilés. [64]

Guerre civile népalaise (1996-2006)

La règle Panchayat a modernisé le pays, en introduisant des réformes et en développant les infrastructures, mais a restreint les libertés et imposé une censure sévère. En 1990, le Mouvement populaire a forcé le roi Birendra (au pouvoir de 1972 à 2001) à accepter des réformes constitutionnelles et à établir une démocratie multipartite. [64] [65]

En 1996, le Parti maoïste a lancé une tentative violente de remplacer le système parlementaire royal par une république populaire. [64] Cela a conduit à la longue guerre civile népalaise et à plus de 16 000 morts. [66] Avec la mort du roi et du prince héritier lors d'un massacre au palais royal le 1er juin 2001, le frère du roi Birendra, Gyanendra, a hérité du trône en 2001 [64] et a ensuite assumé les pleins pouvoirs exécutifs visant à écraser l'insurrection maoïste. lui-même. [67]

République fédérale démocratique (2008-présent)

Le Parti maoïste a rejoint la politique dominante après le succès de la révolution démocratique pacifique de 2006 [68] Le Népal est devenu un État laïc, [69] et le 28 mai 2008, il a été déclaré république, [68] mettant fin à son statut séculaire de le seul royaume hindou au monde. [70] La nouvelle désignation du pays en tant que République fédérale démocratique du Népal a été soumise aux Nations Unies le 4 août 2008, [71] et plus tard confirmée par la constitution. [72] Après une décennie d'instabilité et de conflits internes qui ont vu deux élections à l'Assemblée constituante, la nouvelle constitution a été promulguée le 20 septembre 2015, faisant du Népal une république démocratique fédérale divisée en sept provinces. [73] [74]

En juin 2017, le chef du Congrès népalais Sher Bahadur Deuba a été élu 40e Premier ministre du Népal, succédant au Premier ministre et président du CPN (Centre maoïste) Pushpa Kamal Dahal. Deuba avait été auparavant Premier ministre de 1995 à 1997, de 2001 à 2002, et de 2004 à 2005. [75] En novembre 2017, le Népal a organisé ses premières élections générales depuis la fin de la guerre civile et l'abolition de la monarchie. Les principales alternatives étaient le Parti du Congrès népalais centriste et l'alliance des anciens rebelles maoïstes et du parti communiste UML. [76] L'alliance des communistes a remporté les élections et le leader de l'UML Khadga Prasad Sharma Oli a prêté serment en février 2018 en tant que nouveau Premier ministre. Il était auparavant Premier ministre depuis 2015 jusqu'en 2016. [77]

Le Népal est de forme à peu près trapézoïdale, d'environ 800 kilomètres (500 mi) de long et 200 kilomètres (120 mi) de large, avec une superficie de 147 516 km 2 (56 956 milles carrés). Il se situe entre les latitudes 26° et 31°N et les longitudes 80° et 89°E. Les processus géologiques déterminants du Népal ont commencé il y a 75 millions d'années lorsque la plaque indienne, qui faisait alors partie du supercontinent sud du Gondwana, a commencé une dérive vers le nord-est causée par le fond marin s'étendant vers le sud-ouest, puis vers le sud et le sud-est. [78] Simultanément, la vaste croûte océanique de Téthyn, à son nord-est, a commencé à s'enfoncer sous la plaque eurasienne. [78] Ces processus doubles, entraînés par la convection dans le manteau terrestre, ont tous deux créé l'océan Indien et causé la croûte continentale indienne finalement à sous-pousser l'Eurasie et à soulever l'Himalaya. [78] Les barrières montantes ont bloqué les chemins des rivières créant de grands lacs, qui n'ont traversé qu'il y a 100 000 ans, créant des vallées fertiles dans les collines moyennes comme la vallée de Katmandou. Dans la région occidentale, des rivières trop fortes pour être entravées ont creusé certaines des gorges les plus profondes du monde. [79] Immédiatement au sud de l'Himalaya émergent, le mouvement des plaques a créé un vaste creux qui s'est rapidement rempli de sédiments transportés par la rivière [80] et constitue maintenant la plaine indo-gangétique. [81] Le Népal se situe presque entièrement dans cette zone de collision, occupant le secteur central de l'arc himalayen, près d'un tiers des 2 400 km (1 500 mi) de long de l'Himalaya, [82] [83] [84] [85] [ 86] [87] avec une petite bande du Népal le plus au sud qui s'étend jusqu'à la plaine indo-gangétique et deux districts au nord-ouest qui s'étendent jusqu'au plateau tibétain. [79]

Le Népal est divisé en trois ceintures physiographiques principales connues sous le nom de Himal-Pahad-Teraï. [e] Himal est la région montagneuse contenant de la neige et située dans la grande chaîne himalayenne, elle constitue la partie nord du Népal. Il contient les plus hautes altitudes du monde, dont 8 848,86 mètres (29 032 pieds) de hauteur, le mont Everest (Sagarmatha en népalais) à la frontière avec la Chine. Sept autres « huit mille » du monde se trouvent au Népal ou à sa frontière avec le Tibet : Lhotse, Makalu, Cho Oyu, Kangchenjunga, Dhaulagiri, Annapurna et Manaslu. Pahad est la région montagneuse qui ne contient généralement pas de neige. Les montagnes varient de 800 à 4 000 mètres (2 600 à 13 100 pieds) d'altitude, avec une progression des climats subtropicaux inférieurs à 1 200 mètres (3 900 pieds) aux climats alpins supérieurs à 3 600 mètres (11 800 pieds). La chaîne inférieure de l'Himalaya, atteignant 1 500 à 3 000 mètres (4 900 à 9 800 pieds), est la limite sud de cette région, avec des vallées fluviales subtropicales et des « collines » alternant au nord de cette chaîne. La densité de population est élevée dans les vallées mais nettement moins au-dessus de 2 000 mètres (6 600 pieds) et très faible au-dessus de 2 500 mètres (8 200 pieds), où la neige tombe occasionnellement en hiver. Les plaines du sud ou Teraï limitrophes de l'Inde font partie de la bordure nord de la plaine indo-gangétique. Le Terai est la région des basses terres contenant quelques chaînes de collines. Les plaines ont été formées et sont alimentées par trois grands fleuves himalayens : le Koshi, le Narayani et le Karnali ainsi que par des rivières plus petites s'élevant sous la limite des neiges permanente. Cette région a un climat subtropical à tropical. La chaîne la plus éloignée des contreforts appelée Sivalik Hills ou Churia Range, culminant à 700 à 1 000 mètres (2 300 à 3 280 pi), marque les limites de la plaine du Gange mais de larges vallées basses appelées vallées du Terai intérieure (Bhitri Tarai Upatyaka) se trouvent au nord de ces contreforts à plusieurs endroits.

La plaque indienne continue de se déplacer vers le nord par rapport à l'Asie à environ 50 mm (2,0 po) par an. [88] Cela fait du Népal une zone sujette aux tremblements de terre, et les tremblements de terre périodiques qui ont des conséquences dévastatrices présentent un obstacle important au développement. L'érosion de l'Himalaya est une source très importante de sédiments, qui se jette dans l'océan Indien. [89] Saptakoshi, en particulier, transporte une énorme quantité de limon hors du Népal, mais voit une chute extrême du gradient au Bihar, provoquant de graves inondations et des changements de cap, et est donc connu comme le chagrin du Bihar. De graves inondations et glissements de terrain provoquent des décès et des maladies, détruisent les terres agricoles et paralysent les infrastructures de transport du pays, pendant la mousson chaque année.

Le Népal a cinq zones climatiques, correspondant globalement aux altitudes. Les zones tropicales et subtropicales se situent en dessous de 1 200 mètres (3 900 pieds), la zone tempérée de 1 200 à 2 400 mètres (3 900 à 7 900 pieds), la zone froide de 2 400 à 3 600 mètres (7 900 à 11 800 pieds), la zone subarctique de 3 600 à 4 400 mètres ( 11 800 à 14 400 pieds) et la zone arctique au-dessus de 4 400 mètres (14 400 pieds). Le Népal connaît cinq saisons : été, mousson, automne, hiver et printemps. L'Himalaya bloque les vents froids d'Asie centrale en hiver et forme les limites nord des vents de mousson.

Le Népal contient une diversité disproportionnée de plantes et d'animaux, par rapport à sa taille. [91] [92] Le Népal, dans son intégralité, forme la partie occidentale du point chaud de la biodiversité de l'Himalaya oriental, avec une diversité bioculturelle notable. [93] Les différences dramatiques d'altitude trouvées au Népal (60 m du niveau de la mer dans les plaines du Terai, à 8 848 m du mont Everest) [94] se traduisent par une variété de biomes. [91] La moitié orientale du Népal est plus riche en biodiversité car elle reçoit plus de pluie, par rapport aux parties occidentales, où les conditions de type désertique arctique sont plus courantes à des altitudes plus élevées. [92] Le Népal est un habitat pour 4,0% de toutes les espèces de mammifères, 8,9% des espèces d'oiseaux, 1,0% des espèces de reptiles, 2,5% des espèces d'amphibiens, 1,9% des espèces de poissons, 3,7% des espèces de papillons, 0,5% des espèces de papillons nocturnes et 0,4% des espèces d'araignées. [92] Dans ses 35 types de forêts et 118 écosystèmes, [91] [f] Le Népal abrite 2% des espèces de plantes à fleurs, 3% de ptéridophytes et 6% de bryophytes. [92]

La couverture forestière du Népal est de 59 624 km 2 (23 021 milles carrés), 40,36 % de la superficie totale du pays, avec 4,38 % supplémentaires de garrigue, pour une superficie forestière totale de 44,74 %, soit une augmentation de 5 % depuis le début du millénaire . [95] Le pays avait un score moyen de l'indice d'intégrité du paysage forestier en 2019 de 7,23/10, le classant au 45e rang mondial sur 172 pays. [96] Dans les plaines du sud, l'écorégion de la savane et des prairies du Terai-Duar contient certaines des herbes les plus hautes du monde ainsi que Sal les forêts tropicales sempervirentes et les forêts tropicales à feuilles caduques riveraines. [97] Dans les collines inférieures (700 m – 2 000 m), forêts mixtes décidues subtropicales et tempérées contenant principalement du SAl (dans les basses altitudes), Chilaune et Katus, ainsi que la forêt de pins subtropicale dominée par le pin chir sont communs. Les collines moyennes (2 000 m – 3 000 m) sont dominées par le Chêne et le Rhododendron. Les forêts de conifères subalpines couvrent une étendue de 3 000 m à 3 500 m, dominée par le chêne (en particulier à l'ouest), le sapin de l'Himalaya oriental, le pin de l'Himalaya et la pruche de l'Himalaya. Le rhododendron est également courant. Au-dessus de 3 500 m à l'ouest et 4 000 m à l'est, les conifères cèdent la place aux buissons et prairies alpins dominés par les Rhododendrons. [92]

Parmi les arbres remarquables, se trouvent les astringents Azadirachta indica, ou neem, qui est largement utilisé en phytothérapie traditionnelle, [98] et la luxuriante Ficus religiosa, ou voyeur, [99] qui est affiché sur les anciens sceaux de Mohenjo-daro, [100] et sous lequel Gautam Bouddha est enregistré dans le canon Pali pour avoir recherché l'illumination. [101]

La plupart des forêts de feuillus subtropicales sempervirentes de la région inférieure de l'Himalaya descendent de la flore tertiaire téthysienne. [102] Alors que la plaque indienne est entrée en collision avec l'Eurasie en formant et en élevant l'Himalaya, la flore méditerranéenne aride et semi-aride a été poussée et adaptée au climat plus alpin au cours des 40 à 50 millions d'années suivantes. [102] [103] Le point chaud de la biodiversité de l'Himalaya était le site d'échanges de masse et de mélange des espèces indiennes et eurasiennes dans le néogene. [104] Une espèce de mammifère (souris des champs de l'Himalaya), deux espèces d'oiseaux et de reptiles, neuf espèces d'amphibiens, huit poissons et 29 espèces de papillons sont endémiques au Népal. [92] [g]

Le Népal compte 107 espèces menacées désignées par l'UICN, dont 88 espèces animales, 18 espèces végétales et une espèce du groupe « champignons ou protistes ». [107] Ceux-ci incluent le tigre du Bengale en voie de disparition, le panda roux, l'éléphant d'Asie, le cerf porte-musc de l'Himalaya, le buffle d'eau sauvage et le dauphin de rivière d'Asie du Sud, [108] ainsi que le gavial en danger critique d'extinction, le florican du Bengale, [108] 91] [109] et le Vautour à croupion blanc, qui a presque disparu après avoir ingéré la charogne de bétail traité au diclofénac. [110] L'empiètement humain omniprésent et dévastateur sur le plan écologique des dernières décennies a gravement mis en danger la faune népalaise. En réponse, le système de parcs nationaux et d'aires protégées, créé pour la première fois en 1973 avec la promulgation de Loi de 1973 sur les parcs nationaux et la conservation de la faune, [111] a été considérablement élargi. Restaurants de vautours [92] couplée à l'interdiction de l'usage vétérinaire du diclofénac a entraîné une augmentation du nombre de vautours à croupion blanc. [112] [110] Le programme de foresterie communautaire qui a vu un tiers de la population du pays participer directement à la gestion d'un quart de la superficie forestière totale a aidé les économies locales tout en réduisant les conflits entre l'homme et la faune. [113] [114] Les programmes d'élevage [115] couplés à des patrouilles militaires assistées par la communauté, [116] et à une répression du braconnage et de la contrebande, ont vu le braconnage de tigres et d'éléphants en danger critique d'extinction ainsi que de rhinocéros vulnérables, entre autres, disparaître jusqu'à zéro, et leur nombre n'a cessé d'augmenter. [117] Le Népal compte dix parcs nationaux, trois réserves fauniques, une réserve de chasse, trois zones de conservation et onze zones tampons, couvrant une superficie totale de 28 959,67 km 2 (11 181,39 milles carrés), soit 19,67 % de la superficie totale des terres, [118 ] tandis que dix zones humides sont enregistrées au titre de la Convention de Ramsar. [119]

Politique

Le Népal est une république parlementaire avec un système multipartite. [120] Il compte trois partis politiques reconnus au parlement fédéral : le Parti communiste népalais (NCP), le Congrès népalais (NC), [120] et le Parti Janata Samajbadi, Népal (JSPN). [120] Des deux grands partis qui tous les deux épousent officiellement le socialisme démocratique, le NCP est considéré comme gauchiste tandis que le Congrès népalais est considéré comme centriste. [121] Pendant la plupart des brèves périodes d'exercice démocratique des années 1950 et 1990, le Congrès népalais détenait la majorité des sièges au parlement Le CPN (UML) était son concurrent dans les années 1990. [122] Après que les maoïstes sont entrés dans le processus politique en 2006, ils sont devenus le troisième plus grand parti. [123] Au lendemain des élections de 2017, le premier selon la nouvelle constitution, le NCP, issu de la fusion du CPN (UML) et du CPN (Centre maoïste) est devenu le parti au pouvoir au niveau fédéral et dans six de sept provinces. [124] La coalition Madhesi, comprenant le Parti Samajbadi, Népal et le Parti Rastriya Janata, Népal, qui ont ensuite fusionné pour former JSPN, a formé le gouvernement provincial dans la province n° 2, bien qu'elle ait une présence négligeable dans le reste du pays. [125] [126] [127] Bien que le Congrès népalais ait une représentation considérablement réduite, c'est la seule opposition majeure au parti communiste au pouvoir à tous les niveaux de gouvernement. [128]

Dans les années 1930, un mouvement politique clandestin dynamique est né dans la capitale, donnant naissance au Népal Praja Parishad en 1936, [129] qui a été dissous sept ans plus tard, suite à l'exécution des quatre grands martyrs. À peu près à la même époque, les Népalais impliqués dans le mouvement d'indépendance de l'Inde ont commencé à s'organiser en partis politiques, ce qui a conduit à la naissance du Congrès népalais et du Parti communiste du Népal. [130] Alors que le communisme tentait de trouver sa place, le Congrès népalais a réussi à renverser le régime de Rana en 1951 et a bénéficié du soutien écrasant de l'électorat. [131] Dans le système Panchayat sans parti initié en 1962 par le roi Mahendra, les loyalistes de la monarchie se sont relayés à la tête du gouvernement, les dirigeants politiques restés dans la clandestinité, en exil ou en prison. [129] Une insurrection communiste a été écrasée dans son berceau dans les années 1970, ce qui a conduit à la fusion éventuelle de factions communistes jusque-là dispersées sous le Front uni de gauche.

Après que la résistance civile conjointe lancée par le Front uni de gauche et le Congrès népalais ait renversé le Panchayat en 1990, [131] [132] le Front est devenu le CPN (UML), a adopté la démocratie multipartite, et dans la brève période, il était au gouvernement , a introduit des programmes d'aide sociale qui restent populaires. [122] Après que le Parti maoïste ait rejoint la politique dominante, au lendemain de la révolution pacifique de 2006, il a également adopté la démocratie multipartite comme ligne officielle. La période de transition entre 2006 et 2015 a vu des protestations soutenues de la part des mouvements nationalistes ethnocentriques nouvellement formés, dont le principal est le Mouvement Madhes. Le RJPN et le SPN prônant l'égalité des droits et l'autonomie gouvernementale pour le peuple Madhesi sont devenus des partis politiques majeurs dans le Teraï, dans la province n°2 en particulier. [123] [133] [134] [135]

Gouvernement

Le Népal est gouverné selon la Constitution du Népal. Il définit le Népal comme ayant des caractéristiques multiethniques, multilingues, multireligieuses et multiculturelles avec des aspirations communes de personnes vivant dans diverses régions géographiques, et étant engagé et unis par un lien d'allégeance à l'indépendance nationale, l'intégrité territoriale , l'intérêt national et la prospérité du Népal. [3]

    : La forme de gouvernance est un système parlementaire républicain démocratique fédéral multipartite, compétitif, basé sur la pluralité. Le président nomme le chef du parti parlementaire du parti politique majoritaire à la Chambre des représentants comme Premier ministre, qui forme le Conseil des ministres qui exerce le pouvoir exécutif. : L'Assemblée législative du Népal, appelée Parlement fédéral, se compose de la Chambre des représentants et de l'Assemblée nationale. La Chambre des représentants se compose de 275 membres élus selon un système électoral mixte et a un mandat de cinq ans. L'Assemblée nationale, composée de 59 membres élus par les collèges électoraux provinciaux, est une chambre permanente dont un tiers de ses membres sont élus tous les deux ans pour un mandat de six ans. [136] : Le Népal a un système judiciaire indépendant unitaire à trois niveaux qui comprend la Cour suprême, la plus haute juridiction du pays, dirigée par le juge en chef, sept Hautes Cours, une dans chaque province, la plus haute juridiction au niveau provincial, et 77 tribunaux de district, un dans chaque district. Les conseils municipaux peuvent convoquer des organes judiciaires locaux pour résoudre les différends et rendre des verdicts non contraignants dans les affaires n'impliquant pas de délit passible de poursuites. Les actions et procédures des organes judiciaires locaux peuvent être guidées et annulées par les tribunaux de district. [3]

Divisions administratives

Province Capitale Gouverneur Ministre en chef Les quartiers Zone
(km 2 )
Population
(2011)
Densité
(personnes/km 2 )
Indice de développement humain Carte
Province n° 1 Biratnagar Somnath Adhikari Sher Dhan Rai 14 25 905 km2 4,534,943 175 0.553
Province n°2 Janakpur Rajesh Jha Mohammad Lalbabu Raut 8 9 661 km 2 5,404,145 559 0.485
Province de Bagmati Hetauda Bishnu Prasad Prasain Dormani Poudel 13 20 300 km2 5,529,452 272 0.560
Province de Gandaki Pokhara Amik Sherchan Prithvi Subba Gurung 11 21 504 km2 2,403,757 112 0.567
Province de Lumbini Deukhuri Dharmanath Yadav Shankar Pokharel 12 22 288 km2 4,499,272 219 0.519
Province de Karnali Birendranagar Govinda Prasad Kalauni Mahendra Bahadur Shahi 10 27 984 km2 1,570,418 41 0.469
Province de Sudurpashchim Godawari Sharmila Kumari Panta Trilochan Bhatta 9 19 915 km2 2,552,517 130 0.478
Népal Katmandou Président
Bidhya Devi Bhandari
premier ministre
Khadga Prasad Sharma Oli
77 147 557 km 2 26,494,504 180 0.579

Le Népal est une république fédérale comprenant 7 provinces. Chaque province est composée de 8 à 14 districts. Les districts, à leur tour, comprennent des unités locales appelées municipalités urbaines et rurales. [3] Il y a un total de 753 unités locales qui comprennent 6 municipalités métropolitaines, 11 municipalités sub-métropolitaines et 276 municipalités pour un total de 293 municipalités urbaines et 460 municipalités rurales. [137] Chaque unité locale est composée de quartiers. Il y a 6 743 quartiers au total.

Les collectivités locales jouissent de pouvoirs exécutifs et législatifs ainsi que de pouvoirs judiciaires limités dans leur juridiction locale. Les provinces ont un système de gouvernance parlementaire monocaméral de type Westminster. Les gouvernements locaux et provinciaux exercent certains pouvoirs absolus et certains pouvoirs partagés avec le gouvernement provincial et/ou fédéral. Le comité de coordination de district, un comité composé de tous les élus des gouvernements locaux du district, a un rôle très limité. [3] [137]

Les plus grandes villes

Lois et application de la loi

La Constitution du Népal est la loi suprême du pays, et toute autre loi la contredisant est automatiquement invalide dans la mesure de la contradiction. [138] Les dispositions légales spécifiques sont codifiées dans le Code civil et le Code pénal, accompagnés respectivement du Code de procédure civile et du Code de procédure pénale. [139] La Cour suprême est la plus haute autorité dans l'interprétation des lois et elle peut ordonner au parlement de modifier ou d'adopter de nouvelles lois selon les besoins.Les lois népalaises sont généralement considérées comme plus progressistes que celles d'autres pays en développement et, dans certains cas, de nombreux pays développés. La peine de mort a été abolie. [140] Le Népal a également fait des progrès en matière de droits des LGBT et d'égalité des sexes. Il reconnaît le viol conjugal et soutient les droits à l'avortement. Cependant, en raison de l'augmentation de l'avortement sélectif en fonction du sexe, des contraintes ont été introduites. Le Népal est signataire de la Convention de Genève, des conventions/traités sur l'interdiction des armes biologiques, chimiques et nucléaires [141], des conventions fondamentales de l'Organisation internationale du travail, du traité sur la non-prolifération des armes nucléaires et de l'accord de Paris sur le climat. Certaines dispositions légales, guidées par des sensibilités socio-économiques, culturelles et religieuses, restent discriminatoires. Il existe une discrimination fondée sur le sexe à l'encontre des ressortissants étrangers mariés à des citoyens népalais. [h] La lignée paternelle d'une personne est valorisée et exigée dans les documents juridiques. De nombreuses lois restent inappliquées dans la pratique.

La police népalaise est le principal organisme d'application de la loi. Il s'agit d'un organisme indépendant placé sous le commandement de l'Inspecteur général, qui est nommé par le ministère de l'Intérieur et lui rend compte. En plus du maintien de l'ordre public, il est responsable de la gestion du trafic routier, qui est assurée par la police de la circulation du Népal. La Force de police armée népalaise, une organisation de police paramilitaire distincte, travaille en coopération avec la police népalaise pour les questions de sécurité courantes. Le Département des enquêtes criminelles de la police népalaise est spécialisé dans les enquêtes criminelles et les analyses médico-légales. [143] [144] [145] [146] [147] La ​​Commission d'enquête sur les abus de pouvoir est un organisme d'enquête indépendant qui enquête et poursuit les affaires liées à la corruption, aux pots-de-vin et aux abus de pouvoir. À 2,16 pour 100 000 en 2016, le taux d'homicides volontaires au Népal est bien inférieur à la moyenne des données policières qui indiquent une augmentation constante du taux de criminalité ces dernières années. [148] Le Népal était classé 76e sur 163 pays dans l'indice mondial de la paix (GPI) en 2019. [149]

Relations étrangères

Le Népal dépend de la diplomatie pour sa défense nationale. Il maintient une politique de neutralité entre ses voisins, entretient des relations amicales avec les autres pays de la région et mène une politique de non-alignement sur la scène mondiale. Le Népal est membre de la SAARC, de l'ONU, de l'OMC, du BIMSTEC et de l'ACD, entre autres. Il a des relations diplomatiques bilatérales avec 167 pays et l'UE, [150] a des ambassades dans 30 pays [151] et six consulats, [152] tandis que 25 pays ont des ambassades au Népal et plus de 80 autres ont des missions diplomatiques non résidentielles. [153] Le Népal est l'un des principaux contributeurs aux missions de maintien de la paix de l'ONU, ayant affecté plus de 119 000 personnes à 42 missions depuis 1958. [154] Les Népalais ont une réputation d'honnêteté, de loyauté et de bravoure, ce qui les a amenés à servir comme guerriers Gurkha légendaires dans les armées indiennes et britanniques au cours des 200 dernières années, ayant servi dans les deux guerres mondiales, les guerres indo-pakistanaises ainsi qu'en Afghanistan et en Irak, [155] bien que le Népal n'ait été directement impliqué dans aucun de ces conflits, et a remporté les plus hautes distinctions militaires, dont la Croix de Victoria et le Param Vir Chakra. [156]

Le Népal poursuit une politique de « relations équilibrées » avec les deux géants voisins immédiats, l'Inde et la Chine [157] [158] le traité de paix et d'amitié avec l'Inde de 1950 prévoit une relation beaucoup plus étroite. [159] Le Népal et l'Inde partagent une frontière ouverte avec la libre circulation des personnes, des liens religieux, culturels et conjugaux. L'Inde est le plus grand partenaire commercial du Népal, dont il dépend pour l'ensemble de son pétrole et de son gaz, ainsi que pour un certain nombre de biens essentiels. Les Népalais peuvent posséder des biens en Inde, tandis que les Indiens sont libres de vivre et de travailler au Népal. [160] Les relations entre l'Inde et le Népal, bien que très étroites, sont « soumises à des difficultés liées à la géographie, à l'économie, aux problèmes inhérents aux relations grandes puissances-petites puissances et aux identités ethniques, linguistiques et culturelles communes qui chevauchent les frontières des deux pays. ". [161] Le Népal a établi des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine le 1er août 1955 et a signé le Traité de paix et d'amitié en 1960. Depuis, les relations reposent sur les cinq principes de la coexistence pacifique. Le Népal maintient la neutralité dans les conflits entre la Chine et l'Inde. Il reste fermement attaché à la politique d'une seule Chine et est connu pour freiner les activités anti-chinoises des réfugiés tibétains au Népal. [162] [163] Les citoyens des deux pays peuvent traverser la frontière et parcourir jusqu'à 30 km sans visa. [164] La Chine est perçue favorablement au Népal en raison de l'absence de différends frontaliers ou d'ingérence sérieuse dans la politique intérieure, associée à son aide au développement des infrastructures et à son aide en cas d'urgence. La faveur a augmenté depuis que la Chine a aidé le Népal lors du blocus économique de 2015 imposé par l'Inde. . [165] Par la suite, la Chine a accordé au Népal l'accès à ses ports pour le commerce avec des pays tiers, et le Népal a rejoint l'initiative "la Ceinture et la Route" de la Chine. [166]

Le Népal met l'accent sur une plus grande coopération en Asie du Sud et a activement encouragé la création de la SAARC, l'Association sud-asiatique de coopération régionale, dont le secrétariat permanent est hébergé à Katmandou. [167] Le Népal a été l'un des premiers pays à reconnaître un Bangladesh indépendant, et les deux pays cherchent à renforcer leur coopération, sur le commerce et la gestion de l'eau. commerce du pays. [168] Le Népal a été le premier pays d'Asie du Sud à établir des relations diplomatiques avec Israël, et les pays entretiennent des relations solides [169] il reconnaît les droits des Palestiniens, ayant voté en faveur de sa reconnaissance à l'ONU et contre la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël. [170] Les pays avec lesquels le Népal entretient des relations étroites comprennent les donateurs et partenaires de développement les plus généreux : les États-Unis, le Royaume-Uni, le Danemark, le Japon et la Norvège, entre autres. [171]

Militaire et renseignement

Le président est le commandant suprême de l'armée népalaise, sa gestion courante est assurée par le ministère de la Défense. Les dépenses militaires pour 2018 s'élevaient à 398,5 millions de dollars [172], soit environ 1,4 % du PIB. [173] Une force d'infanterie presque exclusivement terrestre, l'armée népalaise compte moins de cent mille [174] [175] [176] le recrutement est volontaire. [177] Elle possède peu d'avions, principalement des hélicoptères, principalement utilisés pour le transport, la patrouille et la recherche et le sauvetage. [178] La Direction du renseignement militaire de l'armée népalaise sert d'agence de renseignement militaire. [179] Le Département national d'enquête chargé de la collecte de renseignements nationaux et internationaux est indépendant. [174] L'armée népalaise est principalement utilisée pour la sécurité de routine des biens essentiels, une patrouille anti-braconnage des parcs nationaux, la contre-insurrection et la recherche et le sauvetage lors de catastrophes naturelles [180] elle entreprend également de grands projets de construction. [181] Il n'y a pas de politiques discriminatoires en matière de recrutement dans l'armée, mais celle-ci est dominée par des hommes issus de l'élite des castes de guerriers Pahari. [182] [183]

Le produit intérieur brut (PIB) du Népal pour 2018 était estimé à 28,8 milliards de dollars. [184] Avec un taux de croissance annuel calculé à 6,3 % en 2018, [185] et qui devrait atteindre 7,1 % en 2019, [186] Le Népal est l'une des économies à la croissance la plus rapide au monde. Cependant, le pays se classe au 165e rang mondial [i] en PIB nominal par habitant [187] et au 162e [j] en PIB par habitant en PPA. [188] Le Népal est Membre de l'OMC depuis le 23 avril 2004. [189]

La main-d'œuvre népalaise de 16,8 millions de travailleurs est la 37e plus grande au monde. [190] Le secteur primaire représente 27,59 % du PIB, le secteur secondaire 14,6 % et le secteur tertiaire 57,81 %. [191] Les envois de devises du Népal, d'un montant de 8,1 milliards de dollars américains en 2018, le 19e au monde et représentant 28,0 % du PIB, [192] ont été apportés à son économie par des millions de travailleurs principalement en Inde, au Moyen-Orient et en Asie de l'Est, presque tous sont des ouvriers non qualifiés. [193] [194] Les principaux produits agricoles comprennent les céréales (orge, maïs, millet, paddy et blé), les graines oléagineuses, les pommes de terre, les légumineuses, la canne à sucre, le jute, le tabac, le lait et la viande de buffle. [195] [196] Les principales industries comprennent le tourisme, les tapis, les textiles, les cigarettes, le ciment, la brique, ainsi que les petites usines de riz, de jute, de sucre et d'oléagineux. [195] Le commerce international du Népal s'est considérablement développé en 1951 avec l'instauration de la démocratie, la libéralisation a commencé en 1985 et s'est accélérée après 1990. Au cours de l'exercice 2016/17, le commerce extérieur du Népal s'élevait à 1 06 000 milliards de roupies, soit vingt-trois fois plus que Rs. 45,6 milliards en 1990/91. Plus de 60 % des échanges du Népal se font avec l'Inde. Les principales exportations comprennent le prêt-à-porter, les tapis, les légumineuses, l'artisanat, le cuir, les herbes médicinales et les produits en papier, qui représentent 90 % du total. Les principales importations comprennent divers produits finis et semi-finis, des matières premières, des machines et des équipements, des engrais chimiques, des appareils électriques et électroniques, des produits pétroliers, de l'or et des vêtements prêts à l'emploi. [197] L'inflation était de 4,5 % en 2019. [186] Les réserves de change s'élevaient à 9,5 milliards de dollars EU en juillet 2019, soit l'équivalent de 7,8 mois d'importations. [186]

Le Népal a fait des progrès significatifs dans la réduction de la pauvreté, faisant passer la population en dessous du seuil de pauvreté international (1,90 USD par personne et par jour) de 15 % en 2010 à seulement 9,3 % en 2018, bien que la vulnérabilité reste extrêmement élevée, avec près de 32 % de la population vivant entre 1,90 $ US et 3,20 $ US par personne et par jour. [186] Le Népal a fait des progrès dans des secteurs comme la nutrition, la mortalité infantile, l'électricité, l'amélioration des revêtements de sol et des actifs. Selon la tendance actuelle, le Népal devrait éradiquer la pauvreté d'ici 20 ans. [198] [199] Le secteur agricole est particulièrement vulnérable car il dépend fortement des pluies de mousson, avec seulement 28% des terres arables irriguées, à partir de 2014 [mise à jour] . [200] L'agriculture emploie 76 % de la population active, les services 18 % et l'industrie manufacturière et artisanale 6 %. [201] L'investissement privé, la consommation, le tourisme et l'agriculture sont les principaux contributeurs à la croissance économique. [186]

Le budget du gouvernement est d'environ 13,71 milliards de dollars (exercice 2019/20) [202], les dépenses du budget de développement des infrastructures, dont la plupart sont financées par l'aide étrangère, ne parviennent généralement pas à atteindre l'objectif. [203] Le pays reçoit une aide étrangère du Royaume-Uni, [204] [205] l'Inde, le Japon, les États-Unis, l'UE, la Chine, la Suisse et les pays scandinaves. La roupie népalaise est liée à la roupie indienne à un taux de change de 1,6 depuis de nombreuses années. Le revenu par habitant est de 1 004 $. [206] La répartition de la richesse parmi les Népalais est conforme à celle de nombreux pays développés et en développement : les 10 % des ménages les plus élevés contrôlent 39,1 % de la richesse nationale et les 10 % les plus faibles n'en contrôlent que 2,6 %. L'Union européenne (UE) (46,13 %), les États-Unis (17,4 %) et l'Allemagne (7,1 %) sont ses principaux partenaires à l'exportation, ils achètent principalement des vêtements de confection népalais (RMG). [207] Les partenaires d'importation du Népal sont l'Inde (47,5 %), les Émirats arabes unis (11,2 %), la Chine (10,7 %), l'Arabie saoudite (4,9 %) et Singapour (4 %).

En plus d'avoir une géographie enclavée et accidentée, peu de ressources naturelles tangibles et des infrastructures médiocres, le gouvernement inefficace de l'après 1950 et la longue guerre civile sont également des facteurs de retard de croissance économique et de développement du pays. [208] [209] [210] La servitude pour dettes impliquant même les enfants des débiteurs a été un problème social persistant dans les collines de l'ouest et le Teraï, avec environ 234 600 personnes ou 0,82 % de la population considérées comme esclaves, par le Global Slavery Index. en 2016. [211]

Tourisme

Le tourisme est l'une des industries les plus importantes et à la croissance la plus rapide au Népal, employant plus d'un million de personnes et contribuant à 7,9% du PIB total. [213] Le nombre de visiteurs internationaux a franchi pour la première fois le million en 2018 (sans compter les touristes indiens arrivant par voie terrestre). [213] [214] La part des visiteurs népalais en Asie du Sud est d'environ 6 %, et ils dépensent beaucoup moins en moyenne, le Népal partageant 1,7 % des revenus. [215] Les principales destinations incluent Pokhara, le circuit de trekking de l'Annapurna et les quatre sites du patrimoine mondial de l'UNESCO : Lumbini, le parc national de Sagarmatha (qui abrite le mont Everest), sept sites de la vallée de Katmandou classés collectivement comme un seul et le parc national de Chitwan. La plupart des revenus de l'alpinisme népalais proviennent du mont Everest, qui est plus accessible du côté népalais.

Le Népal, officiellement ouvert aux occidentaux en 1951, est devenu une destination prisée au bout du sentier hippie, au cours des années 1960 et 1970. L'industrie, perturbée par la guerre civile dans les années 1990, s'est depuis rétablie mais fait face à des défis de croissance, en raison d'un manque d'installations appropriées pour le tourisme haut de gamme appelé « goulet d'étranglement des infrastructures », le porte-drapeau en ruine et une poignée de destinations correctement développées et commercialisées. Le tourisme chez l'habitant, dans lequel les touristes culturels et éco-touristes séjournent en tant qu'invités payants dans les maisons des peuples autochtones, a connu un certain succès. [216]

Emploi à l'étranger

Le taux de chômage et de sous-emploi dépasse la moitié de la population en âge de travailler, [217] poussant des millions de personnes à chercher un emploi à l'étranger, principalement en Inde, dans le Golfe et en Asie de l'Est. Pour la plupart non qualifiés, sans éducation et endettés auprès des usuriers, ces travailleurs sont escroqués par les sociétés de main-d'œuvre et envoyés vers des employeurs exploiteurs ou des pays en guerre sous des contrats frauduleux. [218] [219] Leur passeport leur est saisi, à restituer lorsque l'employeur leur accorde un congé ou met fin à leur contrat. La plupart ne perçoivent pas le salaire minimum, [220] et beaucoup sont contraints de renoncer à tout ou partie du salaire. [221] De nombreux Népalais travaillent dans des conditions extrêmement dangereuses, en moyenne deux travailleurs meurent chaque jour. [222] En raison des restrictions imposées aux femmes, nombre d'entre elles dépendent des trafiquants pour quitter le pays et finissent par être victimes de violence et d'abus. [223] On pense que de nombreux Népalais travaillent dans des conditions proches de l'esclavage, et le Népal dépense des milliards de roupies pour secourir les travailleurs bloqués, en rémunération des familles endettées des morts et en frais de justice pour les personnes arrêtées dans des pays étrangers. [224] [225] Bien que des millions de personnes se soient sorties de la pauvreté, en raison d'un manque de compétences entrepreneuriales, les envois de fonds sont en grande partie consacrés à l'immobilier et à la consommation. [226] [225]

Énergie

La majeure partie de l'énergie au Népal provient de la biomasse (80%) et des combustibles fossiles importés (16%). [227] La ​​majeure partie de la consommation finale d'énergie est destinée au secteur résidentiel (84 %), suivi des transports (7 %) et de l'industrie (6 %). Les secteurs des transports et de l'industrie ont connu une croissance rapide ces dernières années. [227] À l'exception de certains gisements de lignite, le Népal ne possède aucun gisement connu de pétrole, de gaz ou de charbon. [227] Tous les combustibles fossiles commerciaux (principalement le pétrole, le GPL et le charbon) sont importés, dépensant 129% des recettes totales d'exportation du pays. [228] Seul 1 % environ des besoins énergétiques est satisfait par l'électricité. [227] La ​​nature pérenne des rivières népalaises et la forte pente de la topographie du pays offrent des conditions idéales pour le développement de projets hydroélectriques. Les estimations placent le potentiel hydroélectrique économiquement réalisable du Népal à environ 42 000 MW. [227] Cependant, le Népal n'a pu exploiter qu'environ 1 100 MW. Comme la majeure partie est générée à partir de centrales au fil de l'eau (ROR), la puissance réelle produite est beaucoup plus faible pendant les mois secs d'hiver, lorsque la demande de pointe peut atteindre 1 200 MW et que le Népal doit importer jusqu'à 650 MW. de l'Inde pour répondre aux demandes. [229] Les grands projets hydroélectriques subissent des retards et des revers. [230] [231] [232] Le taux d'électrification du Népal (76 %) est comparable à celui des autres pays de la région, mais il existe une disparité importante entre les zones rurales (72 %) et urbaines (97 %). [227] La ​​position du secteur de l'électricité reste insatisfaisante en raison des tarifs élevés, des pertes élevées du système, des coûts de production élevés, des frais généraux élevés, du sureffectif et de la baisse de la demande intérieure. [233]

Transport

Le Népal reste isolé des grands axes mondiaux de transport terrestre, aérien et maritime, même si, à l'intérieur du pays, l'aviation est dans un meilleur état, avec 47 aéroports, dont 11 avec des pistes pavées [234] les vols sont fréquents et supportent un trafic important. Le terrain accidenté et montagneux des deux tiers nord du pays a rendu la construction de routes et d'autres infrastructures difficile et coûteuse. En 2016 [mise à jour] , il y avait un peu plus de 11 890 km (7 388 mi) de routes goudronnées, 16 100 km (10 004 mi) de routes non goudronnées et seulement 59 km (37 mi) de voie ferrée dans le sud. [234] À partir de 2018 [mise à jour] , tous les chefs-lieux de district (à l'exception de Simikot) étaient connectés au réseau routier. [181] La plupart des routes rurales ne sont pas utilisables pendant la saison des pluies, même les routes nationales deviennent régulièrement inutilisables. [235] Le Népal dépend presque entièrement de l'aide de pays comme la Chine, l'Inde et le Japon, pour la construction, l'entretien et l'expansion du réseau routier. Le seul port d'entrée pratique pour les marchandises à destination de Katmandou est Kolkata en Inde. Le transporteur national, Nepal Airlines, est en mauvaise posture en raison d'une mauvaise gestion et de la corruption, et a été mis sur liste noire par l'UE. [236] En interne, le mauvais état de développement du réseau routier rend difficile l'accès aux marchés, aux écoles et aux dispensaires. [208]

La communication

Selon le rapport MIS d'août 2019 de l'Autorité des télécommunications népalaise, le taux d'abonnement à la téléphonie vocale était de 2,70 % de la population totale pour les téléphones fixes et de 138,59 % pour les téléphones mobiles. 98 % de toute la téléphonie vocale se faisait via les téléphones mobiles. [237] De même, alors qu'environ 14,52 % avaient accès au haut débit fixe, 52,71 % supplémentaires accédaient à Internet en utilisant leurs abonnements de données mobiles, près de 15 millions d'entre eux avec 3G ou mieux. [237] Le marché de la téléphonie vocale mobile et du haut débit était dominé par deux sociétés de télécommunications, l'entreprise publique Nepal Telecom (55 %) et la multinationale privée Ncell (40 %). [237] Sur les 21 % de part de marché dont jouit le haut débit fixe, environ 25 % étaient à nouveau partagés par Nepal Telecom, le reste allant aux fournisseurs d'accès Internet privés.[237] Bien qu'il existe une forte disparité dans le taux de pénétration entre les zones rurales et urbaines, le service mobile a atteint 75 districts du pays couvrant 90 % de la superficie, et l'accès à large bande devrait atteindre 90 % de la population d'ici 2020. [ 234]

Médias

À partir de 2019 [mise à jour] , l'État exploite trois stations de télévision ainsi que des stations de radio nationales et régionales. Il existe 117 chaînes de télévision privées et 736 stations de radio FM autorisées à exploiter, dont au moins 314 sont des stations de radio communautaires. [234] Selon le recensement de 2011, le pourcentage de ménages possédant la radio était de 50,82 %, la télévision de 36,45 %, la télévision par câble de 19,33 % et l'ordinateur de 7,28 %. [238] Selon le classement du Conseil de la presse népalais, en 2017 [mise à jour] sur les 833 publications produisant un contenu original, dix quotidiens et hebdomadaires nationaux sont classés A+. [239] En 2019, Reporters sans frontières classe le Népal au 106e rang mondial en termes de liberté de la presse. [240]

Les citoyens du Népal sont connus comme népalais ou népalais. Les Népalais sont les descendants de trois migrations majeures en provenance d'Inde, du Tibet et de la Birmanie du Nord, et de la province chinoise du Yunnan via l'Assam. Parmi les premiers habitants figuraient les Kirat de la région orientale, les Newars de la vallée de Katmandou, les Tharus aborigènes des plaines du Teraï et le peuple Khas Pahari des collines de l'extrême ouest. Malgré la migration d'une partie importante de la population vers le Teraï ces dernières années, la majorité des Népalais vivent encore dans les hauts plateaux du centre et les montagnes du nord sont peu peuplées.

Le Népal est un pays multiculturel et multiethnique, qui abrite 125 groupes ethniques distincts, parle 123 langues maternelles différentes et suit un certain nombre de religions indigènes et folkloriques en plus de l'hindouisme, du bouddhisme, de l'islam et du christianisme. [5] Selon le recensement de 2011, la population népalaise était de 26,5 millions, soit presque trois fois plus que neuf millions en 1950. De 2001 à 2011, la taille moyenne des familles est passée de 5,44 à 4,9. Le recensement a également noté quelque 1,9 million d'absents, plus d'un million de plus qu'en 2001, la plupart sont des travailleurs masculins employés à l'étranger. Ceci est corrélé avec la baisse du sex-ratio à 94,2 contre 99,8 pour 2001. [241] Le taux de croissance annuel de la population était de 1,35 % entre 2001 et 2011, contre une moyenne de 2,25 % entre 1961 et 2001 également attribuée à la population absente. [242]

Le Népal est l'un des dix pays les moins urbanisés et les dix pays à l'urbanisation la plus rapide au monde. En 2014 [mise à jour], on estime que 18,3 % de la population vivait dans des zones urbaines. Le taux d'urbanisation est élevé dans le Teraï, les vallées doon du Teraï intérieur et les vallées des collines moyennes, mais faible dans le haut Himalaya. De même, le taux est plus élevé dans le centre et l'est du Népal par rapport à plus à l'ouest. [243] La capitale, Katmandou, surnommée la « Ville des temples », est la plus grande ville du pays et le cœur culturel et économique. Les autres grandes villes du Népal comprennent Pokhara, Biratnagar, Lalitpur, Bharatpur, Birgunj, Dharan, Hetauda et Nepalgunj. La congestion, la pollution et la pénurie d'eau potable sont quelques-uns des problèmes majeurs auxquels sont confrontées les villes en croissance rapide, en particulier la vallée de Katmandou.

Langue

Le patrimoine linguistique diversifié du Népal provient de trois grands groupes linguistiques : l'indo-aryen, le tibéto-birman et divers isolats de langues indigènes. Les principales langues du Népal (pourcentage parlé comme langue maternelle) selon le recensement de 2011 sont le népalais (44,6%), le maithili (11,7%), le bhojpuri (6,0%), le tharu (5,8%), le tamang (5,1%), le Népal Bhasa. (3,2 %), Bajjika (3 %) et Magar (3,0 %), Doteli (3,0 %), Ourdou (2,6 %), Awadhi (1,89 %) et Sunwar. Le Népal abrite au moins quatre langues des signes indigènes.

Descendant du sanskrit, le népalais est écrit en écriture devanagari. C'est la langue officielle et sert de lingua franca parmi les népalais de différents groupes ethnolinguistiques. Les langues régionales Maithili, Awadhi et Bhojpuri sont parlées dans la région méridionale du Teraï. L'ourdou est courant parmi les musulmans népalais. Des variétés de tibétain sont parlées dans et au nord de l'Himalaya supérieur, où le tibétain littéraire standard est largement compris par ceux qui ont une éducation religieuse. Les dialectes locaux du Teraï et des collines sont pour la plupart non écrits et des efforts sont en cours pour développer des systèmes d'écriture en devanagari ou en alphabet romain.

Religion

Le Népal est un pays laïc, comme le déclare la Constitution du Népal 2072 (Partie 1, article 4), où la laïcité « signifie la liberté religieuse et culturelle, ainsi que la protection de la religion, de la culture transmise depuis des temps immémoriaux ( सनातन ) ». [245] [246] Le recensement de 2011 a indiqué que la religion avec le plus grand nombre d'adeptes au Népal était l'hindouisme (81,3% de la population), suivi par le bouddhisme (9%), le reste était l'islam (4,4%), Kirant (3,1 %), le christianisme (1,4%) et Prakriti ou culte de la nature (0,5%). [247] En pourcentage de la population, le Népal a la plus grande population d'hindous au monde. [248] Le Népal était officiellement un royaume hindou jusqu'à récemment, et Shiva était considéré comme la divinité gardienne du pays. [249] Bien que de nombreuses politiques gouvernementales à travers l'histoire aient ignoré ou marginalisé les religions minoritaires, les sociétés népalaises apprécient généralement la tolérance religieuse et l'harmonie entre toutes les religions, avec seulement des incidents isolés de violence à motivation religieuse. [250] [251] La constitution du Népal ne donne à personne le droit de convertir une personne à une autre religion. Le Népal a également adopté une loi anti-conversion plus stricte en 2017. [252] Le Népal compte le deuxième plus grand nombre d'hindous au monde après l'Inde et a le pourcentage de population d'hindous le plus élevé. [253]

Éducation

Le Népal est entré dans la modernité en 1951 avec un taux d'alphabétisation de 5% et environ 10 000 élèves inscrits dans 300 écoles. [ citation requise ] En 2017, il y avait plus de sept millions d'élèves inscrits dans 35 601 écoles. [254] Le taux global d'alphabétisation (pour la population âgée de 5 ans et plus) est passé de 54,1 % en 2001 à 65,9 % en 2011. [5] Le taux net de scolarisation primaire a atteint 97 % en 2017, [255] [256] cependant, le taux de scolarisation était inférieur à 60 % au niveau secondaire (de la 9e à la 12e année) [257] et d'environ 12 % au niveau supérieur. [257] Bien qu'il existe une disparité significative entre les sexes dans le taux d'alphabétisation global, [5] les filles ont dépassé les garçons dans la scolarisation à tous les niveaux d'enseignement. [257] Le Népal compte onze universités et quatre académies scientifiques indépendantes. [254] Le manque d'infrastructures et de matériel pédagogique adéquats, et un ratio élèves-enseignant élevé, ainsi que la politisation des comités de gestion scolaire [258] et la syndicalisation partisane parmi les élèves et les enseignants, [259] présentent un obstacle au progrès. L'éducation de base gratuite est garantie dans la constitution, mais le programme manque de financement pour une mise en œuvre efficace. [260] Le gouvernement a des programmes de bourses pour les filles et les étudiants handicapés ainsi que pour les enfants des martyrs, les communautés marginalisées et les pauvres. [261] [262] Des dizaines de milliers d'étudiants népalais quittent le pays chaque année à la recherche d'une meilleure éducation et d'un travail, et la moitié d'entre eux ne reviennent jamais. [263] [264]

Santé

Les services de santé au Népal sont fournis par les secteurs public et privé. L'espérance de vie à la naissance est estimée à 71 ans en 2017, 153e la plus élevée au monde, [265] contre 54 ans dans les années 1990. [266] Les deux tiers de tous les décès sont dus à des maladies non transmissibles, les maladies cardiaques sont la principale cause de décès. [267] Alors que le mode de vie sédentaire, une alimentation déséquilibrée et la consommation de tabac et d'alcool ont contribué à l'augmentation des maladies non transmissibles, beaucoup perdent la vie à cause de maladies transmissibles et traitables causées par un mauvais assainissement et la malnutrition en raison d'un manque d'éducation, de sensibilisation et de accès aux services de santé. [267] [268]

Le Népal a fait de grands progrès dans le domaine de la santé maternelle et infantile. 95 % des enfants ont accès au sel iodé et 86 % des enfants âgés de 6 à 59 mois reçoivent une prophylaxie à la vitamine A. [269] Le retard de croissance, l'insuffisance pondérale et l'émaciation ont été réduits de manière significative [269] la malnutrition, à 43 % chez les enfants de moins de cinq ans, est extrêmement élevée. [270] L'anémie chez les femmes et les enfants a augmenté entre 2011 et 2016, atteignant respectivement 41 % et 53 %. [270] L'insuffisance pondérale à la naissance est de 27 % tandis que l'allaitement maternel est de 65 %. [270] Le Népal a réduit le taux de mortalité maternelle à 229, [271] de 901 en 1990 [272] [271] la mortalité infantile est tombée à 32,2 pour mille naissances vivantes par rapport à 139,8 en 1990. [273] Le taux de prévalence de la contraception est de 53 % mais le taux de disparité entre les zones rurales et urbaines est élevé en raison d'un manque de sensibilisation et d'accès facile. [274]

Les progrès en matière de santé sont motivés par une forte initiative gouvernementale en coopération avec les ONG et les OING. Les centres de santé publics fournissent gratuitement 72 médicaments essentiels. Par ailleurs, le régime public d'assurance maladie initié en 2016 qui couvre les soins de santé jusqu'à Rs 50 000 pour cinq membres d'une famille, pour une prime de Rs 2500 par an, a connu un succès limité, et devrait se développer. [275] En payant des allocations pour quatre visites prénatales dans des centres de santé et un accouchement à l'hôpital, le Népal a réduit le nombre d'accouchements à domicile de 81 % en 2006 [272] à 41 % en 2016. [276] Les programmes de repas scolaires ont amélioré l'éducation ainsi que les paramètres nutritionnels. parmi les enfants. [277] Les subventions à la construction de toilettes dans le cadre de l'ambitieux programme « un ménage, une toilette » ont vu le taux de prévalence des toilettes atteindre 99 % en 2019, contre seulement 6 % en 1990. [278]

Immigrés et réfugiés

Le Népal a une longue tradition d'accueil des immigrants et des réfugiés. [279] Dans les temps modernes, les Tibétains et les Bhoutanais ont constitué la majorité des réfugiés au Népal. Les réfugiés tibétains ont commencé à arriver en 1959, [280] et de nombreux autres traversent le Népal chaque année. [281] Les réfugiés bhoutanais de Lhotsampa ont commencé à arriver dans les années 1980 et étaient au nombre de plus de 110 000 dans les années 2000. La plupart d'entre eux ont été réinstallés dans des pays tiers. [282] Fin 2018, le Népal comptait un total de 20 800 réfugiés confirmés, dont 64 % de Tibétains et 31 % de Bhoutanais. [283] Immigrants économiques et réfugiés fuyant les persécutions ou la guerre, en provenance des pays voisins, d'Afrique et du Moyen-Orient, appelés « réfugiés urbains » parce qu'ils vivent dans des appartements dans les villes au lieu de camps de réfugiés, [284] [285] [286] manquent de reconnaissance officielle, le gouvernement facilite leur réinstallation dans des pays tiers. [287]

Environ 2 000 immigrés, dont la moitié chinois, ont demandé un permis de travail en 2018/19. Le gouvernement manque de données sur les immigrants indiens car ils n'ont pas besoin de permis pour vivre et travailler au Népal [288] Le gouvernement indien estime le nombre d'Indiens non-résidents dans le pays à 600 000. [289]

Société

La société népalaise traditionnelle est parfois définie par la hiérarchie sociale. Le système de castes népalais incarne une grande partie de la stratification sociale et de nombreuses restrictions sociales rencontrées en Asie du Sud. Les classes sociales sont définies par plus d'une centaine de groupes héréditaires endogames, souvent appelés jātis, ou "castes". Le Népal a déclaré l'intouchabilité illégale en 1963 [290] et a depuis promulgué d'autres lois anti-discriminatoires et initiatives de protection sociale. Sur le lieu de travail et dans les établissements d'enseignement du Népal urbain, l'identification liée à la caste a pratiquement perdu de son importance.

Les valeurs familiales sont importantes dans la tradition népalaise, et les familles mixtes patriarcales multigénérationnelles ont été la norme au Népal, bien que les familles nucléaires deviennent courantes dans les zones urbaines. Une écrasante majorité de Népalais, avec ou sans leur consentement, ont leur mariage arrangé par leurs parents ou d'autres aînés de la famille. On pense que le mariage est à vie et le taux de divorce est extrêmement faible, avec moins d'un mariage sur mille se terminant par un divorce. [291] Les mariages d'enfants sont courants, en particulier dans les zones rurales, de nombreuses femmes se marient avant d'avoir 18 ans. [292]

Symboles

L'emblème du Népal représente l'Himalaya enneigé, les collines boisées et le Teraï fertile, soutenu par une couronne de rhododendrons, avec le drapeau national au sommet et au premier plan, une carte blanche du Népal en dessous, et un homme et les mains droites de la femme se sont jointes pour signifier l'égalité des sexes. En bas se trouve la devise nationale, une citation sanskrite de patriotisme attribuée dans le folklore népalais à Lord Rama, écrite en écriture Devanagari —"Mère et patrie sont plus grandes que le ciel".

Le drapeau du Népal est le seul drapeau national au monde qui n'est pas de forme rectangulaire. [296] La constitution contient des instructions pour une construction géométrique du drapeau à double fanion. [297] Selon sa description officielle, le cramoisi du drapeau représente la victoire à la guerre ou le courage, et est également la couleur du rhododendron. La bordure bleue du drapeau signifie le désir de paix du peuple népalais. La lune sur le drapeau est un symbole de la nature paisible et calme des Népalais, tandis que le soleil représente l'agressivité des guerriers népalais.

Le président est le symbole de l'unité nationale. Les martyrs sont les symboles du patriotisme. Les commandants de la guerre anglo-népalaise, Amar Singh Thapa, Bhakti Thapa et Balbhadra Kunwar sont considérés comme des héros de guerre. Une désignation spéciale de "Héros national" a été conférée à 16 personnes de l'histoire du Népal pour leurs contributions exceptionnelles au prestige du Népal. Prithvi Narayan Shah, le fondateur du Népal moderne, est tenu en haute estime et considéré par beaucoup comme le « père de la nation ». [298] [299]

Art et architecture

Les plus anciens exemples d'architecture connus au Népal sont les stupas des premières constructions bouddhistes dans et autour de Kapilvastu dans le sud-ouest du Népal, et ceux construits par Ashoka dans la vallée de Katmandou c. 250 av. L'architecture caractéristique associée exclusivement au Népal a été développée et raffinée par les artisans Newa de la vallée de Katmandou à partir de la période Lichchhavi au plus tard. Un carnet de voyage chinois de la dynastie Tang, probablement basé sur des archives de c. 650 après JC, décrit l'architecture népalaise contemporaine, principalement construite en bois, comme riche en art, ainsi que la sculpture en bois et en métal. Il décrit une magnifique pagode à sept étages au milieu d'un palais, avec des toits de tuiles de cuivre, sa balustrade, ses grilles, ses colonnes et ses poutres entourées de pierres fines et précieuses, et quatre sculptures dorées de Makaras aux quatre coins de la base jaillissant de leur bouche comme une fontaine, alimentée par des tuyaux de cuivre reliés aux rigoles au sommet de la tour. Les chroniques chinoises ultérieures décrivent le palais du roi du Népal comme une immense structure avec de nombreux toits, suggérant que les Chinois ne connaissaient pas encore l'architecture des pagodes, qui est maintenant devenue l'une des principales caractéristiques de l'architecture chinoise. Un temple pagode typique est construit en bois, chaque pièce finement sculptée de motifs géométriques ou d'images de dieux, de déesses, d'êtres mythiques et de bêtes. Les toits généralement en tuiles d'argile, et parfois en plaqué or, diminuent en proportion successivement jusqu'à atteindre le toit le plus élevé qui est lui-même marqué d'un fleuron d'or. La base est généralement composée de terrasses rectangulaires en pierre finement sculptée, l'entrée est généralement gardée par des sculptures en pierre de figures conventionnelles. L'artisanat du bronze et du cuivre observable dans la sculpture des divinités et des bêtes, les décorations des portes et des fenêtres et les faîteaux des bâtiments, ainsi que les objets d'usage quotidien se révèlent être d'égale splendeur. La tradition de peinture népalaise la plus développée est la tradition de peinture Thanka ou paubha du bouddhisme tibétain, pratiquée au Népal par les moines bouddhistes et les artisans Newar. Temple Changu Narayan, construit c. Le 4ème siècle après JC possède probablement le meilleur de l'artisanat du bois népalais. Les places Katmandou, Patan et Bhaktapur Durbar sont le point culminant de l'art et de l'architecture népalaises, mettant en vedette l'artisanat népalais du bois, du métal et de la pierre raffiné au cours de deux millénaires. [301]

La fenêtre "ankhijhyal", qui permet une vue à sens unique sur le monde extérieur, est un exemple d'artisanat du bois népalais unique, trouvé dans les structures de construction, domestiques et publiques, anciennes et modernes. De nombreuses cultures peignent les murs de leurs maisons avec des motifs réguliers, des figures de dieux et de bêtes et des symboles religieux, d'autres peignent leurs murs unis, souvent avec de l'argile ou du chernozem contrastant avec le sol jaune ou le calcaire. Les toits des structures religieuses et domestiques s'étendent considérablement, sans doute pour se protéger du soleil et de la pluie. Les bois des structures domestiques sont finement sculptés comme leurs homologues religieux. [301]

Littérature et arts de la scène

La littérature népalaise était étroitement liée à celle du reste de l'Asie du Sud jusqu'à son unification en un royaume moderne. Les œuvres littéraires, écrites en sanskrit par des prêtres brahmanes instruits et parfois également basés à Varanasi, comprenaient des textes religieux et d'autres fantasmes impliquant des rois, des dieux et des démons. [302] Le plus ancien texte en langue népalaise existant est daté du XIIIe siècle, mais à l'exception du matériel épigraphique, la littérature en langue népalaise plus ancienne que le XVIIe siècle n'a pas été trouvée. Cependant, la littérature newar remonte à près de 500 ans. [299] L'histoire moderne de la littérature népalaise commence avec Bhanubhakta Acharya (1814-1868), qui composa pour la première fois des œuvres majeures et influentes en népalais, la langue accessible aux masses, notamment le Bhanubhakta Ramayana, une traduction du ancienne épopée hindoue. [302] À la fin du XIXe siècle, Motiram Bhatta avait publié des éditions imprimées des œuvres d'Acharya, et grâce à ses efforts, à lui seul, il a popularisé et propulsé la littérature en langue népalaise dans la modernité. [299] Au milieu du vingtième siècle, la littérature népalaise n'était plus limitée aux traditions littéraires hindoues. Influencés par les traditions littéraires occidentales, les écrivains de cette période ont commencé à produire des œuvres littéraires abordant les problèmes sociaux contemporains, [303] tandis que beaucoup d'autres ont continué à enrichir les traditions poétiques népalaises avec une poésie népalaise authentique. La littérature newar a également émergé comme une tradition littéraire de premier plan. Après l'avènement de la démocratie en 1951, la littérature népalaise a prospéré. Des œuvres littéraires dans de nombreuses autres langues ont commencé à être produites. La littérature népalaise a continué de se moderniser et, ces dernières années, a été fortement influencée par l'expérience népalaise de l'après-guerre civile ainsi que par les traditions littéraires mondiales. [304] [305] [306] [299]

Maruni, Lakhey, Sakela, Kauda et Tamang Selo sont quelques exemples de la musique et de la danse traditionnelles népalaises dans les régions vallonnées du Népal.

L'industrie cinématographique népalaise est connue sous le nom de "Kollywood". [307]

La Nepal Academy est la principale institution pour la promotion des arts et de la culture au Népal, créée en 1957. [299]

Vêtements

Le vêtement traditionnel le plus porté au Népal, tant pour les femmes que pour les hommes, de l'Antiquité jusqu'à l'avènement des temps modernes, était le drapé. [308] Pour les femmes, il a finalement pris la forme d'un sari, un seul long morceau de tissu, d'une longueur célèbre de six mètres, et d'une largeur couvrant le bas du corps. [308] Le sari est noué autour de la taille et noué à une extrémité, enroulé autour du bas du corps, puis sur l'épaule. [308] Dans sa forme plus moderne, il a été utilisé pour couvrir la tête, et parfois le visage, comme un voile, [308] particulièrement dans le Teraï. Il a été associé à un jupon, ou au jupon, et rentré dans la ceinture pour une fixation plus sûre. Il est porté avec un chemisier, ou cholo, qui sert de vêtement principal pour le haut du corps, l'extrémité du sari, passant par-dessus l'épaule, servant désormais à masquer les contours du haut du corps et à couvrir le ventre. [308] Cholo-sari est devenu la tenue de choix pour les occasions formelles, les environs officiels et les rassemblements festifs. Dans sa forme plus traditionnelle, dans le cadre des robes traditionnelles et comme porté dans la vie quotidienne lors de l'exécution des tâches ménagères ou du travail, il prend la forme d'un fariya ou gunyu, généralement plus court qu'un sari en longueur et en largeur, et le tout enroulé autour du bas du corps.

Pour les hommes, une longueur de tissu similaire mais plus courte, le dhoti, a servi de vêtement pour le bas du corps. [309] Il est également noué autour de la taille et enroulé. [309] Chez les Aryens, il est également enroulé une fois autour de chaque jambe avant d'être remonté à travers les jambes pour être rentré dans le dos. Le dhoti ou ses variantes, généralement portés sur un langauti, constituent le vêtement du bas du corps dans les vêtements traditionnels des Tharus, des Gurungs et des Magars ainsi que du peuple Madhesi, entre autres. D'autres formes de vêtements traditionnels qui n'impliquent ni couture ni couture sont les patukas (une longueur de tissu enroulé étroitement autour de la taille par les deux sexes comme une ceinture, une partie de la plupart des costumes népalais traditionnels, généralement avec un khukuri rentré dedans lorsqu'il est porté par des hommes) , des foulards comme pachhyauras et majetros et des châles comme le newar Géorgie et le khata tibétain, les ghumtos (les voiles de mariage) et diverses sortes de turbans (écharpes portées autour de la tête dans le cadre d'une tradition, ou pour se protéger du soleil ou du froid, [309] appelé pheta, pagri ou sirpau).

Jusqu'au début du premier millénaire de notre ère, l'habit ordinaire des peuples d'Asie du Sud était entièrement décousu. [310] L'arrivée des Kushans d'Asie centrale, vers 48 après JC, a popularisé les vêtements coupés-cousus dans le style de l'Asie centrale. [310] La forme la plus simple de vêtements cousus, Bhoto (un gilet rudimentaire), est un vêtement unisexe universel pour les enfants, et traditionnellement le seul vêtement que les enfants portent jusqu'à ce qu'ils atteignent l'âge adulte et reçoivent des vêtements d'adulte, parfois dans un rite de passage cérémoniel , comme la cérémonie gunyu-choli pour les filles hindoues. Les hommes continuent à porter du bhoto à l'âge adulte. Le vêtement du haut du corps pour les hommes est généralement un gilet tel que le bhoto, ou une chemise semblable au kurta, tel que daurade, une chemise longue à double boutonnage à col fermé avec cinq plis et huit ficelles qui servent à la nouer autour du corps. Suruwal, traduit simplement par un pantalon, est une alternative et, plus récemment, un remplacement pour dhoti, kachhad (Magars) ou lungi (Tharus) il est traditionnellement beaucoup plus large au-dessus des genoux mais se rétrécit en dessous, pour s'adapter étroitement aux chevilles, et est attaché à la taille avec un cordon de serrage. Les cholos modernes portés avec des saris sont généralement à demi-manches et à simple boutonnage, et ne couvrent pas le ventre. Le traditionnel cholo appelé chaubandi cholo, comme le daura, est à manches longues, à double boutonnage avec des plis et des ficelles, et s'étend jusqu'au patuka, couvrant le ventre.

Daura-Suruwal et Gunyu-Cholo étaient respectivement les robes nationales pour hommes et femmes jusqu'en 2011, date à laquelle elles ont été supprimées pour éliminer le favoritisme. [311] Les robes traditionnelles de nombreux groupes ethniques pahari sont Daura-Suruwal ou similaire, avec patuka, un dhaka topi et un manteau pour les hommes, et Gunyu-cholo ou similaire, avec patuka et parfois une écharpe pour les femmes. Pour de nombreux autres groupes, les vêtements traditionnels pour hommes consistent en une chemise ou un gilet, associés à un dhoti, kachhad ou lungi. Dans le haut Himalaya, les robes traditionnelles sont largement influencées par la culture tibétaine. Les femmes sherpas portent le chuba avec le tablier pangi, tandis que les hommes sherpas portent des chemises à col montant rigide et à manches longues appelées tetung sous le chuba. Les chapeaux tibétains Xamo Gyaise des Sherpas, les dhaka topi des hommes pahari et les casquettes rondes tamang sont parmi les couvre-chefs les plus distinctifs.

Les femmes hindoues mariées portent tika, sindur, pot et des bracelets rouges. Les bijoux en or et en argent, et parfois en pierres précieuses, sont courants. Les bijoux en or comprennent mangalsutras et tilaharis porté avec le pot par les hindous, samyafung (une énorme fleur en or portée sur la tête) et Nessey (énormes boucles d'oreilles en or aplaties) portées par les Limbus, et sirphuli, sirbandhi et Chandra porté par les Magars. Les femmes tharu peuvent porter jusqu'à six kilogrammes d'argent en bijoux, ce qui comprend manguier porté sur la tête, tikuli le front, et kanseri et tikahamala autour du cou. [312]

Au cours des 50 dernières années, les modes ont beaucoup changé au Népal. De plus en plus, en milieu urbain, le sari n'est plus le vêtement de tous les jours, mais plutôt un vêtement pour les occasions formelles. Le kurta suruwal traditionnel est rarement porté par les jeunes femmes, qui privilégient de plus en plus les jeans. Les dhoti a été en grande partie réduit au vêtement liturgique des chamanes et des prêtres hindous.

Cuisine

La cuisine népalaise se compose d'une grande variété de cuisines régionales et traditionnelles. Compte tenu de la diversité du type de sol, du climat, de la culture, des groupes ethniques et des professions, ces cuisines varient considérablement les unes des autres, utilisant des épices, des herbes, des légumes et des fruits disponibles localement. [313] L'échange colombien avait apporté la pomme de terre, la tomate, le maïs, les arachides, les noix de cajou, les ananas, les goyaves et plus particulièrement les piments en Asie du Sud. Chacun est devenu des agrafes d'utilisation. [314] Les céréales cultivées au Népal, leur choix, les périodes et les régions de plantation, correspondent fortement au calendrier des moussons du Népal, [315] et aux variations d'altitude. Le riz et le blé sont principalement cultivés dans les plaines du terai et les vallées bien irriguées, et le maïs, le millet, l'orge et le sarrasin dans les collines moins fertiles et plus sèches. [313] [316]

La base d'un repas népalais typique est une céréale cuite de manière simple et complétée par des plats savoureux et savoureux. [317] Ce dernier comprend les lentilles, les légumineuses et les légumes épicés généralement avec du gingembre et de l'ail, mais aussi avec plus de discernement avec une combinaison d'épices pouvant inclure la coriandre, le cumin, le curcuma, la cannelle, la cardamome, le jimbu et d'autres selon les conventions culinaires. [317] Dans un repas réel, cette représentation mentale prend la forme d'un plateau, ou thali, avec une place centrale pour les céréales cuites, des périphériques, souvent dans de petits bols, pour les accompagnements savoureux, et la simultanéité, plutôt que fragmentaire. , l'ingestion des deux dans chaque acte de manger, que ce soit par mélange réel - par exemple du riz et des lentilles - ou dans le pliage de l'un - comme le pain - autour de l'autre, comme les légumes cuits. [317] Dal-bhat, centré autour du riz cuit à la vapeur est l'exemple le plus courant. [318] ainsi que les produits laitiers et parfois la viande, est l'exemple le plus courant et le plus marquant. Le pain plat sans levain à base de farine de blé appelé chapati remplace parfois le riz cuit à la vapeur, en particulier dans le Teraï, tandis que le Dhindo, préparé en faisant bouillir de la farine de maïs, de millet ou de sarrasin dans de l'eau, en remuant et en ajoutant continuellement de la farine jusqu'à ce qu'une consistance épaisse et presque solide soit atteinte, est le principal substitut dans les collines et les montagnes. La tsampa, farine à base d'orge torréfiée ou d'orge nue, est le principal aliment de base du haut himalaya. Dans tout le Népal, les légumes-feuilles fermentés, puis séchés au soleil, appelés Gundruk, sont à la fois un mets délicat et un substitut vital aux légumes frais en hiver. [316]

Une caractéristique notable de la cuisine népalaise est l'existence d'un certain nombre de cuisines végétariennes distinctives, chacune étant une caractéristique de l'histoire géographique et culturelle de ses adeptes. [319] L'apparition de ahimsa, ou l'évitement de la violence envers toutes les formes de vie dans de nombreux ordres religieux au début de l'histoire de l'Asie du Sud, en particulier l'hindouisme upanishadique, le bouddhisme et le jaïnisme, est considéré comme un facteur notable de la prévalence du végétarisme parmi un segment de la communauté hindoue et bouddhiste du Népal. populations, ainsi que chez les jaïns. [319] Parmi ces groupes, un fort inconfort est ressenti à l'idée de manger de la viande. [320] Bien que la consommation de viande par habitant soit faible au Népal, la proportion de végétarisme n'est pas élevée comme en Inde, en raison de la prévalence du shaktisme, dont le sacrifice d'animaux est une caractéristique importante. [321]

Les cuisines népalaises possèdent leurs propres qualités distinctives pour distinguer ces cuisines hybrides de leurs voisins du nord et du sud. [322] [318] Les cuisines népalaises, avec des currys généralement plus maigres à base de tomates, sont plus légères que leurs homologues indiennes à base de crème, et les boulettes de momo népalaises sont fortement épicées par rapport à leurs homologues du nord. [318] La cuisine newar, l'une des plus riches et des plus influentes du Népal, est plus élaborée et diversifiée que la plupart, car la culture newar s'est développée dans la vallée de Katmandou hautement fertile et prospère. [313] Une cuisine newar typique peut comprendre plus d'une douzaine de plats à base de céréales, de viande, de currys de légumes, de chutneys et de cornichons. Kwanti (soupe de haricots germés), chhwela (bœuf haché), chatamari (crêpe de farine de riz), bara (gâteau frit aux lentilles), kachila (bœuf haché cru mariné), samaybaji (centré autour de riz aplati), lakhaamari et yomuri sont parmi les plus reconnues. [318] [323] Juju dhau, un yaourt sucré originaire de Bhaktapur, est également célèbre. [318] La cuisine thakali est une autre tradition alimentaire bien connue qui mélange harmonieusement le tibétain et l'indien avec une variété d'ingrédients, en particulier les herbes et les épices. [313] Dans le Teraï, le Bagiya est une boulette de farine de riz avec des bonbons à l'intérieur, populaire parmi les Tharu et les Maithil. Diverses communautés du Teraï font sidhara (petits poissons séchés au soleil mélangés à des feuilles de taro) et du biriya (pâte de lentilles mélangée à des feuilles de taro) à stocker pour les inondations de la mousson. [313] Selroti, kasar, fini et chaku font partie des délices sucrés. Riz pulau ou bouillie de riz sucré appelé kheer sont généralement le plat principal des festins. [316] Le thé et le babeurre (restes de lait fermenté du barattage du beurre de yaourt) sont des boissons non alcoolisées courantes. Presque toutes les communautés janajati ont leurs propres méthodes traditionnelles de brassage de l'alcool. Le raksi (alcool distillé traditionnel), le jaand (bière de riz), le tongba (bière de mil) et le chyaang sont les plus connus.

Sports et loisirs

Les sports indigènes népalais, comme le dandi biyo et le kabaddi, qui étaient jusqu'à récemment considérés comme des sports nationaux non officiels [295], sont toujours populaires dans les zones rurales. [324] Malgré les efforts, la standardisation et le développement du dandi biyo n'ont pas été atteints, [325] [326] tandis que le Kabaddi, en tant que sport professionnel, en est encore à ses balbutiements au Népal. [327] Bagh-Chal, un ancien jeu de société qui serait originaire du Népal, peut être joué sur des planches dessinées à la craie, avec des cailloux, et est toujours populaire aujourd'hui. [328] [329] Ludo, les serpents et les échelles et le carrom sont des passe-temps populaires. [330] Les échecs sont également joués. [324] Le volley-ball a été déclaré sport national du Népal en 2017. [295] Les jeux populaires pour enfants comprennent des versions de tag, [324] osselets, [324] marelle, canard, canard, oie [324] et lagori, tandis que les billes, [324] top, Hoop Rolling et Gully Cricket sont également populaires chez les garçons. Les élastiques, ou bandes de rangers découpés dans des tubes de pneus de vélo, constituent un équipement sportif polyvalent pour les enfants népalais, qui peuvent être groupés ou enchaînés ensemble, et utilisés pour jouer au ballon chasseur, au berceau du chat, au jianzi [324] et à une variété de sauts. jeux de corde. [324]

Le football et le cricket sont des sports professionnels populaires. [333] Le Népal est compétitif dans le football dans la région de l'Asie du Sud mais n'a jamais remporté les championnats SAFF, le tournoi régional. [334] [335] Il se classe généralement dans le quart inférieur du classement mondial de la FIFA. [336] Le Népal a connu du succès dans le cricket et détient le statut d'élite ODI, [337] [338] se classant régulièrement dans le Top 20 des classements ICC ODI et T20I. [339] [340] Le Népal a eu un certain succès dans l'athlétisme et les arts martiaux, ayant gagné beaucoup de médailles aux jeux asiatiques du sud et certains aux jeux asiatiques. [341] Le Népal n'a jamais remporté de médaille olympique. [342] Des sports comme le basket-ball, le volley-ball, le futsal, la lutte, le culturisme compétitif [342] [343] et le badminton gagnent également en popularité. [324] Les femmes dans le football, le cricket, l'athlétisme, les arts martiaux, le badminton et la natation ont connu un certain succès. [344] [342] Le Népal présente également des joueurs et des équipes nationales dans plusieurs tournois pour les personnes handicapées, notamment dans le cricket aveugle des hommes [345] et des femmes. [346]

Le seul stade international du pays est le stade polyvalent Dasarath où les équipes nationales masculines et féminines de football jouent leurs matchs à domicile. [347] Depuis la formation de l'équipe nationale, le Népal a joué ses matchs de cricket à domicile au Tribhuvan University International Cricket Ground. [348] La police népalaise, les forces de police armées et l'armée népalaise sont les producteurs les plus prolifiques de joueurs nationaux, et les aspirants joueurs sont connus pour rejoindre les forces armées, pour les meilleures opportunités sportives qu'ils peuvent offrir. [349] [350] Les sports népalais sont entravés par un manque d'infrastructures, [351] de financement, [345] la corruption, le népotisme et l'ingérence politique. [341] [352] [353] Très peu de joueurs peuvent gagner leur vie en tant que sportifs professionnels. [347] [354]


48 heures

Hôtels

Attractions

Restaurants

Achats

Avec plus d'attractions par mile carré que toute autre destination au Royaume-Uni, il y a toujours quelque chose d'excitant au coin de la rue à York. Notre guide complet des meilleurs sites, expériences et activités de la ville vous emmène de l'imposante York Minster, l'une des plus grandes du genre en Europe, au Jorvik Viking Centre récemment rénové, en passant par d'impressionnantes galeries d'art et des visites à pied mettant en valeur l'histoire de la ville. .

Approchez-vous du cœur gothique historique de la ville

La cathédrale d'York, d'une beauté gothique, est la plus grande cathédrale médiévale d'Europe du Nord. Des colonnes romaines de la crypte aux vues sur la ville depuis sa tour centrale, c'est un endroit impressionnant. Le joyau est la Grande Fenêtre Est, achevée par John Thornton en 1408 et la première œuvre d'art nommée dans le pays - c'est l'équivalent en vitrail de la Chapelle Sixtine.

Conseil d'initié : Pour un effet atmosphérique complet, approchez-vous de la cathédrale via The Shambles, une ancienne rue pavée mentionnée dans le Domesday Book, où les étages supérieurs des maisons en bois du XIVe siècle se penchent, presque à distance de toucher les uns des autres.

Contact: 01904 557200 yorkminster.org
Horaires d'ouverture: lun-sam, 9h-16h30 dim, 12h45-15h
Prix: ££

Faites un voyage à travers le passé historique de York

Nulle part ne donne un aperçu plus complet des nombreuses couches historiques de York que le fantastique Musée du Yorkshire, avec sa richesse d'artefacts préhistoriques romains, vikings et médiévaux répartis sur cinq galeries. Yorkshire's Jurassic World, une grande exposition permanente ouverte en 2018, remonte à 150 millions d'années pour découvrir les géants perdus du comté de la terre et de la mer à l'aide d'une technologie révolutionnaire.

Conseil d'initié : Faites un pique-nique dans les jardins botaniques de 4 hectares du musée, qui descendent jusqu'à la rivière Ouse et abritent les ruines pittoresques de l'abbaye Sainte-Marie vieilles de 950 ans, une tour de la forteresse romaine d'origine et de magnifiques parterres de fleurs.

Contact: 01904 687687 yorkshiremuseum.org.uk
Horaires d'ouverture: Tous les jours, 10h-17h
Prix: £

Tomber dans un tunnel temporel d'histoire sociale

Un tunnel temporel d'histoire sociale qui ramène les visiteurs à travers trois cents ans de vie à York. L'excentrique Musée du château d'York est surtout connue pour sa «vraie» rue victorienne de devantures de magasins récupérées et est basée sur une collection d'articles de tous les jours d'un collectionneur victorien reproduisant les salons et les magasins de la ville de l'époque géorgienne aux années 1980.

Conseil d'initié : Pour une vue panoramique de la ville, visitez Tour de Clifford (des travaux de restauration sont en cours donc consultez le site internet avant votre visite) face au musée. Cet ancien monticule et donjon fortifié a une histoire macabre et est tout ce qui reste du château normand.

Contact: 01904 687687 yorkcastlemuseum.org.uk
Horaires d'ouverture: Tous les jours, 9h30-17h
Prix: ££

Marchez sur les traces du premier roi Tudor

L'histoire d'Henri VII à l'expérience Henry VII à Barre de Micklegate (anciennement le Micklegate Bar Museum), situé dans la guérite sud des remparts de la ville. Le musée explore la vie du premier roi Tudor d'Angleterre, qui a régné pendant 24 ans après avoir vaincu Richard III à la bataille de Bosworth, via une série d'expositions interactives, de présentations multimédias et d'expositions telles que des armures.

Conseil d'initié : Micklegate est le plus impressionnant et le plus atmosphérique des musées le long des deux milles et demi Promenade des remparts, ses remparts étaient autrefois régulièrement ornés des têtes de «traîtres» célèbres comme William Wallace et Richard, duc d'York.

Contact: 01904 615 505 micklegatebar.com
Horaires d'ouverture: Tous les jours, 10h-16h (avril à octobre) 10h-15h (novembre à mars, selon météo)
Prix: £

Descente d'une rétrospective ferroviaire

Vous n'avez pas besoin d'être un anorak de train pour apprécier la Musée national des chemins de fer's superbe collection de merveilles mécaniques, qui met en lumière l'importance historique des chemins de fer britanniques. Il est situé derrière l'impressionnante gare victorienne de York, suivez simplement les enfants et les adultes qui se précipitent pour voir les moteurs légendaires tels que Mallard et The Flying Scotsman, ou prenez place dans le futuriste Bullet Train japonais.

Conseil d'initié : Le musée peut être bondé le week-end alors visitez-le en semaine et en dehors des vacances scolaires si vous le pouvez.

Contact: 0844 815 3139, nrm.org.uk
Horaires d'ouverture: Tous les jours, 10h-18h
Prix: Libérer

Laissez-vous guider à travers le côté sanglant de York

Passez 90 minutes sur un visiter découvrir les ruelles sinueuses et les monuments de York en compagnie de « Mad Alice » et entendre parler du sang et des tripes qui ont été répandus dans les rues de la ville pendant plus de 2 000 ans. « Alice », qui est basée sur une figure du folklore local et qui aurait été pendue au château de York en 1823, racontera – et reconstituera – les détails macabres.

Conseil d'initié : La plaque commémorative au pied de la Clifford's Tower, (le château royal où se dresse maintenant la tour et où se terminent certaines des visites), rappelle le massacre de 1190 des 150 habitants juifs de la ville, qui s'étaient réfugiés dans le château après un vague d'émeutes antisémites.

Contact: 07584 855 443 thebloodytourofyork.co.uk
Horaires d'ouverture: Jeudi au samedi : février-mars 18h avril-oct 18h et 20h. De novembre à décembre : samedi uniquement, 18h. Pré-réservations de janvier uniquement.
Prix: £

Aventurez-vous dans le passé viking de York

Les Centre viking de JorvikLes expériences olfactives de (certaines plus agréables que d'autres) ont toujours donné vie à ce qui était une ville viking importante et prospère du IXe siècle. Aujourd'hui, après une rénovation de plusieurs millions de livres, l'exposition interactive de Jorvik est de retour, avec encore plus d'informations sur l'une des découvertes archéologiques les plus passionnantes de Grande-Bretagne, découverte il y a 30 ans lorsque la construction du centre commercial attenant a commencé.

Conseil d'initié : Attention à la vieille femme en béquilles (recréée à partir d'un squelette exhumé sur place, qui est exposé dans une vitrine) et au bébé qui pleure dans les bras de sa mère. Très réaliste – et juste un peu effrayant.

Contact: 01904 615505, jorvikvikingcentre.co.uk
Horaires d'ouverture: Tous les jours, 10h-17h (avril à octobre) 10-16h (novembre à mars)
Prix: £

Une histoire douce pour les amateurs de chocolat

C ouvrant le voyage du chocolat de la fève de cacao brute de la jungle au trésor qui est devenu l'exportation la plus rentable de York, Histoire de chocolat utilise des décors impressionnants et immersifs pour dévoiler la fabrication des célèbres familles de confiseries de York - Terry's et Rowntree's - et donner également un aperçu fascinant de la riche histoire sociale de la ville.

Conseil d'initié : Oui, la dégustation est autorisée, vous pouvez même vous essayer à la création de votre propre barre chocolatée. Mais en plus de l'attrait évident d'une telle expérience pratique parmi les enfants et les accros du chocolat, il y a de quoi élever cet endroit au-dessus d'une longue session d'échantillonnage.

Contact: 01904 527725, yorkschocolatestory.com
Horaires d'ouverture: Tous les jours, 10h-16h
Prix: ££

Beaux-arts et repas en plein air

Les Galerie d'art de York (qui a rouvert en 2015 après une rénovation majeure) abrite une impressionnante collection de peintures, gravures, aquarelles et céramiques du 14ème siècle à nos jours. La galerie a ouvert ses portes en 1879 pour la deuxième exposition des beaux-arts et de l'industrie du Yorkshire. Il dispose également d'un grand café avec un coin salon en plein air donnant sur la magnifique fontaine de la place de l'Exposition.

Conseil d'initié : CoCa (le Centre of Ceramic Art), qui a ouvert ses portes dans le cadre de la rénovation de la galerie, abrite la plus grande collection du Royaume-Uni du mouvement britannique Studio Ceramics. Composé en grande partie de dons d'importants collectionneurs privés, il met en lumière la personnalité et les obsessions de ses créateurs.

Contact: 01904 687687 yorkartgallery.org.uk
Horaires d'ouverture: Tous les jours, 10h-17h
Prix: £

Découvrez une alternative à la cathédrale

Église Sainte-Trinité est un joyau médiéval niché derrière la rue commerçante animée de Goodramgate. Le monument classé Grade I est facile à négliger en faveur de la cathédrale qui se dresse derrière lui, mais traversez le petit cimetière isolé et verdoyant et vous trouverez un merveilleux vitrail du XVe siècle, un intérieur en pierre de couleur miel et l'original Bancs de boîte géorgienne.

Astuce : Les bancs extérieurs font du cimetière l'endroit idéal pour la réflexion ou un déjeuner tranquille. Les jours ensoleillés, des faisceaux de lumière colorée sont dispersés sur les murs, donnant l'impression que des visages médiévaux regardent par les fenêtres.

Contact: Holytrinityyork.org
Horaires d'ouverture: Tous les jours en été en hiver Du mercredi au dimanche 11h-15h
Prix: Libérer

Promenez-vous dans les couloirs d'un chef-d'œuvre de la Régence

F airfax Maison est sans doute la plus belle maison de ville géorgienne d'Angleterre, un chef-d'œuvre architectural de la Régence qui était la maison de ville du vicomte Fairfax et avec un intérieur riche conçu par John Carr. Il a survécu à des incarnations de club pour hommes, de bureaux, de cinéma et de salle de danse, et ses magnifiques plafonds en stuc ont été somptueusement restaurés. Il abrite également une partie de la collection du regretté magnat du chocolat, Noel Terry.

Conseil d'initié : Une subvention du Heritage Lottery Fund de 100 000 £ a aidé la maison à acquérir un panneau en bois du XVIIe siècle sculpté par Grinling Gibbons, un sculpteur hollandais-britannique et soi-disant « Michaelangelo of wood », connu pour ses œuvres au château de Windsor, au palais de Hampton Court et Cathédrale Saint-Paul de Londres.

Contact: 01904 655543 fairfaxhouse.co.uk
Horaires d'ouverture: Tous les jours, 10h-17h Dimanche, 11h-16h
Prix: £

Tentez votre chance à l'Ascot du Nord

L'historique Hippodrome de Knavesmire à York remonte à 1730, mais les courses sont au cœur de York depuis l'époque romaine. Les dames en robes chics et les garçons en costumes à fines rayures buvant des cruches de Pimms ont peut-être remplacé les empereurs en toges, mais par temps ensoleillé pendant la saison des courses, York regorge d'amateurs de course sérieusement glamour.

Conseil d'initié : Oubliez d'essayer de vous garer et partez tôt et à pied, c'est une promenade facile et plate d'environ 20 minutes à travers Rowntree Park depuis la gare. Vous pouvez également prendre un taxi - la plupart des chauffeurs ne seront que trop désireux de vous donner des conseils d'initiés.

Contact: 01904 620911 yorkracecourse.co.uk
Horaires d'ouverture: Ouverture des portes à 11h15 Soirées Music Showcase à partir de 16h
Prix: £ à £££

Découvrez l'histoire d'une maison historique de York

L'élégant Maison du trésorier, une propriété du National Trust, se trouve à seulement cinq minutes à pied de York Minster. De la voie romaine traversant la cave aux quartiers des domestiques édouardiens dans les greniers, son histoire est parfaitement conservée. Il y a 13 salles d'époque qui racontent l'histoire de la maison et de son propriétaire le plus célèbre, l'excentrique Frank Green, dont la collection de meubles, céramiques, textiles et peintures vaut le détour. C'est aussi la vue d'une célèbre observation de fantômes.

Conseil d'initié : Assurez-vous de visiter les jardins. Multiples lauréats du Gold Award for Yorkshire in Bloom, ils contiennent une vaste gamme de plantes et de fleurs, y compris (selon la période de l'année) des iris, des crocus, des tulipes et des fuchsias. L'avenue de Londres Planes menant à la porte du jardin a été plantée en juin 1900 pour la visite royale du prince et de la princesse de Galles.


Voir la vidéo: SAINT MALO, la cité des corsaires (Mai 2022).